Les coulisses de mon entreprise

Les coulisses de mon entreprise

Depuis le 8 janvier 2024, je travaille sur la reconstruction des fondations de mon entreprise. 

 

Eh oui, il s’en est passé des choses quand même depuis notre changement de vie radicale en octobre 2018, où nous avons “atterri” à Montolieu, village du livre et des Arts, tout pile au moment des inondations. Contre toute attente, je dois dire que ça nous a porté chance 🙂 

 

Même si tout a commencé en septembre 2011, mon histoire entrepreneuriale est tout sauf…linéaire. Toi même tu sais de quoi je parle, si tu as lu mon livre “Derrière la peur, l’Âme agit…”. Et si tu ne l’as pas lu, qu’attends-tu ? 

 

Dans ce livre d’Art autobiographique, je te délivre sans tabous toutes les montagnes russes que j’ai vécus en tant que femme qui a tout plaqué : son CDI, son appart, sa ville natale, ses deux motos et sa petite vie bien confortable, sécuritaire et acceptable socialement, pour retourner à l’école dans une ville inconnu, puis devenir artiste entrepreneure qui a fait plein d’erreurs, qu’elle préfère appeler des apprentissages 😀 

 

Dans mon livre, l’histoire commence en septembre 2011 et se termine en octobre 2018.

Donc, je reprends le fil… 

 

Octobre 2018. Tout plaquer pour aller vivre dans le Sud de la France, en couple, enceinte de 5 mois, en plein décollement de mon activité professionnelle. 

 

Février 2019 : mon premier accouchement.

 

Fin 2019 : je me suis formée à la Communication Quantique et j’ai compris que je n’étais pas si folle !

 

Eté 2019 : j’ai podcasté à fond. J’avais oublié. 

Merci les archives de mon blog. OMG ! 

 

Et aussi, c’était le début de mon projet d’interviews portraits de femmes qui changent le monde ! J’ai interviewé et photographié une dizaine de femmes au bord de la rivière magique, à Montolieu. La plupart avec ma bébée en portage. Je me voyais vraiment faire ça, genre toute ma life ! Projet d’expos, grands évènements pour mettre en lumière mes invitées… Sauf que, me mettre au service sans contrepartie financière, ce n’est pas viable sur le long terme. 

 

Et pourtant, je suis tellement heureuse d’avoir créer cela. Grâce à cette expérience : 

  • j’ai de la matière pour montrer mon travail que j’ai d’ailleurs exposé aux Journées Mondiales de l’Art (et je remets ça cette année) ;
  • mes photographies d’Art sont en vente sur ma boutique en ligne ;
  • j’ai pris conscience qu’interviewer les femmes permet de libérer la parole et d’ancrer qui elles sont dans la matière à un moment M de leur vie ;
  • j’ai mesuré la puissance de la connexion à la nature dans la reconnexion à leur propre nature ;
  • j’ai re-validé que si y’a un truc dont je ne me lasserais jamais, c’est de rassembler des femmes dans la forêt et/ou au bord de la rivière, entendre et écouter leurs histoires, les inviter à oser, à se révéler, écouter leur intuition, se faire confiance, s’assumer telle qu’elles sont, dans leur beauté, leur vulnérabilité, leur puissance !!! 

 

Je prends conscience, maintenant en 2024, que c’est cette expérience que j’ai envie de proposer à mes clientes. 

 

J’ai déjà commencé à le faire “timidement”, ces dernières années, planquée sous le titre de “Portrait d’Âme”, que je trouve à présent trop mystique et pas assez parlant pour celles qui aimeraient franchir le pas de se rencontrer, oser, se faire confiance et enfin s’autoriser à être pleinement elles-même, vivante, vraie, incarnée, vulnérable, puissante, vibrante, connectée à la nature et plus que jamais connectée à leur propre nature. 

 

Le 26 décembre 2019, j’ai écrit à quel point je me sens engagée.

 

En janvier 2020, je suis passée devant l’objectif de Delphine Chenu, pour vivre à mon tour l’expérience que je propose aux femmes. Sentir et ressentir ce que ça fait dans ma chair, dans mon cœur, dans mon âme, de me retrouver à votre place, chères femmes en chemin.

 

En novembre 2020, j’ai photographié l’éclosion d’Iwä, femme artiste entrepreneure dans l’âme, qui fait passer des messages forts, vibrants, impactants. Iwä a déjà vécu de nombreuses séances photo à mes côtés. C’est un véritable honneur de l’accompagner à passer chaque étape importante de sa vie. 

 

Parce que c’est aussi pour ça que les femmes viennent vers moi. Passer une étape. Ancrer dans la matière là où elles en sont à un moment de leur vie. 

 

C’est aussi ça que j’ai envie de te proposer, chère femme en chemin qui me lit. T’inviter à te révéler dans la nature, pour te connecter à ta propre nature. Et puis, peu à peu, sortir du cadre, pour révéler les 1000 facettes qui te composent. 

 

Juin 2021 : mon deuxième accouchement

 

2022 : une année intense de formation à l’école Quantik Doula, tout un challenge en étant maman à temps plein ! J’ai tellement appris et ça fait tellement sens dans ma mission avec, envers et pour les femmes et les familles du nouveau paradigme ! J’ai toujours été doula au fond de moi je crois. Mais je ne me serais jamais revendiquée comme telle sans formation. Porter l’espace de tous les passages de la vie à la mort, de l’invisible au visible. 

 

Aujourd’hui, je mesure à quel point tout mon parcours personnel et professionnel fait sens. 

 

Février 2023 : création du Cercle des 28, un programme d’accompagnement collectif sur-mesure pour inviter chaque femme à honorer sa nature cyclique. J’ai adoré être au service de toutes ces femmes incroyables ! Cet accompagnement renaîtra sûrement sous une autre forme, que je ne connais pas encore. 

 

Eté 2023 : Je me suis formée au métier d’animatrice d’éducation à la sexualité pour les 3-12 ans. Le monde en a clairement besoin. Mon but à terme serait aussi d’offrir des cercles de parole pour les parents et surtout de former les professionnels de la petite enfance et les enseignants aux questions du consentement, des relations égalitaires, à la prévention du harcèlement scolaire et des violences sexuelles et sexistes. Y’a du boulot !!! Ce sont des sujets tellement importants et encore bien trop tabous ! J’aurais l’occasion d’en reparler 😉

 

L’été 2023 a été aussi marqué par mon tout premier accompagnement global en présentiel en tant que Doula, d’une personne enceinte, du dernier trimestre de grossesse au post-partum, en passant par l’enfantement. Accompagner C. et A. dans leur projet a été d’une richesse incroyable. Je remercie la magie de la vie de les avoir envoyé jusqu’à moi, surtout que c’est une partie de mon activité sur laquelle je ne communique pas pour le moment. 

 

A la rentrée 2023, j’ai cru que j’allais prendre une année sabbatique et n’être que mère, parce que c’est déjà bien intense comme vie, que c’est ma dernière année (scolaire) full time avec ma deuxième fille.

 

J’ai tenu… euh… 2 mois ? Allez 3. 

 

Au début, ça m’a fait du bien de “décrocher”, de déconnecter des réseaux sociaux notamment. J’ai fait une boulimie de livres à ce moment-là. J’ai adoré ! 

 

C’est aussi à cette période que j’ai mis de nouvelles routines en place : 

  • me lever avant tout le monde le matin
  • faire du sport

 

En gros, me faire passer en premier en me levant avant tout le monde et me laisser porter par MES propres envies/besoins. 

 

Et puis, pour je ne sais quelles raisons mystérieuses ou un concours de circonstances, j’ai passé un mois de décembre plutôt déprimant :/ 

 

J’ai remarqué après coup que ça correspondait avec la période où j’ai arrêté de me lever plus tôt ainsi que le sport. Hasard ou coïncidence ? 

 

La reprise de ces bonnes habitudes qui me change littéralement la vie, m’a illico presto remis les idées en place, la bonne humeur et la clarté d’esprit avec ! Ouf ! Je suis sortie du brouillard ! 

 

Dans la foulée, je me suis inscrite à la best formation ever pour reconstruire pas à pas les fondations de mon entreprise. Je me sens tellement portée !!! Cela me fait un bien fou d’être accompagnée, soutenue et entourée d’entrepreneur.e.s qui traversent plus ou moins les mêmes questionnements que moi. Avoir un espace où partager ses difficultés autant que ses petites ou grandes victoires, c’est vraiment précieux. 

 

Donc voilà, fin janvier 2024, j’en suis là. Je me sens motivée et inspirée comme jamais ! 

 

Un gros travail d’introspection. 

Un cadre inspirant et porteur. 

 

J’ai toutes les clés en main pour mener mes projets pas à pas, une marche à la fois. 

 

J’ai pris conscience de façon très pragmatique du temps et des ressources à ma disposition versus mes ambitions. 

 

Voir mon entreprise comme un “projet de vie” m’a réellement soulagée. Même si parfois on pourrait croire que j’ai le don d’ubiquité, ce n’est pas le cas. 

 

Je suis celle qui photographie les femmes pour qu’elles gagnent en confiance et en estime de soi, grâce à la connexion à la nature. 

 

Je suis celle qui accompagne les femmes dans tous les passages.

Je suis celle qui invite les femmes à honorer leur nature cyclique. 

 

Je suis celle qui milite sur les sujets tabous comme le consentement et la prévention des violences sexuelles. 

 

Liste non exhaustive. 

 

Aujourd’hui, je construis la première marche de mon entreprise et pour celles qui veulent monter sur cette marche avec moi, rendez-vous : 

 

Oh, le petit troisième est en route ?

Oh, le petit troisième est en route ?

« Oh ! le petit troisième est en route ? »

« Oh… Je vois que tu as un petit ventre, tu nous caches quelque chose ? »

Tout ça avec le sourire aux lèvres, complice et malicieux 🙂

« Ah ! Vous essayez le garçon ! »

Affirmation encore plus énervante 😀

Ces dernières semaines (mois ?), j’ai fait face à toutes sortes d’affirmations en tous genres. Alors bien sûr, ça me passe au-dessus (même si au bout d’un moment c’est un peu saoulant hein…).

Spoil : NON, JE NE SUIS PAS ENCEINTE !!!

Ces deux photos ont été prises le 6 mai 2023 à 5 minutes d’intervalle.

C’était un matin où je n’étais pas très en forme. J’avais des douleurs utérines (chose rare chez moi !!!) et je peinais vraiment à rentrer mon ventre. J’avais l’impression d’être enceinte d’au moins 4 mois !

Bref, j’ai trouvé que ça illustrait bien mon propos.

Alors oui, les gens, vous y allez de bon coeur à être content d’avoir « deviner » la fameuse bonne nouvelle. En fait non ! Et d’ailleurs qui vous dit que ça serait une bonne nouvelle ?

Personnellement, ça me passe un peu au-dessus de la tête, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde.

Vous ne savez pas si la personne a un désir d’enfant depuis des années et qu’elle essuie échecs sur échecs.

Vous ne savez pas si la personne a vécu une grossesse arrêtée.

Vous ne savez pas si la personne a du mal à assumer son ventre rond.

Vous ne savez pas si une grossesse serait la pire chose qui pourrait lui arriver.

Vous ne savez pas.

Vous ne savez pas.

Vous ne savez pas.

Vous n’êtes pas à sa place.

Vous n’êtes pas à sa place.

Vous n’êtes pas à sa place.

Vous ne connaissez pas sa vie.

Et même si vous croyez connaître sa vie, vous ne savez pas tout.

Alors, abstenez-vous s’il vous plaît.

Abstenez-vous aussi de me/nous demander quand est-ce qu’on va mettre en route le troisième et si on va « essayer le garçon » ?

Tu vois, les suppositions concernant mon physique, je m’en fous un peu. Parce que ce n’est pas la première fois et bien avant d’être mère, je les entendais déjà de part ma cambrure naturelle qui peut parfois faire illusion lorsque je ne fais pas attention à ma posture.

Bref…

Mais demander si on va essayer le garçon, tout ça parce qu’on a « pas eu la chance d’avoir eu une fille et un garçon », de votre point de vue, c’est très mal venu.

Je l’ai vu quand ma deuxième est née. Je l’ai vu à votre allure quand je vous ai dit que c’était une fille. Votre air de « ah dommage ».

Mais what ???

Mes enfants sont des êtres humains avant tout.

J’arrive pas à comprendre cette fixation.

Je le vois quand vous regardez ma deuxième et que vous vous demandez si c’est un garçon ou une fille. L’autre jour, on m’a répondu « ah je croyais que c’était un garçon à cause de la couleur de son manteau (bleu marine) ». Ouais… ok…. On en est encore là en 2023 ?

Et pour conclure, la palme d’or revient bien sûr à : « vous allez essayer le garçon ? ». Ça par contre, ça m’énerve vraiment. J’ai deux filles alors on raté un truc ? On est pas complet ? C’est quoi le souci en fait ? Du coup, si on « essaie » le garçon et que c’est une fille (pas de bol), on fait quoi ?

Bref et rebref, j’ai vraiment envie de poser ça là !

Si toi aussi on t’a déjà demandé si t’étais enceinte alors que non, comment l’as-tu vécu ?

Si on t’a déjà demandé « à quand le deuxième ? ou le troisième.. ou le quatrième etc… ? » (ah non les gens ose pas, après le troisième, ils disent « non mais trois c’est bien déjà ». Oui ils peuvent pas s’empêcher de donner leur avis.)

Sans oublier le fameux « quand est-ce que vous allez vous y mettre ? » quand t’es en couple depuis un certain temps (mêlez-vous de vos fesses, j’ai envie de dire).

Si on t’as déjà demandé si vous alliez essayer le garçon ou la fille…

Je serais heureuse de lire vos témoignages, ne serait-ce que pour vous apportez tout mon soutien.

Si cet article fais écho… ou pas… et que tu as l’élan de la partager, merci de faire voyager mes mots pour diffuser l’information et libérer la parole.

 

Rien ne s’est passé comme prévu…

Rien ne s’est passé comme prévu…

Aujourd’hui rien ne s’est passé comme prévu et c’était encore mieux que ce qui était prévu 😱

En ce moment, ma fille fait toujours la sieste plus ou moins à la même heure en début d’aprem, après le repas. Tu sais comme dans les magazines tu vois. En général, c’est MON moment de la journée où je peux soit me reposer soit travailler. Le plus souvent je choisis travailler mais je suis ouverte aux deux possibilités. C’est clairement pas un moment où je fais le ménage en tout cas. Je préfère le faire avec elle. Je vais quand même pas griller mon temps solo pour ça pardi !

Bref je m’égare…

Donc en général, je sais que j’ai au moins 1h voire 1h30.

Sauf que là, elle s’est endormie de façon inopinée à 11h45. Juste au moment où je lançais le repas car mon compagnon enchaînait sur une réunion après donc on avait prévu de manger tôt.

Et là je me suis vu avoir une réaction différente de d’habitude. Avant, j’aurais voulu contrôler, focaliser sur mon temps solo « perdu », contrariée de griller mon temps seule par un repas, alors que les repas à deux se font rares quand t’es parent d’enfant en bas âge 🙈

Re bref… J’ai fait un pas de recul et je me suis dit ok, je lâche le contrôle. Le temps va s’organiser différemment et c’est ok. J’ai lâché vraiment avec la foi que c’était juste ainsi.

Eh bien, tu me croiras ou pas, ma fille s’est tapée la sieste siècle ! 3h de sieste avec un réveil tétée au bout d’une heure et re dodo.

Résultat : j’ai mangé avec mon compagnon. J’ai travaillé. Et cerise sur le gâteau, j’ai même pris le temps de me poser pour lire quelques pages du roman que je lis en ce moment 😱

Qu’aurait-il pu arriver de mieux que cela ? 🤷🏼‍♀️

Et toi ? Comment tu le vis quand les choses ne se passent pas comme d’hab ?

 Lendemain matin – 10h08

Encore un matin où rien ne se passe dans l’ordre des choses habituel.

D’habitude, je fais ma séance de sport avant 10h, une fois que mon aînée est à l’école.

C’est sans compter sur un besoin impérieux d’aller prendre l’air dehors !

Un tour en voiture électrique pour ma fille (la deuxième, pas celle qui est à l’école hein 🤪 ça va t’arrive à suivre ?) Et à pieds pour moi.

Finalement, une rencontre avec une artiste dans la rue. Un retour à la maison où ma fille n’est pas du tout décidée à rentrer DANS la maison. (tu vois le petit point bleu au loin ? 😉) Et me voilà à boire mon café et déguster mon carré de chocolat dehors.

Ça va, y’a pire comme vie non ?

En fait, je crois que j’aime ça, les imprévus. Même si parfois la sensation de contrôle égoïste me rattrape, elle est presque réduite à peau de chagrin à présent 😅 (mais ça vient d’où cette expression ?)

Sinon les inscriptions pour le Cercle des 28 sont toujours en cours et je ne sais pas pourquoi mais une petite voix à l’intérieur de moi me dit que ça ne va pas se passer comme prévu…

J’écris ce post avec ma fille qui joue à côté. Comme un doux rappel que c’est pas obligé d’attendre des conditions optimales pour répondre à ce qui m’appelle.

Au final tout s’aligne toujours au bon endroit, au bon moment.

C’est la résistance et le contrôle qui nous empêche de voir la Beauté du mouvement de la vie.