Menstruations et Flux Libre Instinctif

Menstruations et Flux Libre Instinctif

Je te retrouve aujourd’hui pour te parler d’un événement inédit qui se prépare : Le grand challenge du flux libre instinctif ! 

Pour la seconde fois, Mélissa Carlier, kinésithérapeute et experte du sujet organise un événement fabuleux, en ligne, afin de permettre à un maximum de femmes de découvrir le Flux Libre Instinctif et de se lancer. 

Son défi un peu fou : 10 000 nouvelles flueuses en 2024 ! 

Qu’est-ce que le Flux Libre Instinctif ? 

Le flux libre instinctif est un moyen de gérer ses menstruations de manière consciente et volontaire, afin de libérer le sang directement aux toilettes.

Cette méthode permet de libérer sans effort 80% du flux menstruel aux toilettes ce qui a pour conséquences positives :

  • de n’avoir besoin que d’une seule culotte menstruelle par jour (et donc de réduire les coûts liés aux règles),
  • de ne plus se sentir mouillée
  • d’avoir plus de confort pendant les règles
  • de gagner en autonomie et en reconnexion.

Mais ce n’est pas tout : Mélissa a réalisé une étude statistique en 2023 mettant en évidence que le Flux Libre Instinctif permet de diminuer considérablement les douleurs menstruelles et la durée des règles. 

Cette méthode révolutionnaire a déjà permis à des milliers de femmes d’enfin vivre leurs menstruations plus sereinement et de mettre fin à des siècles de souffrances et de tabous liés aux règles… D’ailleurs, de plus en plus de professionnels de santé s’intéressent à ce sujet et la recommandent à leurs patientes. 

Peut-être que tu imagines qu’il s’agit de retenir le sang, de serrer le périnée, de faire un effort toute la journée… Et bien pas du tout. Moi la première, je pensais qu’il s’agissait de cela et ça me semblait complètement hors de ma portée. Une charge mentale de plus ? Non, merci. 

Quand j’ai découvert qu’il s’agissait simplement d’être à l’écoute de son corps, je suis tombée des nues et j’ai tout de suite eu envie de révolutionner mon existence. 

La première fois que j’ai libéré mon sang aux toilettes, j’ai eu l’impression d’être la Reine du Monde ! Ah ah ah !

Ce sentiment de puissance, je te jure ! 

Le Tabou du sang menstruel

Pourquoi est-ce que l’on ne nous a jamais enseigné cela ?

Il fallait cacher son sang, bien emballer ses protections dans la poubelle pour ne pas que ça se voit. En clair, faire comme si on ne saignait pas tous les mois.

Même dans la publicité pour les protections menstruelles, on ne voyait pas une goutte de sang. Prodigieux, n’est-ce pas ?

Bien sûr, c’est de l’ironie et je trouve ça absolument désolant que tout ait été mis en œuvre pour que nous soyons à ce point déconnectées de nos corps. 

Quand on sait que la plupart des femmes saignent 450 fois dans leur vie, comment c’est possible que ce soit devenu un tabou à ce point ???

C’est l’histoire de l’Humanité quand même ! Pas de sang menstruel, pas de fertilité !

Le Grand Challenge du Flux Libre Instinctif

Lors du Grand challenge du flux libre instinctif, Mélissa va nous expliquer en quoi cette pratique peut-être intégrée de manière douce et sans effort, en nous montrant grâce à des schémas, que notre corps nous permet déjà d’être CONTINENTE MENSTRUELLE. Tu pourras donc découvrir toutes les astuces simples à mettre en application dès ton prochain cycle pour libérer cette capacité cachée en toi.

Cet événement 100% gratuit se déroulera du 25 au 27 juin 2024 en ligne.

En quoi consiste le challenge ?

3 soirées pour tout savoir sur cette méthode !

  • Jour 1 : Mardi 25 juin à 20h20 : Masterclass Les 7 secrets du flux libre instinctif : Retrouver enfin ton autonomie menstruelle sans souffrance ni effort. Et d’activer immédiatement le processus naturel de continence menstruelle en toi !

  • Jour 2 : Mercredi 26 juin à 20h00 : Projection en direct du documentaire : La révolution menstruelle ! (documentaire payant habituellement, il sera offert lors de l’évènement)

  • Jour 3 : Jeudi 27 juin à 20h20 : Le flux libre instinctif et moi ? Mélissa répond à toutes tes questions afin d’avoir des clés plus personnalisées pour la mise en pratique.

Alors ne rate pas cette opportunité unique de découvrir ce sujet passionnant expliqué directement par l’experte mondiale de ce sujet (Mélissa réalise des recherches depuis 7 ans, a déjà écrit 2 livres et réalisé un documentaire à ce sujet)
et d’en savoir plus sur ton corps de femme !

 

Pour t’inscrire c’est ici : Inscription au challenge du Flux Libre Instinctif- Juin 2024 🙂

Rejoins-nous et découvre comment le flux libre instinctif peut transformer ta relation avec ton corps.

Partage cette information capitale à toutes les personnes menstruées autour de toi.

Je suis vraiment heureuse de diffuser cet évènement !!!

En tant que photographe spécialisée dans l’accompagnement des femmes, pour moi, c’est tellement un outil puissant d’émancipation.

Je suis pour briser les tabous et reconnecter à ce savoir ancestral que nous portons toutes en nous !

Je suis pro choix conscient et éclairé.

Je crois fermement que le Flux Libre Instinctif devrait être enseigné à nos filles, de la même façon qu’on leur parle des différentes façons de gérer leurs mensturations.

A partir de là, on change de paradigme et avoir ses règles n’est plus un truc chiant qu’on subit tous les mois. Cela devient une manière tellement puissante d’être connectée à notre corps et à la richesse de ce que nous enseigne notre nature cyclique !

J’ai parlé politique sur les réseaux sociaux et…

J’ai parlé politique sur les réseaux sociaux et…

J’ai parlé politique sur les réseaux sociaux et… il ne s’est rien passé de grave. 

(dans le sens, je n’ai pas reçu de tomates pourries à la figure pour avoir prononcé un « gros mot »)

 

Jamais je n’aurais osé aborder ce sujet d’un millimètre avant ce post matinal, alors que toute la maisonnée dormait. 

 

Quelques jours avant, j’ai reçu les programmes que je n’ai pas ouvert de suite. 

 

Je précise que je n’y connais rien en politique. Je ne m’y intéresse pas vraiment. Je n’ai pas de télévision. Je ne regarde pas les informations. 

Je suis sur les réseaux donc je suis quand même au courant de ce qui se passe dans les grandes lignes. D’ailleurs, si je veux plus d’informations sur un sujet, je sais où chercher l’info en question, croiser plusieurs sources, m’indigner, souffler et me répéter souvent “non mais c’est un sketch là, c’est pas possible”. On attend toujours la chute qui n’arrive pas d’ailleurs. 

 

Hier, nous étions le 9 juin 2024.

C’était les élections européennes et je ne savais pas pour qui voter. 

Je savais pour qui NE PAS voter, mais je ne savais pas pour qui voter :/

Cela fait longtemps que je n’y crois plus, que quelque chose de bon vienne de l’État. Des personnes influentes et “hautes placées” sont censées œuvrer pour un monde meilleur. De là où je suis, je ne vois que jeux de pouvoir, copinages et petites guéguerres entre gens “de la haute” qui tiennent des propos plus incohérents les uns que les autres.

J’ai l’impression d’assister à un sketch entre gens déconnectés de la réalité du peuple. On attend la chute mais elle n’arrive toujours pas.

Et pourtant, je crois en l’humain.

Je crois que nous avons tous.tes le pouvoir de changer les choses qui ne nous conviennent pas/plus. Cela commence par un changement de regard sur le monde et une profonde reconnexion à soi-même.

A partir de là, on arrête de subir.

J’ai peut-être l’air d’avoir un discours négatif mais pour celleux qui savent lire entre les lignes, vous savez à quel point je vois la Beauté au milieu du chaos.

Peut-être ai-je l’air d’avoir un discours de « bisounours » pour le coup ?

Voir la Beauté au-delà des apparences.

Oser être soi au-delà des injonctions sociales.

 

Aujourd’hui, j’accompagne les femmes en quête de Liberté d’Être.

Libre d’Être Soi dans un Monde qui marche sur la tête, c’est ma quête.

Quand je regarde mes filles, je leur souhaite de ne jamais perdre leur spontanéité et cette liberté d’être soi, complètement affranchies du regard des autres et du qu’en dira-t-on !

Hier, je ne savais pas (encore) pour qui voter à l’heure où j’ai posté sur les réseaux sociaux, mais je ne cesserai jamais d’œuvrer pour la Liberté !

Spoiler : j’ai voté 😉

 

Je viens de découvrir les résultats et je ne sais pas quoi dire. Je ne peux m’empêcher de penser que ce ne sont que les conséquences d’un ras-le-bol général des français. 

 

L’un des premiers programmes que j’ai déchiré et mis en boule dans ma poubelle arrive en tête de ces élections. 

 

En vérité,

je rêve secrètement d’un effondrement total du système.

A l’échelle planétaire, nous sommes bien plus nombreux que tous ces gens au pouvoir réunis. Pourquoi ils dicteraient nos vies à notre place ? 

 

J’écris ça et j’ai peur du débat, tout autant que j’ai envie d’assumer et d’arrêter de me la fermer.

 

Une part de moi se demande si je suis légitime d’écrire sur un sujet aussi touchy. Parce que je n’ai pas creusé le sujet à fond et je ne connais pas les enjeux réels. 

 

C’est juste mon bon sens qui croit encore qu’un autre monde est possible.

Un monde où l’on coopère tous.tes ensemble.

Un monde où l’on se reconnaît entre personnes qui partagent les mêmes valeurs.

Un monde où la différence est une force.

Un monde où chaque être humain puisse se sentir libre d’être qui il est, sans avoir peur.

 

Nous sommes à une ère où le virtuel prend beaucoup de place, ce qui n’est ni bien ni mal. L’accès à l’information n’a jamais été aussi facile.

C’est plus difficile de nous berner en 2024 que ça l’était dans les années 50, non ? 

 

Aujourd’hui, je me sens à la fois indignée et pleine d’espoir. 

 

Ce ne sont pas des gens assis sur des sièges dans une assemblée entre deux soirées mondaines qui vont m’empêcher d’œuvrer encore et encore…

 

Je pose ça là et je suis ouverte aux échanges en commentaires. 

 

Créer du lien, partager, échanger, se trouver, se retrouver entre personnes qui partagent les mêmes valeurs, c’est tellement précieux, primordial, essentiel. 

 

Arrêtons de nous taire. 

 

Libérons la parole. 

 

Photographie et accompagnement : quel rapport ?

Photographie et accompagnement : quel rapport ?

Je suis photographe spécialisée dans l’accompagnement des femmes en quête d’authenticité ! Je les aide à danser avec les cycles et les saisons de la vie ! 

 

J’œuvre à Montolieu, dans l’Aude, à 20 minutes de Carcassonne, 1h de Toulouse, 1h de Narbonne.

 

La question que l’on me pose le plus souvent quand je me présente, c’est : 

“accompagnement, c’est-à-dire ?” 

 

Merci à tous.tes celleux qui m’ont posé cette question. Cela me permet de vous expliquer en quoi consiste mon travail et c’est précieux. 

 

Je me demande à quoi tu penses quand quelqu’un t’annonce qu’iel est photographe : 

  • “je ne suis pas photogénique”
  • “arf je suis jamais bien sur les photos de toute façon”
  • “ah ! t’es photographe de mariage ?” 

 

Liste non exhaustive. Je ne suis pas dans vos têtes. 

 

La photographie est un outil puissant de re.connexion à soi-même et d’ancrage dans la matière.

 

Dans toutes les “séances” que je propose il y a toujours une dimension “accompagnement”. Je ne suis définitivement pas faite pour faire des photos à la chaîne, ni pour proposer un format court style “séance 30 minutes 5 photos”. 

 

Je peux te faire 5 photos en 30 minutes, ce n’est pas le problème. Mais la rencontre, le lien, l’échange, la relation qui se tisse entre nous et cet espace sacré pour que tu puisses te déposer en toute sérénité, il est où ? Vraiment, pour moi, c’est trop court. Ça me stresse rien que de penser à être aussi speed !

 

J’ai remarqué que le format 3h, que ce soit en individuel ou en groupe, est un format qui me convient bien. Cela peut être plus pour des projets ou accompagnements spécifiques, mais 3 heures, disons que c’est ma base. C’est là où je suis la meilleure pour vous accompagner en toute sérénité. 

 

Je ne regarde pas l’heure. Je suis 100% avec toi/vous. 

 

Quand je suis en séance, c’est LE moment où je ne pense pas une seule seconde à ce qui se passe chez moi. Fini la charge mentale du quotidien, les potentielles inquiétudes pour mes filles, rien, nada, tout cela disparaît complètement. Le jour où je me suis rendue compte de ça, je me suis dit “waouh ! C’est puissant ! Déjà que c’est puissant pour la personne que j’accompagne en séance, et bien pour moi, ça l’est aussi !”

 

Depuis, je suis toujours aussi bluffée, à chaque fois ! 

 

On est dans une autre dimension. Vraiment. 

 

En plus, à Montolieu, village du livre, des Arts et des rivières magiques : 

The place to Be <3 <3 <3

 

Comment je t’accompagne en individuel ? 

 

En séance individuelle, nous faisons connaissance en amont de la séance. J’ouvre un espace pour toi, à distance, pour que tu puisses déposer tes intentions, mais aussi les peurs, les doutes, les joies qui te traversent. 

 

Je suis là, dans un espace d’écoute privilégié, créé sur-mesure, juste pour toi. 

 

Très souvent, les femmes qui viennent à moi, sont en train de passer une étape dans leur vie, sur le plan personnel, spirituel et/ou professionnel. La photographie permet de : 

  • célébrer le chemin parcouru ;
  • ancrer dans la matière une nouvelle réalité ;
  • reconnecter à ton Essence Profonde ;
  • poser un acte fort qui dit : “Je ME choisis”. 

 

Parfois c’est un gros changement de vie. D’autres fois, c’est plus de l’ordre d’ENFIN s’offrir ce temps pour soi. Je ne dirais pas que c’est un acte militant, mais pas loin. 

 

Sans vouloir faire cliché, nous les femmes, sommes conditionnées à prendre soin des autres, faire attention aux autres, s’effacer pour mettre les autres en lumière… Heureusement, les choses changent et bougent dans le bon sens, mais ce n’est pas si simple de se défaire d’un égrégore social aussi fort. 

 

Se célébrer soi-même, se faire ce cadeau de prendre le temps de prendre le temps. S’offrir un moment, rien que pour soi-même et l’ancrer en images, dans un écrin de nature luxuriante, est un acte symbolique fort qui te soutiendra dans les semaines, mois, années à venir. 

C’est vraiment difficile de décrire la manière dont je t’accompagne, puisque c’est :

Une Expérience qui se vit en profondeur.

 

Autre point très important dont j’ai failli oublier de parler, tellement c’est évident pour moi : je ne te demanderais pas de poser. C’est une véritable rencontre avec “toi m’aime” que tu vis. En aucun cas, je ne te demanderais de faire tel regard, mettre ta main de telle façon, et j’en passe et des meilleurs… 

 

Je suis là pour tenir l’espace. C’est à dire que je fais en sorte que tu te sentes à l’aise dans un environnement inspirant et soutenant. La Nature est notre meilleure alliée. Oserais-je dire que c’est presque une méditation en mouvement ?

 

Je suis là, sans être là. C’est toi qui choisis le tempo ! C’est comme une danse où je me fais presque oublier pour te laisser toute la place. 

 

De plus, l’Expérience ne s’arrête pas le jour J. Il y a l’avant, le pendant et l’après. 

 

Suite à cette rencontre majestueuse avec “toi m’aime”, en plein cœur de la Nature, tu peux choisir de rester silencieuse et d’intégrer tout simplement. Tu as aussi la possibilité de déposer ce qui a besoin de l’être via notre espace privé, et ce jusqu’à réception de tes images. 

 

Dans les 15 jours après notre séance ensemble, je t’envoie tes photos sur une galerie en ligne privée. Suite à cela, nous aurons un appel ensemble, pour que tu puisses partager ton ressenti. Voir tes photos est aussi une étape importante, qui peut être confrontante, ou pas. Dans tous les cas, je suis là pour toi. 

 

Mon accompagnement individuel est pour les femmes en chemin qui ressentent le besoin de se dire un grand OUI à elles-même. 

Un mois d’accompagnement à distance + une séance photo en pleine nature à Montolieu (11)

Comment ça se passe en atelier collectif ? 

 

Mon rôle principal est de porter l’espace pour que tout le monde s’y sente bien.

L’accompagnement collectif répond à un besoin de partager avec les autres, tout en prenant du temps pour soi. 

 

Là où en accompagnement individuel, je suis centrée à 1000% sur toi, dans le groupe, je suis centrée sur le collectif. Néanmoins, je tiens à être disponible et à l’écoute de chacune. C’est pour cela que je suis une adepte des ateliers en petit comité.

 

Les personnes qui passent par l’accompagnement de groupe sont nourris des échanges avec les autres. Cela fait tellement de bien de se sentir exister au sein d’un groupe. Nous sommes les miroirs des unes et des autres. Il se crée un juste équilibre entre moments d’introspection et moments de partages. 

 

L’atelier collectif est aussi une porte d’entrée pour toutes celles qui aimeraient s’offrir un accompagnement individuel, mais ne se sentent pas encore prêtes. 

 

Voici mon offre de groupe actuelle : 

Je pourrais écrire encore et encore, pour expliquer la manière dont je t’accompagne mais je ne suis pas sûre que cela soit vraiment utile. 

 

Je pense sincèrement que ton cœur sait. 

 

Si tu t’arrêtes quelques secondes, tu sais au fond de toi, si c’est le moment pour toi de t’offrir telle ou telle Expérience. 

 

Tu entends l’appel à l’intérieur de toi. 

 

Si tu as des questions au sujet de mon travail, je suis à ton écoute. 

 

Si tu as lu cet article jusqu’au bout, écris en commentaires ce que tu ressens là tout de suite maintenant 🙂

 

J’ai raté la fête des mères !

J’ai raté la fête des mères !

J’ai commencé ce mois de mai tout feu tout flamme avec l’objectif d’écrire 3 milliards d’articles sur la thématique de la maternité. Nous sommes tous.tes né.es du ventre d’une mère et quand je vois le chemin qu’il y a à faire pour que chacune soit respectée dans son entièreté, y’a du boulot ! 

 

Le 7 mai, j’ai répondu à la question de l’une d’entre vous : Comment ne pas se perdre et s’oublier quand on est une maman maternante ? Quel sujet poignant et ô combien important !

 

Après ça, j’ai déserté mon blog et dans la foulée, je me suis sentie lassée des réseaux sociaux. L’histoire de ma vie… 

 

Ce mois-ci, j’ai raté la fête des mères d’un point de vue marketing, mais j’ai plus que jamais connectée avec mes filles. On ne peut pas être partout hein ! 

 

Ma deuxième fille rentre à l’école en septembre prochain et je t’avoue que je ne réalise toujours pas ce tournant majeur ! 

 

Ce mois-ci, j’ai reconnecté avec ce qui est important là tout de suite maintenant. 

Ce mois-ci, j’ai profité des viaducs de mai pour vadrouiller avec mes enfants. 

Ce mois-ci, j’ai osé utiliser une partie de mon temps libre pour ne rien faire, lire un roman, me reposer… 

 

Peut-être que ça paraît banal mais dans ces 5 années de maternage, j’ai souvent plongé dans le biais d’utiliser tout mon temps libre pour “travailler”, suivi de “je comprends pas, je ne suis plus inspirée là…” 

 

La vie est une danse perpétuelle. 

 

Tout passe.

 

Un temps pour chaque chose. 

Chaque chose en son temps. 

 

En ce mois de mai où j’avais pris la décision de mettre mon focus sur la thématique de la maternité, je constate que je suis incapable d’en faire mon seul sujet de prédilection. 

 

Dans la refonte de mon activité professionnelle, je me suis déjà posée la question de ne m’adresser qu’aux mamans ou encore uniquement aux mamans en post-partum. Les gens du marketing appellent ça avoir une niche. 

 

Bah moi je n’ai pas de niche. Pourquoi utilise-t-on ce mot d’ailleurs ? C’est bizarre, non ? 

 

Je m’adresse aux femmes en quête de re.connexion à elles-mêmes.

 

Je m’adresse aux femmes qui ont plus que jamais besoin de temps pour elles. 

 

Je m’adresse aux femmes qui relèvent la tête en affirmant : “Je ME choisis”. 

 

Je m’adresse aux femmes qui ont envie de danser avec leur Nature cyclique. 

 

Je m’adresse à toutes les femmes qui n’ont jamais pris le temps de se célébrer. 

 

Et si tu penses que “roh me célébrer moi, oh quand même pas !” Eh bien si, moi je te célèbre. Je te célèbre d’être qui tu es et d’oser un peu plus chaque jour. 

 

Je célèbre chacune des facettes qui te composent, même celles que tu n’apprécies pas. 

 

Je te célèbre dans ton entièreté, peu importe que tu sois mère ou non. 

 

Ce mois-ci, je pensais ne parler qu’aux mères, mais je n’ai pas réussi. 

 

Si je devais choisir un thème de prédilection, ce serait les cycles et les saisons de la Vie. 

 

La Vie est mouvement. 

Il y a des hauts, il y a des bas. 

Il y a des jours avec, il y a des jours sans. 

Il y a des moments de fulgurance créative et d’autres moments où c’est le calme plat.

 

Il y a des phases où l’on est en mode “Shiva” et d’autres où l’on arrive à peine à faire une chose à la fois. 

Il y a des passages brumeux et puis soudain la clarté revient. 

 

Est-ce vraiment utile de passer notre temps à chercher comment aller mieux ?

Comment être plus productive ?

Comment être mieux organisée ? 

 

Et si la première chose à faire, c’était d’arrêter de chercher mais juste de s’arrêter tout court. 

 

Faire pause. 

Être à l’écoute. 

 

Non pas être à l’écoute des autres (ça c’est bon, on sait le faire naturellement, non ?), mais à l’écoute de nous-même. 

 

A l’écoute de cette petite voix à l’intérieur de nous qui sait exactement ce dont on a besoin à l’instant T. 

 

Cette petite voix qui sait exactement où l’on doit être et quelle est la prochaine action à faire. Cela peut être aussi simple que s’asseoir et boire un thé en écoutant le chant des oiseaux. Cela peut être aussi engageant que de choisir de quitter son travail ou d’arrêter une relation qui ne nous convient plus.  

 

Nous sommes toutes dotées d’une intuition infaillible qui nous guide à chaque instant. 

 

Nous sommes toutes dotées d’un immense pouvoir, celui d’être cyclique, que l’on soit menstruée ou non d’ailleurs ! 

 

Je ne peux pas parler qu’aux mères. La maternité n’est qu’une saison de la vie, que chacune peut choisir de vivre ou non. 

 

Ce n’est pas par hasard que j’ai choisi de me former comme Doula Large Spectre. La Doula Large Spectre accompagne tous les passages de la vie à la mort, avec la conscience de l’invisible et de son impact dans le visible. Elle danse entre science et sacré tout en étant un soutien émotionnel dans un espace sécuritaire de liberté et de bienveillance.

 

Aujourd’hui, je suis photographe spécialisée dans l’accompagnement des femmes. Je ne sais pas si j’utiliserais le mot “doula” un jour pour décrire mon activité. J’aime accompagner les femmes dans toute leur immensité et toutes les couleurs qui les composent. 

 

La photographie est un outil puissant de re.connexion à soi-même et d’ancrage dans la matière. 

 

Dans toutes les séances que je propose il y a toujours une dimension “accompagnement”. Je ne suis définitivement pas faite pour faire des photos à la chaîne, ni pour proposer un format court style “séance 30 minutes 5 photos”. Je peux te faire 5 photos en 30 minutes, ce n’est pas le problème. Mais la rencontre, le lien, l’échange, la relation qui se tisse entre nous et cet espace sacré pour que tu puisses te déposer en toute sérénité, il est où ? 

 

Pendant ce mois où j’ai finalement lâché mes ambitions d’écriture intensive d’articles et de communication sur les réseaux sociaux, quelque chose de beau à émerger. 

 

Je me disais qu’il manquait une porte d’entrée pour toutes celles pour qui ce n’est pas encore le moment de s’offrir un accompagnement individuel matérialisé par une séance photo à Montolieu, dans l’Aude (11).

 

 

La photographie intuitive.

 

J’ai repensé au lancement de mes premiers ateliers de photographie intuitive en 2016, croyant que ça allait intéresser personne. Gros syndrome de l’impostrice chez moi à l’époque ! J’ai finalement animé ces ateliers à Lille, Paris, Nantes… 

 

En 2017, il y a eu la V2, où j’ai ajouté des exercices fun et ludiques en binôme pour clôturer chaque atelier. Là où la photographie intuitive connecte vraiment à la beauté autour de soi, ce volet d’improvisation à deux ou plus, a vraiment apporté une autre dimension. Aller à la rencontre de l’autre, oser, s’affirmer, se révéler, rire beaucoup aussi ! Une proposition remplie de belles surprises ! 

 

Nous voilà en 2024 et j’ai envie d’aller plus loin. J’ai relu les témoignages des participant.es et je me suis souvenue à quel point cette proposition était riche.

 

Prendre le temps de prendre le temps, voir les choses sous un autre angle, connecter à la Beauté sur notre chemin, créer du lien avec les autres, réveiller sa créativité, oser. Juste oser. S’offrir une parenthèse enchantée en petit comité. 

 

Mais je ne pouvais pas relancer ces ateliers sans les améliorer, alors je te propose de Voir TA Beauté en t’offrant un temps en individuel , au sein de cette proposition collective, pour réaliser ton portrait en plein cœur de la Nature et ancrer dans la réalité cette belle personne que tu es. Celle qui à décidé de se dire un grand OUI, de se choisir au moins pour quelques heures, loin d’un quotidien à 100 à l’heure ! 

 

Si ça te parle, je t’invite à découvrir “Voir TA Beauté grâce à la photographie intuitive” en cliquant sur l’image ci-dessous. 

 

Si le format de cette offre t’intéresse, s’il te plaît ne reste pas silencieuse. Écris-moi et dès qu’il est possible de former un groupe de 4 femmes, je vous contacte toutes pour que l’on convienne du meilleur moment pour organiser cette parenthèse enchantée. Fini l’excuse de “mince alors ! Je ne peux pas ce jour-là”. 

 

Voilà où m’a menée cette fête des mères “ratée” qui est tout sauf ratée finalement, parce que je me sens tellement mieux d’avoir osé lâcher des objectifs bien trop élevés et m’éloigner un peu des réseaux sociaux. 

 

Trouver un équilibre pro/perso est une danse permanente qui me fait tellement grandir et revenir aux bases, à ce qui compte vraiment. 

Comment ne pas se perdre et s’oublier quand on est une maman maternante ?

Comment ne pas se perdre et s’oublier quand on est une maman maternante ?

On dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant. Je rajouterais qu’il faut tout un village pour soutenir une mère. 

 

En ce mois de mai, j’ai en tête de parler de maternité, des mères, de nos mères, du choix ou du non choix d’être ou de ne pas être mère, etc, suivant mon inspiration du moment et vos questions, suggestions et/ou témoignages si vous avez l’élan d’enrichir mon contenu avec moi.

 

Comment ne pas se perdre et s’oublier quand on est une maman maternante ? 

 

Cette question m’a beaucoup touchée et me ramène à une période pas si lointaine (2 ans quand même !!!) où mon questionnement quotidien était “qui je suis quand je suis seule ?”

 

Je ne prétendrais pas avoir la réponse universelle à la question qui m’a été posée, mais je peux affirmer que chaque mère est unique ainsi que chaque façon de vivre sa propre maternité. 

 

 

La solitude dans l’aventure de la maternité.

 

Une des choses les plus difficiles je trouve, c’est de se sentir seule dans notre maternité, de n’avoir personne à qui se confier ni personne avec qui partager nos valeurs et notre vision de la maternité et de la parentalité. Je ne parle pas forcément d’être maman solo. 

 

Si une/des mamans solo ont envie de témoigner pour un futur article, bienvenue ! 

 

Il arrive parfois que la personne avec qui nous co-parentons, n’a pas du tout la même vision que nous de la parentalité, de l’éducation. Si cela n’a pas été discuté avant la grossesse, c’est une difficulté de plus à surmonter et pas des moindres ! Parfois, on le sait dans le fond, que l’autre n’a pas la même vision que nous, mais on croit que l’amour est plus fort que tout. L’amour ne suffit pas toujours mais il peut aider à traverser les défis de la parentalité. Notre enfant se chargera de mettre en lumière nos failles et c’est une des expériences qui fait grandir plus que de raison.

 

On pourrait croire que je m’égare du sujet initial mais ce sont des données à prendre en considération. 

 

 

L’importance de préparer le post-natal.

Une maman soutenue par son/sa partenaire se sentira plus forte qu’une maman qui se retrouve à éduquer l’autre. 

 

Une maman dans une configuration où la charge mentale du quotidien est répartie équitablement entre les deux partenaires sera globalement plus apaisée.

L’arrivée d’un enfant chamboule tout l’équilibre qui s’était mis en place. C’est normal et c’est là qu’il faudrait tout un village pour soutenir la mère/le couple/la famille. 

 

D’où l’importance de bien préparer son post-natal, ces 40 jours sacrés au service de la dyade maman/bébé. 

 

C’est primordial mais ça ne suffit pas. Je ferai un article dessus prochainement, mais pour moi le post-partum dure 3 ans. 

 

Créer son village d’entraide est une merveilleuse initiative, et pour cela je conseille à tous.tes de découvrir l’application ENOA CARE.

 

Sans personne pour nous épauler, sans personne référente à qui confier notre bébé/bambin au besoin, sans personne d’autre que notre partenaire avec qui échanger, partager, rire, pleurer, on peut vraiment traverser des moments difficiles. 

 

Si nous n’avons pas de personne de confiance autour de nous, si notre famille est loin ou encore, si nos choix sont incompris par notre entourage et qu’on se farcit des remarques désobligeantes et des conseils non sollicités, c’est DUR. 

 

Ceci est une introduction très longue et nécessaire parce qu’il ne suffit pas de laisser son bébé, de prendre du temps pour soi, se reposer et youpi tout va bien dans le meilleur des mondes. 

 

Cela me rappelle ce texte écrit en août 2022 : “Prend du temps pour toi, c’est important. Une injonction de plus pour les mères ?”

 

 

Le CONTEXTE est vraiment à prendre en compte. 

 

Une maman maternante a besoin d’être choyée et considérée en tant que personne à part entière. Elle n’a pas besoin qu’on lui rabâche qu’elle porte trop son bébé, que ça fait déjà 3 fois en une heure qu’elle allaite son bébé et qu’elle n’a qu’à dormir quand bébé dort et tout ira bien dans le meilleur des mondes.

 

Chère maman maternante, si tu me lis, sache que ton intuition a toujours raison et que rien ni personne n’est légitime à remettre en question tes choix de maternage. 

 

 

Disclaimer : materner ne veut pas dire se sacrifier pour son bébé/ses enfants. 

 

 

Une question à se poser régulièrement je pense, c’est : 

  • quel est mon besoin Ici et Maintenant ? 

 

Parfois, les autres pensent savoir mieux que toi tes besoins, mais en réalité c’est toi qui sait. 

 

Ensuite :

  • qu’est-ce que je peux mettre en place pour répondre à ce besoin ?
  • Est-ce que je peux répondre à ce besoin par moi-même sans mettre en péril les besoins de mon bébé ?
  • Dois-je demander de l’aide à une personne extérieure ? 

 

Une autre donnée à prendre en compte, c’est que durant les premiers mois de vie de bébé, certains de nos besoins vont être mis à mal. On ne va pas se mentir.

 

Qui s’est déjà retenue de faire pipi pendant un loooong moment parce que bébé était accroché au sein ? 

 

Après, on développe des capacités insoupçonnées comme aller aux toilettes avec bébé en portage, manger à une main, dormir en allaitant, écrire un article de blog pendant la sieste de notre enfant, etc. 

 

Je suis actuellement en train d’écrire cet article pendant la sieste de ma fille de presque 3 ans 😉 

 

Plus rien ne sera “comme avant”.

Toutes les données changent. Tu es en train de vivre un chamboulement identitaire Mama. J’écrirais aussi un article sur la Matrescence probablement. Le mois de mai ne va pas suffire je pense. En attendant, je t’invite à découvrir le podcast de Clémentine Sarlat : “La Matrescence”.

 

Les premiers mois de l’arrivée d’un nouvel être dans la famille, tout est chamboulé. Les priorités changent, évoluent, se transforment.

On imagine que les choses se passeront d’une façon et puis ce n’est pas tout à fait ça, voire c’est à l’opposé. On ne peut pas tout prévoir. On peut se préparer au mieux à ce chamboulement mais on n’a clairement pas toutes les données. 

 

 

Un temps pour chaque chose. Chaque chose en son temps.

 

Les premières semaines vont probablement être tournées exclusivement vers les besoins de ton bébé. Si ce n’est pas ton premier bébé, peut-être que tu vas culpabiliser (ou pas…) de ne pas passer assez de temps avec ton/tes ainé.es. 

 

Les semaines, les mois passants, tu vas probablement retrouver des envies qui te sont propres et tu auras l’espace (ou pas…) d’aller vers ce qui t’inspire, ce qui te fait du bien à toi, uniquement à toi. 

 

Peut-être que tu vas côtoyer l’ambivalence maternelle et que tu ressentiras le besoin d’être seule, autant que le besoin d’être près de ton bébé. 

 

Rien ne t’oblige à te séparer de ton bébé si tu ne te sens pas prête. Rien ne t’empêche de l’emmener partout avec toi en portage si tu te sens bien comme ça. 

 

Rien ne t’oblige à rester coûte que coûte avec ton bébé si tu sens que c’est trop, que tu as besoin d’une pause et que tu as une/des personnes de confiance autour de toi (bien sûr tu laisses pas ton bébé tout seul sans personne pour s’en occuper, je précise mais ça ca de soie je crois).

 

 

Il n’existe AUCUNE vérité universelle si ce n’est que TA propre Vérité. 

 

Fais-toi confiance Mama.

Écoute-toi Mama. 

 

Et si dans tout ça, tu sens un trop plein, si tu sens que tes limites ont été dépassées, que tu es passée en mode “sacrifice”, que tu es épuisée, que trop c’est TROP, je t’invite vraiment à faire appel à une aide extérieure pour t’accompagner.

Ne reste pas seule en te disant “allez encore un peu, je peux tenir encore…” Si tu en es à te dire ça, c’est que ta limite a été dépassée depuis un moment. 

 

Parfois des ajustements dans le couple , dans l’équipe co-parentale, suffiront à rétablir un certain équilibre. D’autres fois, ça ne suffira pas et tu auras vraiment besoin de TE retrouver. TOI. Juste TOI. 

 

Message pour le/la partenaire ici : à ce stade, tous les reproches du style “y’a plus de couple”, “tu me délaisses” et autres, sont très mal venus. Cette maman qui est aussi ta partenaire de vie a besoin d’être aimée, considérée, valorisée, choyée et surtout de se sentir libre d’être qui elle est. Libre d’exister par elle-même. 

 

Dans la question que l’on m’a posée : “comment ne pas se perdre et s’oublier quand on est une maman maternante ?”, j’entends : 

« Je suis une maman maternante qui s’est perdue et oubliée trop longtemps. »

Dans cette question, j’entends une maman qui a profondément besoin de se retrouver. Je crois que c’est pour cela que mes doigts sur le clavier se sont mis à exposer les difficultés potentielles et le contexte à prendre en considération. 

 

A toutes les mamans du monde, à toutes les futures mamans, vous êtes des warriors ! Que vous soyez étiquetées “maternante”, “indépendante”, “carriériste” ou que sais-je encore, vous êtes des Déesses de l’Univers. 

Toi qui me lit, que tu sois mère ou non, tu es une Déesse de l’Univers. 

 

Si tu es une personne qui ne te reconnaît pas dans cette thématique et que tu es encore en train de me lire, pense à une maman de ton entourage et apporte lui ton soutien sincère, si tu en ressens l’élan. Parfois, il suffit juste de demander “est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?”, “as-tu besoin de quelque chose en particulier ?”. 

 

Proposer sans s’imposer, tout un Art. 

Écouter sans juger et sans donner de conseils non sollicités, tout un Art. 

 

Et pour conclure, je conseille ce livre de Soline Bourdeverre-Veyssiere : “Être mère sans s’oublier”. Quarante ressources pour prendre du temps pour soi. C’est un tout petit livre de rituels simples et courts, réalisables partout, pour prendre soin de soi dans une vie bien occupée par un ou plusieurs enfants. 

 

Souvent, on attend le moment où l’on va avoir trois heures de libres pour faire telle ou telle chose qui nous tient à coeur. Je n’ai pas échappé à cette règle 😉

Ces trois heures n’arrivent jamais et cela peut générer beaucoup de frustrations.

S’accorder des moments courts, aussi souvent que possible, cela peut être vraiment ressourçant. 

 

Interroger son corps régulièrement me semble important également.

  • Comment je me sens ?
  • Qu’est-ce qui me ferait du bien ? 

 

Cela peut paraître “basique” mais dans le tourbillon de la parentalité, on peut parfois oublier le bonheur des petites choses simples qui nous font du bien, comme au hasard… faire du crochet, boire une tasse de chocolat chaud, prendre un bain, envoyer un message vocal à une amie, marcher pieds nus dans l’herbe. 

 

Le temps passe.

Il nous file entre les doigts. 

 

Tantôt bercée par le bonheur d’être mère.

Tantôt bercée par ce besoin de s’épanouir autrement. 

 

Naître Mère est une grande Aventure dont on ne peut percevoir tous les contours tant que nous n’y sommes pas plongées. 

 

Cet article s’est presque écrit tout seul et je ne sais pas vraiment s’il répond concrètement à la question initiale. 

 

Je t’invite à témoigner en commentaires. Partage ce qui te vient spontanément là.