La Boite à excuses

Marie Guibouin / Blog / / 5 Commentaires / Like this

Hier soir, j’ai écrit dans mon carnet, la plupart des sujets que je vais aborder dans mon livre, histoire de pas trop partir dans tous les sens. Et ce matin, en discutant avec une amie très chère dans mon cœur, j’ai écrit dans mon carnet :

LA BOITE A EXCUSES.

  • Alors, la boîte à excuses, c’est quoi ?

Déjà, la bonne nouvelle ou la mauvaise, tout dépend de quel point de vue tu te places, c’est que tout le monde sans exception a une boîte à excuses, plus ou moins remplie. Ça dépend des gens, et aussi des périodes de nos vies, de l’état dans lequel nous sommes, etc…

Cette boite à excuses, elle est toute jolie bien emballée et rassurante. Elle nous sauve de bien des situations, et surtout c’est notre parfaite alliée pour que nous bloquer, nous faire tourner en rond, nous faire faire 2 pas en arrière, quand on vient juste de faire 3 pas en avant.

La boîte à excuses est sournoise et d’une simplicité enfantine !

La boite à excuses règle tous les problèmes, nous évite de nous poser trop de questions, nous fait croire que grâce à elle la vie est plus simple, et que tout ce qui nous arrive, ce n’est pas de notre faute.

Le fait même d’écrire cet article me fait prendre conscience, qu’écrire cet article, c’est peut-être une bonne excuse pour me détourner de l’écriture de mon livre, de la peur de la page blanche ou de la peur du flow qui va couler en moi.

Je le sens ce flow qui va couler en moi, il ne demande qu’à jaillir. Je dirais même qu’il trépigne d’impatience !!! Comme si il me disait : « Bon alors ! Tu t’y mets là ! Qu’est-ce que tu attends ??? Le déluge ?!? » 

En fait le flow est déjà en train de couler !!! Et si cet article était le point de départ de mon livre …

Quand je me suis cassée de mon CDI en 2011, ma boite à excuses était bien remplie, mais je me suis rebellée :

  • Financement de ma formation refusé : j’m’en fou je vais faire un prêt étudiant !

  • Prêt étudiant refusé : j’m’en fou, je change de banque !

  • Rupture conventionnelle refusée, j’m’en fou, je ne viendrais plus travailler = rupture conventionnelle acceptée 😀

  • Pas le temps d’aller visiter un appart à 600 kilomètres, j’m’en fou, je le réserve sur internet !

Et je suis retournée sur les bancs de l’école :

  • Mais je ne connais personne, j’ai trop les boules, comment je vais faire pour trouver des modèles, etc … : « Et bien, tu vas te bouger l’cul ma p’tite ! »

  • Je me sens pas à ma place, ils sont tous des « fashion-victimes », mais moi je veux juste apprendre à maquiller … : « Allez Marie, courage et persévérance ! »

  • Au secours, j’ai envie de pleurer !!! Je rentre pas du tout dans le moule dans lequel, ils veulent que je sois : « Allez Marie, rappelle-toi qui tu es et pourquoi tu as fait tout ce chemin pour arriver jusqu’ici ! »

Et là, Magie, les 3 derniers mois ont été une bénédiction, parce que je me suis autorisée à reprendre mon PowerFull !!!

Et le grand saut dans l’entrepreneuriat est arrivé :

  • je me lance comme ça, sans plan pré-établi, suis-je inconsciente ? C’est vrai que ce serait plus raisonnable de trouver un boulot salarié. Mais j’peux pas, j’ai envie de développer mes projets. Je ne peux pas revenir en arrière … => Fail : excuse rejetée ! 😀

Finalement, j’ai des contrats très rapidement. Je me rends à pas mal d’évènements, et un projet en amenant un autre, le bouche à oreille fonctionne plutôt bien.

MAIS …

Parce que oui il y a un mais…

Au bout 2 ans … dans un moment de creux, un besoin grandissant de donner du sens germe en moi et ma boite à excuses est bien remplie :

  • je vois les choses en grand mais j’ai pas la tune alors je ferais mieux de prendre un boulot à côté

  • je ne vais pas me proclamer photographe, personne ne me connait sous cette « étiquette », tu te prends pour qui Marie, franchement ?

  • tu vas passer pourquoi à changer encore, les gens ne vont pas comprendre.

  • t’as même pas encore fini de payer ton prêt étudiant et tu veux déjà passer à autre chose…

  • tu es vraiment utopique.

  • tu es vraiment instable.

  • tu ne sais pas ce que tu veux.

  • (liste non exhaustive …)

Et un matin, je me suis levée, ma boite à excuses débordait vraiment beaucoup. Elle débordait tellement que je suis arrivée à un point où soit je continuais à la remplir et à rester paralysée, soit je la jetais par la fenêtre et je passais en mode :

J’AI PEUR MAIS JE LE FAIS QUAND MEME !!!

J’ai choisi l’option numéro 2 et là, le champ des possibles s’est ouvert à moi, à un point que je n’aurais pas pu imaginer, que je n’aurais jamais pu conceptualiser si je ne m’étais pas autoriser à me dire :

OUI. C’EST POSSIBLE !

C’est possible, parce que ce n’est pas réservé à une élite ou à une pseudo « classe sociale ». C’est possible pour moi autant que c’est possible pour toi. Si tu as le feu en toi, la passion qui t’anime, crois-moi que tu peux déplacer des montagnes !!!

  • J’ai un grand projet mais je n’ai pas d’argent pour le financer : oui, je sais, c’est très dur à entendre, mais ça aussi c’est vraiment une excuse de merde.

=> Si je te disais, que j’ai réussi à convaincre ma banquière alors que j’étais déjà à découvert.

=> Si je te disais, que j’ai généré des partenariats en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !!!

=> Si je te disais que j’ai réussi à générer 10000 € en moins de 3 mois, pour financer le projet, même si je n’ai jamais eu cet argent entre mes mains et que j’ai même oublié de me payer (mais ça c’est une autre histoire … et j’ai beaucoup appris de cette erreur. Depuis j’ai appris et pris conscience que j’apporte de la Valeur, que j’ai de la Valeur, que mon travail a de la Valeur)

En fait, j’ai beaucoup de choses à te dire. Ce n’est pas pour rien que ce projet d’écrire un livre brûle en moi !!! Je le conçois en même temps que j’écris.

Mon écriture est fluide, mes doigts dansent sur le clavier. Et encore ! Ils ne vont pas aussi vite que ma pensée !!!

Alors oui : TOUT EST POSSIBLE !

Et après ? Comment gérer un après-projet quand on y a mis tout son cœur et toute son âme ? Comment gérer cet épuisement, cet pseudo « descente aux enfers », qu’on pourrait appeler le « bad de l’Artiste » après sa représentation devant son public ?

Comment remonter à la surface quand on touche le fond ?

Ça aussi, c’est Possible !!! Et si ça a été possible pour moi, ça l’est tout autant pour toi. Parce que je me répète, ce n’est pas réservé à une élite, si c’est possible pour moi, c’est possible pour toi aussi !!!

Encore une fois, je n’avais pas prévu de t’écrire tout ça. Je pensais écrire un article amusant sur LA fameuse Boite à Excuses qui nous empêche d’agir au quotidien et quelque chose de plus profond en est sorti.

Si j’ai écrit cet article, c’est qu’il fallait que ça sorte ! Avant, je ne me serais jamais permise d’écrire tout ça aussi librement. Ou peut-être que si, mais je n’aurais jamais oser le publier. Maintenant, je me dis, que si ce flow a coulé en moi, là, maintenant, c’est qu’il y a forcément une raison.

Alors, je laisse couler et je prends conscience une nouvelle fois que l’écriture de mon livre est légitime, même si ma boite à excuses me fait régulièrement des blagues pour me permettre d’en douter.

Et toi ? Il y a quoi dans ta boite à excuses ? Quelles sont les inventions qui se logent ans ta boite à excuses pour contribuer sournoisement à freiner tes élans ?

5 Commentaires

Laisser un commentaire