Étiquette : tout est possible

04 Oct

Je me sens l’Âme d’une Guerrière !

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Aujourd’hui, je me sens l’Âme d’une Guerrière !

En vrai, ça ne date pas d’aujourd’hui, ça a toujours été là, au fond de moi. J’ai toujours senti ce Feuuu à l’intérieur de moi. J’ai toujours su que que j’étais investi d’une mission importante sur cette planète.

Mais je ne savais pas quoi ???

Quand j’étais petite, je rêvais que tous les gens de la planète s’aiment. Oui, on peut être guerrière et Bisounours en même temps 😀 Pourquoi pas ?

A un moment, j’ai voulu changer le monde ! Après, j’ai voulu convaincre tout un tas de gens que ceci ou cela était possible. J’ai eu envie de secouer comme des pruniers, tout un tas de personnes sur mon chemin !

Puis un jour, j’ai compris.

J’ai compris que le changement que je voulais faire dans ce monde, c’est de moi qu’il partait. J’ai compris que j’étais (je suis) le changement. Toi aussi tu es le changement.

Chaque Être Humain sur cette Planète participe au changement qu’il veut voir dans le monde.

Ça commence d’abord par soi.

Aujourd’hui, dans mon monde, tout va bien.

Je sais, je choque des gens en disant Cela. Il parait que les ignorants sont bénis… Ça ne veut pas dire que j’ignore TOUT ce qui se passe dans le monde. Mais en vrai j’en ignore une grande partie. Il y a quelques années, j’étais mal à l’aise avec ça. Je me sentais coupable de ne pas m’intéresser aux infos. Aujourd’hui, je crois que mon « ignorance » me permet d’accomplir des choses que je n’oserais sûrement pas accomplir si j’étais submergée par l’actualité et la misère du monde.

Je n’ai plus de télévision depuis une quinzaine d’années et c’est une des choses qui m’a donnée la plus grand liberté de penser, d’Être et d’Agir.

J’ai conscience qu’il y a des injustices partout, je sais que dans certains pays c’est la misère ou la guerre et qu’ils se passent des choses affreuses de ci de là. Si vraiment ça me révoltait, je serais déjà partie à l’autre bout du Monde pour faire ma part. Et soit honnête, si toi aussi ça te touchait tellement, tu ne serais pas en France, tu serais allé(e) faire ta part toi aussi. Certains crieront peut-être que je suis égoïste et que je ne pense qu’à ma gueule !

Pensez donc ce que vous voulez.

J’ai simplement choisi de prendre soin de moi en premier, puis d’agir sur mon environnement proche. Je crois au pouvoir de la Vibration.

Je pense sincèrement que si chacun faisait sa part, à son échelle, ça créerait une vibration si intense que le monde pourrait basculer de la guerre à la paix en une fraction de seconde.

Aujourd’hui, la guerre elle commence avec soi-même. Combien de fois tu t’es auto-flagellé(e) ? Combien de fois tu t’es dénigré(e) toi m’aime ? Combien de fois tu as critiqué ton voisin ? Combien de fois tu t’es senti(e) nul(le), pas assez bien, trop ceci ou pas assez cela ? Franchement, je crois qu’il n’y a pas un seul être humain sur cette Terre qui a été épargné. On y est tous passé ! Et même encore maintenant. On a beau se remettre en question, nous avons la critique facile, surtout envers nous-même. Commençons déjà par cesser ce combat contre nous m’aime et devenons notre propre allié(e) !

C’est Cela être une Vraie Guerrière !

Avant, j’utilisais mon « pouvoir » de guerrière à mauvais escient. Déjà, je l’utilisais contre moi en me rebellant contre tout, y compris envers moi m’aime.

Puis un jour, les Arts internes sont arrivés dans ma vie. Ça a commencé par la Qi Gong du Dragon. Là, j’ai commencé à ressentir l’Énergie, même si à l’époque je n’en comprenais pas très bien les subtilités. Aujourd’hui je chemine encore et je pense que le chemin ne sera jamais terminé. Pour l’anecdote, la première fois que j’ai pratiqué le Qi Gong du Dragon, j’ai déménagé dans la foulée ! Je me suis prise en pleine poire en rentrant chez moi, que l’environnement dans lequel je vivais ne me correspondait pas. Ne crois pas que le Qi Gong est un « sport » de mamie du 3ème âge, c’est tout le contraire ! Quelques mois plus tard, le Kung-Fu Bagua Zhang est arrivé. La sensation d’être un bébé qui fait ses premiers pas.

Le combat dans la détente et la souplesse …

Ah bon ? Je n’ai pas besoin d’être une baraque de deux mètres de haut et 80 kilos pour être une combattante ! Révélation !

Les Arts internes, ce n’est pas un loisir du dimanche, c’est un véritable état d’Esprit. Tout ce que j’apprends relie le corps et l’Esprit et rayonne sur toutes les sphères de ma vie. Ce n’est que maintenant que je le ressens vraiment dans toutes mes cellules et dans ma vie.

Ce n’est que ma troisième année de pratique et cette année, j’ai intégré le Cercle de l’Aigle !

« Le but du Cercle de l’Aigle de l’école Arkhelios est de former des combattants dans un sens moderne et renouvelé. Le Cercle de l’Aigle est un groupe de pratiquants engagés dans une formation la plus complète possible et adaptée à notre société actuelle.

Pour qui ? La formation s’adresse à des gens motivés qui sont capables d’une certaine autonomie et discipline dans leur pratique. Des gens qui ont un objectif dans lequel leur pratique martiale et le développement de leurs capacités s’associent d’une manière ou d’une autre à leur créativité ou à leur profession ou à leur projet socio-professionnel. Le Cercle de l’Aigle se veut un tremplin pour des Créatifs Culturels qui portent des projets généreux pour les autres et pour l’ensemble de la société. » – Source : http://arkhelios.org/cercle-de-laigle/ ».

Je suis tellement heureuse de pratiquer cet Art dans le partage, l’entraide et la bienveillance pour servir un But bien plus grand que moi.

Arts Martiaux : le Cercle de l'Aigle - Episode 01"Le commencement"

Hier, je suis allée au 1er BOOSTCAMP de la CCI à Lille : « Venez muscler votre Business » et j’ai beaucoup appris ! J’ai compris que je n’étais pas seule et j’ai rencontré de belles personnes. Vraiment. Il y a encore quelques années, voire quelques mois, j’avais encore beaucoup d’à priori sur ce type d’évènements. Aujourd’hui, je me sens grandi. Nous grandissons tous un peu plus chaque jour (je crois).

Il y a quelques jours, je partageais avec toi le fait de me sentir « Une Autre ». Je le vérifie à chaque instant.

En même temps que j’éveille mon Âme de Guerrière, je suis beaucoup plus douce avec moi m’aime que je ne l’ai jamais été je crois.

 

Hier soir, en allant me balader au parc, j’ai pensé à une offre pour les femmes « Réveille ton Âme de Guerrière » ! Un accompagnement individuel sur une demie-journée ou une journée, pour reconnecter à ce Feu qui vibre en toi. Si tu es en train de lire cet article, tu as sûrement ce feu en toi, même si tu ne le perçois pas forcément tout le temps !

Dans l’inconscient collectif, les femmes n’ont pas le droit d’être des guerrières (à part dans les films de temps en temps). C’est réservé aux hommes. Les hommes doivent être forts et protecteurs et les femmes doivent être faibles et tristes. Je ne veux pas faire de généralité parce que le monde bouge heureusement !

Il n’empêche que c’est quand même là. Ça flotte dans les consciences … Tu verras rarement un homme chialer alors qu’une femme qui pleure pour un oui ou pour un non, c’est normal ! Hey ! Les mecs, vous avez le droit de chialer, on vous dira rien.

A contrario, nous sommes encore trop peu nombreuses à Oser sortir ce Feu à l’intérieur de nous !!! Ça ne veut pas dire qu’on va arrêter de pleurer, continuons de vivre pleinement nos émotions.

Une Vraie Guerrière, c’est une femme qui Ose s’exprimer dans toutes ses dimensions, qui Ose s’affranchir des règles ou d’une pseudo mode. C’est une femme qui Ose être qui elle est vraiment ! Alors si tu es une femme, que tu sens que tu as l’Âme d’une guerrière et que tu ressens l’élan de libérer ton Feu intérieur, mais que tu as besoin d’aide, juste besoin de quelqu’un à côté de toi qui te dise : c’est ok, tu peux y aller à fond ! Fais-moi signe, je peux t’aider 😉

Je ne pensais pas du tout écrire tout cela. Je me suis vraiment enflammée ! C’est que ça devait être écrit et partagé !

Je te souhaite une belle journée !

Prends bien soin de toi (et ça vaut aussi pour toi si tu es un homme ;))

A bientôt !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

P.S. : si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message.

DEVIENS QUI TU ES, l’accompagnement individuel sur-mesure
pour t’inviter à Rêver, Oser et Agir !

Il est temps de révéler ta Beauté et tes Talents au Monde ! Réserve ta séance photo !

Illumine ton intérieur en achetant de l’Art dans ma boutique LUMYS 🙂

Dans ma boutique REDBUBBLE, tu y trouveras mes photos d’Art dans tous leurs états : impression sur vêtements, coque de téléphone portable, stickers, mugs, coussins, carnets #carnetaddict, cartes postales, sacs … et bien d’autres belles surprises !!!

Crédit photo : Christelle Guibouin
14 Août

Sylvie Ptitsa, magicienne et révélatrice d’Âme connectée !

Le 26 juin 2017, j’inaugurais un nouveau format d’interview en direct sur Youtube ! Comme tu le sais ou comme tu l’apprendras si tu viens de débarquer ici, j’ai toujours eu envie de donner une dimension internationale à mon travail.

Lorsque j’ai démarre The Pink Power Tour Festival en 2014 avec le Tour de Nantes en 80 jours, je rêvais de faire le Tour du Monde à la rencontre d’Artistes inspirants.

2015 fut une année de repositionnement et de recherche intérieure…

Puis 2016 est arrivé avec un nouveau format d’interview sous forme de Podcast. J’adore ce format. Je trouve dans le Podcast une forme de liberté que j’apprécie tout particulièrement.

 

The Pink Power Tour Festival, c’est un voyage itinérant à la rencontre d’Artistes inspirants.

J’interview des personnes dont j’apprécie le travail, la démarche, le message qu’ils ont à faire passer. Je m’intéresse également au processus de création que j’adore mettre en lumière. Pour moi, être l’Artiste de sa vie, c’est explorer nos facettes dans toutes nos dimensions.

Jusqu’à lors, j’interviewais uniquement des personnes que je rencontrais dans la « vraie vie » et dont je suivais le travail depuis longtemps. Puis, intuitivement, j’ai eu envie de dépasser les frontières. C’est alors qu’est arrivée Sylvie Ptitsa sur mon chemin.

 

Sylvie m’a interviewée deux fois ici et .

Sylvie, c’est une fée sur mon chemin. J’aime beaucoup sa vision de la vie, sa manière de créer intuitivement et sa douce folie 😉

Sylvie est une Artiste française, vivant actuellement au Luxembourg.

 

Allons ensemble à la rencontre Sylvie alias Selv La Lutine !

Pour voir nos têtes sur Youtube, c’est là 🙂

Pour se connecter à nos voix uniquement, c’est là :

Et pour les grands lecteurs, ça se passe par là :

  • Mon site s’appelle la Lutinière et mon pseudo, c’est Selv la Lutine car lorsque j’étais dans son ventre, ma maman me percevait comme une petite lutine et elle pensait que j’allais arriver sur la Terre pour amener plein de joie et plein de lumière.

 

  • Je pense qu’elle avait bien perçu mon identité, mon Energie, parce qu’effectivement, dans la vie je suis quelqu’un de très joyeux.

 

  • J’ai une capacité à m’émerveiller d’à peu près tout et rien.

 

  • J’ai un peu le mental d’un petit enfant. J’ai la chance d’avoir cette capacité de trouver mon plaisir dans trois fois rien. Je fais rigoler les gens. Je m’extasie en faisant la cuisine parce que je coupe un chou rouge, je regarde les dessins à l’intérieur du chou rouge et je trouve ça complètement magique. Là, tu vois, je suis dehors, je peux rester des heures à regarder bouger les feuilles, à regarder la forme des nuages. Je suis très liée à la Nature. D’ailleurs Sylvie, ça veut dire « forêt », je pense que ce n’est pas un hasard non plus !

 

  • Donc voilà d’où vient la Lutine ! Beaucoup de gens me disent que je suis un peu comme un être magique, que j’ai une espèce de magie qui se dégage de moi. Je n’en suis pas forcément consciente mais c’est vrai que c’est quelque chose que l’on me renvoie souvent.

 

  • Comme je te l’avais dit quand on avait préparé l’émission avec toi, j’ai constaté qu’effectivement

 

j’agis souvent comme une sorte de révélateur sur les gens,

 

c’est-à-dire que je fais sortir des choses d’eux. Que ce soit des choses lourdes qu’ils ont besoin d’exprimer parce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de le faire avant ou au contraire des rêves qu’ils ont un peu enterrés parce qu’il n’y croyait plus. Ça se fait vraiment d’une manière très naturelle et spontanée. Je converse avec eux normalement, sans chercher à faire un psychothérapie ou quoi que ce soit, et il y a des vérités qui sortent. Ça peut parfois être assez surprenant et spectaculaire, même pour moi, mais effectivement, avec le temps j’ai constaté que j’ai cet effet là sur les gens sans vraiment savoir pourquoi.

J’adore !!!

Sylvie est une vraie magicienne ! Une magicienne de la Vie, une magicienne de l’Univers.

Tu connectes des choses sans vraiment le savoir … Ça a toujours été le cas ?

  • Je pense que nous sommes tous des magiciens sauf que nous n’avons pas tous la même façon d’exprimer notre magie.

  • C’est un peu comme dans Harry Potter, nous sommes tous des magiciens mais on a pas tous la même baguette 😉 A chacun de trouver la baguette qui lui correspond et qui va lui permettre de magnifier le mieux sa magie. C’est vrai que pour moi, une de ces baguettes, c’est l’Art, mais ce n’est pas la seule. Après… est-ce que ça a toujours été, je ne sais pas. J’en suis plus consciente depuis que je suis adulte. Enfant, je ne peux pas dire si j’avais déjà cette capacité ou pas. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas grandi dans un milieu qui était spécialement ouvert à ça. On m’a jamais parlé du petit peuple, du monde élémentaire. Par contre, ma maman me lisait beaucoup de contes et je pense que ça été ma façon de garder contact avec tous ces univers que je sentais très réels. Ce n’est pas un hasard si plus tard, en tant qu’écrivain, les premières histoires que j’ai écrites étaient des contes. Encore aujourd’hui, c’est le genre dans lequel je suis le plus à l’aise et dans lequel je préfère m’exprimer. Je travaille beaucoup avec les enfants et je pense que ce n’est pas un hasard non plus.

Artiste, écrivain, peintre … Sylvie crée beaucoup, va vers ce qui l’inspire et s’exprime dans toutes ses dimensions !!! Quel bel exemple pour l’être humain. J’aime !

Avant tu avais un métier plus « classique »… Comment s’est passée la transition pour toi ?

  • J’ai 44 ans et je dis toujours que dans cette vie, j’ai déjà eu plusieurs vies. Au moins professionnellement parlant, sans parler du reste. Les 10 premières années de ma vie professionnelle, j’ai travaillé comme enseignante dans un établissement d’éducation spécialisé. J’avais une formation de documentaliste, ce qui me permettait de travailler en collège ou en lycée. Et la vie ou les beaux hasards de la vie, pour ceux qui croient au hasard, a fait que je me suis retrouvée dans cet établissement spécialisé pour les enfants « difficiles », ceux dont on ne voulaient plus dans les collèges ou les lycées parce qu’ils posaient trop de problèmes. Ce fut un très grand défi, parce que tout ce qu’on m’avait appris ne pouvait pas s’appliquer avec ces enfants là, et une grande chance car ils ont été des maitres de vie, extraordinaires. J’ai aussi eu la chance de tomber dans une équipe formidable, qui m’a appris beaucoup de choses en terme d’humain. Je suis restée 10 ans dans cette école parce que je m’épanouissais vraiment.

Ma créativité a trouvé là un premier terrain. Il y a avait tout à inventer.

  • Que ce soit dans les méthodes, dans la structuration de la bibliothèque qu’il fallait mettre à la portée de ces enfants Certains ne savaient pas lire du tout. Ce fut un grand champ d’expérimentation et j’aimais ce côté « forêt vierge » même si à certains moments, il fallait y aller au « coupe-coupe ». Je pense que j’ai un côté aventurier ! Aventurier de la pédagogie en tout cas, et ça m’a permis de l’exprimer. Je suis restée jusqu’à mon congé maternité.

 

  • L’année où j’ai été enceinte, a ré émergé en moi, en même temps que cet enfant qui poussait en moi, mon rêve premier, mon rêve d’enfant, qui était d’écrire.

 

  • C’est vraiment quelque chose que je portais en moi depuis toute petite. Quand on me demande depuis quand j’écris, je dis que j’écrivais avant même de savoir écrire techniquement parlant, puisque j’ai toujours inventé des histoires dans ma tête. Je faisais ça le soir dans mon lit pour m’endormir. J’en inventais aussi beaucoup avec mon frère. J’avais un frère qui était plus jeune et on jouait des heures et des heures. J’ai commencé comme ça et puis c’est vrai qu’un peu comme toi, je suis une Artiste avec une créativité en étoile, c’est-à-dire que je ne m’exprime pas dans un seul genre. Mon vecteur premier, c’est l’écriture. J’aime aussi faire des photos. Je travaille avec le collage, la peinture. J’ai animé des ateliers d’expression par la peinture pour les adultes et pour les enfants. Je suis musicienne. J’ai touché à pas mal de choses et il y a plusieurs domaines où je me sens à l’aise sans être spécialiste. Le seul domaine dans lequel j’ai une vraie formation académique, c’est la littérature. Après, tout ce que je fais, que ce soit en terme de peinture, de photographie …

 

je suis plutôt du genre « autodidacte » qui apprend en faisant.

Sylvie est une artiste intuitive. Elle a envie de créer quelque chose, hop ! Elle s’y met ! Merci du fond du cœur de me rappeler que c’est aussi simple que Cela. Je trouve que l’humain a souvent tendance à se mettre des barrières pour créer.

  • Si je reprends l’exemple de la musique, comme quelqu’un qui a commencé par apprendre à faire ses gammes et qui dès qu’il a fini d’apprendre les bases, a très envie de s’approprier l’outil à sa façon. Il y a beaucoup de choses qui ont évolué ainsi dans ma façon d’enseigner. Au début, j’arrivais avec des cours bien préparés, bien léchés. Puis, au fur et à mesure des années, il y avait de moins en moins de choses écrites sur mes feuilles. Et à la fin, je n’avais carrément plus de feuilles ! C’était vraiment du total feeling ! Quand j’avais des feuilles, c’était vraiment pour les inspectrices ou pour mes collègues qui avaient encore besoin de supports écrits.

 

  • Ces 10 années de documentaliste, je pense qu’elles m’ont été utiles dans le sens où ça m’a vraiment permis de développer en moi une structure, un sens de l’ordre, qui maintenant est tellement intégré que je n’ai plus besoin de l’écrire mais qui est en moi. A la fois, je suis quelqu’un de très intuitif mais en même temps, mon intuition ne part pas n’importe où. J’ai gardé aussi ce côté archiviste. Beaucoup des choses que je fais, je les relate dans des articles qui sont stockés sur mon site. Ce qui me permet d’avoir une sorte de mémoire de ce que j’ai fait. C’est très fou-fou ! Et en même temps, derrière cette « foufouterie » apparente, il y a quand même une structure, un ordre.

Je trouve cela fascinant ! Sylvie écrit même plusieurs livres en même temps avec une facilité déconcertante ! Comme cela s’organise dans son processus de création ? Quand tout arrive en même temps dans notre tête, ce n’est pas toujours évident !

  • Avant je travaillais avec des plannings. J’avais encore bien mon côté « documentaliste ». J’avais un planning avec des ordres de priorités et je savais que pour telle date, je voulais avoir fini tel projet. J’essayais de me discipliner à travailler de sorte d’arriver aux échéances dans les délais que je m’étais fixés.

 

  • Maintenant, ça se fait vraiment d’une manière totalement intuitive. Je suis un peu comme une cuisinière qui a plusieurs casseroles sur le feu.

 

  • Il y a des casseroles où je sais que c’est urgent, parce que j’ai des timings à respecter. Dans ces cas-là, je fais en sorte, du mieux que je peux, de respecter les timings qui souvent ne sont pas de mon fait : si je participe à un concours, si je me suis engagée auprès de quelqu’un à participer à une manifestation … Là, il faut que je sois prête dans les temps.

 

  • Après, si ça ne tient vraiment qu’à moi, je travaille vraiment d’une manière totalement intuitive. C’est-à-dire que les choses se font quand elles doivent se faire.

 

  • Pour celles qui ont l’expérience d’une grossesse, c’est un peu comme faire un bébé. Je sais que tout va se faire au moment où ça doit se faire, que ça va se déclencher au moment où ça doit se déclencher. Il n’y a rien à forcer. Il n’y a pas à décréter à l’avance quand est ce que ça doit se faire. J’émets l’intention et après les idées m’arrivent comme elles doivent arriver. Effectivement, ça arrive parfois que j’ai trop d’idées par rapport au temps que j’ai pour les matérialiser mais ce n’est pas grave. Je me dit que si je ne les matérialise pas, c’est que ce n’est pas le moment. Elles vont me revenir plus tard peut-être sous une forme plus mûres, plus approfondies. Et si elles ne reviennent pas, c’est qu’elles n’avaient pas à être matérialisées, elles devaient juste rester au stade d’idées. Je me suis complètement déculpabilisée par rapport à cette histoire de ne pas tout matérialiser, de ne pas tout aboutir. Il y a des livres ou des tableaux que je peux réaliser très rapidement et d’autres qui prennent beaucoup plus de temps. Je pense que c’est comme dans la vie. On dit qu’il faut de tout pour faire un monde. Dans ma créativité, c’est un peu pareil. Il y a des projets qui sont très lents et d’autres qui peuvent être très fulgurants. En 1h ou en ½ journée ça peut être bouclé !

J’adore !!! Je trouve ça génial ! Moi-même, je me suis mise des dead-lines pour des projets sur lesquels j’ai fini par me lâcher la grappe (l’écriture de mon livre, par exemple !). Je me rends compte que l’exemple de Sylvie est super inspirant pour plein de gens. Je trouve que nous sommes dans une société où l’on doit avoir des objectifs SMART, on doit finir à telle date, etc… Nous avons tous la capacité d’avoir des projets fulgurants (je l’ai vécu pendant le Tour de Nantes en 80 jours) autant que nous pouvons aussi accepter parfois que la lenteur, c’est ok. Accepter la lenteur, c’est un beau message également. Nous ne sommes pas tout le temps obligés d’être méga performants !

Sylvie ne nous dit pas de faire, elle nous inspire à être tels que nous sommes dans toutes nos dimensions.

  • Si je devais passer un message, ce serait simplement : « Ecoutez-vous ! »

 

  • Je suis quelqu’un qui s’écoute beaucoup. Ça n’a pas toujours été le cas. J’ai eu une éducation où l’on ne m’a pas beaucoup appris à m’écouter. J’ai donc dû réapprendre. Et plus je m’écoute, plus je me rends compte de cette espèce de sagesse inhérente à la vie, à notre corps, qui à chaque moment, sait ce qui doit être fait et comment ça doit être fait. Il sait quand il a besoin de dormir, quand il besoin de manger, quand il a besoin de créer, de s’aérer.

 

  • Il n’y a pas besoin de forcer, de décréter, de s’imposer un timing ou un culte de la performance. Je pense que si nous sommes alignés avec notre Vérité Intérieure, ce qui doit être fait va s’accomplir de toute façon.

 

  • J’avais raconté dans une de mes émissions de télé, cette expérience que j’avais faite un week-end. J’avais plein de choses à faire et j’avais décidé que je ne les ferais pas de la méthode habituelle. La méthode habituelle aurait été à la militaire. J’aurais fait un listing de ce que j’avais à faire. J’aurais fait dans l’ordre tout ce qu’il y avait sur mon listing et me serait reposée après. Ce week-end là, j’ai vraiment décidé de n’écouter que mes envies et non le diktat de ce que je pensais devoir faire. A ma grande surprise, quand je suis arrivée à la fin du week-end, je me suis rendue compte que j’avais accompli tout ce qu’il y aurait eu sur ce fameux listing. Sauf qu’au lieu de le faire dans le stress et dans une espèce de culpabilité ou de forcing, je l’avais fait dans la joie, la détente, dans un état d’esprit beaucoup plus agréable et aussi beaucoup plus efficace.

 

  • J’ai remarqué ça : si je me force, comme je vais à contrario de mon énergie, ce que je vais faire va me prendre du temps. Ça va être laborieux ! Alors que si je le fais vraiment dans l’élan où je sens que c’est le bon moment, ça va se faire dans le fluidité. Du coup, je vais mettre cinq minutes à le faire au lieu de une demie-heure ou peut-être une heure.

 

  • Il faut jongler. C’est là aussi que dans la vie il faut être créatif. Il y a des choses avec lesquelles on ne peut pas négocier. Si j’ai rendez-vous chez le dentiste, je peux pas faire comme je veux. Il y a des impératifs qui font qu’on a des cadres horaires. Pour l’instant, on en a encore. Même pour moi, je pense que c’est bien d’en avoir gardé quelques-uns parce que ça m’évite d’être complètement en roue libre et déconnectée du monde qui a encore besoin de ça. Après, tous les cadres qui me semblent superflus et que je peux éviter de m’imposer, ceux-là, je les laisse de côté.

Merciii d’inspirer le monde de la sorte !!!

  • En plus, tu vois, au moment où je dis ça, il y a un grand vent qui souffle et qui soulève mes cheveux, comme pour dire « Allez ! Donnez-vous du vent !».

Dans ta créativité, quels sont tes moments préférés ?

  • Si je suis très honnête, je te dirais que ce sont les moments où je ne fais rien.

 

  • En tout cas, en apparence, je ne fais rien. Je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de temps libre, de liberté, de silence, de solitude. Et en fait, ces moments où j’ai l’air de ne rien faire, où je ne suis pas en train de matérialiser, je ne suis pas en train d’écrire, je ne suis pas en train de tourner mes émissions de télé, je ne suis pas en train de peindre ou à la limite, je n’ai rien dans les mains, je sais que ce sont les moments où se fait en moi le travail le plus important et le plus profond.

 

  • Je ne peux pas vraiment expliquer comment. Je peux peut-être redonner l’exemple de la grossesse. Avant le moment où le bébé naît dans sa forme incarnée, il y a ces 9 mois où il est dans le ventre de la mère. Il y a plein de choses qui se font dans une espèce de secret. Même encore maintenant, on n’a pas encore tellement de regard là-dessus. Voilà, je sens que ce sont juste des moments où j’ai besoin, comme une eau très tranquille, qui reste le plus tranquille possible, pour être transparente, pour se laisser infuser par la lumière.

 

  • Je sens que ce que j’ai à faire de plus important est de cultiver cet état de réceptivité, de transparence, de calme et de sérénité la plus grande possible. Si j’arrive à maintenir cet état là, c’est comme préparer le terrain pour une action qui va se matérialiser de la manière la plus fluide et la plus efficace possible.

 

  • Ce qui va m’éviter de ramer et d’avoir à concrétiser, matérialiser dans l’effort. Je ne veux pas en faire une généralité. C’est ma façon de fonctionner à moi. Comme je l’ai expliqué, ça n’a pas toujours été le cas. Je comprends très bien que pour d’autres gens, il peut encore y avoir besoin d’un cadre, d’une structure, d’une discipline, de se dire « tous les jours de telle heure à telle heure, je fais mes gammes ou je fais mon heure d’écriture… ». C’est mon parcours à moi qui est ce qu’il est et qui doit pas non plus devenir un nouveau cadre.

 

  • Le grand conseil que je donnerais aux artistes et aux gens en général, c’est « Ecoutez-vous ! Faites confiance à cette sagesse intuitive qui est en vous. ». Je pense que lorsque l’on fait ça … Pour moi ça s’est vraiment vérifié ! si on se fait confiance, si on se donne cette liberté, il y a beaucoup de blocages qui sautent. Que ce soit les blocages intérieurs ou les blocages extérieurs.

A ce stade de l’interview, j’ai la sensation que Sylvie est en train de me délivrer un message, me faire un rappel pour moi-même.

  • C’est mon côté révélateur, sûrement ! :p

Je me rends compte que dans la créativité, ces moments-là sont très importants pour moi. Les moments de calme, les moments où je ne fais rien. Je sais que pendant ce temps là, ça se range dans ma tête et après quand ça doit sortir, ça va super vite ! Mais … par moment, j’ai tendance à l’oublier, donc : MERCI Sylvie ! Merci pour ce message fort car souvent, les moments où l’on se fait rien en apparence amène de la culpabilité chez beaucoup de personnes. Souvent, c’est très lié au regard des autres …

  • Oui, c’est ça.

 

  • Il y a un truc que j’appelle « l’oreillette du cœur ». Je me pose une question, je vais dans mon cœur. Je pose la question à mon cœur et mon cœur me donne la réponse : sous forme d’images, de mots …

 

  • En fait, nous avons été éduqué dans notre famille, dans la société occidentale, à se remplir tout le temps de choses extérieures : à se remplir de conseils, de méthodes, de façon dont on doit faire, d’informations… Nous sommes invités à remplir nos journées avec des activités … du coup, c’est vrai que lorsque nous faisons le choix de la vacuité, il y a un moment, en particulier les premiers temps … C’est un peu comme un sevrage quand on arrête un truc toxique, il y a un moment où l’on est déstabilisé et où ça fait peur. Il manque cette fausse plénitude, ce faux plein, qui nous a rempli pendant tellement d’années.

 

  • Pour moi, ça s’est produit au moment où j’ai arrêté de travailler, l’année où j’étais enceinte. A la fois, j’avais cette ivresse de la page blanche, d’avoir ces journées entières devant moi, où j’étais complètement libre de mon temps, et en même temps les premiers jours, je me souviens que j’avais une sorte d’angoisse de me dire : « han ! il n’y a plus de cadre, plus d’horaires, plus de calendrier… ».

 

  • En plus, quand on est enseignant, on a tout le temps à peu près les mêmes horaires et le même emploi du temps avec les mêmes vacances. Il y a cette régularité, cette routine. Et tout à coup, je n’avais plus ça. J’étais vraiment comme quelqu’un qui n’avait plus de structure externe et ça m’a obligée à me trouver une structure interne. Et quitte à m’en recréer une, je me suis dit que j’allais la créer beaucoup plus souple. Effectivement, je pense que les premiers temps où l’on s’accorde ce droit, avant même que ça devienne un plaisir, ça peut être déstabilisant. Mais ça ne veut pas dire pour autant que l’on doive s’en priver. Là encore je dirais « Ecoutez-vous ».

 

  • Moi, je sentais que j’avais vraiment ce besoin. Je suis très proche de la nature donc je fonctionne beaucoup avec les saisons. A l’hiver en particulier, je ressens, comme la nature, le moment de me retirer encore plus en moi et de passer encore plus de temps en moi. L’été, je vais être très active, je vais faire plus d’ateliers, plus de choses dans la matière, dans le concret et l’hiver je vais passer plus de temps en méditation, à rêver ou même carrément à dormir. Parce que je travaille beaucoup en dormant aussi !

 

  • Les premières années où je ressentais ce besoin, c’était presque irrépressible ! Même si j’essayais de me forcer à travailler, je sentais comme si j’étais en train de rouler avec ma voiture avec le frein à main. J’étais dans une espèce de lourdeur désagréable, ce qui faisait qu’à un moment, je m’asseyais et j’arrêtais de faire quoi que ce soit. Au bout d’un moment, la culpabilité revenait au galop : « non, mais Sylvie tu as ça à faire ! T’as le ménage, les courses, tu as ceci, tu as cela ». Et en moi il y avait ce truc qui disait : « Non, j’ai besoin d’encore plus de détente, j’ai besoin d’encore plus de repos. ». C’est vraiment un équilibre à trouver entre les impératifs de la vie quotidienne et des choses que l’on ne peut pas négocier et les petites parenthèses de temps que l’on peut s’accorder.

 

  • Si l’on ne peut que s’accorder 10 minutes par jour, on peut commencer par là. Mais en fait, j’ai l’impression que si on commence à se l’accorder, justement, comme la vie répond, elle va nous donner l’occasion de s’en accorder de plus en plus. J’ai commencé à m’accorder mes 10 minutes ou mon quart d’heure, le matin avant de me mettre aux tâches de la journée. Et après il se trouvait que dans la journée, j’avais des rendez-vous qui sautaient, je devais emmener mon fils quelque part et puis c’était la maman d’un copain qui se proposait de le faire.

 

  • Finalement, d’ ¼ d’h, j’arrivais à grignoter de plus en plus de ces petits moments savoureux. C’était comme des friandises au début, parce que je n’en avais pas encore beaucoup. J’étais en cœur à cœur avec ma fameuse oreillette. Après c’était tellement bon que je ressentais le besoin d’y être de plus en plus. Ce qui est génial, c’est que maintenant, je n’ai plus forcément besoin de solitude. Si j’ai besoin de me connecter à mon monde intérieur, c’est comme un muscle qui est entrainé. Même si je suis au milieu du bruit, si je suis dans les embouteillages ou autre, je peux le faire à peu près partout. Sauf si je suis dans un état de stress avancé… Je n’ai plus besoin de cette solitude ou ce silence dont j’avais besoin au début, parce que c’est une capacité que j’ai tellement développée qu’à tout moment, quand j’ai besoin d’un conseil, d’une réponse, c’est spontané !

 

  • Je vais à l’intérieur de moi, je pose ma question et « Bling ! », la réponse arrive. Ou si elle n’arrive pas dans l’instant, elle va arriver dans la journée ou au moment où ça doit venir. J’ai un total lâcher prise maintenant par rapport à ça. Je sais que la réponse va arriver comme par la Poste, quand ça sera le moment !

Génial ! C’est super pratique d’être à l’écoute de soi en fait !

 

  • Ce n’est pas la peine de se ruer sur le facteur en lui criant « mais tu ne m’as pas amener ma lettre !!! ». Je fais confiance au facteur et je sais que lorsque la réponse doit m’arriver, elle va arriver sous la forme où elle doit m’arriver.

Le temps passe super vite quand je discute avec Sylvie ! Et franchement, ce n’est pas une belle leçon de lâcher prise ça ? Qu’en penses-tu cher lecteur ?

Aussi, à ce stade, je me demande bien quel serait le plus grand rêve de Sylvie, parce que j’ai la sensation qu’elle le vit déjà…

  • Mon rêve pour moi-même, comme tu dis, je le vis déjà. Je crois que mon rêve, c’était tout simplement d’être heureuse et de vivre en accord avec ce que je suis. Et ça, c’est ce que je vis et de plus en plus. C’est que du bonheur !

 

  • Et si j’avais un rêve plus vaste, plus collectif, ce serait que l’on arrive enfin à avoir la paix sur Terre.

 

  • Je suis quelqu’un de profondément non violent. Je suis Lorraine donc j’ai grandi dans une région qui est très marquée par la guerre. Il y a des mémoires de guerre dans ma famille. C’est quelque chose qui m’afflige beaucoup, de voir à quel point la violence est encore présente partout, dans notre société, que ça soit la violence verbale … ou justement aussi cette violence que l’on a envers soi. C’est de là que tout part : cette façon de ne pas s’écouter, de s’imposer sans cesse des choses, de ne pas se respecter.

 

  • Donc voilà ! Si ma baguette magique réussissait à être encore plus puissante, je crois que je ferais ça. Je ferais quelque chose pour la paix sur la Terre.

Je me souviens d’une personne que Sylvie a interviewé dans une de ses émissions. Elle parlait de la Vague de Paix. Je te mets le lien ici, si ça t’intéresse de rejoindre le mouvement 😉

  • Je pense que les rêves sont faits pour être réalisés. Sinon, ça reste juste des idées un peu désespérantes…

 

  • Je pense que les rêves sont comme des graines qu’on porte en soi pour les mettre en terre et que ça devienne quelque chose. Si c’est juste avoir un rêve pour un rêve, qui nous fait rêver mais qui en même temps nous rend triste, parce qu’on se dit « ce n’est qu’un rêve et ça se réalisera jamais », pour moi ce n’est pas un bon rêve.

 

  • J’ai plutôt envie de cultiver les rêves que je crois possible, réalisable. De toute façon, je pars du principe qu’ils le sont tous ! Après, mon travail, bien que je ne le conçoive pas vraiment comme un travail… mon travail de magicienne, c’est de faire en sorte que mes rêves deviennent réalité sur la Terre. Mon rêve de Paix par exemple, je l’ai en partie réalisé en faisant cette émission et en soutenant ces gens qui étaient dans la Vague de Paix. Là encore, je n’ai rien fait de spécial, puisque ce sont eux qui sont venus me trouver avec ce projet en me demandant simplement s’ils pouvaient faire une émission sur ma chaîne.

  • Moi, j’avais appelé la paix dans mon cœur et la vie m’a envoyé ces gens qui étaient des promoteurs de paix dans le concret.

  • Après, je fais aussi des choses dans le concret. Je suis en train de préparer un kit éducatif pour promouvoir la non-violence à l’école. Je fais des choses dans le concret mais je sais que pour moi, ce n’est pas la partie la plus importante de mon travail.

 

  • La vraie puissance de mon travail est en amont dans cette partie un peu mystérieuse qui se fait dans le silence, dans l’invisible …

 

J’adore cette interview !!! Je les adore toutes de toute façon. A chaque fois, j’ai la sensation de recevoir un message, un mot, une phrase, pour moi. Quelque chose qui résonne pour moi, pour mon travail, pour ma vie. Ici, « l’oreillette du cœur » de Sylvie m’inspire énormément, et son message : « Ecoutez-vous ».

 

C’est tellement UnPortant !!!

Pour tout ceux qui ont envie de suivre les émissions de Sylvie. Elle a deux chaines Youtube :

Sylvie travaille bénévolement, en alternance sur les deux chaines, où tu pourras découvrir de jolies pépites 🙂

En tant qu’Artiste, Sylvie prépare son fameux kit pédagogique qu’elle prend le temps de mûrir. Il est actuellement en test dans une école en Moselle. Il sortira probablement à la rentrée.

  • C’est un kit qui d’appellera : « Le Fantôme à lunettes », une histoire inspirée de faits réels, de faits vécus, de violence scolaire. Il y a des chansons, des jeux … L’idée c’est vraiment de donner toute une batterie d’outils aux gens qui voudraient promouvoir la non-violence à l’école. Que chacun choisisse dans le kit, les outils qui lui correspond.

Sylvie a deux autres livres qui attendent d’être édité :

  1. l’un est un récit initiatique, qui comme la plupart des contes de Sylvie, s’adresse à des enfants, mais peut très bien être lu par des adultes, car elle a toujours une dimension un peu philosophique dans ses contes.

  2. l’autre, ce sont une quarantaine de textes écrit par Sylvie, à partir des créations graphiques d’autres créateurs. L’idée est de mettre en miroir un texte de Sylvie et les œuvres de créateurs dont elle aime le travail (photographes, peintres, infographistes … beaucoup de gens qui travaillent avec l’image, mais pas que… Il y a des gens qui font des créations en laine, en tissu … des couturiers, des pâtissiers…)

  • Comme toi Marie, dans la vie, je suis quelqu’un qui aime créer des ponts, créer du lien.

 

  • Ce projet de livre est à la fois une façon de mettre en avant mon talent et leur talent. Ce qui a été vraiment intéressant, c’est que ça ne s’est pas toujours fait de la même façon. Nous parlions tout à l’heure du processus créatif… ça ne s’est pas toujours fait de la même manière. Il y a certaines fois où le texte a pré-exister et quand j’ai vu l’œuvre de la personne, je lui ai demandé de la mettre en regard. A l’inverse, il y a certains textes que j’ai écrit parce que je trouvais l’œuvre de quelqu’un inspirante, donc là, le texte a jailli en voyant la création de la personne. Puis, il y en a où l’on a carrément créer ensemble, c’était comme créer des jumeaux, on se répondait l’un l’autre, jusqu’à ce que l’on arrive ensemble à une création où l’on sentait que c’était harmonisé. Il y a des artistes de tout âge. Le plus jeune à 5 ans, le plus vieux en a 85. Ils sont un peu de tous les pays. Il y en a en Espagne, au Québec, en France, au Luxembourg … L’idée de ce livre, c’est de faire un gros paquet cadeau qui mette en avant le travail de tous ces gens. Ce livre là s’appellera « Arrêt sur images ».

 

  • Je l’ai commencé l’année de mes 40 ans. Je pensais le sortir l’année de mes 40 ans. J’en ai 44, il n’est toujours pas fini et je lui laisse vraiment le temps de mûrir. Là aussi la vie fait bien les choses, puisqu’à 40 ans, j’étais beaucoup moins connu que je ne le suis maintenant. Du coup, je trouve que pour ces Artistes qui tous ont acceptés bénévolement de participer au livre au moment où je n’étais personne, c’est beaucoup plus valorisant que le livre sorte maintenant, où il sera vu par beaucoup plus de gens. Quelque part, je trouve qu’ils sont aussi récompensés de la confiance qu’ils m’ont faite. Je suis très contente de ça pour eux. Peut-être une création de Marie dans le futur « Arrêt sur images »? On en a pas parlé encore … Comme il est encore en cours de création, je vais aller fouiller dans ses photos et voir si j’ai un texte qui sort d’une de ses photos.

Tout est possible ! Tout est réalisable !

« Il ne savait pas que c’était impossible alors ils l’ont fait » – Mark Twain

  • Un des autres credo que je partage avec Marie, c’est que dans la vie, rien n’est impossible.

 

  • On se crée les possibles que l’on pense à notre mesure. A nous de créer les possibles que l’on se souhaite.

Ça, c’est un super mot de la fin !

J’ai adoré ce moment et en plus, j’ai transcendé ma peur de réaliser des interviews en direct ! Si bien que je recommence jeudi 17 août 2017 à 15H30, de l’autre côté de l’Océan, aux Etats-Unis, à la découverte de l’univers de Gwenn Seemel. Abonne-toi à ma chaîne Youtube pour être notifié 😉

En attendant, retrouve Sylvie sur ses deux chaines Youtube « Ailes & Luit TV » et « De Terre et d’étoiles » et sur son site web : www.lalutiniere.com.

24 Juin

Je me sens nulle …

Marie Guibouin / Blog / / 6 Commentaires

Ce matin, j’ai senti ça. Je sais que c’est faux, mais ce vieux truc est remonté. Et j’aime pô 🙁

Cet article ne prendra pas de tournure dramatique. Comme quoi il ne faut pas grand chose pour basculer d’un côté ou de l’autre. A l’heure où j’ai écrit cette première ligne, j’ai reçu un message de ma petite sœur qui avait besoin d’un coup de main pour son site. Je l’ai aidé et ça m’a fait du bien. Je me suis sentie « utile » et ça m’a réchauffé le cœur de la voir avancer dans son projet à pas de géant !

Ce matin, j’ai pris une place toute particulière lors de l’émission « Madame ou Madame » sur Radio Campus. C’était le bilan de l’année écoulée. Déjà !

En tant que marraine de l’émission, je me suis retrouvée de l’autre côté. Les animateurs sont devenus les invités et je suis devenue « l’intervieweuse ». Je n’ai pas l’air dans le fond mais parfois j’ai l’impression que ma timidité ressurgit sans crier gare ! (ah ! ah ! Toi timide ? – Oui je te vois rire d’ici, je t’assure que c’est possible, mais je me soigne hein !).

Le défi fût intéressant, pour moi c’était le grand saut dans l’inconnu. Ce n’est qu’une émission de radio tu me diras, mais pour moi c’est bien plus que ça. Déjà, le concept est génial et les animateurs sont formidables. Et quelle évolution depuis la première émission ! Je me suis sentie toute petite. Il n’y a pas de quoi, me diraient Cathy, Catherine, Erwan et Romain. J’ai pris conscience que j’avais encore une haute exigence de moi-même, que j’avais du mal à m’autoriser le moindre faux-pas, que mon côté perfectionniste et peur de pas faire assez bien et de paraitre ridicule sont revenus au galop ! 

Ça a aussi été l’heure du bilan pour moi. Il s’est passé tellement de choses géniales depuis mon premier passage dans l’émission en octobre dernier ! Et devine quoi ? J’ai focalisé sur ce que je n’avais pas accompli, enfin, ce que je n’ai pas accompli aussi vite que je l’aurais voulu.

  • Commençons par mon livre. A la base, j’avais décrété l’écrire en 80 jours. Bon … Ça va faire 10 mois … Et ce n’est pas grave du tout. J’aimerais bien l’avoir fini cette année quand même. Je rêve en secret de le sortir en septembre et en même temps, j’ai peur de me mettre la pression avec une énième dead-line que je ne tiendrais pas. J’en parle régulièrement au Cercle VIP des futurs lecteurs de ma vie d’écrivain. C’est un véritable voyage initiatique d’écrire son histoire. Je pensais naïvement que ce serait facile. Bah oui, je connais l’histoire par cœur. Sauf que … Ça va bien au-delà de « simplement » écrire. Parfois, ça demande de retraverser des émotions, de joyeux moments, comme des moments pas évidents du tout. C’est le jeu de la Vie. Le réflexe de mon ego à la noix est de se dire que je n’ai pas réussi, alors qu’en vrai, j’ai le courage de continuer d’écrire même si ce n’est pas tous les jours facile. Alors, je me dis Merci. Voilà. Et pis c’est tout. Merci Marie, moi m’aime d’avoir le courage d’inspirer le monde dans tes moments de joie autant que dans tes moments de doutes.

  • The Pink Power Tour Festival ! Voyage itinérant à la rencontre d’Artistes inspirants. Si tu arrives en cours de route, The Pink Power Tour Festival est né en même temps que « Le Tour de Nantes en 80 jours » en 2014. Il s’est poursuivit en 2015 avec des interviews Portraits d’Artistes sous forme de Podcast. Et très bientôt, un nouveau format d’interview en direct sur Youtube va voir le jour. J’appréhende un peu, je n’ai jamais fait ça de ma vie. Mais bon, comme d’hab ! « J’ai peur mais je le fais quand même ». L’année dernière, j’avais dans l’idée de rassembler toutes les personnes que j’ai interviewées dans un lieu atypique pour transformer le virtuel en réel et inviter le public à créer avec les Artistes, en septembre 2017. C’est-à-dire bientôt … Pour le moment, même si cette idée est toujours dans un coin de ma tête, le projet est en stand by. Là aussi, mon ego, mon « petit moi », appelle ça comme tu veux, prendrait ça pour un échec en mode : « han la laaaaaa, t’as dit que tu allais créer un évènement de ouf et t’as rien fait du tout, t’es trop nulle !!! » Alors qu’en vrai je suis pas nulle du tout. Toi aussi, t’as des voix dans ta tête qui te critique comme ça ? Franchement, ça sert à rien. En revanche, ce qui est cool, c’est d’en avoir conscience et de ne pas les laisser te dominer. La Vérité, c’est que j’ai donné mon temps et mon énergie dans ce projet avec beaucoup de joie ! « Le Tour de Nantes en 80 jours » m’a propulsée là où je suis aujourd’hui. J’ai rencontré des personnes toutes aussi inspirantes les unes que les autres et j’ai partagé leur voix au monde. Et je continue ! Même si en cours de route certaines choses évoluent, change un peu de direction, le message reste toujours le même. Créer, inspirer, donner l’élan, montrer que si c’est possible pour eux ou pour moi, c’est aussi possible pour toi.

  • #100jours100sourires a démarré fin novembre 2016. Je pars à la rencontre d’inconnus dans la rue, dans les transports en commun, dans un magasin, peu importe… et je leur demande ce qui les rend heureux dans la vie, ce qui s’est passé la dernière fois qu’ils ont transcendé une peur, s’ils pensent que tout est possible et quel est leur plus grand rêve. Je les photographie et je publie leur portrait et leur message sur mon blog. Au départ, je pensais réaliser ce projet sur 100 jours d’affilés ! Finalement, je me suis donnée un an. Ce n’est pas le tout d’aller parler à des inconnus mais ça aussi ça demande du temps : retranscrire notre rencontre, publier l’article… Ça parait rien quand tu lis l’article comme ça mais ça prend un peu de temps quand même. Là pareil, quand j’ai décidé de le faire sur une année, je me suis dit : « Han la la, Marie, t’as même pas réussi à tenir 100 jours d’affilée ! T’es trop nulle !!! » J’extrapole un peu, c’est vrai … Mais je ne suis pas si loin de la Vérité. Nous sommes nombreux à avoir la capacité phénoménale de regarder ce que nous n’avons pas accompli, de nous flageller si on change d’avis, alors qu’à côté de ça, nous inspirons le monde, nous aidons des tas de gens. Quand je dis nous, je t’inclus avec moi. Peut-être que je ne devrais pas. A toi de me le dire.

  • Je continue le Bilan depuis mon premier passage dans l’émission « Madame ou Madame ». Évènement majeur : j’ai fusionné le blog du « Pink Power Tour », le blog du « Caméléon de l’Image » et mon site internet ! Comment ça fait trop du bien !!! Il aura fallu que je sépare tout pour me rendre compte que tout était lié. Crois-moi, c’est beaucoup plus léger comme cela.

  • Que deviennent les ateliers ? J’ai arrêté le format des ateliers « photographie intuitive » pour les passer en 1 journée entière voire 2 jours (peut-être que je vais rechanger d’avis et proposer les 3 formules, je sais pas encore…). Les Ateliers « Révèle la déesse qui est en toi », ça me démange aussi de les proposer sur 2 jours. D’ailleurs, ça va bientôt arriver !!! Je te l’annonce en avant-première, je co-anime avec Magalie Madison un stage de 2 jours « A la rencontre de la déesse en toi » les 26 & 27 août 2017. Ça va être trop bien !!! On lance les inscriptions très bientôt, inscris-toi à la newsletter pour être au courant en prem’s !

 

  • Je viens de lancer un nouvel accompagnement : « Rêve, Ose & Go ! ». Tout est dans le titre ! Cet accompagnement est pour toi si tu as envie de donner un coup d’accélérateur à ta vie, ton œuvre, tes rêves, tes projets … dans la joie et la bonne humeur, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ! (clique ici pour en savoir plus)

 

  • J’ai quitté le bonhomme bleu depuis le 1er juin. Je ne m’attarde pas là-dessus. Je partagerais sûrement une vidéo ou un article pour te faire un retour de cette sortie de zone bleue !

 

  • Je suis en train de refaire mon site, notamment pour mettre la photo plus en avant car ce n’était pas vraiment le cas, alors que cet Art occupe beaucoup de place dans mon activité. Je propose du Portrait Intuitif. J’entre en immersion dans les ateliers d’Artistes & Artisans, dans les cabinets des professionnels du bien-être pour mettre en lumière leur Art. Je mets en scène des produits parce que c’est fun et que ça dépayse de l’éternel fond blanc ! 😀 😀 😀

 

  • Je viens d’ouvrir ma première boutique en ligne de tous les temps !!! Depuis le temps que j’y pensais et que je n’osais pas. Voilà qui est chose faite ! C’était hier matin. Je me suis demandé ce qui me ferait kiffer aujourd’hui et c’était ça. Alors hop ! Si tu as envie de faire le voyage, ça se passe par là !

 

  • Hey ! Et le 29 juin à 19H30, nous donnons notre première conférence ensemble avec Laure : « ACTION ! Oser agir et ouvrir son regard à la vie. » Ça se passe sur Paris et c’est par là pour t’inscrire ! Dépêche-toi, nous avons réservé une salle pour 25 personnes 🙂

 

  • Ah oui ! Et lundi matin, il y aura une surprise sur ma chaine Youtube ! Abonne-toi pour être notifié :p

Finalement, le titre de cet article n’est plus en adéquation avec ce que je ressens présentement. Je me suis fait mon auto-thérapie en écrivant ce bilan. Je me rend compte que j’avance vraiment.

Souvent, ce sont les autres qui mettent en lumière tout ce que nous avons accompli. Ce n’est pas d’aujourd’hui, ces moments où j’avais l’impression de stagner et hop ! Je rencontrais quelqu’un qui me remerciait, me félicitait, me faisait prendre conscience que j’avais énormément avancé. Quand tout va vite, et c’est souvent le cas, j’ai parfois l’impression que je me traine alors que je vais vite pour le monde qui m’entoure. C’est marrant cette perception que l’on a des uns et des autres.

Aujourd’hui, j’ai pris conscience que moi aussi de temps en temps j’avais besoin que quelqu’un me dise que ce que je fais c’est bien et m’encourage. On a beau dire qu’il faut pas s’occuper de ce que pense les uns et les autres, on est quand même bien content de recevoir un compliment et/ou un encouragement. Soyons honnêtes ! Je crois que ça fait partie de ce qui m’a motivée à créer l’offre « Rêve, Ose & Go !« . Toutes les personnes que j’ai accompagnées jusqu’à présent, je suis bluffée par tout ce qu’elles sont en train d’accomplir. Elles avaient juste besoin de ce « coup de boost ».

En vrai, tout est déjà là. Tu as déjà tout à l’intérieur de toi. Je vais me tirer une balle dans le pied en te disant ça, mais tu n’as pas besoin de moi finalement. Je suis juste là pour que tu arrêtes de rouler avec un frein à main et que tu donnes un bon coup d’accélérateur. Oui, c’est sûr, il faut que tu aimes la vitesse et je t’assure que tu en sortiras transformé ! Alors Ose, Déploie tes Ailes ! Et même quand tu te sens nulle à cause des voix dans ta tête qui disent n’importe quoi, pose-toi un instant et sens. Au fond de toi, tu sais que c’est faux. Ton cœur sait. Ton Âme sait …

Sur ce, je te dis à bientôt !

La suite au prochain épisode !

Prends soin de toi,

Marie,

Artiste, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse de Conscience.

09 Mai

Suis-je normale ?

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

J’écris cette question simplement, alors qu’en vérité, je flippe carrément à l’idée de ne pas savoir où elle va me mener…

Qu’est-ce qui va sortir de ces lignes que je suis en train d’écrire ?

Suis-je normale ?

La normalité est un sujet dont on pourrait débattre dans tous les sens, pendant des heures, des jours, des mois et même des décennies.

Suis-je normale par rapport à qui ? Par rapport à quoi ? Qui est-ce qui défini le fait que l’on soit normal ou pas ?

Je crois que j’étais une petite fille normale. D’une banale normalité. Jusqu’à ce que je devienne une jeune fille à responsabilités, ainée d’une fratrie de 9 enfants.

Les gens me regardent toujours avec de grands yeux lorsque j’annonce que j’ai 6 sœurs et 2 frères. Je me souviens que j’en ai toujours été fière. Dans le fond, je crois que j’en étais fière de ne pas être comme les autres.

Déjà, là, ça a commencé.

Déjà petite, je n’étais pas comme les autres.  

Pourtant, j’ai grandi en essayant de me fondre dans la masse. A l’école, j’étais plutôt sage et studieuse. D’un naturel plutôt timide, l’idée de parler devant tout le monde m’effrayait. Il suffisait d’une question déstabilisante ou d’une erreur de ma part pour que je devienne rouge écarlate !!!

Aussi, je n’avais pas tellement d’idées bien arrêtées. J’avais du mal à me forger un avis sur les choses. Je me sentais décalée. Je n’avais pas les mêmes centres d’intérêts que les jeunes de mon âge. Je me suis toujours mieux entendue avec les gens plus âgés que moi. Là, je me sentais sur la même longueur d’onde.

Je ne comprenais pas les chamailleries de collégiens et cette « violence » entre les élèves. Je ne comprenais pas pourquoi « ils » avaient tous besoin de se donner un genre pour exister.

Je m’habillais d’une manière tout ce qu’il y a de plus banal. Je ne portais pas de vêtements de marque. Je m’en foutais royalement mais ça a été le sujet de bien des moqueries. Les adolescents ne sont pas très « gentils » entre eux …

Une fois, une seule fois, j’avais fait des pieds et des mains pour avoir des chaussures de marque. Je ne réclamais jamais rien à mes parents et là, j’avais fait ma petite crise. J’en avais payé la moitié, j’étais trop fière avec mes chaussures.

Tu parles ! Elles n’avaient pas duré plus longtemps que les autres. Et ça n’avait rien changé aux moqueries de collégiens qui ne volaient pas bien haut.

Quand je suis entrée dans le monde du travail, je n’ai pas galéré. Ça a été facile pour moi de trouver mon 1er job salarié. Mon premier et dernier d’ailleurs 😉 (dans cette vidéo, je te délivre mon secret ultime pour trouver ton 1er job !). Est-ce normal dans une société où l’on te dit que c’est difficile, que c’est la crise et que trouver du travail, c’est dur ?

Quand j’ai quitté mon CDI après 7 années de bons et loyaux services, on m’a regardé comme si j’étais cinglée ! C’était pure folie de quitter son job ! La sécurité de l’emploi, tu te rends pas compte ??? étais-je normale ou folle alliée ???

Quand je suis retournée à l’école, 10 ans après, j’ai eu le droit à des regards effrayés : « Mais comment tu vas faire ??? ».

Quand j’ai créé ma première entreprise : « Et si ça marche pas ? », « Et si tu n’as pas de clients ? », « Comment tu vas faire pour payer ton loyer ? » … Hum … Ma vie se résume à payer mon loyer ???

Quand j’ai changé d’identité professionnelle, que je suis passée de coiffeuse-maquilleuse à photographe, je me suis battue avec moi-même. J’ai pensé à la place des gens. Je me suis dit qu’ils n’allaient pas comprendre. Je  ne devais vraiment pas être normale à être une éternelle insatisfaite :/

J’admirais presque tout ces gens qui arrivaient à faire le même job toute leur vie sans jamais se poser aucune question. Et en même temps, ça me rendait bien triste de voir tout ces gens qui s’acharnaient à se rendre à leur travail sans goût, sans conviction, pour finir de cumuler leurs trimestres pour leur retraite.

Aujourd’hui, en plus de me rendre triste, ça me choque carrément :O C’est donc ça être normal ? Subir un taf que l’on aime pas, ne surtout pas changer, ne surtout pas bousculer ses habitudes, et surtout rester dans le rang, ne surtout pas aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, ne surtout pas essayer de créer quelque chose de nouveau…

Si c’est ça être normal alors je suis carrément une extra-terrestre. La bonne nouvelle, c’est que nous sommes très nombreux sur cette planète. Nous sommes sur une planète remplie d’extra-terrestre.

Alors, c’est qui les gens normaux dans cette histoire ?

Est-on en mesure de parler de normalité à ce stade ?

Aujourd’hui, je ne me sens pas que « photographe ». Dire que j’ai mis tant de temps à assumer de l’Être ! Et dès que cela a été le cas, je me suis dépêchée de m’enlever cette étiquette !!!

Parce que ce que je créé, ce que je transmet va bien au-delà d’un statut, d’une étiquette ou d’une signature…

En ce moment, j’ai envie de chambouler tout mon site internet ! C’est ce qui va se passer cette semaine d’ailleurs ! Je ne sais pas ce qui va en sortir, mais il va y avoir du mouvement !

Suis-je normale à me remettre en question ?
Suis-je normale à vouloir ressentir de la joie à chaque instant ?
Suis-je normale d’Être Moi dans toutes mes dimensions ?

Aujourd’hui, je déclare que je suis NORMALE.

D’ailleurs toi aussi tu es normal(e), même si tu te sens « chelou », « marginal(e) », ou encore incompris(e).

Nous sommes beaucoup de chelous sur cette Terre à croire que l’on est tout seul. Si tous les chelous se manifestaient, ça ferait un bon paquet de monde, moi j’te l’dis !

D’ailleurs, on se reconnait 😉

Ce n’est pas pour rien que tu es en train de lire ce post, hein :p

Allez, viens ! Tu es chez toi ici <3 <3 <3

Si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message 🙂

A très bientôt,

Prends soin de toi et continue de créer la Vie qui t’inspire, peu importe ce que les « gens » pensent, peu importe si tu avances à contre-courant de la pensée collective …

Ton cœur sent,
Ton Âme sait,

Marie,
Artiste, Conférencière, Eveilleuse de Conscience.

__________________________________________________________

P.S. : Il reste 4 places pour l’atelier photographie intuitive à Lille. Clique ici pour t’inscrire 😉

19 Avr

Tremblez mais osez

Marie Guibouin / Blog / / 1 Commentaire

Il y a un livre qui existe du même nom. Je ne l’ai jamais lu mais j’imagine qu’il doit être très inspirant.

Ce matin, j’ai lancé « La Team de Tous les Possibles ». J’ai tremblé mais j’ai osé ! La Vérité c’est que je tremble encore.

Tiens, ça me rappelle le message que Barbara, (une de mes lectrices qui se reconnaitra si elle passe par là 😉 ) m’a envoyée il y a quelques jours.

Elle me disait : « Bravo ! Tu y vas, tu trembles et tu oses !!! C’est un merveilleux exemple pour tous !!! Alors merci à toi !!! »

J’ai reçu ce message de Barbara un jour où je me disais que j’y étais peut-être allée un peu fort dans ma publication du jour (si tu viens de débarquer sur cette page, sache que j’écris tous les jours ici comme ça vient, dans le flow, comme ce que je suis en train de faire là maintenant).

Ça fait à peine quelques heures que j’ai lancé « La Team de Tous les Possibles » et je crois que j’ai autant peur de faire un gros flop que d’avoir plein de gens qui s’inscrivent.

Certains penseront que je me tire une balle dans le pied en partageant mes peurs mais j’m’en fou et puis je ne suis pas d’accord avec ça.

Je crois que ça sert à rien de faire style « J’ai peur de rien, rien ne m’atteins ». Ça sert à que dal parce qu’en plus ça sonne faux. Je me demande comment je pourrais aider des gens à dépasser leurs peurs si moi-même, je ne l’expérimente pas. Ça serait un peu chelou non ?

En fait là, même si je tremble un peu, ma peur ne me domine pas parce que je ne la renie pas. Juste, je la regarde bien en face et j’y vais quand même !

Je ne peux pas faire autrement qu’honorer les 2 credo qui me portent au quotidien :

– J’ai peur mais je le fais quand même !

ET

– Tout est possible !!!

Quand tu vois la réussite des gens que ce soit sur le web ou ailleurs, il ne faut pas se leurrer, ils ont autant peur que toi. La seule différence, c’est qu’ils y vont quand même !

Des fois, ça marche. Des fois, ça marche pas. Ils tentent, ils essaient, ils innovent, ils rebondissent.

J’ai l’intime conviction qu’il n’y a pas d’échecs possibles. Comme disais Mandela, soit tu gagnes, soit tu apprends.

Je n’en serais pas là où j’en suis aujourd’hui si j’avais laissé ma peur et mes doutes prendre le dessus et dominer ma vie.

Je serais sûrement encore dans mon petit studio à Nantes.
Je travaillerais toujours entre les 4 murs d’un salon de coiffure tout en rêvassant à une autre vie. Une vie plus fun, plus légère et plus créative. J’aurais une vie plutôt réglée et je saurais plus ou moins de quoi le lendemain sera fait. J’aurais 5 semaines de congés payés par an pour enfin souffler un peu et m’autoriser un moment de liberté.

(juste pour préciser : je ne suis pas en train de dire que le salariat c’est nul et l’entreprenariat c’est bien, je partage simplement une expérience de vie qui m’a amené là où j’en suis aujourd’hui)

Ça me fait bizarre d’écrire ça. Ça me fait limite un pincement au cœur, un truc qui me dit « non, j’ai pas envie de retourner dans cette vie ». Non, pas que je la regrette, au contraire ! J’ai appris énormément et j’estime que cette étape était nécessaire pour arriver là où j’en suis aujourd’hui.  

Je ne pourrais pas affirmer que c’est possible de quitter son job, je ne pourrais pas dire que l’on peut entreprendre même si on a pas Bac +5, je ne pourrais pas dire que c’est possible de créer une vie qui nous ressemble, je ne pourrais pas dire que changer d’avis c’est ok ou encore que tu n’as pas besoin d’être riche pour te lancer dans un projet fou si je ne l’avais pas vécu !!!

Mon parcours et mes expériences font de moi celle que je suis aujourd’hui. C’est grâce à tout ce chemin parcouru que j’en arrive à créer la « Team de Tous les Possibles ».

En écrivant ces lignes, je n’en reviens même pas moi-même que j’ai osé le faire.

Avant, j’aurais tergiversé des jours et des jours, pesé le pour et le contre, demandé l’avis de untel ou unetelle, je me serais demandé si j’étais légitime, si les gens allaient comprendre, si et si et si.

Sauf que pendant que tu es en train d’émettre des tas d’hypothèses, il ne se passe rien de concret. T’es là, en train de tourner en rond. Puis finalement tu te dis que c’est pas une bonne idée, qu’il y en a tellement d’autres qui sont mieux que toi et que ça sert à rien.

Là, j’ai envie de te dire STOP !

C’est horrible l’énergie que tu perds en tournant en rond de la sorte ! Tu verrais cette sensation de liberté quand tu oses !!!

Je te souhaite de le vivre souvent ! Aussi souvent que tu en as l’élan. Aussi souvent que le moment où ta peur se pointera, que tu la regarderas bien en face et que tu feras le grand saut, parce que même si tu as peur, tu sentiras que ça vibre en toi !!!

C’est tout ça que je transmets dans mes écrits, dans mes ateliers, dans mes accompagnements individuels, dans mes séances photo avec mes clients.

Et j’adore ça !!! J’adore voir les gens oser, se dépasser, prendre conscience qu’ils sont bien comme ils sont et qu’ils ont tout en eux pour faire un pas vers ce qui les inspire.

J’adore travailler en présentiel autant que j’adore créer du lien entre les gens, qu’ils soient tout près l’un de l’autre où chacun à l’autre bout de la planète.

Je me suis demandée comment je pourrais toucher plus de monde sans avoir à me dédoubler ou acquérir le don d’ubiquité. C’est là que « La Team de Tous les Possibles » s’est imposée à moi !!!

Je comprends mieux pourquoi je me suis lancée un défi vidéo 30 jours le mois dernier, alors que la vidéo me terrorisait.

Je comprends mieux pourquoi j’ai décidé d’écrire ET publier  tous les jours, alors que je n’avais jamais osé auparavant.

Ma tête ne savait pas mais mon Âme savait que j’étais en train de me préparer au lancement de quelque chose de plus grand que moi.

Jamais je n’aurais imaginé lancer un programme en live où je parlerais toutes les semaines à plein de gens devant une caméra. On m’aurait prédit cela, j’aurais dit : « non mais ça va pas la tête ou quoi ? Je pourrais jamais faire ça ! Je suis bien moi, cachée derrière mon appareil photo :O »

Tiens, c’est marrant, je ne tremble plus. L’écriture m’a apaisée.

J’ai le cœur en joie à l’idée d’accueillir des centaines de participants (et peut-être un jour des milliers qui sait ?) dans « La Team de Tous les Possibles » !!!     

On se retrouve tout à l’heure en vidéo où je partagerais avec toi le lancement de « La Team de Tous les Possibles » !!! (Edit : la vidéo est ici)

Je suis super heureuse ! Danse de la Joie !!! <3 <3 <3

Je t’envoie plein de belles énergies d’Amour et de Lumière !!!

Toutes les infos pour rejoindre « La Team de Tous les Possibles » ici 🙂

A bientôt pour la suite de l’Aventure !!!

Marie,
Artiste, conférencière, éveilleuse de conscience.

31 Mar

Les gens me saoulent

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Hier, j’ai annoncé publiquement qu’à partir de maintenant, j’arrêtais de me retenir. Ça implique pour moi de partager mon message haut et fort, animée par mes 2 credo qui me portent au quotidien :

J’ai peur mais je le fais quand même !
ET
Tout est possible !

Je sais pas pour toi, mais moi, parfois, les gens me saoulent. Moi aussi je dois les saouler parfois, et peut-être même souvent, peu importe.

Pourtant, j’adore les gens. J’adore créer du lien. J’adore aider les gens. J’adore rassembler et fédérer. Je suis capable de décupler une énergie de dingue pour créer des projets fous !!!

Et il y a des jours où les gens me saoulent carrément ! Mais ce n’est pas tous les gens. Tu sais, ces gens qui ne comprennent pas ce que tu fais, qui appellent ce que tu crées : « ah oui tu vas faire ton truc ». Non, mais franchement, tu peux pas l’appeler autrement, c’est pas un truc !!! Je l’ai créé avec tout mon cœur et toute mon Âme, ce projet, cette création …  

Ces gens qui ne comprennent rien à ce que ça implique d’entreprendre. Ces gens qui nous envient et qui croient qu’on a la belle vie sans rien faire, et que tout nous arrive comme ça tout cuit.

Ces gens qui disent : « oui mais toi tu as de la chance, tu fais ce que tu veux, moi tu comprends j’ai pas le choix »

Et puis il y a ceux qui n’ont aucune conscience de qui tu es et de ce que tu es en train de vivre et qui y vont de leurs bons conseils alors que tu ne leur as rien demandé : « ah mais moi j’y crois pas à ton « truc », tu devrais plutôt faire ceci ou cela, ça serait plus raisonnable ». Mais qui t’as dit que j’avais envie d’être raisonnable ??? T’as vu ça où ???

Il y a ceux qui sont complètement à côté de la plaque, qui croit qu’être Artiste, c’est passer sa journée à glander. Ça, ça, tu vois, ça m’énerve vraiment, parce qu’à cause de ça, y’a plein d’autres gens qui n’osent pas créer, qui ont peur de passer pour quelqu’un de pas sérieux, qui ont peur d’être jugé, qui ont peur du regard des autres. Toujours ce fameux regard des autres… il revient tout le temps celui là.

Pour te dire toute la vérité, rien que la vérité, même si j’écris ce post dans le flow, j’ai la petite voix qui me dit que je vais m’attirer les foudres de certaines personnes en écrivant cela, que je vais vexer des gens ou encore pire que je vais carrément briser ma carrière (ah ah ah ça me fait rire parce que je pense à des fois où l’on m’a dit : « non mais tu peux pas faire ça, tu peux pas dire ça, les gens ils vont pas comprendre et ça va nuire à ta réputation ». Ma réputation de quoi franchement ???

Ça sert à quoi de se taire ? La plupart des gens se taisent et à la place ça tourne en boucle dans leur tête. Ils se disent qu’ils ne sont pas assez. Ils ont peur d’être jugé. Ils ont peur de passer pour quelqu’un de farfelu. Ils ont peur de créer la vie qui les inspire.

Si je n’ai qu’un seul conseil à te donner (tu en feras ce que tu voudras), arrête de regarder la télévision, tu verras, rien que ça, tu vivras beaucoup mieux. Ça fait des années que je ne regarde plus la boite qui broie du noir et c’est certainement ce qui m’a le plus aidé à changer mon regard sur  les choses et sur le monde. On te montre ce qu’on veut bien te montrer pour te maintenir dans cet immobilisme, pour que tu ne fasses pas les choses et que tu croies que tu ne peux pas être acteur/trice de ta vie. Tout ça c’est du flan !

Moi je crois que tu as le pouvoir de créer la vie qui t’inspire.

Moi je crois que tu peux décider à chaque instant.

Moi je crois que tu es assez et que tu es génial(e) => déjà si tu as lu jusqu’ici, c’est que tu t’es sûrement reconnu(e) quelque part 😉

Je crois que chacun à notre échelle, nous pouvons faire notre part.

Je crois au pouvoir de l’Être Humain.

Je crois au pouvoir du collectif.

J’aime la vie et la vie m’aime <3 <3 <3

Marie,
Utopiste à plein temps et révélatrice de lumière,
« Du cœur à l’Âme »

A présent, je vais envoyer mon livre à un éditeur, même s’il n’est pas fini d’écrire et même si j’ai un peu peur, je crois que le ciel ne va pas me tomber sur la tête !

Ce mois-ci, 2 dates d’ateliers féminins pour révéler la déesse qui est en toi :
– Le 9 avril à Rezé-44 (il reste 3 places)
– Le 22 avril à Marcq en Baroeul-59 (il reste 2 places)
Plus d’infos ici : http://marieguibouin.com/index.php/travaillons-ensemble-2/revele-la-deesse-qui-est-en-toi/

Pour prendre rendez-vous avec moi en individuel, tu peux me contacter par mail à cameleondelimage(at)gmail.com ou via le formulaire de contact du site.

Je te souhaite une belle journée et n’écoute pas « trop » les gens, tu es capable de beaucoup plus que ce que tu imagines <3 <3 <3 « 

30 Mar

Il était une fois …

Marie Guibouin / Blog / / 3 Commentaires

Il était une fois une petite fille. Une petite fille tant désirée que ses parents accueillirent dans l’Amour et la Joie <3 <3 <3 La petite fille avait toujours le sourire. Elle était spontanée et respirait la Joie de Vivre !

Puis la petite fille a grandi. Elle a grandi très vite. Elle a très vite appris le sens des responsabilités en s’occupant de ses frères et sœurs. Il était rare que la petite fille se plaigne. Elle n’avait pas besoin de grand chose pour être heureuse. Un brin de soleil, courir dans le jardin, jouer à construire une montagne avec des pots de yaourt vide, partager des bons moments avec ses frères et sœurs, s’assurer qu’ils ne manquaient de rien, respirer, grimper sur les bottes de pailles, conduire un tracteur sur les genoux de son papa, aider sa maman à faire la cuisine…

La petite fille était très contente d’aller à l’école ! Elle avait toujours le sourire et elle était plutôt facile à vivre ! Une fois, en maternelle, elle était trop heureuse de dessiner une dame. Elle lui avait dessiné des seins parce que c’était une dame. Et la maitresse l’a disputé. Elle lui a dit que ça ne se faisait pas de dessiner des gens tous nus ! Alors, la petite fille a cru qu’elle était nulle et qu’elle ne pourrait jamais s’exprimer par le dessin.

Un jour, elle a eu ses premiers ciseaux, mais ils coupaient super mal alors elle avait toujours des « points rouges » dans ce genre d’activités créatives. Peut-être qu’elle n’était pas faite pour créer …

Une année, elle a eu une maitresse qui jouait de la guitare et elle trouvait ça génial. Elle était admirative.

Quand le moment est venue d’apprendre à lire, elle a trouvé ça plutôt facile. Lire et écrire était quelque chose de simple et d’aisé pour elle. Un peu plus tard, elle adorait les dictées alors que la plupart de ses camarades détestait cela.

Cette liberté d’expression la rendait fière. Apprendre à lire et à écrire l’a amené à mieux comprendre les choses. Même les conversations de grands prenaient du sens. Et puis, est venu le temps des moqueries. Les moqueries dans la cour d’école, les moqueries sur son nom de famille, les moqueries sur les habits qu’elle portait.

La petite fille a très vite compris que c’était très dur de gagner de l’argent. Elle avait rarement des vêtements neufs mais ça lui allait très bien comme ça. Elle ne se plaignait jamais. Ce sont ses petits camarades de classe qui lui montrait à quel point elle était différente et que c’était la « loose » de ne pas porter de vêtements de marque. Ce fut encore plus flagrant lorsque la petite fille qui allait se transformer en adolescente est arrivée au collège. Elle était très timide et les plus « dégourdis » et les plus grands en profitaient. Quand les boutons d’acné ont pointé le bout de leur nez, ça ne l’a pas aidé non plus. Et le jour où sa maman lui a coupé les cheveux et que ça ne lui allait pas du tout, ça a été le pompon.

Pourtant, sa maman ne lui coupait pas trop mal les cheveux d’habitude. Mais bon … sa maman n’était pas coiffeuse. Elle coupait les cheveux de toute la famille par souci d’économie. Même sa maman n’allait pas chez le coiffeur, elle se coupait les cheveux elle-même.

La maman de la jeune adolescente était très généreuse. Elle donnait tout ce qu’elle avait, même ce qu’elle n’avait pas pour ses enfants.

Le papa de la jeune adolescente travaillait très très très dur aussi. Il travaillait en harmonie avec la terre. Il se levait quand il faisait nuit et rentrait le soir quand il faisait nuit.

La jeune maman restait à la maison pour s’occuper des enfants et le papa travaillait dehors pour ramener de quoi nourrir sa famille.

La jeune adolescente jouait parfois le rôle de deuxième maman, parce que c’est un travail à temps plein de s’occuper de 9 enfants, alors les plus grands s’occupent des plus petits et c’est normal.

La jeune adolescente ne s’en plaignait jamais, ça a toujours été son mode de fonctionnement. Elle n’a connu que ça. Elle ne rêvait pas d’avoir une mobylette ou d’aller faire la fête avec ses amis.

Un jour, elle a connu l’indépendance. Elle a expérimenté le fait de vivre seule. Ce n’est pas quelque chose qui lui faisait peur. Elle savait se faire à manger et entretenir une maison. Elle savait qu’il fallait s’occuper de plein de papiers et payer des factures.

Elle a choisi un métier où elle pourrait aider les gens et qui lui permettrait d’entrer dans le monde du travail très rapidement. Elle ne voulait plus être une charge pour ses parents. Elle voulait prendre son indépendance et travailler. Elle voulait payer son permis de conduire toute seule et assumer ses charges de la vie courante très rapidement. Six sœurs et deux frères avaient besoin d’être nourris, de faire des études et d’avancer dans leur vie.

La coiffure, elle n’y connaissait rien. Elle n’avait jamais mis les pieds dans un salon de coiffure. Elle ne savait même pas ce qu’était un brushing. Comme toujours, elle a très vite appris. Dès la première année, elle a obtenu une médaille d’or et une médaille d’argent au concours des meilleurs apprentis ! Quelle joie ! Elle en a pleuré. Mais ça, c’était juste pour le plaisir et pour le défi de se dépasser. Elle ne pensait pas que l’artistique, c’était un vrai métier !

Elle était ultra timide, elle rougissait dès qu’elle devait parler à un(e) cliente, ou pire, parler en public ! Pourtant, elle a dépassé tout ça, elle a travaillé sur elle, elle a avancé, même les jours où c’était plus difficile. Un jour, elle a intégré l’équipe d’un salon de coiffure pour 2 ans. Le patron l’avait embauché pour la casser ! Quelle drôle d’idée ! Ça a été dur, et paradoxalement hyper formateur. Elle a aussi rencontré des personnes qu’elles n’auraient sans doute pas rencontrées autrement.

Deux ans plus tard, elle est partie. Elle a intégré l’équipe d’un autre salon de coiffure où elle a passé 7 années. 7 années d’une richesse incroyable où elle a énormément appris sur elle et sur le monde qui l’entouraient. 7 années qui l’ont construite. 7 années qui lui ont permis de comprendre qu’elle n’avait pas envie de devenir comme sa hiérarchie. 7 années qui lui ont permis de comprendre que quelque chose de plus grand l’attendait ailleurs …

Alors, un jour, elle s’est cassée …

Aujourd’hui, j’ai envie de dire à cette petite fille qu’elle a le droit de dessiner des gens tous nus ou pas si ça lui chante. J’ai envie de lui dire qu’elle est douée, qu’elle est créative, et que même si elle pense qu’elle est nulle en dessin, tout ça ce n’est qu’une croyance et qu’elle peut la dégommer quand elle veut !

Cette petite fille n’est qu’un exemple parmi tant d’autre. Je crois profondément que nous sommes tous des êtres créatifs, que ce soit par l’Art proprement dit ou par tout autre forme de création. Je crois profondément que nous sommes tous là pour quelque chose de bien précis. Je suis intimement convaincue que nous avons tous quelque chose de bon à apporter au monde, pour peu que nous le décidions.

Tout part d’une décision.

Tu peux décider tout ce que tu veux.

Tu peux décider d’être malheureux toute ta vie, autant que tu peux décider d’être heureux à chaque instant.

Tu peux décider de galérer, de travailler dur et de souffrir, tout autant que tu peux décider de faire preuve de courage et de persévérance, en te respectant.

Tu peux tout décider à chaque seconde de ta vie.

Tu peux décider de glander sur Facebook ou de t’assoir devant ton ordi et d’écrire ce livre que tu as tant envie d’écrire.

Tu peux décider de continuer de chouiner et de croire que la vie est horrible et que de toute façon c’est trop compliqué ou tu peux décider de te relever et croire que tout est possible.

Je pense que nous sommes capables de bien plus que ce que l’on croit.

J’en suis intimement convaincue.

Quand j’étais cette petite fille, je rêvais que tous les gens de la planète s’aiment et se connaissent. Aujourd’hui, avec ma conscience d’adulte, je sais que l’on ne peut pas aimer tout le monde et que l’on ne peut pas plaire à tout le monde.

Mais je sais aussi que j’ai le pouvoir de créer du lien entre les gens. C’est une de mes forces.

Je crois que je suis née pour fédérer.

Je crois que je suis née pour rassembler.

Je crois que je suis née pour créer.

Je crois que je suis née pour faire valeur d’exemple et montrer au monde que tout est possible quand on y met du cœur, une pincée de courage et un grand bol de persévérance.

Je crois que j’ai du talent pour révéler la lumière de ton Âme et t’inviter à te reconnecter à toi-m’aime, même si cette phrase me parait surnaturelle …

Je crois que nous sommes capable de créer notre vie à chaque instant.

Je crois que nous sommes tous les Artistes de nos vies.

Nous sommes le 30 mars 2017.

Aujourd’hui, j’ai fait le bilan tout décousu de mon défi du mois de mars : 1 vidéo par jour, pendant 30 jours.

(Rooohhh !!! C’te tête !!!)

Je ne sais pas ce qu’il va se passer dans les prochains jours, puisque j’ai décidé d’arrêter de me retenir !

Accroche-toi au lustre ou abonne-toi à ma news, ma page Facebook et/ou ma chaine YouTube, sinon tu vas rater des choses 😀

11 Jan

#100jours100sourires : Julie

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 0 Commentaire

Après avoir conjuré le sort à Nantes, c’est dans le train du retour que j’ai rencontré Julie. Aborder des gens dans le train pour #100jours100sourires faisait partie d’un de mes blocages récurrents.

Nous sommes en 2017, j’écris un livre qui porte mes deux credo qui m’accompagnent au quotidien « J’ai peur mais je le fais quand même ! » ET « Tout est Possible ! »

Il est temps de les honorer en transcendant une peur supplémentaire. Et c’est grâce à Julie que la Magie a opéré. Elle a dit oui sans hésiter et avec le sourire !!!

Julie prenait le train en direction de l’aéroport Charles de Gaulle où un avion l’attendait pour la Thaïlande !

 

Les voyages font partie intégrante de la vie de Julie et contribuent à son bonheur. Elle est allée en Thaïlande pour la première fois, il y a 8 mois.

  • J’ai un peu de temps libre là donc j’y retourne, parce que j’ai vraiment bien aimé. Les voyages, c’est un peu le but de ma vie. L’année dernière, je suis allée au Maroc. Cette année, j’ai fait l’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne qui sont à côté. Sinon, je suis allée en République Dominicaine, à Dubaï, en Inde …

Génial ! J’adore cette rencontre qui m’emmène en voyage ! J’ai envie d’en savoir plus alors je demande à Julie comme elle organise ses voyages.

  • C’est vraiment aléatoire selon les types de voyage. Des fois, je pars avec mon compagnon, parfois avec une amie, d’autres fois toute seule. Là plupart du temps, c’est plutôt en mode globe-trotteuse – un peu organisé à l’avance – mais en mode sac à dos pour visiter plusieurs villes. La dernière fois, c’était en République Dominicaine, et là c’était plus posé dans un club, ça dépend ...

Et pour ce voyage en Thaïlande imminent, comment ça va se passer ?

  • Vu que j’y suis déjà allée, je connais déjà. Je pense que je vais un peu plus me poser contrairement à la dernière fois. Mais je vais quand même visiter des nouvelles choses, donc entre les deux …

Un conseil pour les gens qui auraient envie de voyager et qui n’ose pas ?

  • Arrêter de mettre en avant tous les côtés négatifs, les contraintes. Tout est faisable quand on a la motivation et ce n’est pas si compliqué que ça, finalement. Il suffit de se dégourdir un peu, de penser aux belles choses qu’on peut découvrir. Après toutes les formalités, on passe au-delà …

Avec un discours pareil auquel je ne peux qu’adhérer, demander à Julie si elle pense que tout est possible dans la vie n’est qu’une formalité 😉

  • J’dirais peut-être pas tout mais en tout cas, voyager oui, ça fait partie des choses largement abordable.

La dernière peur que Julie a transcendé :

  • C’était l’année dernière ! C’est toujours en rapport avec les voyages. Tout simplement de prendre l’avion. C’est une chose un peu bête et à la fois assez commune. C’était une peur que j’avais. J’ai décidé de la surmonter pour pouvoir vivre toutes ces expériences.

  • J’étais pas fière, j’ai pris des médicaments, j’ai fait tout ce que j’ai pu, et voilà ! Maintenant, ça se passe mieux. Il y a toujours une petite appréhension mais ça se gère avec l’habitude. Je prends quand même des médicaments, mais ça va mieux. Après il faut se raisonner, se dire que ce sont des peurs qui ne sont pas forcément très rationnelles. Il n’y a pas lieu de se focaliser là-dessus. 

Le plus grand rêve de Julie :

S’installer à l’étranger.

  • C’est vrai que ce sont des lieux de vacances à la base, mais quand on aime vraiment un endroit c’est dur de le quitter. Pourquoi pas y rester ?

  • Pourquoi pas la Thaïlande ? Peut-être qu’inconsciemment, cette deuxième expérience imminente n’est pas là pour rien. A voir …

Je demande à Julie si elle voudrait ajouter quelque chose, un mot de la fin !

  • Tu vois, la vie en rose, ça reflète un peu l’esprit positif que tu voulais ressortir ! 😉

C’est énorme !!! C’était écrit « La Vie en Rose » sur le pull de Julie et je n’avais même pas remarqué ! Magie de la Vie Merci ! De quoi prolonger mon coup de « boost » du moment ! Je remercie Julie pour son partage inspirant et positif. Ça fait vraiment du bien ! Je lui souhaite de réaliser ses rêves et de continuer à voyager avec passion ! Peut-être qu’un jour nous découvrirons ses péripéties de voyage sur un blog, qui sait ?

 

Si toi aussi, tu as envie d’inspirer le monde à ton tour, fais-le ! Il n’y a pas de limites à ce que tu rêves d’entreprendre, à part celles que tu te crées 😉

Après ce beau moment de partage avec Julie, j’ai continué l’écriture de mon livre. Chapitre 1 terminé ! Si tu veux recevoir un mail de ma part tous les jours sur mes péripéties d’écrivain en herbe, tu peux t’inscrire ici sur la liste de mes futurs lecteurs de ma vie d’écrivain 😀

L’atelier « Révèle la déesse qui est toi » du vendredi 13 janvier approche à grand pas !!! D’ailleurs il reste une place ! Si le cœur t’en dit, contacte-moi par mail à cameleondelimage@gmail.com ou via le formulaire de contact du site <3 <3 <3

Les journées passent à la vitesse de la lumière !!! Mon défi du moment est de penser à faire des pauses. J’y travaille ! J’y travaille ! La méditation et les pages du matin me sont d’une aide précieuse 🙂 

A très vite pour les news ! Prends soin de toi et à très bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

08 Jan

Barbara de Ma Bulle Déco ressuscite les meubles !

Marie Guibouin / Artiste, portraits d'artistes, The Pink Power Tour / / 0 Commentaire

C’est en 2014 que j’ai rencontré Barbara pour la première fois, lors de la première édition de l’Upcycling Market à la Condition Publique à Roubaix (59) !

Ah tiens, c’est rigolo, je viens juste de faire la connexion dans mon cerveau, j’avais aussi rencontré Orel, ce jour là !

Deux univers qui portent les mêmes valeurs, chacune dans un style très différent. C’est qui fait la beauté de la création et de l’artisanat.

Notre rencontre était particulière, car en 2014, je travaillais encore en tant que coiffeuse-maquilleuse pour les studios photo, et Barbara travaillait dans un studio à l’époque. Nous avions donc eu l’occasion de travailler en commun sur un projet publicitaire.

Je remarque que nous avons évolué chacune de notre côté avec un but commun : celui de se rapprocher des valeurs que l’on porte dans notre cœur pour créer une entreprise qui nous ressemble.

C’est avec beaucoup de joie que je me suis rendue à son atelier-boutique situé au n°19 du Village des métiers d’art du Septentrion à Marcq-en-Baroeul.

Je suis très heureuse de te présenter Barbara et son fabuleux parcours <3 <3 <3

 

Barbara est une passionnée ET une grande communicante ! Les deux rassemblés font ce qu’elle est aujourd’hui. Barbara restaure des meubles anciens et leur donne une seconde vie. Elle communique tout ça sur son blog à travers des tutoriels.

  • J’aime partager ma passion ! C’est ce qui me motive aujourd’hui. C’est mon moteur ! Faire du neuf avec du vieux, ma passion pour les meubles anciens, et la communiquer à toutes les personnes qui peuvent être intéressées par ça.

Barbara est passionnée par les vieux meubles depuis qu’elle est toute petite.

Comment ça a démarré l’Aventure « Ma Bulle » ?

 

  • Dès que je visitais une vieille maison, un vieux château, j’étais comme transportée dans un univers magique. Les vieux meubles et les brocantes, ça a toujours été mon truc ! Donc, quand je me suis meublée, j’ai décidée d’acheter des vieux meubles et de les retaper moi-même.

  • J’ai créé un blog pour partager toutes mes trouvailles et mes réalisations et je me suis aperçue que ça intéressait les gens. C’est comme ça que le blog « Ma Bulle » est né ! De fil en aiguille, j’ai souhaité consacrer plus de temps à ce qui me plaisait …

Barbara a travaillé dans la communication pendant 15 ans.

A un moment donné, elle s’est posée la question :

« est-ce que c’est réellement cette vie là que je veux continuer à vivre, ou est-ce que je ne pourrais pas aller un peu plus loin dans ma passion ? » 

  • J’ai décidé de franchir le pas. J’ai créé mon entreprise « Ma Bulle Deco.com« . J’ai créé un site plus commercial, marchand, avec mes réalisations à vendre, la possibilité pour les gens de demander un devis, de s’inscrire à mes ateliers… Donc, le blog continue, mais maintenant il y a aussi cette partie commerciale que j’essaie de développer.

Barbara a démissionné de son ancien boulot il y a maintenant 3 ans, pour se consacrer totalement à son activité ! Quel bel exemple de reconversion !

  • Même si ce n’est pas facile tous les jours, je suis contente, je ne regrette en aucun cas mon choix. Ce sont des gros risques à prendre, notamment sur le plan financier. Mais que du bonheur ! De belles rencontres … Vivre de sa passion, c’est quand même super ! C’est un sentiment de Liberté terrible (dans le bon sens du terme bien sûr) ! Ne pas savoir de quoi le lendemain sera fait … Parfois avec des craintes au niveau financier évidemment mais je me dis que  Tout est Possible, tout est ouvert. Chaque semaine est différente et c’est une Aventure de plus qui commence !

J’adore ! J’adhère ! J’adore !!! Si tu commences à me connaitre, tu te doutes bien que les propos de Barbara résonne énormément en moi. Je rencontre chaque jour plein de gens qui aimerait franchir ce cap, se lancer aussi. Je demande à Barbara quel conseil elle aurait à apporter pour passer à l’action 😉

  • S’écouter et surtout si on a des doutes, c’est qu’on est pas prêt. J’ai eu aucun doute quand je l’ai fait. Je savais que c’était vraiment ça que je devais faire. Je me suis écoutée. Il faut savoir écouter la petite voix et d’un autre côté, s’il y a trop de choses qui basculent sur l’inquiétude, il ne faut pas le faire. Il faut être un petit peu inconscient, j’avoue ! (rires)

Retrouve ton Âme d’enfant et hop ! Franchis le cap ! Tu peux le faire si tu en as l’élan !

  • Je conseille toujours aux gens qui ne sont pas tellement heureux dans leur boulot et qui ont des passions créatives ou autres, je leur conseille toujours de se demander : « Qu’est-ce que tu aimais faire quand tu étais petit ? T’aimais dessiner, écouter de la musique, créer de tes mains … ? » Souvent, ces gens là me racontent plein de choses et je leur dit : « Bah alors, qu’est-ce que t’attend pour revenir à tes premières passions ? » Ils me disent : « Oui, mais y’a les enfants, la maison, la famille… » Oui, certes, et alors ? Qu’est-ce que tu risques ? De toute façon, dans la société dans laquelle on vit aujourd’hui, il y a toujours moyen de rebondir ! Il faut Oser !

Quel beau message ! Si ce message peut inspirer ne serait-ce qu’une personne sur Terre a franchir ce cap, je suis la plus heureuse de la planète !

Et le processus de création de Barbara dans tout ça ?

  • Au départ, beaucoup de récup, notamment avec les encombrants, quand les gens mettaient leurs meubles sur les trottoirs. Chose qui n’existe plus aujourd’hui, parce que c’est devenu interdit. Malheureusement, il y a beaucoup de beaux meubles qui partent en déchetterie. J’essaie de les capter avant cette étape là. Maintenant, les gens commencent à savoir ce que je fais donc il me donne des meubles. Sinon, il y a toujours les vides-grenier, Emmaüs … qui sont là pour me fournir en vieux meubles.

  • Une fois que j’ai le vieux meuble, il peut dormir très longtemps dans mon garage, parfois 3 ans, parfois même plus, comme il peut être fait dès le lendemain. Ça dépend vraiment des envies qui me passent par la tête. Il y a des choses qui m’inspirent, certaines qui ne m’inspirent pas et d’autres qui m’inspirent très tardivement. Il n’y a pas de règles.

Barbara fait aussi de la brocante où elle vend des meubles dans l’état pour alléger son stock, mais ce n’est pas son but premier.

  • Mon but, c’est vraiment de les réveiller, leur donner une seconde vie. J’aime bien leur apporter un petit quelque chose en plus, qui crée un petit effet « Waw! ». Les gens qui viennent dans ma boutique ou qui vont sur mon site, sont souvent surpris de ce qu’on peut faire avec ce genre de vieux meubles dont personne ne veut. L’effet Waw ! L’effet Avant/Après !

Je suis très touchée par la démarche de Barbara, d’autant plus que l’économie durable est un sujet « planétaire » !

  • L’économie durable est quelque chose qui me tient très à cœur. Dans mon métier d’avant, ce qui me gênait, c’était de participer à un système auquel je n’adhérais plus. Cette fabrication à outrance où l’on incite les gens à acheter du jetable, ça me gênait. Participer à toute cette économie à laquelle je ne croyais plus du tout, d’ailleurs je pense qu’elle est nocive.

Je vois que nous avons quitté le monde de la publicité pour des raisons similaires …

  • C’est ma façon à moi de faire quelque chose pour l’environnement. Ça me donne aussi, quelque part, bonne conscience. Quand je vois tout ces meubles qui étaient censés être jetés et qui sont revisités, restaurés et qui repartent pour une nouvelle vie chez les gens, avec en plus un côté original, unique et personnel, ça me fait plaisir ! C’est ma façon d’apporter ma contribution même si elle est toute petite, à quelque chose de nouveau, à cette économie durable qu’on commence à voir arriver. Il y a du boulot, je ne sais même pas si on va y arriver, il y a tellement à faire.

A mon sens, je pense que le principal, c’est de faire sa part. Barbara fait la sienne et je pense qu’on peut tous apporter notre contribution de la manière la plus juste pour chacun. L’Être Humain est bourré de ressources et est capable d’accomplir de grandes choses, rien qu’en contribuant avec les moyens qu’il a, même si ce n’est qu’un tout petit peu tous les jours.

  • Si chacun apporte un peu de soi et de sa bonne volonté, je pense qu’on va y arriver. Malheureusement, les problèmes écologiques sont quand même là. Il est quand même grand temps de faire quelque chose de beaucoup plus impactant, ça ce n’est pas au niveau des petits entrepreneurs comme nous que ça se passe. C’est au niveau de la grande industrie…

  • Si déjà on arrive à inciter les gens à acheter chez nous plutôt que chez Ikea, c’est pas mal ! Tout meuble acheté chez moi est un meuble récupéré et non fabriqué en Chine, c’est déjà ça. Mon but, c’est de rendre abordable les meubles. C’est pour ça que je ne fais pas des prix trop trop chers. Je m’aligne un peu sur des prix de grandes enseignes. Finalement, je préfère que les gens aient le choix et qu’ils se disent : « Tiens, je vais prendre une pièce unique, fabriquée à la main, plutôt que d’aller acheter ce que tout le monde a. » C’est difficile de faire comprendre ça aux gens, parce que les gens sont un peu des moutons aussi … Ils aiment bien avoir les mêmes choses que tout le monde malgré tout, malgré ce qu’on pourrait penser. Il faut aussi les éduquer.

Moi j’y crois, j’ai bon espoir ! Ça va venir. Les choses sont en train de changer déjà, même si on en mesure pas l’impact maintenant. A ce propos, où se voit Barbara d’ici 3 à 5 ans ?

  • Je me vois toujours ici. Dans 3 à 5 ans, dans mon rêve le plus fou, ça serait d’avoir une équipe avec moi, que Ma Bulle soit une vraie entreprise avec un local beaucoup plus grand, où je pourrais avoir à la fois une boutique qui tourne et mettre en place plus d’ateliers. Aujourd’hui, je ne peux faire que deux séances par mois, étant donné le peu de place que j’ai. J’ai envie de créer une émulation autour de ça. Grandir. Mais y’a du boulot !

Tant mieux, j’ai envie de dire ! C’est qu’il y a encore plein de choses à mettre en place, qui sont réalisables en plus. J’encourage vivement Barbara dans sa démarche. Et quand tout ça se sera concrétisé, son Rêve Ultime ?

  • Je serais déjà contente d’arriver là. J’aimerais donner envie aux gens de faire pareil. Et aux jeunes aussi ! Pouvoir éduquer les jeunes dans ce sens là, les sensibiliser. J’essaie de le faire par des tutos que je publie sur mon blog. Je sais que les jeunes sont plus sensibles à ça que les gens plus âgés. C’est déjà un bon signe, ça va dans le bon sens. Ils sont moins formatés que l’on croit, les jeunes. Ils ont plus le réflexe « Do It Yourself » – faire soi-même – que la génération « je vais en magasin, en centre commercial et je consomme ». Les jeunes sont beaucoup plus débrouillards, je dirais. Parce qu’ils sont aussi de la génération d’internet, donc ils se documentent beaucoup sur comment faire les choses … C’est un bon signe pour l’Avenir. J’encourage la jeune génération à aller dans ce sens.

  • Il se passe des choses aussi au niveau de la collaboration entre chacun : le co-working, le co-voiturage, le co-… On a du « co » partout ! Les jeunes ont ce réflexe là, ils ont le réflexe de partager une voiture pour payer moins cher par exemple, et en même temps, ça crée du lien. Toutes ces choses là, c’est chouette !

Créer du lien, voilà une Valeur qui me porte et me tient énormément à cœur.

  • Participer à un atelier créatif, c’est aussi créer du lien. Il faut aussi arrêter de dénigrer toutes ces formations manuelles. Je trouve qu’on les a beaucoup trop dénigrer pendant très longtemps. Qu’est-ce qu’on serait sans ça ? C’est la base de tout. Tout ce qu’on utilise aujourd’hui, était au départ, issu d’une fabrication manuelle. Il y a des mains derrière, qui ont fait des choses. Et ça, on l’oublie. On oublie parce qu’on nous balance à grand coup de marketing que ce n’est pas ça qui est important, c’est du prix, de la possession, … bref, on rentre dans un grand débat ! 

Que nous n’avons pas poursuivit lors de cette interview… Je pense que Barbara sait de quoi elle parle pour avoir côtoyé ce monde quelques années tout de même. Je n’ai pas réussi à tenir aussi longtemps … C’est normal d’être révoltée parce que l’on a pu observé dans ce monde de la consommation à tout prix !

Pour finir sur note un peu plus douce, je lui demande ce qui lui plait le plus dans l’Aventure du Pink Power Tour ?

  • Ce qui m’intéresse dans ce que tu fais, c’est que tu vas à la rencontre des gens qui ont une vision différente. Et moi j’aime bien les gens qui pensent différemment, qui voient les choses d’une autre façon, qui osent, qui risquent, qui écoutent leurs passions. J’adhère complètement à ça et c’est pour ça que je trouve ça chouette. C’est super, il faut continuer ! Pink Power !!!

Merci à Barbara pour ce super moment que nous avons partagé ensemble, c’est plus qu’encourageant et terriblement inspirant. 

Je t’invite à aller à sa rencontre dans son atelier boutique à Marcq en Baroeul (59) au n°19 du Village des métiers d’art du Septentrion.

Son site internet : Ma Bulle Déco.com « Réveillez vos meubles ! »

Et sur Facebook : @mabulledeco

Instagram : ma_bulle_deco

Le blog du Pink Power Tour vient de fusionner sur mon site web ! Je vais bientôt créer un onglet dans le menu à gauche où je t’expliquerais tout bien comme il faut sur la naissance du Pink Power Tour. Step by step ! Ça arrive 🙂

Tu peux t’abonner à la newsletter mensuelle si ça te chante, j’en parlerais sûrement dans la prochaine. Et la bonne nouvelle, c’est qu’à la fin de l’année, on va tous se retrouver en vrai pour créer ensemble dans un lieu atypique et magique. Parce que passer du virtuel au réel pour rassembler, créer du lien humain et artistique et partager, est quelque chose qui me tient vraiment à cœur. 

Partage cette interview et inspire le monde à ton tour si le cœur t’en dit !

A très bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

05 Jan

Mon livre, cette Aventure …

Marie Guibouin / Blog, Défis / / 10 Commentaires

Cette première semaine de l’année est placée sous le signe de l’introspection et de l’observation. Je prends conscience de ce qui est important pour moi et je revois mon sens des priorités. Ça secoue un peu et en même temps, c’est plutôt agréable et très libérateur !

 

MON LIVRE

 

Le 2 septembre 2016, je me suis lancée le défi d’écrire un livre en 80 jours et cela n’a pas été une mince affaire !!! J’ai écrit mes premières lignes dans le train, le 15 septembre 2016, le cœur rempli de belles intentions.

Les jours qui ont suivi, j’ai continué mais ce n’était pas fluide parce que je pensais trop à ce qu’on allait penser de moi, si on allait me juger, si c’était mieux que j’écrive comme ceci ou comme cela. Et quand c’est pas fluide, j’aime pas.

Ce premier livre (et ceux qui suivront aussi), j’ai envie qu’il soit authentique et proche de mes valeurs. Alors au jour 33, revirement de situation, j’ai jeté le manuscrit de mon livre à la poubelle !!!

10 jours plus tard, j’ai vécu une situation très compliquée à gérer, qui a accaparé tout mon temps et chamboulé tout mon programme !!! Mon livre est complètement passé à la trappe ! A la même période, mon blog a complètement « beugué » ! Tout est arrivé en même temps, alors j’ai appris à lâcher prise, à me concentrer uniquement sur ce qui était Essence-Ciel à ce moment là de ma vie, même si une part de moi était frustrée à l’idée de ne pas avancer sur mes projets. J’ai vécu 3 semaines très éprouvantes, j’étais complètement épuisée, je te passe les détails.

Je pensais que je n’allais jamais l’écrire ce livre, que j’allais me résigner, abandonner.

Puis il y a eu ce jour, au moment exact où j’étais libérée de mes « obligations ». Ce jour, où, une petite fille a dit à sa maman dans le train : « Maman, elle écrit un livre, la dame ? Je suis sûre qu’elle est en train d’écrire un livre. »

Puis il y a eu ce jour où Emmeline m’a contactée pour me rencontrer sur Lille, alors qu’elle venait d’emménager près de Nantes, ma ville natale. Heureux hasard ? J’avais découvert le parcours d’Emmeline, grâce à une interview réalisée par Carine du blog Com’La Vie ! Nous étions entrées en contact virtuellement à ce moment là.

J’aime quand le Virtuel se transforme en réel ! C’est ma Quête dans tous les projets que j’entreprends.

Pourquoi je te parle de cette rencontre en particulier ? Parce que ce jour là, Emmeline m’a demandée où j’en étais dans l’écriture de mon livre. Et j’ai découvert, qu’elle aussi était en plein défi de réaliser son rêve qui est … Attention … Roulement de tambours … ECRIRE UN LIVRE 😀

De joyeux signes de la Vie, des signes puissants à mon sens, qui me connectaient à nouveau à ce projet qui me tient tant à cœur. Mais un jour, tu lèves la tête et tu te rends compte que tu es au jour 73/80 et que tout est à faire ! Dans la folie créative, je pensais m’enfermer une semaine entière dans ma tourelle et l’écrire tout d’un trait !

C’est ainsi que le 14 novembre 2016, à J-6, la Boîte à excuses a jailli !!! C’était le pompon ! Un article que j’ai écrit tout d’un trait ! Une excuse de plus pour ne pas écrire mon livre ?

Le 17 novembre, j’ai eu la sagesse de remettre à plus tard, en repoussant ma dead-line de 10 jours, que je n’ai pas tenu bien sûr 😀

Dans tout ça, je me suis pris une belle leçon d’humilité !

Comme je l’écrivais dans « Si on mourait demain… » :

Si demain tout bascule, qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour aller vers mes rêves ? Qu’est-ce que je peux faire, là, maintenant, pour faire un pas de plus, même petit ?

La première chose qui était dans ma liste, dans cet article du 24 novembre 2016, c’était :

– Continuer mon livre même si ma dead-line de 80 jours est dépassée. Ça remue beaucoup de choses d’écrire un livre …

Qu’est-ce que j’ai mis en place concrètement pour me connecter chaque jour à mon rêve ? Est-ce que j’en ai fait une priorité, un rendez-vous non négociable tous les jours ?

La réponse, c’est que j’ai eu toutes les bonnes excuses du monde pour le faire passer en dernier. S’il me restait du temps dans ma journée, alors, j’allais m’y mettre. Je dis toujours que le temps est relatif et que du temps, on en a tous.

Quand Laure de Une Etincelle m’a interviewée et m’a demandé si le temps était un problème pour moi, voilà ce que je lui ai répondu :

« Je pars du principe que le Temps est le même pour Tous. 24 heures nous sont offertes chaque jour, alors je suis à l’écoute de ce qui m’inspire le plus, pour utiliser ce temps à bon escient. »

La question qui pourrait suivre serait : « Et quand plein de choses t’inspirent en même temps, tu fais comment ? »

Je dirais :

Créer de nouvelles habitudes ET revoir mon sens des priorités.

Par exemple, depuis quelques jours, je médite tous les matins, et presque tous les soirs. Ça ne dure pas 3 heures, je dirais 15-20 minutes. Cette pratique s’est imposée à moi sans vraiment que je comprenne pourquoi ! Je me demandais depuis plusieurs années à quoi ça servait concrètement, j’avais tenté quelque fois de m’y mettre, c’était pas mal, mais j’étais encore mitigée : perte de temps ? je le fais parce que JE DOIS le faire ou est-ce que j’en ai vraiment envie ?

Je me disais que je devais sans doute mal m’y prendre, que je ne savais pas comment faire. De plus, je suis déjà dans une démarche très méditative dans ma pratique de la photographie alors j’ai fini par lâcher prise en me disant que méditer en ne faisant rien, ce n’était sans doute pas pour moi.

Et là, d’un coup, je ne saurais même pas dire, à partir de quand je me suis mise à méditer vraiment, mais ça s’est imposé à moi, et c’est devenu ultra naturel ET vital. Ça apaise mon mental, ça éclaircit mes pensées, j’ai même des réponses à des questions que je me pose qui arrivent spontanément dans ce moment de calme. Je ne pourrais t’en dire plus pour le moment, étant donné ma graaaande expérience sur le sujet.

J’arrive à les trouver ces 1 ou 2 fois 15-20 minutes dans la journée pour méditer, comme le temps que je prends tous les matins, pour écrire mes 3 pages du matin d’écriture libre, inspirées par le livre de Julia Cameron : Libérez votre créativité ! (je ferais un article bientôt sur le sujet !). J’écris ces 3 pages tous les matins, depuis plus de 100 jours maintenant et je ne m’imagine pas ne plus les écrire !!! Rien que ça, ça ferait un sacré bouquin, non ?

En cette semaine d’introspection, alors que je marchais en ville hier soir, je pensais à mon livre. Je me disais que c’était pas la peine d’attendre le bon flow, le bon moment, le bon élan d’inspiration. Je me disais que c’était à moi de le créer ce bon flow, ce bon moment. Cet élan d’inspiration, j’ai le pouvoir de le provoquer ! Je m’en suis rendue compte sans le vouloir, grâce à la méditation justement. Alors que je me faisais cette réflexion tout en marchant, voilà que je rencontre Erwann.

Erwann a un blog où il partage énormément en toute authenticité. J’aime beaucoup le lire parce que je sens qu’il écrit avec son cœur. La première fois que je l’ai rencontré, c’était lors de la première émission de Radio de Madame ou Madame, de laquelle j’ai été la première invitée. Je ne crois pas au hasard et je pense qu’hier soir, nous nous sommes rencontrés dans la rue, pour une très bonne raison. Il m’a partagé le fait que depuis 3 semaines, il n’arrivait plus à écrire, juste au moment où j’étais en train de penser à mon livre et au flow que j’ai bien l’intention de provoquer, parce qu’il y en a marre de remettre à demain.

Même si nous n’avons pas converser très longtemps, ce partage nous a reboosté tous les deux dans notre créativité ! (je l’espère pour toi aussi Erwann, si tu passes par là, coucou !)

De plus, il n’y a pas que ça comme signes de la Vie ! En ce moment, il y a des gyrophares qui s’allument de partout !!!

 

  • Il y a Emmeline Sion qui vient de créer son comité de relecteurs magiques dont je fais partie, pour renforcer son engagement à terminer son livre et partager ses écrits, avoir des retours en direct, dans l’échange, la construction et la bienveillance.

  • Sans oublier mon amie Murielle qui m’a rappelée à quel point ce projet me tient à cœur. (Mumu si tu passes par là, je t’envoie tout mon amour)

A la base, le titre de cet article était : « Mon livre, mes inconnus et mes projets ! »

Mais là, je viens de lever la tête et je me rends compte que j’ai vraiment écrit un pavé, alors j’écrirais sur mes inconnus et mes autres projets un autre jour.

En ce 5 janvier 2016, voilà ce que j’ai décidé ! Je me suis bloquée dans mon agenda, 2H d’écriture de mon livre 6 jours sur 7 jusqu’au 20 mars 2017. Comme un rendez-vous important qu’il n’est pas possible du tout d’annuler.

Le 20 mars, c’est le printemps et j’adore le printemps ! Je trouve que c’est un bon jour pour faire fleurir les projets. Ce jour là, mon livre sortira en version numérique.

Et pendant le joli mois de mai, parce que le mois de mai, c’est joli, il sera édité au format papier parce que j’y tiens énormément. Un livre sur papier, c’est beauuu !!! Surtout que j’ai l’intention d’y mettre plein de belles photos pour illustrer mes propos. Cher futur éditeur, si tu es dans le coin, fais-moi signe :p

Je ne sais pas encore si je serais aussi folle que Lyvia pour le vendre avant qu’il soit terminé et/ou si je créerai un comité de relecteurs magiques inspirée par Emmeline. Tout ce que je sais, c’est que je suis déterminée et que les excuses à deux balles, y’en a marre ! Je sais que ça ne va pas être facile tous les jours, qu’il va falloir que j’apprenne à apprivoiser mon rythme, mais c’est possible !

En écrivant mon livre, j’honore mes deux credo :

  • J’ai peur mais je le fais quand même !

ET

  • TOUT EST POSSIBLE !!!

 

Allez, une petite pression supplémentaire … si tu as envie que je t’envoie un mail tous les jours pour te faire part de mes avancées, tu peux t’inscrire juste ici => sur la liste de mes futurs lecteurs de « ma vie d’écrivain ».

Wawww !!! Comment ça fait tout chaud dans mon cœur de me relancer dans cette Vibe Créative remplie d’amourrr !!!

C’est partiii !!! Et ça commence maintenant, j’ai programmé mes 2 premières heures d’écriture ce soir, de 18H30 à 20H30.

Let’s GOOOooo !!!