Je ne sais pas si « Comment trouver ma mission de vie ? » est la bonne question.

En vérité, je crois qu’elle s’impose à toi et tout ce que tu fais dans ta vie est au service de ta mission. Alors pourquoi vouloir absolument la trouver ? En effet, c’est un non-sens. Cependant, avoir conscience de notre mission, je crois que ça nous donne la foi, la force et le courage de répondre à l’appel de notre Âme, au-delà de ce que la société nous incite à être, pour que l’on soit bien conforme et qu’on rentre dans le rang bien comme il faut comme des petits soldats.

Pour moi, notre mission de vie ne se résume pas à trouver le métier de nos rêves qu’on fera toute notre vie pour gagner plein d’argent pour s’acheter des trucs qu’on a pas besoin pour épater nos voisins. V’la le but de la vie quoi… Super…

 

Je crois que l’Univers met tout ce dont nous avons besoin sur notre chemin pour honorer notre mission.

Oui, oui, même les trucs dont tu te serais bien passé. Rappelle-toi, c’est toi qui a décidé d’accomplir cette mission avant de t’incarner ici. Ok, c’est pas d’bol, tu as tout oublié en arrivant ici. Mais bonne nouvelle ! L’Univers est ton boss et met tout ce qu’il faut sur ta route pour que tu t’en souviennes. C’est plutôt cool, non ?

A ce stade, j’ai perdu les trois-quart de mes lecteurs. Pas grave. Les « vrais » savent. Les « vrais » iront jusqu’au bout. Si tu attendais une recette miracle toute faite, désolée, tu ne la trouveras pas ici.

Je souris toute seule. Je me sens accompagnée, guidée, en écrivant cet article. J’ai l’impression qu’ils se fendent bien la gueule « là-haut » ! J’ai la sensation qu’ils sont tous contents que j’ai enfin accepté d’incarner pleinement celle que je suis pour impacter et surtout aider les personnes qui ont besoin d’une lumière sur leur chemin. Je fais partie de celles qui ouvrent la voie. C’est quand même une putain de responsabilité ! Pas étonnant que je me sois tapée plein d’allers-retours avant de me jeter à l’eau.

C’est là que mon parcours prend tout son sens. Rien n’a été laissé au hasard. Je suis née dans la famille parfaite et j’ai expérimenté les plus belles leçons de vie qui soit pour en être là où je suis aujourd’hui. Purée que c’est magnifique ! De toute beauté !

 

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours senti que j’avais un rôle important dans la guérison de la lignée des femmes de ma famille.

Tu as beau sentir ça au plus profond de toi-même, ça te fait une belle jambe, n’est-ce pas ?

 

J’ai vécu une enfance plutôt heureuse à la campagne, même si je trouvais parfois le comportement des adultes, quelque peu… surprenant ! Ainée d’une fratrie de neuf enfants, j’ai eu très tôt le sens des responsabilités. De nature plutôt joyeuse, je ne comprenais pas pourquoi les adultes avaient autant de mal à communiquer ensemble. Je ne comprenais pas pourquoi ma maman portait cette colère immense en elle, tout en ayant à la foi un instinct de protection pour ses enfants. Ce n’est que bien plus tard que j’ai compris que cette colère n’était que le résultat de nombreuses années de silence et de non-dits. J’ai appris que je faisais partie d’une lignée où les femmes se sont faites maltraiter par les hommes. Une lignée de femmes soumises, battues, violées, humiliées, à qui l’ont a demandé de se taire ! D’ailleurs, je crois que mon papa est sûrement venu pour guérir la lignée lui aussi, tellement c’est la générosité et la gentillesse incarnée. Du coup, c’est lui qui s’est fait humilier et malgré ça, il est resté debout, solide comme un roc. Admirative je suis.

 

Je pense que nous sommes tous là pour une raison spéciale.

Est-ce qu’on est obligé de savoir pourquoi on est là ? Pas forcément. Pas la peine de se mettre une pression inutile avec ça. On ne joue pas notre vie non plus. Au pire, tu te réincarnes et tu recommences tout à zéro. Bon, ça fait un peu chier mais peut-être que t’as choisi de vivre ça, qui sait ?

Je ne détiens pas la vérité ultime dans ce domaine. Je partage seulement avec toi, ce qui est MA vérité, aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces lignes. C’est fou comme je comprends le sens de tout ce qui est arrivé dans ma vie, que ce soit les moments de joie comme les moments de « descente aux enfers » en mode « je m’en sortirais jamais ». La vie est un formidable terrain de jeu. Un apprentissage permanent sur nous-même et le monde qui nous entoure.

 

Je fais partie de ces gens qui ne croient pas tellement au hasard.

Je crois aux lois de l’univers. J’ai confiance dans le fait que nous sommes là où nous devons être. Même si des fois on comprend rien ou qu’on a l’impression que « le sort s’acharne ». Il s’acharnera tant que tu n’auras pas tiré de leçon de ce que tu es en train de vivre. C’est quand même bien foutu, non ?

Pourquoi ma mission est d’ouvrir la voie et de permettre aux femmes d’incarner pleinement qui elles sont dans le monde ?

Ce n’est en aucun cas une guerre ou une rébellion contre les hommes. Au contraire ! Plus les femmes s’assumeront et oseront être qui elles sont vraiment, plus les hommes trouveront eux aussi leur place, dans un juste équilibre. Ça coule de source finalement.

Quand j’écris ces mots, je sens dans mon cœur, dans mon corps et dans mes tripes que c’est juste. Je sens ma petite fille intérieure sauter de joie et rire. « Youpi, ça y est ! Elle a compris ! »

Personne ne peut te dire « Voilà ta mission, c’est ça que tu dois faire ». Il n’y a que toi qui sait. Si tu observes bien et que tu sais percevoir les signes que la vie se chargent de mettre sur ton chemin, tu as toutes les clés. Tu sais déjà, au fond de toi. Seulement, parfois, ce n’est pas facile de l’assumer. On peut croire qu’on s’est trompé. On peut croire qu’on va devoir se sacrifier. On peut s’en vouloir de ne pas avoir vu avant ce qui était pourtant si limpide.

J’ai longtemps cru que j’allais devoir sacrifier des choses ou me résigner. Aujourd’hui, je suis convaincue que je suis, j’ai été et serais toujours à ma juste place. Même lorsque ce type relou me harcelait à l’arrêt de car quand j’avais 12-13 ans. Même lorsque j’ai été révoltée de voir tant de violences, de non-dits et d’absurdités. Même quand j’en voulais à tous les hommes de la terre entière. Même quand je voulais tout contrôler par peur de perdre ma liberté. Même toutes ces années où ma joie et mon feu intérieur se sont éteints. Même toutes ces fois où ma timidité a pris le dessus, que je devenais rouge comme une tomate et que j’avais si peur d’être ridicule ou inintéressante. Même toutes les fois où ces « garçons sans cervelle » se moquaient de moi dans la cour de l’école. Même toutes les fois où j’ai galéré financièrement et que je ne comprenais pas pourquoi. Même toutes les fois où j’ai douté ou que j’ai laissé la peur me gagner. Même toutes les fois où j’ai laissé les autres m’écraser. Même toutes les fois où je ne me suis pas sentie légitime. Même toutes les fois… Je crois qu’on pourrait en faire une liste interminable.

 

Je me sens une autre et pourtant dans le fond, là où je suis la plus pure version de moi-même, je n’ai pas changé.

C’est un processus de longue haleine de retrouver son essence originelle. Je ne suis même pas certaine que nous la trouvions en une seule vie. Nos blessures nous font porter des masques pour nous protéger et nous n’avons pas à nous en vouloir pour ça. Je pense qu’il nous faut remercier ces masques que l’on a porté et que l’on porte encore parfois. Ces masques nous ont permis de ne pas sombrer et de nous relever, face aux épreuves de la vie. Je te conseille le livre « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de Louise Bourbeau. Ce livre m’a confirmé beaucoup de choses que je ressentais. Elle a aussi écrit « La guérison des 5 blessures« . Je ne l’ai pas encore lu.

Nous sommes tous dans le même bateau. Nous sommes tous en chemin. Je pense que chaque être humain a sa place sur terre et un rôle à jouer dans le grand tout. Par conséquent, la concurrence entre les êtres n’a aucun sens. C’est ce que je crois en tout cas.

Je ne crois pas au concept de la concurrence puisque nous sommes tous différents et nous avons tous une manière d’être et de faire les choses qui nous est propre. Où se trouve la notion de concurrence dans ce cas là ?

Je vais encore radoter mais je crois vraiment que si chacun allait vers ce qui l’inspire, le monde s’en porterait beaucoup mieux. C’est fou comme on peut se faire du mal à essayer de se contorsionner et rentrer dans un moule bien trop étroit pour nous.

L’idée n’est pas de se rebeller contre le système, les gens méchants et la société. Je veux bien aller au combat mais pas contre quelque chose. Je veux bien me battre POUR un monde meilleur, POUR un monde où chaque être humain oserait faire sa part de colibri.

Chacun à notre échelle, nous avons le pourvoir de changer le monde, à partir de là où nous en sommes aujourd’hui.

Chaque petite action, même si elle parait insignifiante a des répercussions sur le monde qui t’entoure. Je vois ça comme une vibration. Tu sais, comme quand tu fais des ricochets dans l’eau. Ça fait comme une onde…

Depuis, que j’ai décidé d’incarner pleinement ma mission en mon âme et conscience, je me sens beaucoup plus stable et ancrée. A chaque instant où je doute, je me souviens pourquoi je suis qui je suis et pourquoi je fais ce que je fais. Ça me donne la force et le courage nécessaire pour continuer d’avancer.

La vie n’est pas un chemin linéaire. Nous prenons parfois des chemins tortueux et d’autres fois, on a l’impression de prendre le TGV. Tout va tellement vite qu’il arrive que nous laissions des gens sur le quai de la gare. Certaines rencontres sont éphémères et d’autres sont faites pour durer.

Plus tu es consciente et engagée dans ta mission, plus tu rencontres les bonnes personnes au bon moment pour accomplir cette mission et impacter positivement le monde qui t’entoure.

Et toi ? Penses-tu que nous avons tous une mission à accomplir sur terre ?

Partage ton point de vue dans les commentaires et partage cet article autour de toi. Je suis sûre que nous avons beaucoup à nous apporter les uns les autres.

Si tu es une femme et que tu fais partie de celles pour qui il est temps de faire briller son diamant intérieur, inscris-toi à « J’incarne qui je suis«  et retrouvons-nous l’espace d’une journée hors du temps. 8 femmes en connexion avec la nature pour se connecter à leur propre nature et révéler le meilleur d’elles-même.

Clique sur le jour qui t’intéresse pour accéder au formulaire d’inscription et réserver ta place :