Catégorie : Blog

19 Oct

Comment plaire à tout le monde ?

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Si tu attends la solution miracle en lisant ce qui va suivre, tu peux dors et déjà t’arrêter là. Ou prendre le risque de continuer… mais je te préviens, tu vas être déçu(e).

 

Quand j’étais petite, je croyais que le monde était tout beau tout rose et que les gens s’aimaient dans le meilleur des mondes.

 

Youpi ! Vive la Vie de Bisounours ! J’étais d’un naturel plutôt spontanée, joyeuse, souriante, comme la plupart des enfants qui n’ont pas encore été conditionnés dans le schéma « fais pas ci, fais pas ça ».

J’étais sans filtre. Je me souviens notamment d’une fois où j’avais reçu en cadeau un cadre avec une photo de chien et j’avais eu le malheur de dire que je n’aimais pas. Bah oui, je préfère les chats, désolée :/ Et là ! Je te raconte pas le drame. Tu ne te rends pas compte, c’est malpoli ! On t’offre un cadeau et tu dis que tu n’aimes pas. Ça ne se fait pas voyons ! Et c’est comme ça que chaque année, j’ai continué à recevoir des cadeaux que je n’aimais pas (je n’ai pas reçu QUE des cadeaux que je n’aimais pas, je précise !) en les acceptant avec un grand sourire et un conventionnel « Merci » 🙂 Youpi !!!

Puis il y a eu cette phrase, un jour où j’ai été un peu trop joyeuse, où je me suis sans doute un peu trop exprimée :

« Arrête ! Tu vas te faire remarquer ! »

 

Une phrase banale que n’importe qui a pu prononcer un jour à un enfant qui faisait trop de bruit. Une phrase que j’avais oublié mais qui a sournoisement dirigé le reste de ma vie.

 

Puis il y a eu la cour d’école, où je sentais bien que je ne rentrais pas dans la norme avec mes habits du Secours Populaire. Et l’adolescence et les joies de l’acné, n’en parlons pas ! Les moqueries à tout va dans la cour du collège et la loi du plus fort !

 

Il y a aussi eu ce type qui me harcelait verbalement à l’arrêt de car, matin et soir.

 

Mais la norme c’était d’aller toujours bien et de ne pas trop se faire remarquer. Pas-(r)-Être bien au lieu d’Être tout simplement.

 

Longtemps, je me suis tue pour le bien-être des autres.

Paradoxe : je savais l’ouvrir quand c’était pour défendre quelqu’un ou arranger les problèmes des autres. Parce que moi, c’était pas grave. Parce que moi, on verrait plus tard.

 

Marie, l’exemple parfait. Marie, celle qui arrangeait tous les problèmes. Marie, la « gentille ».

Ah ! C’est beau de plaire à tout le monde !

 

Je ne crois pas. NON.

 

Je crois que ce n’est pas beau du tout. C’est grave même. Si tu plais réellement à tout le monde, je crois qu’il y a un sérieux problème.

 

Hier, j’ai écrit sur l’argent. J’ai vraiment flippé au moment de cliquer sur Publier. Il y a certains articles qui me font peur parfois, mais le message est le message. J’ai reçu de nombreux messages positifs, notamment en privé. Des personnes qui se reconnaitront m’ont même remercié d’avoir écrit Cela. Il y a aussi ceux que ça a aidé même s’ils ne se sont pas manifestés. Il y a aussi ceux qui n’ont pas du tout adhéré ou qui ont compris de travers. Ça résonne chez chacun d’une manière différente, en fonction du ressenti de la personne, de son vécu, de là où elle en est sur son chemin d’évolution.

Il y a des gens qui me détestent, c’est sûr. Mais il y a aussi les autres.

 

Franchement si tu cherches à plaire à tout le monde, tu vas vraiment te casser la tête pour pas grand chose !

 

Ça s’appelle marcher à côté de tes pompes ! Parce que tu ne seras jamais vraiment toi. Tu te conformeras à ce que l’on attend de toi, à ce que tu crois que l’on attend de toi plutôt et je t’assure que sur le long terme, tu ne vas pas kiffer du tout !

 

Dans la cour du collège, je ne savais pas quoi dire dans les conversations, alors, souvent, je n’avais pas d’avis sur la question et je me ralliais à l’avis général, pour être accepter, pour être dans la norme en quelque sorte. On est plus dans la cour du collège là ! Et quand bien même nous y serions encore, je te dirais de t’exprimer comme tu en as envie.

 

Parce que chaque Être à sa place sur cette planète. Il y a de la place pour tout le monde, même si beaucoup de gens disent le contraire.

 

Ce n’est pas parce que la majorité pense d’une manière, que cette majorité a raison. Il y a autant de manière de voir les choses que de personnes. Parfois, ce que tu dis fera écho chez quelqu’un et pas du tout chez quelqu’un d’autre. Et c’est OK.

Ne perds pas ton temps à vouloir rallier tout le monde à ta cause. Parce que tout le monde, c’est personne !

Alors, va, vis, rêve, Ose !

Et Deviens qui tu es … Vraiment !

 

Y’en a marre d’arrondir les angles et de la perfection à tout prix ! Ça sert à que dal !

 

N’attend pas d’être sur ton lit de mort pour te rappeler à quel point ta vie est précieuse.

 

Prends soin de toi, kiffe ta vie, exprime toi, ose, tombe, relève-toi, pleure, ris, fais ce qu’il te plait comme ça te plait !

 

A bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

 

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

18 Oct

Pourquoi je veux des sous ?

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Je reviens de deux jours intensifs de foliiie à Paris !!! Je suis rentrée hier soir et j’ai dormi 10 heures d’affilée !!! C’est à souligner car je ne suis pas une grande dormeuse en tant normal.

Depuis ce matin, j’ai la sensation d’être un peu au ralenti … de ne pas avoir fait grand chose. Et là, en discutant avec ma petite sœur à l’instant, je viens de lui énumérer tout ce que j’ai fait de ma journée et en fait, j’ai fait plein de choses ! Certes, pas de manière aussi intensive que ces deux derniers jours, mais on peut pas toujours être à 15000 à l’heure !

Mon but n’est pas d’être montée sur ressort H24 ! Pourtant, j’en étais pas loin par le passé. Je culpabilisais de prendre des pauses. Je croyais que si je ne travaillais pas pendant 1 heure, je passerais pour une feignasse.

 

Je croyais qu’il fallait souffrir beaucoup beaucoup pour gagner des sous.

 

Je croyais que je n’avais pas le droit à un moment de répit. Je croyais que tout ce qui était facile et fluide pour moi n’étaient pas « monétisable », alors je compliquais tout. Je cherchais des complications à tout.

 

Tu peux pas vendre quelque chose de simple, les gens vont penser que tu les arnaques ! C’est honteux ! Sauf que la chose à laquelle tu penses pas, c’est que tout ce qui est facile et fluide pour toi, ça ne l’est pas du tout pour la personne qui a besoin de toi et de tes talents.

Et m… alors ! Toute la théorie de la souffrance pour « gagner sa vie » s’écroule donc !

 

« Gagner sa vie » : je trouve cette expression affreuse ! En gros si t’as plus de sous t’es mort ? C’est ça le concept ?

 

Tout à l’heure, j’ai dit à ma sœur que je voulais générer minimum 10000 € par mois. C’est un minimum. Deux réactions possible à la lecture de cette somme. Il y a ceux qui vont se dire « 10000 € c’est tout ? Elle va pas aller loin la meuf avec ça. » Il y a les autres qui vont être outrés « 10000€ ? Ça va tranquille, elle se prend pas pour n’importe qui elle … ». Ah … Une troisième réaction peut-être… ceux qui resteront neutres. C’est possible. Pourquoi pas ?

Il y a encore quelques mois, mon seuil de « richesse » était à 3000€. Je me disais 3000€ par mois c’est bien. Une fois que j’ai payé mes charges, il me reste pas grand chose mais bon, au moins je serais pas à découvert, ça serait déjà pas mal. Et du jour au lendemain, je suis passée à

« Je choisis de recevoir au moins 10000€ par mois même si ça me fait peur ! »

 

Oui, j’ai pris conscience que gagner de l’argent facilement me faisait peur. Une peur complètement irrationnelle je te l’accorde !

Ces dernières années, j’ai dépecé des couches et des couches de vieilles croyances limitantes enfouies sur l’argent. Une part de moi était pourtant bien décidée à gagner de l’argent et faire grandir mon entreprise. Mais une autre part bien cachée me murmurait à l’oreille sans que j’en ai réellement conscience « Tu ne mérites pas », « ton travail c’est du plaisir, tu ne peux pas gagner autant en te faisant plaisir », « tes proches ne vont pas comprendre », « ça peut pas être aussi simple », « on peut pas tout avoir dans la vie » …

 

Alors, je me suis mise dans des situations complètement improbables, comme par exemple : créer un projet de ouf en y apportant une valeur de dingue, oublier de me payer et me retrouver à 2000 € de découvert. Je crois que c’est le truc le plus énorme ça. Ça m’a valu une bonne année de galère ! Et tout cela, ça a créé un automatisme plutôt sournois où je m’auto-sabotais continuellement. C’est comme si tu étais au bord d’un ravin et que tu commençais à paniquer … Soudain, in extremis, il t’arrive un truc super positif et tu te relèves avec brio ! Ouf ! Soulagement ! Jusqu’à ce que la même chose se reproduise sans cesse … Danger – soulagement – euphorie – danger – soulagement – euphorie – danger – soulagement – euphorie …

Sauf que la vie, c’est pas ça les gars ! (je sais pas pourquoi je dis « les gars »)

 

Tout ce qu’on t’a dit sur l’argent quand t’étais petit, c’est du bullshit !

Tout ce qu’on te fait croire sur l’argent dans la société actuelle, c’est du bullshit !

 

Je me souviens lorsque j’ai quitté mon CDI, il y a 6 ans, plusieurs personnes m’ont dit que ce n’était pas raisonnable, que c’était la crise et blablabla. Moi j’y crois pas à la crise ! Peut-être que je vais te choquer en disant Cela, mais franchement, je ne sais pas si les gens de la télé racontent encore ça (je n’ai pas de TV), mais la crise c’est une super bonne excuse pour te maintenir dans la peur et t’obliger à rester dans ce job qui te plait pas mais qui est mieux que rien et que tu peux pas te permettre de quitter parce que c’est la crise tu comprends … Oups … ça y est, je suis un peu énervée !

C’est une colère saine, je le sens ! Et ça me plait !

Donc, je disais … Juste avant d’écrire cet article, je papotais avec ma sœur et elle m’a demandé pourquoi je voulais des sous. Et là pfiouuu !!! J’ai écrit un roman.

  • Pour acheter un chalet en montagne
  • Pour financer ma vie sans compter combien il reste dans le fond de mon porte-monnaie
  • Pour soutenir l’artisanat local en achetant des fringues de créateurs
  • Pour soutenir des projets qui ont du sens tels que « La petite créative », « MéditaSON » et bien d’autres encore !
  • Pour manger sainement tous les jours, oui ça c’est une vraie richesse !
  • Pour montrer à mes enfants que c’est possible de gagner de l’argent en faisant ce qu’on aime
  • Pour privatiser des lieux de ouf pour mes clients.
  • Pour partir en week-end ou en voyage quand ça me chante !
  • Pour aller me faire masser une fois par mois
  • Pour créer des projets de ouf sans dépendre de financements extérieurs
  • Pour soutenir des projets porteurs de belles Valeurs !!!
  • Pour contribuer encore plus au positif dans ce monde !
  • (liste non exhaustive …)

Comme le disait si bien ma cliente Stéphanie, lundi, l’Argent nous donne le pouvoir.

 

L’Argent nous donne le Pouvoir !

 

Le pouvoir a toujours été quelque chose de mal perçu. Genre, si tu as du pouvoir, c’est que tu es un gros mafieu malhonnête. Franchement, c’est quoi cette croyance de merde !

 

Et si avoir plus d’argent, te donnait le pouvoir d’offrir plus de valeur à tes proches, à tes clients, au monde ?

Et si avoir plus d’argent te donnait le pouvoir d’apporter encore plus de lumière sur cette planète ?

 

Dans l’inconscient collectif, on a mis l’argent dans la zone « sombre ». Genre, t’es riche, tu vas aller en enfer ! Et ça arrangeait bien tout le monde de ne pas donner le pouvoir aux gens qui ont envie de faire des choses bien sur cette planète ! Franchement, j’ai l’impression d’avoir compris un truc là, comme si je me réveillais d’un profond sommeil et là ! Bim ! Mais ouiiii !!! C’est tellement logique !

 

Dis-moi, quel est ton rapport à l’argent aujourd’hui ?

Que ferais-tu si tu avais plus d’argent ?

Si tout était possible, sans limites, ta vie serait-elle différente ?

 

Je me suis enflammée encore une fois. Je ne m’attendais pas à écrire aujourd’hui. Je me demandais si j’allais retrouver l’inspiration, si j’allais avoir quelque chose à dire (on a toujours quelque chose à dire en vrai). Et là ! Alors que j’avais l’impression de tourner au ralenti, bim ! Une conversation avec ma petite sœur et j’ai senti ce Feuuu à l’intérieur de moi !

 

Jamais je n’aurais pensé de toute ma vie, parler de l’argent aussi ouvertement.

 

Seulement, il est temps que la Vérité éclate ! Il est temps que le monde se réveille et se rende compte que c’est possible de changer les choses. Et ça commence par soi-même ! Ça sert à rien du tout de critiquer ton voisin, ton frère, ta sœur, ta mère, ton père, la société, le président, le premier ministre ou qui sais-je encore. Si toi, tu bouges pas ton cul à ton échelle, y’a rien qui bougera. C’est à toi de te réveiller de ce profond sommeil et de faire un premier pas. Ça ne veut pas dire que tu vas changer la face du monde en un jour, mais si tu ne fais rien du tout, il ne se passera rien. Et tout le monde sans exception sur cette planète est en mesure de reprendre son pouvoir personnel ! Et ça commence maintenant ! Ça commence dès aujourd’hui !

 

Et dès aujourd’hui, je m’engage moi aussi à arrêter de me retenir, même si parfois, je te l’accorde, ça serait plus simple de me reposer sur mes lauriers. Parce que je ne suis pas malheureuse. Franchement, dans ma vie, ça va bien. Je pourrais très bien me contenter de ce que j’ai, parce que c’est déjà pas mal. Et puis pourquoi vouloir plus, après tout ? Il y a pire que moi. Il y a toujours pire que soi, mais si je raisonne comme ça, alors je me bats pour rien et j’attends … Ce n’est pas cet exemple là que j’ai envie de montrer au monde.

Alors oui, souvent, c’est la flippe totale ! Souvent, c’est le grand saut dans l’inconnu ! Souvent, c’est se confronter au regard des autres, à la critique ou que sais-je encore … Et alors ? De toute façon, à la fin, on va tous mourir, alors autant s’amuser, se faire plaisir et contribuer à rendre le monde meilleur. On n’est quand même pas venu ici sur cette Terre pour se complaire dans la victimisation et attendre que les autres changent, que le monde change, parce que nous, pauvres victimes mal-aimées, ce n’est pas de notre faute, si c’est la guerre et si le monde est en soit-disant crise.

Je ne sais pas ce qui m’a pris. C’est un peu déroutant. J’ai l’impression que je n’étais pas toute seule à écrire. Comme si mes doigts écrivaient tout seul par moment, indépendamment de mon cerveau. Chelou. Je crois que le mieux est de cliquer sur publier sans me relire.

Hâte d’échanger avec toi sur ce sujet passionnant qu’est l’argent et notre contribution positive dans le monde !

Prends bien soin de toi, kiffe ta vie et gagne plein de sous !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

 

P.S. : tu peux me donner des sous en achetant une photo dans ma boutique en ligne ou en réservant ta séance photo ou ton accompagnement avec moi 😀

13 Oct

Je n’ai rien à dire …

Marie Guibouin / Blog / / 1 Commentaire

J’ai longtemps cru que je n’avais rien à dire.

 

De toute façon quoi que je dise, ça ne serait pas intéressant. Les « autres » avaient tellement l’air d’en connaître plus sur la vie que moi. Je n’étais pas très cultivée. Ils avaient tellement l’air de s’y connaitre, « eux », les « autres ». J’aurais eu l’air ridicule, moi, si je l’ouvrais pour dire un truc pas intéressant du tout. Alors, je me suis tue. Très longtemps, je me suis tue.

A l’école, j’étais plutôt la fille sage, qui ne faisait pas trop de bruit et qui ne dérangeait personne.

 

Sur mes bulletins notes, c’était écrit un truc du genre « Bonne élève mais ne participe pas assez en classe. ». Les années collège sont celles que j’ai le plus détesté ! Ils n’en rataient pas une, ces « autres » qui avaient l’air tellement « intelligents » ! Je me souviens des moqueries sur mon nom de famille, ma tenue vestimentaire ou que sais-je encore. Et le soir je rentrais et je ne disais rien. J’étais « l’exemple » de la famille. Je me « devais » de montrer l’exemple. En tant qu’ainée de la famille, je me devais de faire valeur d’exemple. J’avais des bonnes notes à l’école et j’avais toujours le sourire. Comme ça c’était bien.

 

C’était bien pour les autres, mais pour moi je n’en suis pas sûre.

 

Oh ! Je ne suis pas traumatisée. Je crois que je me suis bien rattrapée depuis :p Du côté de la parole, je crois que je l’ai bien libérée ! Et ça fait du bien !!! Seulement, ça ne s’est pas fait en un jour. Aujourd’hui, quand je repense à ces moments là, ça me parait super loin ! C’est presque comme si c’était une autre vie. L’époque où je devenais rouge comme une tomate dès que je devais sortir un mot. La peur d’être ridicule, la peur de dire une connerie, la peur du jugement, la peur du regard des autres. Ça fait une belle collection !!!

 

Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça.

 

Finalement, dans la vie, ce sont toujours les mêmes peurs qui nous poursuivent !

 

Pourtant, lors de nos premières années sur Terre, on en a clairement rien à foutre ! Franchement, les enfants en bas âge sont nos meilleurs exemples. Tu as peur d’être juger, d’être ridicule, de ce qu’on va penser de toi ? Observe un enfant et tu trouveras toutes les réponses. Franchement, on a pas besoin de chercher bien loin. Je pense que le monde serait bien plus heureux, si chacun se reconnectait à son Âme d’enfant.

 

Je me souviens de mes débuts en coiffure où j’étais rouge écarlate dès que j’entrais en relation avec un client.

Un peu maso la meuf timide de choisir un métier où le relationnel, le dialogue, la communication est au centre ? Pas du tout ! Je crois que mon Âme savait très bien où elle m’amenait à cette période de ma vie ! Aujourd’hui, ça me fait sourire. Et non ! Je te l’annonce officiellement, la timidité n’est pas une fatalité ! Si tu es timide et que tu lis ceci, sache que tu peux dépasser cela et oser toi aussi. J’en suis la preuve vivante !

 

Je me souviens de mon retour sur les bancs de l’école il y a 6 ans.

Oui, c’est super dur de retourner à l’école quand ça fait 10 ans que tu n’y as pas mis les pieds ! Mais c’est faisable et tu peux même en ressortir vivante ! La preuve je l’ai fait ! Alors tu peux le faire aussi. Par contre, si j’ai un conseil à te donner, ne te met pas la pression comme moi j’ai pu le faire. Ça m’a complètement paralysé ! Ça a bloqué ma créativité et je me suis perdue en chemin. Je te rassure, je me suis retrouvée en route, mais à quel prix ? Il aura fallu que je frôle le burn-out pour me réveiller. Ne va pas jusque là s’il te plait 😉

 

Je me souviens de mon premier projet photographique où l’on m’a donné Carte Blanche alors que je débarquais de nulle part.

Ce projet a changé le cours de mon existence. Je crois que c’est à partir de ce moment là que j’ai le plus libéré ma parole. Je suis devenue porteuse de projet, chargée de communication, coiffeuse-maquilleuse-photographe, intervieweuse, négociatrice de partenariats, blogueuse, « influenceuse », fervente démonstratrice du TOUT EST POSSIBLE ! Et bien d’autres choses encore.

 

A 30 ans, j’ai sauté sur un trampoline qui m’a propulsé là où je suis aujourd’hui !

Quelle folie ! Plutôt bien joué pour une meuf qui n’avait rien à dire à l’origine. Oui, je me lance des fleurs. Pourquoi pas ?

 

Aujourd’hui, ça fait presque une semaine que je n’ai pas publié de vidéos sur ma chaine Youtube, parce que c’est comme ça. En ce moment, je n’ai pas envie de montrer ma tête :p

Hier, j’ai eu envie d’écrire un article et puis en fait non. Ce matin, je me suis dit « Je n’ai rien à dire … ». Han ! Je n’ai vraiment plus rien à dire ??? OK. Commençons par Cela et voyons où ça nous mène.

Après ces quelques lignes, je crois que c’est impossible de ne plus rien avoir à dire du tout. Tu peux ne pas avoir envie de montrer ta tête, ne pas avoir envie de parler ou d’écrire, mais ce n’est pas possible de n’avoir rien à exprimer du tout. Ne serait-ce qu’envers nous-même, il y a toujours quelque chose en nous qui ne demande qu’à s’exprimer. Ça passera par le corps, la voix, l’écriture, la peinture, le mouvement, la danse, la créativité sous toutes ses formes, la parole, le chant, le rire, les larmes, la colère, et tout plein d’autres formes !!!

 

Aujourd’hui, si je devais parler à la petite Marie timide de la cour d’école, je lui dirais que sa voix compte et qu’elle a le droit de s’exprimer.

Personne ne devrait être en mesure de la juger ou de la critiquer. Et quand bien même ce serait le cas, je lui dirais de ne pas s’en faire, car malgré tout ce qu’elle va traverser dans sa vie, elle s’en sortira plus forte, plus libre, plus sereine … Elle sera une guerrière des temps modernes qui se battra pour de belles Valeurs.

 

Peu importe ce que l’on dit ou pense de toi, ne cherche pas à plaire à tout le monde.

C’est inutile et en plus c’est super éprouvant de jouer à être quelqu’un d’autre ! Alors va, vis, rêve, ose, agis en conscience, exprime-toi dans toutes tes dimensions … et … Deviens qui tu es … vraiment. La vie est simple. Contrairement à ce que l’on essaie de te faire croire, ce n’est pas si compliqué.

Je t’envoie plein de belles énergies d’Amour et de lumière.

Prends bien soin de toi,

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences…

11 Oct

Persévérer ou abandonner ?

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Ce titre s’est imposé à moi hier soir et résonnait encore ce matin …

 

T’es-tu déjà, toi aussi posé cette question dans ta vie ?

 

En ce moment, je suis dans une énergie de Feuuu !!! J’en profite parce que l’hiver approche. En tant que grande sensible à la luminosité, cette saison n’est en général pas des plus propices pour mon moral. Qui sait ? Maintenant que j’en ai conscience, le vivrais-je sans doute tout autrement.

 

Ce matin, j’ai eu une session Skype avec une cliente géniale pour qui je vais faire des photos la semaine prochaine sur Paris. J’adore ce moment où j’entre en immersion dans l’univers des mes clients avant une séance photo.

 

J’adore ces conversations d’Âme à Âme, pour comprendre leur pourquoi, qui ils sont, ce qui les anime, les Valeurs qu’ils portent, le message qu’ils incarnent. J’adore ces échanges purement authentiques, sans artifices, où quelques mots pouvant paraitre banals sont pourtant si précieux. C’est l’envers du décor avant l’entrée en scène. Un moment hors du temps où l’appareil photo se fera oublier pour laisser place à la spontanéité, au-delà des apparences …

 

Comment penser ne serait-ce qu’une seule seconde à abandonner dans ces moments là ?

 

Ce n’est pas possible.

 

La vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille. Mon compagnon me dit souvent que je n’ai pas choisi le chemin de la facilité. Il trouve cela admirable et courageux. Pourtant je n’ai rien d’une héroïne. J’ai simplement choisi de m’accomplir en entier, dans toutes les dimensions de ma vie. Je vois l’Être humain comme un tout. Pour moi, il n’y a pas de frontières entre le « travail » et la « vie personnelle ». L’épanouissement dans mon activité/passion nourrit ma vie personnelle et inversement. Et c ‘est pareil quand le doute s’empare de moi, ça influe sur l’ensemble.

 

J’ai toujours eu du mal avec cette phrase qui dit : « quand tu arrives au boulot, tu laisses tes « problèmes personnels » à la porte. ». C’est n’importe quoi ! Comment tu peux demander à un salarié d’oublier sa vie de famille, une fois qu’il a franchi la porte de l’entreprise ??? Si quelqu’un a une réponse lucide à ce raisonnement, je suis toute ouïe.

 

Dans ma vie d’entrepreneure, j’ai failli baisser les bras de nombreuses fois.

 

J’ai déjà pensé, et même dit : « je ferais mieux d’aller faire caissière chez Intermarché, ça serait plus simple » (ne me demande pas pourquoi Intermarché, j’en sais rien ! Surtout que je ne vais jamais dans ce magasin ! Bref…). Il y a quelques temps, l’idée d’aller travailler chez Ikéa la nuit et bosser sur mon business le jour m’a traversé l’esprit. Pure folie ! Ça a dû traumatiser une partie de moi parce que j’en ai rêvé la nuit dernière ! Dans le rêve (ou le cauchemar), je venais de travailler une nuit, et je gagnais 150€ brut. WTF ??? Ils sont sérieux !!! 150€ pour 8H de taf la nuit !!! C’est quoi cette arnaque !!! Je ne suis pas là pour dénigrer le salariat et je sais que plein de gens sont dans cette situation et ça leur va très bien. Sauf que … Ce n’est pas pour moi. C’est comme si je tournais le dos à mon Âme, que je la laissais s’éteindre à petit feu … Et mon message ? Et ce que je suis venue faire ici ?

 

Est-ce que je révèlerais la Beauté et les Talents des Êtres sur mon chemin en me postant à la caisse d’un supermarché ou en vendant mon Âme à tout autre grande enseigne ? Est-ce que je continuerais d’inspirer le Tout est Possible ? (hum … Tout est possible ok … mais pas à n’importe quel prix. Il va peut-être falloir que je précise cette notion un jour …) Est-ce qu’en me détournait de ma mission, je serais fidèle à mon mantra : « Derrière la peur, l’Âme agit … »

J’ai souvent sauté dans le vide !

 

J’ai souvent été au bord du précipice. Je me suis très très souvent mise en danger financier parce que je sentais que je devais être ici ou là à cet instant précis ou encore que je devais faire ceci ou cela, là tout de suite maintenant, même si c’était complètement irrationnel, déraisonnable, illogique ou que sais-je encore.

 

J’ai flippé !!! J’ai flippé grave même ! Parce que des fois, quand même, je me suis mise dans de sales draps financièrement parlant. Et pourtant, je m’en suis toujours sortie. L’argent est un moyen et non un fin en soi. Le sujet de l’argent est encore bien trop tabou dans notre société. Lorsque l’on gagne beaucoup d’argent il ne faut pas trop l’étaler parce que c’est mal vu. Lorsqu’on galère, c’est trop la honte alors il faut faire croire que tout va bien de ce côté là. Alors que si nous étions 100% sincère, quelqu’un nous aiderait peut-être à trouver une solution, nous proposerait une opportunité, nous ferait rencontrer quelqu’un d’influent qui ferait en sorte, par je ne sais quelle magie, de débloquer notre situation.

J’ai beaucoup cheminé sur le sujet de l’argent. J’ai viré pas mal de couches de croyances limitantes bien ancrées à ce sujet. Pourtant, je ne me considère pas guérie à 100% sur le sujet. Je chemine encore … Peut-on être 100% à l’aise avec le sujet un jour, hum … je pense que oui. Et ça passe par le dépassement de la peur du jugement, du regard de l’autre … Ici, je te parle d’argent mais c’est pareil pour tout plein d’autres sujets. Ce n’est pas ce qui manque ! En parlant de manque d’ailleurs, rester dans l’énergie du manque ne fera qu’attirer le manque. Alors que vibrer l’énergie de l’Abondance, attirera l’Abondance dans nos vies.

Ça fait super beau comme ça sur le papier, tu trouves pas ?

Il ne suffit pas de la savoir intellectuellement. J’ai longtemps cru que prendre conscience de ce qui nous empoisonnait la vie suffisait. Mais non ! C’est bien de joli de le savoir. Tant que tu n’as pas intégrer dans toutes tes cellules, une nouvelle Energie, TA nouvelle énergie, TA nouvelle Vibration, rien ne changera. Il ne suffit pas de répéter tous les matins, je baigne dans l’Abondance et blablabla. Il faut l’intégrer dans le corps. Je ne sais pas si je suis claire dans mes propos. A l’heure où je parle, c’est ma propre expérience et mon propre ressenti que je partage. Pour le moment, je ne saurais l’expliquer de manière rationnelle et concrète. C’est un simple constat.

 

Tu peux lire tous les livres de développement personnel du monde, tu peux aller à toutes les conférences et tous les séminaires que tu veux. Tu peux faire toutes les formations théoriques en ligne sur un ou plusieurs sujets, qui seront traités en surface, rien ne changera dans ta vie, si tu ne vas pas voir là où tu n’as pas envie d’aller voir. Rien ne changera si tu n’intègres pas dans tes cellules, LA nouvelle information que tu veux donner à ton corps.

 

Soudain, je lève les yeux et je ne sais pas du tout où je suis en train de t’emmener avec ce que je suis en train d’écrire. C’est encore perturbant pour moi, par moment, de me laisser traverser par LE message, par ce qui doit être dit là tout de suite maintenant, même si ça me parait complètement incohérent. Je me sens quelque peu déstabilisée, mais LE message est LE message. Et aussi imparfait soit-il, c’est mon job de le partager !

 

Je ne sais pas quelle est ta situation aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, si tu es en train de porter un projet qui te tient à cœur, ce n’est pas le moment de renoncer ! Si ce projet te fait vibrer au plus profond de toi m’aime. Si tu es en train de répondre à l’Appel de ton Âme, même si tu n’en as pas conscience de manière purement rationnelle, ton job, c’est de continuer de semer des graines. Tu ne sais pas quand est-ce que ça va pousser. Tu ne sais pas combien de fruits cela va donner. Tu ne sais pas. Et c’est pas ton job de le savoir. Ton job, c’est de continuer d’avoir la foi, de faire preuve de courage et de persévérance. Si tu as l’impression d’avoir échoué, sache que l’échec est purement illusoire. Tu n’as pas échoué, tu as appris et tu en es ressorti(e) plus fort(e), plus grand(e), plus riche. Oui oui plus riche, même si tu as « perdu » de l’argent en chemin. En vrai, il n’est pas vraiment perdu, si ton intention était juste, il te reviendra d’une autre manière. Tu ne sais juste pas quand. Et je te le répète, ce n’est pas ton job de savoir quand.

 

As-tu envie de laisser en plan la vie à laquelle tu aspires, pour être et faire ce que la majorité attend de toi ? As-tu envie d’être raisonnable ? As-tu envie de plaire à tout le monde ? As-tu envie d’être sourd(e) à l’Appel de ton Âme ? As-tu envie de dire « ah si j’avais su » ou encore « je regrette tellement … », le jour où tu seras sur ton lit de mort ?

 

Désolée, je suis (enfin non … pas désolée, c’est comme ça)

J’en ai marre de voir des gens vivre à moitié. J’en ai marre qu’encore trop de gens pensent qu’ils n’ont pas le choix. J’en ai marre quand parfois, moi aussi, les jours où je suis moins en forme, je pourrais me laisser embarquer dans un négativisme ambiant et être tentée de baisser les bras. Je reste humaine après tout, soyons honnête.

 

Et pourtant, à chaque moment où j’ai douté, à chaque moment où j’ai failli abandonner, à chaque moment où j’ai tout remis en question, il s’est toujours passé quelque chose de magique :

 

une rencontre improbable, un message d’un(e) inconnu(e), un nouveau client sorti de nulle part, un détail sur mon chemin, une bribe de conversation dans le bus …

A chaque fois, sans exception, la flamme que je croyais prête à s’éteindre s’est rallumée de plus belle parce que j’ai su accueillir ces petites choses peut-être insignifiante au premier abord, et qui ont su changer la face du monde, de ma vie, de mon destin…

Il n’y a pas de petites actions. Il n’y a pas de place pour « A quoi bon ? A quoi ça sert tout ça ? ». Il n’y a pas de place pour moi à la caisse du supermarché, parce que c’est pas mon job.

 

Quand ton cœur, ton Âme et ton corps sont alignés, c’est ok.

 

Ça pourrait totalement être ok pour moi, d’aller bosser chez Ikéa ou tout autre grande enseigne, si je savais pourquoi je le fais et ce qui m’anime dans cette expérience. Là, si je me pose en conscience, mon cœur se serre, ma respiration devient plus difficile, mon énergie baisse … Tout ces signaux que la plupart des gens n’écoutent pas, ça veut dire que c’est pas OK !

 

A contrario, si je me pose en conscience et que je pense à la séance photo qui se prépare avec ma cliente de Paris, j’ai le smile, je sens du chaud dans mon cœur, j’ai plein d’images pétillantes et colorées qui m’arrivent, ma respiration est fluide et je sens un regain d’énergie immense !!! Là, ça veut dire que c’est OK pour moi, et que je me sens alignée avec cette expérience. Tu vois la nuance ?

Je t’invite à faire cet exercice régulièrement.

 

Les signaux du corps ne trompent pas. Tout est inscrit à l’intérieur de toi.

Ton coeur sait. Ton corps sait. Ton Âme sait.

Toi seul(e) sait et sent ce qui est bon pour toi.

Ne laisse personne t’imposer sa vision. Sens à chaque instant.

Tu es libre. Tu es libre de penser et d’agir à TA façon.

Deviens qui tu es … Vraiment.

Je t’envoie plein de belles énergies d’Amour et de lumière.

Prends bien soin de toi.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

P.S : si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message.

10 Oct

La course aux « Likes » !

Marie Guibouin / Blog / / 3 Commentaires

La course aux « Likes » …

A quoi ça rime ? A quoi on joue ? Pour qui ? Pour quoi ?

Pourquoi ?

Ça a commencé avec l’ère Facebookien… Hum … Même si YouTube était là avant. De mon point de vue, cette course infernale a démarré avec le bonhomme bleu ! J’ai été dans cette course !!! Je ne vais pas te mentir, ça me faisait bien plaisir quand la petite pastille rouge m’informait d’un nouveau « j’aime ». Et soudain, comme ça, sans prévenir, la petite pastille est devenue une drogue. Une drogue douce en apparence qui s’est transformée en drogue dure sans crier gare !

 

La course aux « Likes » et à l’instantané !!!

 

Dans une ère où tout va très vite, il fallait réagir très vite ! Plus j’avais de « j’aime » en un temps record, plus ça gonflait mon ego ! Et ça m’encourageait aussi soyons honnêtes ! Je ne suis pas là pour dire que c’est bien ou mal. J’invite simplement au débat, à la conversation …

 

Quand j’ai quitté Facebook en juin, je me suis sentie libérée d’un poids énorme ! J’ai aussi compris que ma « réussite » ne se résumait pas aux nombres de « likes » sur une page ou un nouvel article. En quittant le bonhomme bleu, j’ai retrouvé l’humanité. Mes propos sont peut-être un peu extrêmes car j’ai aussi fait de très belles rencontres sur Facebook. A l’heure d’aujourd’hui, je pense que c’est un réseau formidable, si nous l’utilisons à bon escient. Je n’ai sans doute pas réussi à faire la part des choses. Je n’arrivais pas à être présente « à moitié », alors j’ai fait le choix de partir pour mon plus grand bien !

 

Lorsque j’ai annoncé mon départ, le nombre d’abonnés à ma newsletter a doublé ! Youpi !!! Seulement, si on suit la logique de la course aux « Likes », il aurait dû se multiplier par 10 minimum. Aujourd’hui, ça vaut quoi un « like » ? Entre ceux qui « likent » tout et n’importe quoi sans même regarder de quoi il s’agit, ceux qui « likent » dans l’espoir que toi aussi tu ailles « liker » le dernier truc qu’ils ont publié … Et entre tout ça, il y a les vrais, ceux qui s’intéressent vraiment à ton contenu. Les vrais, qui sont noyés dans la masse mais qui sont quand même là.

 

Alors à quoi bon cette course infernale ???

 

Depuis que j’ai quitté le bonhomme bleu, je suis plus présente sur Linkedin. J’apprécie ce réseau pour la connexion directe entre professionnels. Pourtant, j’ai remarqué que là aussi, la course aux « Likes » a sévi ! Dernièrement, quelqu’un m’a conseillé (coucou si tu passes par là !) de poster un truc qui va faire le buzz, pour que mes publications suivantes soient plus vues ! Stratégiquement parlant c’est sûrement un très bon conseil. Je ne dis pas le contraire ! Sauf que je n’ai pas envie de Cela. Je suis sûrement une très mauvaise « marketeuse » (chacun son métier !).

Lorsque j’écris, c’est pour partager ce que je ressens à un instant T. Je ne réfléchis pas à la tournure de mes phrases. J’écris comme ça vient. Je ne suis pas en train de me dire que je vais écrire comme ceci ou comme cela parce que ça va choquer des gens, et donc faire une polémique, et donc plein de gens vont voir mon article. D’un certain point de vue, j’ai sûrement tort sur toute la ligne ! Et si c’est le cas, tant pis ! J’écris parce que j’aime écrire, partager et ouvrir la conversation. Si je me mets à écrire en faisant tout un calcul complètement alambiqué, je perdrais en authenticité et je mettrais la journée à écrire, tellement ça ne serait pas naturel pour moi.

Je ne suis pas en train de rejeter tous les concepts de stratégie marketing en bloc. Je n’ai rien contre améliorer ma visibilité. Mais si c’est au détriment de mon message, je dis non ! Alors tant pis ! Ça mettra plus de temps et je ne serais pas « populaire ».

 

Et alors ? A quoi bon ?

 

En ce moment, je reçois de plus en plus de mails de personnes qui arrivent sur mon site « par hasard » ou par recommandation. Mes clients arrivent souvent par des chemins complètement improbables et ça me fascine de jour en jour !

De manière totalement objective, je crois sincèrement, que c’est le fruit d’un travail de longue haleine. Ça va bientôt faire 3 ans que j’écris en ligne. Au début de manière très aléatoire, aujourd’hui, c’est plus fluide et plus régulier.

J’écris ce qui vient, selon l’inspiration du moment. Mes deux premières années, j’ai beaucoup été dans ma tête, je croyais que je ne pouvais pas parler de tout, je me disais que les gens n’allaient pas comprendre, qu’il fallait que je trouve MA ligne éditoriale et blablabla. Aujourd’hui, je partage avec mon cœur et c’est bien plus simple comme ça. Les « vrais » comprennent, les « vrais » savent. Et même quand j’ai l’impression de partir dans tous les sens, les « vrais » savent lire entre les lignes.

Alors à quoi bon la courses aux « Likes », la course aux statistiques, la course au nombre de vues ?

 

Le message, TON message, arrivera d’une manière ou d’une autre à la personne qui en a besoin. Tout le temps que tu passes à conceptualiser, tu n’es pas dans Ta zone de Génie. Alors, sois tel(le) que tu es vraiment ! Ne cherche pas à être quelqu’un d’autre. Auquel cas, tes lecteurs aimeront ou n’aimeront pas une personne qui n’existe pas. Et c’est plutôt farfelu !

Ne cherche pas à plaire à tout le monde. Partage ce que tu as envie de partager avec le cœur, et tout s’imbriquera comme ça doit s’imbriquer. Et si ton message ne touche qu’une seule personne, c’est le plus beau des cadeaux !

 

A présent, va, vis, rêve, ose, agit … et Deviens qui tu es … vraiment !

 

Je te souhaite une belle journée !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

09 Oct

Ralentir pour aller plus vite !

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Ralentir pour aller plus vite …

A priori, deux données diamétralement opposées. En réalité, elles sont si proches.

Ce week-end, j’ai expérimenté 24 heures sans écrans. J’ai éteins mon téléphone, ma tablette et mon ordinateur. On devient vite accroché à ces machins là sans même s’en apercevoir.

 

Comment vivre sans Internet ???

 

Pour ma part, non seulement ce sont mes outils de travail, mais aussi, c’est le Monde à notre portée. La technologie est fascinante et je n’ai rien contre. Pourtant, vendredi, en fin d’après-midi, lorsque le besoin de ralentir s’est fait sentir, j’ai eu une envie pressante de me couper de tous les écrans, incluant mon téléphone portable ! Je pensais que ça durerait tout le week-end mais 24 heures ont suffit. Lorsque j’ai reconnecté à ces objets dimanche en fin d’après-midi, mes pensées étaient plus claires, et j’étais plus concentrée à ce que j’avais à faire.

 

Durant ces 24 heures non connectée à la sphère de l’Internet,

 

j’ai dévoré 2 bouquins que j’avais à côté de moi depuis au moins 1 an et que je n’avais pas pris le temps d’ouvrir. J’ai médité, beaucoup. J’ai marché en nature. J’ai écrit dans mon carnet de combattant du Cercle de l’Aigle. J’ai écrit dans mon carnet tout court. De manière plus globale, j’étais plus consciente du moindre de mes gestes. Mes pensées se sont structurées.

 

J’ai déclenché comme un beug dans ma matrice !

 

Un beug nécessaire. Il y a un de mes comportements qui m’énervait moi-même depuis pas mal de temps. Le matin, dès que je me levais, je checkais mes mails. C’était devenu automatique. Ce qui ne servait absolument à rien du tout puisque je ne pouvais pas répondre dans l’immédiateté ! Sauf que plus je m’en rendais compte, plus je m’auto-saoulais à faire ça. Mais je continuais quand même ! Peut-être que ça te parait banal comme comportement, peut-être que toi aussi tu fais ça, ou peut-être que ça te parait complètement aberrant ou inutile.

 

Bref, ce matin, pour la première fois depuis, oh la la je sais pas combien de temps, je me suis levée et je ne suis pas entrée dans mon bureau avant d’avoir pris soin de moi. Victoire !!! Je n’ai pas ouvert ma boite mail avant d’avoir l’espace disponible pour Cela. Ça fait seulement un jour me diras-tu … Mais ça se fête quand même non ? \•/

 

Ce mois-ci, j’ai décidé d’expérimenter une fois par semaine : 24 heures sans écrans. Curieuse de voir ce qui pourra émerger. Je pressens déjà à quel point ça va décupler ma créativité ! Affaire à suivre donc !

 

Et toi ? Quel est ton rapport aux technologies ? Arrives-tu à t’en détacher facilement ? As-tu toi aussi des comportements qui t’auto-saoule ? Partage ton expérience dans les commentaires !

 

Nouveauté : j’ai décidé de changer le format de ma newsletter !

A présent, voici comment je vais communiquer avec toi si tu es abonné(e) :

  • Chaque lundi, je partagerais avec toi ce que j’ai appris/expérimenté dans le week-end, un message positif et inspirant pour bien débuter la semaine !
  • Tous les mercredi, je te présenterais une photo que tu pourras retrouver en tirage d’Art dans ma boutique LUMYS et en impression sur des produits dérivés dans ma boutique REDBUBBLE 🙂
  • Le vendredi, ce sera le bilan de la semaine, les articles et/ou les vidéos, j’ai lu … & plein de good vibesss pour un week-end pétillant !

 

C’est tout pour le moment !

Je te souhaite une belle journée !

A bientôt ici ou ailleurs.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

04 Oct

Je me sens l’Âme d’une Guerrière !

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Aujourd’hui, je me sens l’Âme d’une Guerrière !

En vrai, ça ne date pas d’aujourd’hui, ça a toujours été là, au fond de moi. J’ai toujours senti ce Feuuu à l’intérieur de moi. J’ai toujours su que que j’étais investi d’une mission importante sur cette planète.

Mais je ne savais pas quoi ???

Quand j’étais petite, je rêvais que tous les gens de la planète s’aiment. Oui, on peut être guerrière et Bisounours en même temps 😀 Pourquoi pas ?

A un moment, j’ai voulu changer le monde ! Après, j’ai voulu convaincre tout un tas de gens que ceci ou cela était possible. J’ai eu envie de secouer comme des pruniers, tout un tas de personnes sur mon chemin !

Puis un jour, j’ai compris.

J’ai compris que le changement que je voulais faire dans ce monde, c’est de moi qu’il partait. J’ai compris que j’étais (je suis) le changement. Toi aussi tu es le changement.

Chaque Être Humain sur cette Planète participe au changement qu’il veut voir dans le monde.

Ça commence d’abord par soi.

Aujourd’hui, dans mon monde, tout va bien.

Je sais, je choque des gens en disant Cela. Il parait que les ignorants sont bénis… Ça ne veut pas dire que j’ignore TOUT ce qui se passe dans le monde. Mais en vrai j’en ignore une grande partie. Il y a quelques années, j’étais mal à l’aise avec ça. Je me sentais coupable de ne pas m’intéresser aux infos. Aujourd’hui, je crois que mon « ignorance » me permet d’accomplir des choses que je n’oserais sûrement pas accomplir si j’étais submergée par l’actualité et la misère du monde.

Je n’ai plus de télévision depuis une quinzaine d’années et c’est une des choses qui m’a donnée la plus grand liberté de penser, d’Être et d’Agir.

J’ai conscience qu’il y a des injustices partout, je sais que dans certains pays c’est la misère ou la guerre et qu’ils se passent des choses affreuses de ci de là. Si vraiment ça me révoltait, je serais déjà partie à l’autre bout du Monde pour faire ma part. Et soit honnête, si toi aussi ça te touchait tellement, tu ne serais pas en France, tu serais allé(e) faire ta part toi aussi. Certains crieront peut-être que je suis égoïste et que je ne pense qu’à ma gueule !

Pensez donc ce que vous voulez.

J’ai simplement choisi de prendre soin de moi en premier, puis d’agir sur mon environnement proche. Je crois au pouvoir de la Vibration.

Je pense sincèrement que si chacun faisait sa part, à son échelle, ça créerait une vibration si intense que le monde pourrait basculer de la guerre à la paix en une fraction de seconde.

Aujourd’hui, la guerre elle commence avec soi-même. Combien de fois tu t’es auto-flagellé(e) ? Combien de fois tu t’es dénigré(e) toi m’aime ? Combien de fois tu as critiqué ton voisin ? Combien de fois tu t’es senti(e) nul(le), pas assez bien, trop ceci ou pas assez cela ? Franchement, je crois qu’il n’y a pas un seul être humain sur cette Terre qui a été épargné. On y est tous passé ! Et même encore maintenant. On a beau se remettre en question, nous avons la critique facile, surtout envers nous-même. Commençons déjà par cesser ce combat contre nous m’aime et devenons notre propre allié(e) !

C’est Cela être une Vraie Guerrière !

Avant, j’utilisais mon « pouvoir » de guerrière à mauvais escient. Déjà, je l’utilisais contre moi en me rebellant contre tout, y compris envers moi m’aime.

Puis un jour, les Arts internes sont arrivés dans ma vie. Ça a commencé par la Qi Gong du Dragon. Là, j’ai commencé à ressentir l’Énergie, même si à l’époque je n’en comprenais pas très bien les subtilités. Aujourd’hui je chemine encore et je pense que le chemin ne sera jamais terminé. Pour l’anecdote, la première fois que j’ai pratiqué le Qi Gong du Dragon, j’ai déménagé dans la foulée ! Je me suis prise en pleine poire en rentrant chez moi, que l’environnement dans lequel je vivais ne me correspondait pas. Ne crois pas que le Qi Gong est un « sport » de mamie du 3ème âge, c’est tout le contraire ! Quelques mois plus tard, le Kung-Fu Bagua Zhang est arrivé. La sensation d’être un bébé qui fait ses premiers pas.

Le combat dans la détente et la souplesse …

Ah bon ? Je n’ai pas besoin d’être une baraque de deux mètres de haut et 80 kilos pour être une combattante ! Révélation !

Les Arts internes, ce n’est pas un loisir du dimanche, c’est un véritable état d’Esprit. Tout ce que j’apprends relie le corps et l’Esprit et rayonne sur toutes les sphères de ma vie. Ce n’est que maintenant que je le ressens vraiment dans toutes mes cellules et dans ma vie.

Ce n’est que ma troisième année de pratique et cette année, j’ai intégré le Cercle de l’Aigle !

« Le but du Cercle de l’Aigle de l’école Arkhelios est de former des combattants dans un sens moderne et renouvelé. Le Cercle de l’Aigle est un groupe de pratiquants engagés dans une formation la plus complète possible et adaptée à notre société actuelle.

Pour qui ? La formation s’adresse à des gens motivés qui sont capables d’une certaine autonomie et discipline dans leur pratique. Des gens qui ont un objectif dans lequel leur pratique martiale et le développement de leurs capacités s’associent d’une manière ou d’une autre à leur créativité ou à leur profession ou à leur projet socio-professionnel. Le Cercle de l’Aigle se veut un tremplin pour des Créatifs Culturels qui portent des projets généreux pour les autres et pour l’ensemble de la société. » – Source : http://arkhelios.org/cercle-de-laigle/ ».

Je suis tellement heureuse de pratiquer cet Art dans le partage, l’entraide et la bienveillance pour servir un But bien plus grand que moi.

Arts Martiaux : le Cercle de l'Aigle - Episode 01"Le commencement"

Hier, je suis allée au 1er BOOSTCAMP de la CCI à Lille : « Venez muscler votre Business » et j’ai beaucoup appris ! J’ai compris que je n’étais pas seule et j’ai rencontré de belles personnes. Vraiment. Il y a encore quelques années, voire quelques mois, j’avais encore beaucoup d’à priori sur ce type d’évènements. Aujourd’hui, je me sens grandi. Nous grandissons tous un peu plus chaque jour (je crois).

Il y a quelques jours, je partageais avec toi le fait de me sentir « Une Autre ». Je le vérifie à chaque instant.

En même temps que j’éveille mon Âme de Guerrière, je suis beaucoup plus douce avec moi m’aime que je ne l’ai jamais été je crois.

 

Hier soir, en allant me balader au parc, j’ai pensé à une offre pour les femmes « Réveille ton Âme de Guerrière » ! Un accompagnement individuel sur une demie-journée ou une journée, pour reconnecter à ce Feu qui vibre en toi. Si tu es en train de lire cet article, tu as sûrement ce feu en toi, même si tu ne le perçois pas forcément tout le temps !

Dans l’inconscient collectif, les femmes n’ont pas le droit d’être des guerrières (à part dans les films de temps en temps). C’est réservé aux hommes. Les hommes doivent être forts et protecteurs et les femmes doivent être faibles et tristes. Je ne veux pas faire de généralité parce que le monde bouge heureusement !

Il n’empêche que c’est quand même là. Ça flotte dans les consciences … Tu verras rarement un homme chialer alors qu’une femme qui pleure pour un oui ou pour un non, c’est normal ! Hey ! Les mecs, vous avez le droit de chialer, on vous dira rien.

A contrario, nous sommes encore trop peu nombreuses à Oser sortir ce Feu à l’intérieur de nous !!! Ça ne veut pas dire qu’on va arrêter de pleurer, continuons de vivre pleinement nos émotions.

Une Vraie Guerrière, c’est une femme qui Ose s’exprimer dans toutes ses dimensions, qui Ose s’affranchir des règles ou d’une pseudo mode. C’est une femme qui Ose être qui elle est vraiment ! Alors si tu es une femme, que tu sens que tu as l’Âme d’une guerrière et que tu ressens l’élan de libérer ton Feu intérieur, mais que tu as besoin d’aide, juste besoin de quelqu’un à côté de toi qui te dise : c’est ok, tu peux y aller à fond ! Fais-moi signe, je peux t’aider 😉

Je ne pensais pas du tout écrire tout cela. Je me suis vraiment enflammée ! C’est que ça devait être écrit et partagé !

Je te souhaite une belle journée !

Prends bien soin de toi (et ça vaut aussi pour toi si tu es un homme ;))

A bientôt !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

P.S. : si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message.

DEVIENS QUI TU ES, l’accompagnement individuel sur-mesure
pour t’inviter à Rêver, Oser et Agir !

Il est temps de révéler ta Beauté et tes Talents au Monde ! Réserve ta séance photo !

Illumine ton intérieur en achetant de l’Art dans ma boutique LUMYS 🙂

Dans ma boutique REDBUBBLE, tu y trouveras mes photos d’Art dans tous leurs états : impression sur vêtements, coque de téléphone portable, stickers, mugs, coussins, carnets #carnetaddict, cartes postales, sacs … et bien d’autres belles surprises !!!

Crédit photo : Christelle Guibouin
30 Sep

Quand j’étais coiffeuse …

Marie Guibouin / Blog / / 1 Commentaire

Hier soir, je me suis rappelée l’époque où je travaillais en salon de coiffure. J’en ai coiffé des centaines d’hommes et de femmes en plus de 10 ans de coiffure. Puis, il y a eu le maquillage, j’en ai maquillé des centaines de femmes et d’hommes (oui oui j’ai aussi maquillé des hommes). Aujourd’hui, lors de mes séances photo à la demie-journée et à la journée, il m’arrive de ressortir mes ciseaux et mes pinceaux à maquillage en fonction des projets.

J’ai conscience que j’ai énormément de richesse entre mes doigts.

La dernière fois que j’ai travaillé en tant que salariée (ça a quand même duré 7 ans), j’étais en bataille perpétuelle avec ma hiérarchie car ma priorité était de prendre soin de mes clients. Plutôt logique, me diras-tu ! Pas pour tout le monde apparemment. J’ai dû batailler pour dire non, quand on me demandait de prendre un client « entre-deux ». Ça veut dire quoi ça ? Nous ne sommes pas là pour faire de l’abattage ! Ça m’a toujours exaspéré ! Franchement, les coiffeurs consciencieux en salon de coiffure, ils ont du mérite ! C’est un vrai marathon de jongler avec plusieurs clients en même temps et de faire face à la pression de la hiérarchie.

Après avoir traversé des phases difficiles, j’avais réussi à me créer ma bulle. C’était un grand salon. Nous étions nombreux ! Et pourtant, j’avais réussi, je crois, à créer ma bulle au milieu de ce brouhaha. J’ai eu beaucoup de clients fidèles. J’ai aussi récupérer beaucoup de « traumatisés des coiffeurs ». Je crois que j’aurais pu en faire une spécialité ! Mince ! J’ai raté ma vocation tu crois ???

J’écoutais beaucoup mes clients pour comprendre qui ils étaient. C’est quelque chose qui est resté et qui s’amplifie de manière exponentielle. Je ne conçois pas la vie sans échanges et sans relations humaines. C’est totalement inconcevable.

Il était rarissime que mes clients arrivaient avec une photo en mode « je veux ça ». Déjà, tu n’as pas la même tête que la meuf ou le type sur la photo alors on va discuter si tu veux bien 🙂 Et si tu as des choses à me montrer je suis ok, mais montre moi ce que tu détestes et ce que tu kiffes alors, et on va mettre tout ça dans un shaker et composer sur-mesure ! Je me rends compte que j’ai toujours aimé le sur-mesure. Je crois que c’est aussi pour ça que je me suis mise à couper sur cheveux secs. En fait, je n’arrive même plus à concevoir une coupe de cheveux sur cheveux mouillés maintenant ! On voit rien ! Les épis, le mouvement naturel de tes cheveux, leur façon de bouger, de vivre, de danser ! Oui oui, ton cheveu est vivant ! C’est comme une sculpture, une œuvre d’Art ! Oui oui, une Œuvre d’Art carrément ! Parce que … pourquoi pas ?

C’est quand même la première chose que tu vois le matin au réveil ! Et quand t’es pas bien avec tes cheveux, t’es pas bien dans ta tête ! Je ne sais pas si c’est pareil pour toi, mais moi, à chaque fois que je néglige mes cheveux, que je n’y fais plus trop attention, que je les laisse trop longs, qu’ils ne se mettent plus « fou-fou » comme j’aime bien, ou encore que j’ai laissé ma couleur se ternir, je me sens toute « plate » et sans énergie.

Et toi ? C’est quoi la relation que tu as avec tes cheveux ?

Quand j’étais coiffeuse entre les 4 murs d’un salon de coiffure, cette incroyable course contre la montre au détriment du client, ça me mettait hors de moi, à l’intérieur ! Parce qu’en apparence, il « fallait » rester professionnel.

En dehors de ça, j’ai vécu beaucoup de moments de joie, car je dois dire que j’avais des clients vraiment géniaux !

On avait un lien spécial. Ils ne venaient pas « juste » pour une coupe de cheveux. C’était au-delà de ça. Avec le recul, je m’en rends compte. C’était leur bulle d’air de la journée, leur rayon de soleil, le moment où ils pouvaient enfin se poser, papoter ou être silencieux. Je n’étais pas le genre de coiffeuse à absolument faire la conversation si je sentais que ma/mon client(e) avait besoin de se poser et d’écouter son silence intérieur ou de vagabonder dans ses pensées. Certain(e)s se livraient, se confiaient à moi. Je me souviens en avoir boosté plus d’un(e) ! Déjà là, quelque chose se tramait, sans même que j’en ai conscience. Tiens, d’ailleurs, si tu es un(e) de mes ancien(ne)s client(e)s de l’époque, que tu as atterri sur cette newsletter par je ne sais quel hasard et que tu as envie de témoigner, ça m’intéresse ! 

Lorsque j’ai quitté ce salon, j’ai reçu beaucoup d’amour. Je ne pensais pas que mes clients étaient si attachés à moi. Certain(e)s ont même versé quelques larmes. Plus tard, j’ai su que les 3/4 d’entre eux n’avaient pas remis les pieds dans ce salon. Et plus tard encore, j’ai appris que ma hiérarchie à galérer à me remplacer. Alors qu’on me critiquait parce que soit disant, je prenais trop de temps avec mes clients, là, on disait de moi que je m’occupais bien de mes clients quand même … Trop tard, je n’étais plus là. Je ne suis pas en train de dire que je suis irremplaçable, il y a des milliers de coiffeurs très professionnels sur la planète !

Il y a une chose que je ne comprends pas dans les salons ! Pourquoi on montre aux clients des photos de nanas et de mecs « photosophés » sur des livres sans âme ? Pourquoi on ne montre pas des « vrais gens » ? Ok, ce sont des vrais gens aussi, mais dans la vie toi, par exemple, est-ce que t’es figé(e) comme ça, à faire la moue, la tête de 3/4, sans un seul cheveu qui bouge ? Pourquoi on ne montre pas des photos des clients qui ce sont fait coiffer par les coiffeurs du salon par exemple ? Ça aurait plus de sens, non ? Qu’en penses-tu ?

Je pourrais partir loin dans cette conversation alors si tu as envie de philosopher avec moi, fais-moi signe 😉

Je crois que je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, car je sens que je pourrais partir très très loin. Il y a quelques mois, je suis entrée dans un salon pour leur demander si c’était eux qui avaient coiffer la dame qui était exposer sur la vitrine. On m’a regardé avec des grands yeux en me disant que non. Innocemment, j’ai demandé pourquoi ???

– Parce que là, c’est bien fait.

Euh … Parce que ce que vous faites vous, c’est pas bien ? Bon … j’espère que je ne l’ai pas traumatisée avec mes questions. Après, je conçois que ce n’est pas évident à mettre en place. Coiffer est une chose, faire des photos en est une autre. Et c’est là que j’interviens ! Tadaaaaam !!! Tu veux mettre en lumière ton travail, ton talents et tes clients ? J’arriiive !!!

A un moment, j’ai pensé que je pourrais faire la révolution et changer le regard et le train-train des salons de coiffure. A mon avis y’a du boulot ! Et puis, c’est resté là dans un coin de ma tête. J’y repense de temps en temps ! Je connais les problématiques du terrain. Je sais que lorsque l’on a la tête dans le guidon, c’est bien plus simple d’acheter un bouquin et un poster tout fait au représentant, même si tout le monde va se retrouver avec la même chose.

Comme d’habitude, je ne sais pas pourquoi je me suis mise à parler de ça. Sûrement que ça devait sortir. Enfin oui, ça devait sortir, évidemment ! En tout cas, si tu connais un coiffeur ou une coiffeuse de ouf, qui serait prêt à révolutionner un peu les codes, je suis à son écoute :p

Et si toi, tu as envie de mettre en lumière ta Beauté et tes Talents, je suis là pour toi !

Il n’y a pas de limites à ce que tu rêves d’entreprendre !

Prends bien soin de toi et à bientôt !

Marie,
Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

P.S. : si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message 🙂

Tu as envie de recevoir des nouvelles ensoleillées dans ta boite mail et être au courant de tout ce qui se trame ici dans l’envers du décor ? Inscris-toi à ma newsletter ! C’est gratuit et c’est bon pour le moral :p

Il est temps de révéler ta Beauté et tes Talents au Monde ! Réserve ta séance photo !

Illumine ton intérieur en achetant de l’Art dans ma boutique LUMYS !

Dans ma boutique REDBUBBLE, tu y trouveras mes photos d’Art dans tous leurs états : impression sur vêtements, coque de téléphone portable, stickers, mugs, coussins, carnets #carnetaddict, cartes postales, sacs … et bien d’autres belles surprises !!!

29 Sep

Est-ce vraiment qu’une histoire de chance ?

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Lac d’Annecy, je ne pouvais pas partir sans te contempler. Je me suis trouvée très chanceuse d’avoir le privilège d’être là et de savourer cet Instant tout simplement. J’ai contemplé cette Beauté qui s’offrait à moi. J’ai écrit dans mon carnet. J’ai senti le soleil sur ma peau. J’ai respiré à plein poumon.

J’ai de la chance ai-je pensé. Mais est-ce vraiment qu’une histoire de chance ?

Puis mes pensées ont vagabondé… Et là, tout est devenu évident.

 

J’ai toujours rêvé de proposer du sur-mesure haut de gamme à mes clients.

 

Pourtant je ne me suis jamais autorisée à le faire. Enfin si, aujourd’hui je commence tout doucement, timidement …

Tout était là devant mes yeux, depuis si longtemps.

J’ai travaillé 7 années dans un salon de coiffure « Meilleur Ouvrier de France », avant de retourner à l’école pour me former à l’Art du maquillage. Je voulais la meilleure. J’ai mis 5 ans à rembourser mon prêt étudiant et je n’en suis pas morte.

J’ai travaillé 2 ans avec un photographe qui vendait 1 photo, 1500€ minimum en me payant 50€, et je me suis laissée faire jusqu’à ce que je me réveille un jour en prenant conscience que ce n’était pas juste.

Puis un jour j’ai crée mon 1er projet photographique qui a généré 10000€ et j’ai oublié de me payer. Je me suis retrouvée à 2000€ de découvert.

Une autre fois, j’ai travaillé quasiment 3 semaines pour mettre en lumière un artiste et à la fin on m’a donné 200 balles.

J’ai fait beaucoup d’erreurs. Maintes fois, je n’ai pas eu conscience de ma Valeur et de la Valeur que j’apportais. Souvent, je ne me suis pas sentie légitime. De nombreuses fois, j’ai eu peur de ne pas en faire assez. Aujourd’hui, je doute encore. Et souvent, j’ai peur. Mais j’Ose quand même, encore un peu plus chaque jour.

Cette semaine en montagne m’a changée.

Je suis sur le chemin du retour et je me sens une Autre. Beaucoup de choses vont changer dans mon Business. Je ne sais pas encore quoi ni comment mais ça s’éclaircit de jour en jour. Je sens que ça fait son chemin à l’intérieur de moi. J’ai le cœur rempli d’Amour et de Gratitude pour tous les défis que j’ai rencontré sur ma route. Je n’en serais pas là sans eux.

Ne te fie pas aux apparences. Tu crois peut-être que tout à l’air facile et fluide pour moi. Ce n’est que la surface de l’iceberg. Si tu regardes en dessous, j’ai fait beaucoup d’erreurs et j’en ferais sans doute encore. J’ai lancé des choses qui n’ont pas marché. Je me suis fait exploiter sans m’en rendre compte. J’ai été « trop gentille ». Souvent, j’ai fermé ma gueule alors que j’avais juste envie de crier. De nombreuses fois, j’ai dit oui alors que c’était non. J’ai dit oui pour faire plaisir. J’ai dit oui par peur de ce qu’on allait penser de moi. J’ai dit oui pour faire comme tout le monde. Aujourd’hui je dis souvent non. Quand je dis non, je me dis oui à moi m’aime. Quand je dis OUI ce sont de vrais oui.

Ce week-end, j’ai accompagné Camille à se révéler dans toutes ses dimensions. Dès le lendemain, elle a ouvert son blog et je suis déjà accro à ses articles ! Va voir son site, c’est 15septembre.fr ! Camille, c’est une jeune femme ultra créative qui écrit avec son cœur et photographie avec son Âme. Camille a un don pour aider les gens et révéler ce qu’il y a de plus beau en eux. C’est une femme sensible qui incarne chaque jour un peu plus sa mission de vie. Je suis fière de la voir déployer ses ailes un peu plus chaque jour, au-delà de la peur, au-delà des apparences …

A mes côtés ces derniers jours, ma Petite Soeur au Grand Coeur, Christelle <3 <3 <3 Elle a le don de mettre de la joie dans tout. Elle t’apaise l’Esprit par le son de sa voix et de sa flûte. Elle joue avec les couleurs et met de la vie dans ton assiette. Avec elle à tes côtés, ce que tu manges n’aura jamais eu autant de saveur. C’est une Artiste du son, de l’Âme et du Corps dans son intégralité. Va découvrir son univers ici : christelleguibouin.com.

J’ai de la chance. Mais est-ce vraiment qu’une histoire de chance … ? »

Tu as peut-être l’impression que je n’écris pas beaucoup en ce moment. Il n’en est rien. Je communique presque tous les jours avec mes abonnés. J’aime cette relation intimiste qui se crée. Les échanges qui en résultent sont tellement enrichissants et inspirants. Si toi aussi, tu as envie de faire partie des privilégiés qui sont au courant de tout avant tout le monde, je t’invite à t’abonner à ma newsletter pas comme les autres 😉

18 Sep

Quand tu crois être un OVNI …

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Quand tu crois être un « Ovni » dans ton activité, que tu as l’impression de patauger tout(e) seul(e) dans ta semoule et que personne ne comprend ce que tu fabriques, surtout, ne t’arrête pas en si bon chemin !

Déjà, tu ne peux pas dire que personne ne comprend ce que tu fais, car il y a plein de monde qui s’intéresse à ton travail, même si la plupart sont silencieux. Je sais que dans « personne », tu parles de ton entourage qui t’observe de loin en attendant que tu glisses sur une peau de banane ou en espérant secrètement que ça marche pour toi même s’ils ne cernent pas bien le concept.

Tu en as par-dessus la tête que l’on te dise « ça va, t’as des clients ? », « mais tu fais quoi exactement ? », « mais c’est pas vraiment un boulot, tu as l’air d’être passionné(e), c’est plutôt un hobbie », « non mais un vrai boulot, c’est aller au bureau de telle heure à telle heure, avoir un salaire à la fin du mois et voilà. Tout le reste c’est dans la catégorie : loisirs », « je ne vois vraiment pas l’intérêt de passer 4 heures à écrire un article alors que tu gagnes pas d’argent à faire ça… »

Bon, là, tu as juste envie de tous les étrangler mais tu essaies de garder ton calme, quoi qu’il arrive. « Ne pas prendre les choses personnellement » dit un des 4 accords toltèques. Alors, arrête-toi un instant, respire et sens ce qui est bon pour toi. Au-delà des apparences… Au-delà du regard des autres …

Peu importe si tu es incompris(e) par la majorité. Qui a dit que la majorité avait raison ?

Si tu te sens porté(e) par ce que tu crées, si tu sens que ça t’appelle, même si tu ne sais pas très bien pourquoi, continue. Si tes décisions sont parfois (hum … souvent illogiques), t’occupe pas du regard et des réflexions des gens qui te tirent vers le bas.

KEEP CALM

Apprends à faire le calme en toi. C’est la Base. Plus tu seras calme à l’intérieur de toi, plus tu seras solide et ancré(e). Les remarques et les peurs que te renverra le monde extérieur rebondiront sur ton bouclier de feu et retourneront chez leurs propriétaires.

Qui est-ce que tu décides d’écouter ?

Toi, tes aspirations, ton intuition et ta propre boussole intérieure ou les autres qui t’empêchent d’avancer ?

Qui choisis-tu d’écouter à partir de maintenant ?

……………………………………………………………………………………………………………………..

Cet article aura sûrement une suite plus tard (ou pas …)

Je te laisse à cette réflexion.

Prends soin de toi et prends le temps de vivre.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

#CarnetAddict

#MugAddict

#iPhoneAddict