La Boite à excuses

Hier soir, j’ai écrit dans mon carnet, la plupart des sujets que je vais aborder dans mon livre, histoire de pas trop partir dans tous les sens. Et ce matin, en discutant avec une amie très chère dans mon cœur, j’ai écrit dans mon carnet :

LA BOITE A EXCUSES.

  • Alors, la boîte à excuses, c’est quoi ?

Déjà, la bonne nouvelle ou la mauvaise, tout dépend de quel point de vue tu te places, c’est que tout le monde sans exception a une boîte à excuses, plus ou moins remplie. Ça dépend des gens, et aussi des périodes de nos vies, de l’état dans lequel nous sommes, etc…

Cette boite à excuses, elle est toute jolie bien emballée et rassurante. Elle nous sauve de bien des situations, et surtout c’est notre parfaite alliée pour que nous bloquer, nous faire tourner en rond, nous faire faire 2 pas en arrière, quand on vient juste de faire 3 pas en avant.

La boîte à excuses est sournoise et d’une simplicité enfantine !

La boite à excuses règle tous les problèmes, nous évite de nous poser trop de questions, nous fait croire que grâce à elle la vie est plus simple, et que tout ce qui nous arrive, ce n’est pas de notre faute.

Le fait même d’écrire cet article me fait prendre conscience, qu’écrire cet article, c’est peut-être une bonne excuse pour me détourner de l’écriture de mon livre, de la peur de la page blanche ou de la peur du flow qui va couler en moi.

Je le sens ce flow qui va couler en moi, il ne demande qu’à jaillir. Je dirais même qu’il trépigne d’impatience !!! Comme si il me disait : « Bon alors ! Tu t’y mets là ! Qu’est-ce que tu attends ??? Le déluge ?!? » 

En fait le flow est déjà en train de couler !!! Et si cet article était le point de départ de mon livre …

Quand je me suis cassée de mon CDI en 2011, ma boite à excuses était bien remplie, mais je me suis rebellée :

  • Financement de ma formation refusé : j’m’en fou je vais faire un prêt étudiant !
  • Prêt étudiant refusé : j’m’en fou, je change de banque !
  • Rupture conventionnelle refusée, j’m’en fou, je ne viendrais plus travailler = rupture conventionnelle acceptée 😀
  • Pas le temps d’aller visiter un appart à 600 kilomètres, j’m’en fou, je le réserve sur internet !

Et je suis retournée sur les bancs de l’école :

  • Mais je ne connais personne, j’ai trop les boules, comment je vais faire pour trouver des modèles, etc … : « Et bien, tu vas te bouger l’cul ma p’tite ! »
  • Je me sens pas à ma place, ils sont tous des « fashion-victimes », mais moi je veux juste apprendre à maquiller … : « Allez Marie, courage et persévérance ! »
  • Au secours, j’ai envie de pleurer !!! Je rentre pas du tout dans le moule dans lequel, ils veulent que je sois : « Allez Marie, rappelle-toi qui tu es et pourquoi tu as fait tout ce chemin pour arriver jusqu’ici ! »

Et là, Magie, les 3 derniers mois ont été une bénédiction, parce que je me suis autorisée à reprendre mon PowerFull !!!

Et le grand saut dans l’entrepreneuriat est arrivé :

  • je me lance comme ça, sans plan pré-établi, suis-je inconsciente ? C’est vrai que ce serait plus raisonnable de trouver un boulot salarié. Mais j’peux pas, j’ai envie de développer mes projets. Je ne peux pas revenir en arrière … => Fail : excuse rejetée ! 😀

Finalement, j’ai des contrats très rapidement. Je me rends à pas mal d’évènements, et un projet en amenant un autre, le bouche à oreille fonctionne plutôt bien.

MAIS …

Parce que oui il y a un mais…

Au bout 2 ans … dans un moment de creux, un besoin grandissant de donner du sens germe en moi et ma boite à excuses est bien remplie :

  • je vois les choses en grand mais j’ai pas la tune alors je ferais mieux de prendre un boulot à côté
  • je ne vais pas me proclamer photographe, personne ne me connait sous cette « étiquette », tu te prends pour qui Marie, franchement ?
  • tu vas passer pourquoi à changer encore, les gens ne vont pas comprendre.
  • t’as même pas encore fini de payer ton prêt étudiant et tu veux déjà passer à autre chose…
  • tu es vraiment utopique.
  • tu es vraiment instable.
  • tu ne sais pas ce que tu veux.
  • (liste non exhaustive …)

Et un matin, je me suis levée, ma boite à excuses débordait vraiment beaucoup. Elle débordait tellement que je suis arrivée à un point où soit je continuais à la remplir et à rester paralysée, soit je la jetais par la fenêtre et je passais en mode :

J’AI PEUR MAIS JE LE FAIS QUAND MEME !!!

J’ai choisi l’option numéro 2 et là, le champ des possibles s’est ouvert à moi, à un point que je n’aurais pas pu imaginer, que je n’aurais jamais pu conceptualiser si je ne m’étais pas autoriser à me dire :

OUI. C’EST POSSIBLE !

C’est possible, parce que ce n’est pas réservé à une élite ou à une pseudo « classe sociale ». C’est possible pour moi autant que c’est possible pour toi. Si tu as le feu en toi, la passion qui t’anime, crois-moi que tu peux déplacer des montagnes !!!

  • J’ai un grand projet mais je n’ai pas d’argent pour le financer : oui, je sais, c’est très dur à entendre, mais ça aussi c’est vraiment une excuse de merde.

=> Si je te disais, que j’ai réussi à convaincre ma banquière alors que j’étais déjà à découvert.

=> Si je te disais, que j’ai généré des partenariats en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !!!

=> Si je te disais que j’ai réussi à générer 10000 € en moins de 3 mois, pour financer le projet, même si je n’ai jamais eu cet argent entre mes mains et que j’ai même oublié de me payer (mais ça c’est une autre histoire … et j’ai beaucoup appris de cette erreur. Depuis j’ai appris et pris conscience que j’apporte de la Valeur, que j’ai de la Valeur, que mon travail a de la Valeur)

En fait, j’ai beaucoup de choses à te dire. Ce n’est pas pour rien que ce projet d’écrire un livre brûle en moi !!! Je le conçois en même temps que j’écris.

Mon écriture est fluide, mes doigts dansent sur le clavier. Et encore ! Ils ne vont pas aussi vite que ma pensée !!!

Alors oui : TOUT EST POSSIBLE !

Et après ? Comment gérer un après-projet quand on y a mis tout son cœur et toute son âme ? Comment gérer cet épuisement, cet pseudo « descente aux enfers », qu’on pourrait appeler le « bad de l’Artiste » après sa représentation devant son public ?

Comment remonter à la surface quand on touche le fond ?

Ça aussi, c’est Possible !!! Et si ça a été possible pour moi, ça l’est tout autant pour toi. Parce que je me répète, ce n’est pas réservé à une élite, si c’est possible pour moi, c’est possible pour toi aussi !!!

Encore une fois, je n’avais pas prévu de t’écrire tout ça. Je pensais écrire un article amusant sur LA fameuse Boite à Excuses qui nous empêche d’agir au quotidien et quelque chose de plus profond en est sorti.

Si j’ai écrit cet article, c’est qu’il fallait que ça sorte ! Avant, je ne me serais jamais permise d’écrire tout ça aussi librement. Ou peut-être que si, mais je n’aurais jamais oser le publier. Maintenant, je me dis, que si ce flow a coulé en moi, là, maintenant, c’est qu’il y a forcément une raison.

Alors, je laisse couler et je prends conscience une nouvelle fois que l’écriture de mon livre est légitime, même si ma boite à excuses me fait régulièrement des blagues pour me permettre d’en douter.

Et toi ? Il y a quoi dans ta boite à excuses ? Quelles sont les inventions qui se logent ans ta boite à excuses pour contribuer sournoisement à freiner tes élans ?

#Défi 3 : écrire un livre en 80 jours – Jour 73

#Défi 3 : écrire un livre en 80 jours – Jour 73

[vc_row][vc_column][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

La Vérité c’est qu’elle est bien présente cette putain de peur !

Et l’Autre Vérité, c’est qu’elle ne me dominera pas. Et toi aussi, tu peux choisir qu’elle ne te dominera pas.

Le Temps a filé à toute allure et depuis que j’ai jeté le premier manuscrit de mon livre à la poubelle, je t’ai laissé sans nouvelles à ce sujet.

Et pour cause ! J’ai bien cru que j’allais abandonner… Pourtant ce n’est pas mon genre. Le mois d’octobre a été très compliqué pour moi. Le genre de mois où, typiquement la plupart des gens diraient : « je n’ai pas de bol », « le sort s’acharne sur moi », « mais qu’est-ce que j’ai fait de mal en fait ? », « j’ai dû louper un truc là? », « euh … c’est quoi le message, là ? »

Au lieu de ça, je me suis arrêtée et j’ai observé en me disant :

  • Que puis apprendre de tout cela ?

En faisant le bilan, j’ai appris énormément de choses.

J’ai appris à lâcher prise, à prendre conscience de ce qui est le plus important pour moi, à être pleinement présente pour les gens que j’aime, à me rappeler que le temps est à la fois une illusion et un cadeau parce qu’on a le temps !

Passer son temps à courir après le temps, ça n’a pas de sens. Se dire qu’on est trop jeune ou trop vieux pour faire ceci ou cela, ça n’a pas de sens. Se dire que c’est trop tôt ou trop tard, c’est trop tôt ou trop tard par rapport à qui ? Par rapport à quoi ?

Se dire qu’on a pas le temps, qu’on est pas sûr, qu’on est pas tout à fait prêt encore alors il vaut mieux attendre. Attendre qui ? Attendre quoi ?

Si on apprenait un peu à faire confiance. A se faire confiance.

Parce que pour moi, il n’y a pas d’échec possible.

Je ne perds jamais. Soit je gagne. Soit j’apprends – Nelson Mandela.

Quand je fais le bilan, je m’aperçois que durant ce mois d’octobre « bizarre », j’ai reçu énormément de cadeaux. Je ne parle pas de cadeaux palpables, matériels.

Des cadeaux du cœur : du soutien, de la présence, de l’amour, des moments de partages, des messages inattendus et bienveillants … des cadeaux authentiques d’une valeur inestimable.

Et je me souviendrais toujours du jour où j’ai senti que ça « switchait » ! Le jour où j’ai senti que mon PowerFull était de retour à l’intérieur de moi. Tu sais, comme une petite voix qui te dit : « Allez Marie, continue ce que tu as démarré, ne baisse pas les bras… » Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. J’étais dans le train. J’étais d’ailleurs inquiète pour mes proches ce jour là.

Alors, je me suis mise à créer. Alors que j’étais en train d’écrire l’interview de Nikita, écouteurs sur les oreilles, j’entends une petite fille dire à sa maman :

« Maman, elle est journaliste, la dame ? Maman, la dame elle écrit un livre ? Je suis sûre qu’elle écrit un livre… »

Je continuais d’écrire et j’ai senti une chaleur en moi, du baume au cœur.

Je suis souvent attentive à ces petits signes de la vie qui font du bien. Ça peut paraitre insignifiant mais pour moi ce sont tout ces petits détails qui nous font avancer au quotidien. Je ne crois pas beaucoup au hasard, même si la vie est souvent faite de « hasards » inattendus. On ne s’en rend pas toujours compte mais un mot, une phrase, un coup de fil de quelqu’un qu’on a perdu de vue, un sourire d’un inconnu, la pluie qui ruisselle sur les vitres, le soleil qui perce les nuages, le regard d’un enfant … chaque petit bonheur mis bout à bout contribue à rendre le monde meilleur.

Lorsque le train est arrivé à destination, la petite fille m’a parlé. Elle m’a demandé si j’écrivais un livre. Et la réponse est OUI 🙂 Cette jeune fille est très intuitive. Sa maman me dit : « Elle sent toujours des choses, si les gens sont bien ou pas par exemple. Et elle ne se trompe jamais. Alors que moi, je suis bête, je vois rien. » Je ne pense pas que cette maman soit bête.

C’est juste que lorsque nous sommes adultes, le quotidien, le brouhaha de la vie, des médias, les « problèmes » d’adulte, les critiques que l’on reçoit, les peurs, les blocages que l’on se créé … peuvent nous couper de notre nature profonde, de notre intuition, de notre créativité. Je suis persuadée que nous naissons tous créatifs et intuitifs alors c’est possible de retrouver ça en chacun de nous.

Quelques jours plus tard, je reçois un message inattendu d’une femme que je dois rencontrer bientôt. Nous échangeons quelques mots, puis elle me demande où j’en suis dans mon livre. (ah tiens ! ça intéresse vraiment des gens ? Mais y’a vraiment des gens qui me suivent en fait… Oui je sais je suis longue à la détente …)

Bref, et depuis c’est une grand collection de petits signes positifs qui me disent : « Marie tu peux le faire ! »

Pas plus tard, qu’aujourd’hui, au programme de la semaine 8 du livre « Libérez votre créativité » de Julia Cameron :

Et demain c’est la super extra lune de ouf et le premier jour du tout nouveau programme de Lyvia Cairo : FEU ! Je suis fière de m’y être inscrite en tant que bêta-testeuse. Je suis sûre que ça va dépoter et je suis ravie de faire partie de cette Aventure Co-créative !!!

  • Et mon livre alors ?

Alors tu vas me prendre pour une folle mais ce n’est pas grave. De toute façon tu as l’habitude ! Mon livre, je vais l’écrire tout d’une traite (enfin presque … Je vais quand même dormir un peu).

De toute façon, je le sentais comme ça depuis le début, que ce premier livre s’écrirait dans le flow ! Je ne sais pas pourquoi je fonctionne comme ça mais j’ai besoin d’écrire dans l’énergie de l’instant. Par exemple, là, j’écris cet article tout d’un trait. Je n’ai pas prévu ce que j’allais écrire. C’est comme si ça coulait en moi. Tu vois ce que je veux dire ?

Pendant cette semaine, je ne sais pas encore si je serais très présente sur les réseaux ou pas. Je ne sais pas si je partagerais des extraits de mes écrits ou si je vais être en totale immersion coupée du monde. Peut-être un mix des deux…

Tout ce que je sais, et que je ne peux pas expliquer, c’est que j’ai totalement confiance. A l’heure où j’écris la peur s’estompe et la confiance gagne. Alors même si j’ai peur, je le fais quand même 😉

[/vc_column_text][vc_single_image image= »684″ img_size= »large » alignment= »center » css_animation= »appear »][/vc_column][/vc_row]

Renaissance

Renaissance

Je te l’avais promis. Je t’avais annoncé un nouveau site web pour le 9 novembre 2016 à 18H.

Ça y est ! Nous y sommes.

Le voici, le voilà.

La gestation aura été longue… alors que la mise en place du site s’est faite en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire !

Au bout de deux ans de grossesse, voilà que j’accouche aujourd’hui de mon nouveau bébé. Drôle de comparaison tu me diras.

Et pourtant, symboliquement, c’est comme une Renaissance. Même si aujourd’hui, j’ai la sensation de vivre des renaissances à chaque instant, disons que celle-ci est plus visible publiquement.

20 novembre 2014 : ma première exposition photographique, le jour de mes 30 ans. Ma première renaissance publique.

2015 : l’année du changement, du bousculement, de la remise en question. Le besoin de donner du sens.

Plus de sens dans ma vie, plus de sens avec mes clients, plus de sens dans mes projets, plus de sens tout court.

Je me rends compte que le besoin de donner du sens est une Valeur très forte chez moi.

15 octobre 2015 : création d’un nouveau blog sous l’appellation « Caméléon de l’image ».

18 avril 2016 : j’ose enfin poster mon 1er article !!! J’ai peur mais je le fais quand même !

Je partage, je diffuse mon message, parfois j’ai re-peur, et puis je re-ose. Pas à pas, j’avance.

Un grand besoin d’authenticité.

Je me rends compte que le besoin d’authenticité est une Valeur très forte chez moi.

Voir les choses, la vie, les gens, le monde, au delà du miroir …

Même si parfois, j’ai l’impression de fonctionner à l’envers ou d’avoir trop d’idées en même temps qui partent dans tous les sens !!!

Step by step …

1er mai 2016 : je commence une série d’interviews portraits d’Artistes que je diffuse sur mon 1er blog : The Pink Power Tour !

avec pour ambition de bousculer les codes, d’en finir avec le cliché de « l’Artiste perché », d’inspirer que « Tout est possible », parce que j’y crois, parce que des gens qui bougent le monde positivement ça existe, et que c’est comme ça qu’on avance ! Et que partager des histoires de personnes inspirantes, ça a du sens pour moi.
Et plus que tout au monde : basculer du virtuel au réel pour qu’à travers les réseaux sociaux, les gens se connectent entre eux dans la Vraie Vie !

Je me rends compte que le besoin de créer des connexions entre les gens est une Valeur très forte chez moi.

Juin 2016 : Aude Leguével me contacte pour une une interview en ligne ici.

Juillet 2016 : Carine Dumez, du blog Com’ la Vie ! me contacte pour une interview en ligne ici.

Dans la foulée, je lance mes premiers ateliers d’initiation à la photographie intuitive. Au départ, dans l’idée de profiter de l’été pour « tester ». Bien que ce projet de transmettre me tenait à cœur, j’avais du mal à conceptualiser que ça puisse intéresser des gens … Contre toute attente, on m’en redemande !!!

Dans le même temps, je commence à lancer des petits défis sur mon blog. Le premier fut un défi de reconnexion à la Nature.
Le second dans la foulée :

Août 2016 : déconnexion numérique totale !!! Bilan mi-figue, mi-raisin, j’en parle ici.

2 septembre 2016 : #Défi3 => Ecrire un livre en 80 jours ! On fera le bilan dans quelques jours … 😉

6 septembre 2016 : Interview par Laure Brignone, Une Etincelle => « Une interview multidimensionnelle avec Marie pétillante et créatrice »

15 octobre 2016 : crash sur mon blog ! Il disparait des méandres du web suite à une mauvaise manip de ma part, lors du renouvellement du nom de domaine et du « non-renouvellement » de l’hébergement. Dans le même temps, je vis un chaos émotionnel alors j’apprends. J’apprends à lâcher prise, à faire la part des choses, à gérer les choses par ordre de priorité, à me détacher de la « performance », à prendre conscience de ce qui est important pour moi. J’apprends énormément en fait. C’est souvent dans les moments les plus tragiques que nous grandissons le plus, même si sur le coup, on a parfois du mal à percevoir le positif qui se cache derrière.

Je m’interrogeais sur le fait de fusionner Caméléon de l’Image et Marie Guibouin. La vie et les aléas techniques ont décidé pour moi. In extremis, j’ai pu récupérer tous les articles que j’avais publié alors que j’en avais presque fait le deuil. J’ai donc décidé de les réintégrer (spéciale dédicace à Laure, c’est un peu beaucoup grâce à toi si je me suis motivée à remettre en ligne mes articles).

6 novembre 2016 : j’annonce la mise en ligne de mon site pour dans 3 jours alors que tout est à faire !

Je travaille mieux et de manière plus efficace, dans des temps très condensés qui me permettent d’être totalement focus et de faire bouillonner ma créativité.

8 novembre 2016 : je me demande si je vais réussir. Je commence à me mettre la pression inutilement en m’attardant sur des détails sans importance. Alors je lâche prise, j’arrête, je me pose, je fais autre chose. Je fais tout sauf essayer de m’acharner. Et c’est toujours dans ces moments là que tout devient clair et limpide. Je m’endors apaisée et pleinement confiante.

9 novembre 2016 : ce matin, je galère à dessiner une bouche pendant mon cours de dessin. Et comme à chaque cours, j’entends toujours des messages subliminaux. Celui d’aujourd’hui a été :

« La peur de se tromper est notre pire ennemi. »

Le prof a prononcé plusieurs fois cette phrase dans le contexte de la pratique artistique mais c’est tout à fait transposable à tous les domaines de notre vie.

Cet après-midi, dernière ligne droite : 14H-18H.

Aller à l’essentiel.

Lâcher prise sur la perfection.

Focus.

Simplicité.

Clarté.

Authenticité.

Partage.

Alors oui, tout n’est pas parfait tout bien comme il faut, mais je partage l’essentiel de mon message alors je me dis que c’est ce qui compte le plus. Je n’ai pas fini d’alimenter mon portfolio, et bien je le ferais au fur et à mesure. Mes nouvelles dates d’ateliers ne sont pas en ligne, elles le seront le 11 novembre 2016 à 11H16 😀

Travailler dans des temps très courts me permet de me concentrer sur ce qui compte là tout de suite maintenant et de lâcher prise sur le reste, qui ne sont finalement que des aspects purement techniques ou logistiques qui peuvent se régler au fur à mesure.

Et si demain, j’ai une nouvelle offre ? Et bien je la met en ligne !

Et si demain, je veux rajouter une rubrique ? Faire évoluer une offre ? Proposer de nouvelles choses ? Et bien je le fais aussi !

Tout est OK. Tout est comme ça doit être là, maintenant.

Je remercie toutes les personnes qui ont contribué à la Renaissance du Caméléon de l’image, à l’expression de mon identité en tant que moi, Marie.

Si toi aussi, tu as peur, que tu stresses ou que tu attends le bon moment pour faire ceci ou cela. Le bon moment c’est maintenant. Et si tu as peur, c’est que c’est important pour toi, alors fais-le !

Pour conclure, je partage avec toi la semaine 4 de la déconnexion mutipotentielle, initiée par Laure Brignone. Elle m’a invité à parler de la photographie intuitive. Alors même si je ne suis pas très à l’aise face à la caméra, je la partage quand même avec toi, parce qu’on avance ENSEMBLE.

 

capture-decran-2016-11-10-a-09-38-56

Témoignage de Stéphanie Antonio

Témoignage de Stéphanie Antonio

J’ai vécu un moment merveilleux…alignée, dans l’instant…  Comme si les êtres magiques m’avaient ouverts la porte de leur monde…

Cet instant était sublime…la lumière, les végétaux, l’air, la terre sous mes pieds…tout était magique…

La première photo que j’aime :

 

Crédit photo : Stéphanie Antonio

Crédit photo : Stéphanie Antonio

J’ai pris cette photo dans l’exercice « reflet » et juste après tu nous as demandé « la transparence »….

Cette photo représente pour moi et la transparence et le reflet…

Il y a au moins 3 niveaux de superpositions: le sapin au premier plan, la feuilles lumineuse, derrière le reflet d’une branche de sapin par transparence…

J’ai choisi celle-ci mais j’ai beaucoup hésité car j’en ai pris plus d’une vingtaine que  l’adore de ce moment cadeau que la nature m’a offerte!!

 

Celle-ci je l’aime car je l’ai prise sur le chemin pour venir à l’atelier…

 

Crédit photo : Stéphanie Antonio

Crédit photo : Stéphanie Antonio

 

J’adore quand je rentre dans l’esprit de ce que je vais vivre avant…comme si dans l’instant avec cette ouverture du cœur et du regard, tout devenait lumineux…

Et donc cette photo où la magie explose dans le métro! Encore des reflets et de la lumière et des transparences…

Il y a le premier plan avec cette vitre toute griffée, ensuite le reflet sur la vitre du soleil qui se lève avec les nuages, les immeubles…et derrière les rails du métro, les arbres, le ciel bleu…

L’Energie créatrice nous envoie de la beauté à chaque moment…

Merci la Vie…

 

Et voilà,

La dernière!

 

Crédit photo : Stéphanie Antonio

Crédit photo : Stéphanie Antonio

 

Celle-ci a été prise lors des moments « stop »!

J’aime ce vert qui ressort grâce à la pluie et ce pétale fragile rose!! Je vois un papillon délicat qui se repose…

Je travaille en ce moment avec la médecine des animaux et sur leurs messages… et le papillon a beaucoup de choses à me dire…la transformation…

 

J’ai eu beaucoup de mal à ne choisir que 3 photos!!!  J’avais envie de t’en envoyer plein!!  Hihi!!

Merci de ces merveilleux moments !!!

Je suis encore dedans !!!

Belle lumière à toi,

Stéphanie.

 

Merci Stéphanie pour ce voyage hors du temps… à travers ton témoignage en mots & en images.

Et je dirais même plus, triplement hors du temps, car j’ai eu le plaisir de me faire chouchouter par Stéphanie quelques jours plus tard.

Stéphanie est spécialisée dans le toucher-massage et je dois dire que j’ai passé un moment d’exception entre ses mains. Un moment précieux qui m’a permis de me reconnecter à mon corps et à moi-même en toute bienveillance. MERCI <3 <3 <3

 

Pour en savoir plus : L’Arbre à Massage

 

Nikita connecte les gens dans un univers « Trait Sensible » multidimensionnel

Nikita connecte les gens dans un univers « Trait Sensible » multidimensionnel

Aujourd’hui je t’emmène en plein cœur de l’univers « Trait Sensible » de Nikita Beaud. Un univers tellement vaste que je me demande bien par quel bout je vais commencer. L’interview commence avec beaucoup de rires dans tous les sens.

Je me jette quand même à l’eau en lui demandant :

  • Qui es-tu ? D’où viens-tu ?

Je viens d’un peu de partout. Je viens de Haute-Savoie. Je viens du Sud. Je viens du Nord. Je ne viens pas d’un lieu à proprement parler. Qui je suis ? … Je suis Nikita. J’ai une sœur jumelle. J’ai 27 ans, bientôt 28 🙂 Je suis créative et je pars dans tous les sens.

  • Tu as donc rassemblé tout ça dans un univers « Trait Sensible » … dans tous les sens du terme !

Le fameux site ! Donc oui, j’étais graphiste au tout début. C’était mon métier. Je faisais des sites internet, des flyers, des affiches… C’était intéressant mais c’est un monde qui est assez fermé finalement pour un créatif.

Faire des heures et des heures, enfermée autour d’un bureau. Ce besoin de retourner un peu au dessin et à la créativité. L’envie de dessiner avec tout le monde, de faire des dessins partagés.

Ça a commencé avec une feuille, un stylo.

Je demandais aux invités de faire un point sur la feuille. Au fur et à mesure, je faisais tourner le cahier, ça faisait des dessins partagés avec des personnes qui n’ont pas l’habitude de dessiner. Ce fut des moments vraiment très chouettes.

« Trait sensible », c’est un regroupement des mes capacités à communiquer,

parce que c’est quelque chose qui est très fort quand même, le fait de dessiner.

  • J’ai récemment testé le jeu que Nikita vient d’inventer, un jeu qui nous invite à dessiner ensemble. Il n’y avait pas l’appréhension de faire quelque chose de « moche ». Finalement tout se construit ensemble …

Il n’y a aucun jugement à la base. C’est vraiment le fait de partager le moment et de construire au fur et à mesure.

Même si ça fait « moche » au départ … Oui, on peut être surpris ! On barbouille avec de la peinture !!!

« Ouais, mais ça va être moche. – Non, mais vas-y laisse-toi aller. »

Au fur et à mesure, avec des petits guides … En fait le jeu, c’est un jeu de motifs. On va d’abord commencer à tracer un motif en grand puis de plus en plus petit, ensuite avec de la couleur, ensuite avec des contours … C’est assez guidé pour construire quelque chose, mais sans être trop forcé à suivre un truc à la lettre.

Tu as ta part de créativité qui prend le dessus.

 

  • C’est surprenant le résultat ! Surprenant dans le bon sens 😉 On ne se projette pas tellement à l’avance sur ce qu’on va faire. C’est hyper intuitif.

  • Comment est venue l’idée du jeu ? Comment c’est arrivé ?

J’ai fait de la peinture sur un format assimilé au « Zentangle« .

C’est du dessin par méditation, avec des motifs, des motifs et des motifs … J’avais commencé à faire ça naturellement parce que y’avait du soleil, j’avais du temps et je me suis dit « je vais prendre de la peinture ».

Je ne savais pas trop quoi dessiner, alors je suis partie dans le mouvement, dans des formes. Après je voyais une forme dedans, je commençais à dessiner un hibou par exemple, puis à reconstruire. Aussi, j’aimais bien le fait qu’il n’y avait pas de sens. J’ai fait quelques toiles. On m’a dit : « c’est super chouette ! Tu devrais exposer. »

Finalement, je suis arrivée dans un bar. J’avais une carte de visite. Je l’ai présenté à la personne qui était en train d’exposer. Et le patron m’a vu. Il m’a dit : « mais c’est chouette, tu voudrais pas exposer ici ? – Euh … Bah, écoute, ouais pourquoi pas … ».

J’ai fait ma première exposition en janvier l’année dernière. Suite à ça, une personne qui travaille à la bibliothèque d’Auchel, a vu mes créations. Elle m’a proposé de faire un atelier avec les enfants. Pour faire un atelier, comme c’est la première fois que j’encadrais, j’avais besoin d’avoir une structure derrière, avec des règles.

Voilà d’où vient la naissance du jeu et des cartes. Tout un parcours. Et là, c’est pas fini !

  • Ce n’est que le début en fait ! Tu as plein de projets en fait ! Est-ce qu’il y a des choses dont tu peux déjà parler ou pas ?

 

Avec le jeu de cartes, j’ai envie de le rendre plus autonome.

Pour qu’il n’y ait pas forcément une personne derrière qui explique le jeu. Pour qu’on puisse se dire soi-même chez soi : « Allez, je vais prendre ce jeu de cartes et je vais commencer à dessiner naturellement ». Tout un grand travail de langage, de simplification, parce que ce n’est pas forcément évident pour tout le monde. C’est vrai qu’on a des termes qui ne parlent pas à tous …

Après, refaire des ateliers parce que c’était trop chouette ! Epuisant mais très chouette !!!

Faire des ateliers aussi autour de la création de site internet, de flyers, d’affiches … mais Ensemble.

Parce que je pense que la personne qui a cette idée, cette envie, peut créer aussi. Elle a juste besoin de quelqu’un qui l’aiguille.

Trois jours non-stop ! J’aime bien quand c’est en compacté. Pour créer son bébé, son flyer, son site …

  • Ces ateliers seront en individuel ou en groupe ?

Autant, il peut y avoir des ateliers avec des enfants pour des choses plus artistiques. Mais quand on une idée derrière la tête, qui est pour communiquer quelque chose, pour moi, c’est individuel.

 

  • Je trouve que c’est génial. Ça me parle beaucoup car ça fait partie aussi de ma démarche de travailler en condensé, dans des temps très courts, où nous sommes capables de beaucoup plus que ce que l’on croit 😉
  • Qu’est-ce qui t’inspire pour créer tout cela ???

Le monde !

Tout m’inspire…

A chaque fois on me pose la question en entretien : « est-ce qu’il y a des sites internet en particulier qui t’inspirent ? »

Non, vraiment tout ! Ça peut être la coccinelle qui est partout sur ton objectif…

 

 Enfin, je ne sais pas, une lumière qui est sur la table… Je suis curieuse de vraiment plein de choses. Je suis capable de parler avec des gens, de leurs passions. Ça m’intéresse ! Pour autant, je n’ai jamais creusé l’histoire. Donc, vraiment TOUT.

  • Tu as un Univers illimité en fait …

Un peu 😉

J’aime pas trop quand ça se prend trop la tête. Quand il faut trop trop réfléchir.

J’aime bien le côté spontané, naturel, assez direct en fait.

Si ça devient de l’Art Contemporain, vraiment haut perché, ça ne m’intéresse pas. Donc, il y a quand même une limite. Mais oui, il y a plein de choses …

  • Vu que tu as plein d’idées à la minute, comment tu fais pour structurer ?

Ce n’est pas évident, parce qu’on a envie de partir un peu dans tous les sens.

Je prends une feuille A3, je pose qui je suis, les identités que j’ai envie d’être, le côté artistique, le côté communication, le côté : mes amis, mes réseaux, l’envie de faire de l’escalade. Plein de choses ! Tout ce qui me constitue. Je mélange tout ! En fait, il n’y a pas de division.

Et là-dessus, j’essaie de voir les objectifs dans un prochain temps, ce que j’ai vraiment envie de développer le plus.

Mes idées que j’aime bien mais qui sont au second plan, elles restent là. Peut-être qu’elles seront davantage construites dans quelques années. Pour le moment, ça reste de côté. Ça me permet comme ça, sur un plan visuel de sélectionner là où j’ai envie d’aller.

Tous les 6 mois à peu près, je fais ce petit plan.

J’avoue qu’il y a 2 ans, je ne savais pas du tout où j’allais être aujourd’hui. Ça me permet quand même d’avancer.

  • Tu vas transmettre cela aussi ? Ça m’intéresse en fait.

Je le transmets naturellement aux personnes avec qui je parle. Je leur explique. Du coup, je t’expliquerais ça. Je te ferais une démonstration ! Il faut vraiment une démonstration visuelle pour le coup.

Si tu es curieux tu peux contacter Nikita : nikita.beaud@gmail.com

  • Je trouve que c’est une super méthode ! Ça m’arrive tellement souvent de partir dans tous les sens ! C’est avec beaucoup de joie que j’ai découvert cette joyeuse pépite de Nikita en off, que je vais me hâter d’appliquer ! En plus, c’est super simple, il suffit juste de se poser et de le faire en conscience, en se connectant à qui l’on est.

C’est chouette !

Ça fait du bien en tout cas.

On voit l’avancement. On voit qu’on est connecté à plein de choses.

Ce côté connexion, c’est quelque chose dont j’ai pris conscience il y a peu de temps finalement.

Je me suis rendue compte que j’aimais bien transmettre, partager. J’avais l’impression, en faisant de la communication visuelle, d’être dans mon coin. Je faisais un support de com’ qui était envoyé à tous, mais, moi je ne transmettais rien, en particulier.

C’est ça, ce revirement un p’tit peu, avec le site « Trait Sensible ».

  • Très beau en tout cas ! Moi, ça me parle.

Le site ?

  • Le site est très beau, oui, mais la démarche l’est encore plus ! C’est une ouverture sur le Monde en fait.

Oui, c’est ça.

C’est apprendre à ne pas avoir quelque chose de vraiment construit et d’y aller au fur et à mesure que l’on avance.

Ne pas avoir peur de l’inconnu et suivre un peu son instinct.

Tu connais bien ça toi 😉 – rires –

Quand j’avais vu ton interview – c’est comme ça que je t’avais contacté la première fois. Je me suis dit : « cette personne là elle est bien ».

Petit message : « elle est top cette fille ! »

petit smiley qui rougit :p

 

  • Tu es une grande voyageuse … j’ai vu sur ton site, ton projet de cartographie …

« Notre Cartographie ». Oui. En gros, quand je dessine c’est pareil.

Quand je vais dans un endroit, je commence à dessiner ce que je ressens. Donc, ça peut être le son, la lumière, l’odeur, tout ce qui est autour de moi va m’inspirer sur l’instant.

Dans « Notre cartographie », j’aime bien me dire que ce n’est pas forcément que visuel : une photo, un plan, des noms de rues … mais que ça peut être aussi un ressenti. Et que tout le monde peut faire un dessin de ressenti …

Du coup on aurait un site, on aurait une sorte de cartographie de ressentis. Se dire : « ah tiens ! J’irais bien … je sais pas … je tape le mot « zen », je vois plein de mots-clés, plein de dessins qui ressortent du mot zen. Tiens, cet endroit là me plairait bien, j’irais bien là-bas. »

Peut-être redessiner également parce que ça m’inspire ou peut-être simplement décrire le lieu.

  • Je trouve ça géant !!!

Mais il faut que je le mette en place ! C’est un gros gros challenge ! Ça demande beaucoup de compétences, surtout le développement du site.

Le fait de motiver plein de personnes à entrer dans le projet et à vouloir dessiner, parce que c’est encore un gros frein pour plein de personnes.

C’est ce que je dis dans le site :

Quand on est gamin, le premier truc qu’on apprend, c’est à dessiner. On n’apprend pas à peindre, on apprend à dessiner. Quand on me dit : « je ne sais pas dessiner ». J’dis au gens : « Non, mais arrêtez ! Vous savez. C’est transmettre des sentiments, se laisser parler, se laisser guider. Tu as su le faire à 2 ans, 3 ans, vas-y, tu sais le faire encore aujourd’hui ! »

  • Oui, on se bloque en fait, quand on est adulte … Je prends des cours de dessin actuellement. J’ai longtemps dit : « je ne sais pas dessiner, je suis nulle ». Finalement, je ne suis pas si nulle que ça en fait …

On est jamais nul en fait. C’est une expression de soi …

  • Non, mais je suis d’accord avec toi ! J’ai changé d’avis sur la question 😉

Du coup, le jeu de motifs, c’est vraiment aussi pour pousser les gens à avoir confiance en eux. Le fait d’avoir des petites règles, ça permet de décoincer.

  • C’est bien ! Développe ça ! C’est vraiment très inspirant. Ça serait quoi ton plus grand rêve ?

 

Etrangement, je n’ai pas vraiment de rêves, parce que tout ce que j’ai envie, je le construis au fur et à mesure.

Je ne peux pas dire que j’ai des grands rêves … Si ! J’aimerais bien … C’est matérialiste hein !

J’aimerais bien avoir une maison à moi pour pouvoir faire tout un univers vraiment personnel à l’intérieur.

En location, j’ai les murs blancs. Même si on accroche des choses, ce n’est pas assez personnel. Ça, ce serait un rêve, mais en soi, ça va devenir réalité au bout d’un moment. Donc, tout va bien …

  • Tu vis tes rêves tous les jours en fait …

Je les construis au fur et à mesure pour les atteindre mais ce ne sont pas des rêves en fait. Ce sont des objectifs. Donc … Je suis bien 🙂

  • Ça c’est bon ! ça c’est inspirant ! Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’Aventure du Pink Power Tour ?

Qu’est-ce qui me plait le plus … alors c’est surtout ton énergie !

Il y a des interviews qui sont très chouettes, il y a des personnes qui se sont réalisées aussi comme ça, qui on eu des déclics. C’est vrai que ce n’est pas parce qu’on a eu un chemin tout tracé que d’un coup, on ne peut pas changer et dire : « non, là j’ai envie de faire autre chose ».

Il y a beaucoup de personnes qui sont inspirantes pour ça, qui sont très sensibles également.

Il y a des discours qui me parlent moins, mais c’est chouette.

C’est une bonne idée d’interviewer des gens, de voir les univers de chacun et comment ils se sont construits, comment ils en sont arrivés là.

Ce n’est pas le mécanicien qui est tout le temps dans sa voiture, ça reste des parcours assez atypiques.

  • Merci Nikita pour ce partage ! Et à bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

Retrouve tous les liens des univers multidimensionnels de Nikita sur la Home de son site web :

Trait Sensible