Quand tout va mal

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire / Like this
Quand tout va mal

Quand tout va mal, tu as l’impression que tu n’en verras jamais le bout, que tu cumules de toute façon. Oui, c’est bien connu, tout arrive en même temps et c’est la dégringolade !!!

Tu n’as qu’une envie c’est de rester cacher sous ta couette, attendre que ça passe, te barrer à l’autre bout de la planète et qu’on te lâche un peu les basks !!!

Tu te demandes pourquoi le sort s’acharne sur toi, pourquoi ça se répète sans arrêt. C’est interminable. Tu en as ras-le-bol. Tu as juste envie que ça s’arrête par n’importe quel moyen.

Tu vas au boulot en trainant des pieds, même chez toi tu ne te sens pas bien. Tu te dis que si seulement tu étais ailleurs ça serait sûrement mieux. Tu te demandes bien ce que tu vas pouvoir faire de ta vie. Pourquoi c’est si difficile ?

Même les rêves qui te faisaient vibrer à une époque te paraissent bien loin au milieu de tout ce chaos.

Tu vois passer des phrases positives et des citations à tout va sur ton fil d’actualité, et t’as juste envie de les envoyer bouler, tout ces gens qui te crachent leur bonheur à la gueule avec leur pseudo « positive attitude » !!! Et qu’ils ne viennent pas te dire : « sois positive voyons ! Ça va s’arranger… » Non mais là, tu as juste envie de les tarter !

« Je suis au bord du gouffre et toi tu me dis d’être positif !!! Et ma main dans ta gueule, tu la veux ? »

OK. Je suis un peu extrême.

Et tu sais, je t’écris ça aujourd’hui alors que je vais super bien.

Tu crois peut-être que c’est facile pour moi de te balancer des théories à deux balles, parce que dans ma vie, ça va plutôt bien. Tu me vois toujours pleine d’énergie, et même les jours un peu plus « down », ça ne dure pas bien longtemps.

Pourtant, j’ai déjà été comme toi. Je sais ce que c’est d’en avoir marre de voir tout ces gens « heureux » alors que toi tu cries de douleur à l’intérieur.

Je me souviens de ce soir d’hiver où j’ai tapé le mot « suicide » sur Google. Et pourtant, Dieu sait que je kiffe vraiment la vie. Mais vraiment, j’adore la Vie ! Toi-même tu sais <3 <3 <3

Seulement, une fois dans ma vie, la seule fois, j’ai tapé ce vilain mot sur Google.

C’était un soir horrible, je croyais que je ne m’en sortirais jamais, c’était trop douloureux, je ne voyais pas le bout du tunnel, je me disais à quoi bon … je sers à rien.

Ce soir là, je suis tombée sur un long message d’un type qui m’a dissuadée de passer à l’acte (je ne pense pas que je l’aurais fait, j’aime trop la vie, mais quand même c’est flippant quand j’y repense, comment ça a pu m’effleurer l’esprit ???)

Et à la fin, de ce long message, il a écrit :
« Maintenant, appelle un ami. »

C’est ce que j’ai fait. Ce jour là, je me suis promis de ne plus jamais de toute ma vie atteindre cette limite. C’est comme si j’étais arrivée à la frontière de mon existence et qu’à ce moment là, j’ai dû faire un choix.

J’ai choisi de continuer à vivre ! Dieu Merci ! Je me serais privée de tellement de belles expériences ici sur Terre ! Et je ne serais pas en train de t’écrire cette lettre.

Alors si tu es dans le noir en ce moment, sache que derrière l’ombre, il y a la lumière.

Derrière l’ombre il y a TOUJOURS la LUMIERE.

Et si tu n’arrives pas à la voir, appelle un ami.

Souviens-toi ce jour où tu as ris aux éclats. Oui je sais ça te parait loin. Allez vas-y, fais un effort, même tout petit <3

Souviens-toi de ce jour où tu savais t’extasier devant les belles couleurs de la vie.

Souviens-toi de ce jour où tu as partagé un moment d’amour et de douceur.

Souviens-toi … Rappelle-toi la Beauté de la Vie.

Je sais c’est dur. Peut-être même que je t’énerve à te parler de Beauté alors que toi, tu es au pied de la montagne et tu te demandes comment tu vas faire pour arriver en haut.

Rappelle-toi :

De l’autre côté de l’ombre, il y a la lumière.

Toi même, tu as déjà été dans la lumière. Souviens-toi …

Je sais, ça te parait super loin.

Moi aussi, ça me paraissait super loin lorsque j’allais à l’école la boule au ventre parce que je détestais cet esprit de compétition et que je m’étais mise une pression de dingue. J’avais juste envie que ça s’arrête. J’ai rêvé de passer sous un train ou de me retrouver quelques jours à l’hôpital, juste pour faire une pause, juste pour que ça s’arrête un peu. En a découlé le 1er arrêt de travail de toute ma vie, un matin où je ne pouvais plus me lever physiquement et psychologiquement. Ce jour là, j’ai demandé de l’aide. J’ai osé demandé de l’aide. Et sur mon chemin, des personnes bienveillantes ont su trouver les bons mots et m’amener à prendre conscience que je n’avais plus de vie sociale et que je me mettais trop la pression.

Je m’étais perdue. Je n’étais plus moi. A force de chercher à rentrer dans le moule pour plaire à tout le monde, je m’étais perdue en chemin … Et un matin, j’ai fait un choix. J’ai décidé que j’allais créer à ma façon, que j’allais arrêter de rentrer dans cette case bien trop étroite pour moi, dans laquelle on s’appliquait à vouloir me faire rentrer.

Ce jour là et tous les jours d’après, j’ai commencé à revoir les jolies couleurs et tout est devenu plus simple, plus apaisant, plus fluide. Il parait que de l’extérieur, j’étais métamorphosée !!! Mais en vrai, j’étais juste redevenue moi, c’est tout.

De l’autre côté de l’ombre, il y a la lumière.

Si j’ai réussi à me relever à chaque fois que je suis tombée, tu peux le faire aussi.

Tu peux décider de te relever maintenant.

Tu as le choix.

Je ne te dis pas que ça va être facile et que tout va se régler d’un coup de baguette magique.

Je te dis simplement que tu peux décider à chaque instant.

Tu peux choisir de faire un pas vers la lumière.

Ça ne veut pas dire, ignorer ce que tu traverses, au contraire.

Je pense sincèrement que toutes les épreuves que nous traversons, même les plus douloureuses, nous avons la capacité, le pouvoir en nous de les surmonter.

Maintenant, appelle un ami, demande de l’aide.

Fais un premier pas.

Un premier pas vers toi.

Je sais que tu en es capable.
Je crois en toi.
Et même si tu doutes, saches que moi, je crois en toi.

Je sais que tu as le pouvoir de renaitre à ta véritable identité, de t’en sortir grandi de ce brouillard que tu traverses.

Fais un pas. Seulement un pas. Puis un deuxième.
Un pas à la fois, un jour à la fois.

Ne te juge pas.
Ne sous-estime pas ta capacité à renaitre.

Ne demande pas aux autres de croire en toi.
Crois en toi, toi-même, pour toi.

Toi seul(e) à la pouvoir de prendre la responsabilité de te relever.
Si tu te sens affaibli(e), que tu doutes encore, que ça te parait une montagne, demande de l’aide.

Je te promets que tu vas t’en sortir.
Je sais que tu en es capable.

J’ai confiance en toi.
Aies confiance en toi.

Et bientôt, lorsque tu seras dans la lumière, que tu ouvriras les yeux à nouveau sur les belles choses de la vie, tu inspireras à ton tour.

Même si tu ne t’en crois pas capable à l’heure où tu lis ces lignes, peut-être qu’un jour, c’est toi qui écrira cette lettre pour aider quelqu’un à se relever.

A présent, lève-toi, marche et appelle un ami 🙂

Si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message <3 <3 <3

Marie.
Artiste, Conférencière, Eveilleuse de conscience.

Rejoins les participants du stage « DEVIENS QUI TU ES » , les 22, 23 et 24 septembre 2017, dans les montagnes savoyardes !

Dans les montagnes

Laisser un commentaire