Louise Belpalme, en harmonie avec la Terre

Marie Guibouin / Artiste, Blog, Interview, portraits d'artistes, The Pink Power Tour / / 1 Commentaire / 1 like

Aujourd’hui je t’emmène au coin du feu, dans un univers chaleureux, inspirant, en harmonie avec La Terre. J’ai rencontré Louise au dojo Arkhelios. Nous pratiquons le Kung-Fu Bagua Zhang ensemble et un jour je l’ai vu arrivé avec des beaux légumes. Je me suis dit que c’était sans doute une magicienne de la terre …

Louise est maraichère. A mon sens, c’est une véritable Artiste qui communique avec la terre pour nourrir le monde et je suis « very happy » de te la présenter !!!

Louise aime profondément la Nature et c’est avec beaucoup de joie, de passion et d’authenticité qu’elle le partage.

  • Je n’ai pas vraiment grandi en immersion dans la Nature, mais à un moment donné dans ma vie, c’est devenu super important de retourner vers elle, me retrouver grâce à elle. Aujourd’hui, dans ce nouveau métier, ça m’apporte un bel équilibre. Je suis vraiment Amoureuse de la Nature.

Louise est allée à la fac, puis a fait du bénévolat dans différentes associations. Un besoin de contribuer dans le social qui l’a amené à se former au métier d’éducatrice spécialisée.

 

  • Au début, j’étais super motivée de donner aux autres à travers un métier qui a du sens, des valeurs humaines.

  • Pour travailler, j’ai vraiment besoin qu’il y ait du sens dans ce que je fais.

  • Finalement au travers de différentes expériences, j’étais assez déçue de ce milieu. L’institution qui devient de plus en plus rentable… J’étais dans une colère de voir comment les choses se passaient. Finalement, je ne m’y retrouvais pas tant que ça.

  • Il y a eu une période où j’étais assez perdue. C’est à ce moment là que je suis partie m’immerger dans la Nature et que l’Aventure a commencé !

Il y a 4 ans, Louise est partie faire du woofing avec une grande envie d’apprendre un savoir-faire et faire quelque chose de ses mains !

 

  • J’ai fait un peu d’études et finalement avec mes 10 doigts, je ne me trouvais pas assez créative. Je suis partie travailler avec les paysans au Burkina Faso. C’était un voyage de quelques mois qui m’a permis de me ressourcer.

  • Après, je me suis retrouvée dans une ferme en Espagne, où j’ai vraiment expérimenter le mode de vie paysan avec le potager, les chèvres, les fleurs … Tout était harmonieux. Je trouvais ça fascinant de simplicité.

  • Je suis rentrée de ce voyage et je me suis dit : « Bon, je vais apprendre à faire des légumes ! ».

Au départ, Louise n’était pas partie pour devenir maraichère. Elle voulait apprendre à produire ses légumes pour sa consommation personnelle. Elle n’y connaissait rien du tout et ne savait pas trop par quel bout commencer …

  • J’ai cherché du woofing dans le Nord-Pas-de Calais. J’ai trouvé un maraîcher qui en faisant. On a discuté. Il m’a parlé des formations qu’il était possible de faire. De fil en aiguille, je me suis pointée au lycée horticole de Lomme, parce qu’il propose une formation en maraichage bio.

  • Au début c’était un peu compliqué parce que je n’avais pas un profil qui correspondait à leurs attentes.

  • J’étais motivée donc finalement ils ont accepté de me prendre. J’ai même trouvé un financement. 5 mois de formation ! Plein de rencontres dans le réseau des maraichers bio de la région. Nous ne sommes pas très nombreux. C’était très intéressant de voir les différents systèmes agricoles, comment chacun voit le métier.

Louise a fait son stage chez Laurent Desbuisson à Bois-Grenier, à la Ferme de l’Aubépine.

  • C’est un peu comme mon Maitre Jedi du maraichage.

  • Quelqu’un qui m’a vraiment poussé, qui m’a transmis les bonnes choses du métier, le goût d’apprendre, de persévérer. J’ai pris confiance là-bas. Grâce à lui, j’ai pu être ouvrière pour continuer d’apprendre. Parce que 5 mois de formation, ce n’est qu’une introduction au métier de maraicher. On apprend sur le terrain. De cette manière là, j’ai pu continuer d’avoir les mains dans la terre et poursuivre ma route.

Ce qui a amené Louise a rencontré Jean-Pierre Lauwerie, qui a créé l’association « Weppes en Bio » à Ennetières-en-Weppes. Ce monsieur, maraicher depuis 40 ans, venait de prendre sa retraite. L’idée de l’association est de permettre à des jeunes qui ne sont pas issues d’une famille agricole, d’avoir l’occasion de vivre une expérience, le temps d’une saison avec un outil grandeur réelle. Ils ont le choix des cultures et sont libres de prendre des décisions. L’idée est de s’adapter aux difficultés et tout gérer de A à Z.

 

  • Alors, moi j’étais peu expérimentée. Quand je me suis pointée là-bas pour dire : « Hey ! Je veux en être ! » (rires) … Finalement, ils ont accepté de me choisir ! La saison 2015, c’était à « Weppes en Bio ». Cette année-là, j’ai rencontré Elise Canion qui a aussi fait partie de l’Aventure ! On a cultivé et relevé le défi toutes les deux.

  • Humainement, c’était très enrichissant, autant pour Jean-Pierre avec son savoir-faire de 40 ans de métier, que pour nous, avec un regard nouveau, un regard de femmes, un regard de personnes qui ne sont pas issues du milieu paysan, avec d’autres repères, d’autres envies, d’autres manières de concevoir la vie … C’était assez fort, humainement !

Louise est entrée dans cette Aventure avec des questions en suspens : « est-ce que je suis capable de faire ce métier ? », « est-ce que c’est vraiment ça que je veux faire ? », « est-ce que je me suis tapée un délire ou est-ce que je continue dans cette voie ? »

  • La réponse est OUI ! Oui, je suis capable et oui, ce mode de vie me plait !

  • Voir les gens manger mes légumes, avoir un retour, voir les enfants redécouvrir le goût, c’est très stimulant.

  • Ça a beaucoup de sens, parce que pour moi, ça veut dire aussi : agir à la base d’une alternative par rapport au modèle agricole qu’on nous propose, au modèle de commercialisation dominant.

  • Je produis une nourriture saine. Pour moi, c’est un cadeau pour les gens. Manger c’est une base. Tout le monde mange. Et manger sain, c’est la première médecine.

  • Je m’y retrouve dans l’alternative et dans le fait d’agir avec la Nature. C’est très complet en plus, c’est un métier physique, c’est un métier où il faut réfléchir. Ça demande d’être polyvalent. Il y a quelque chose d’infini aussi, dans le sens où l’on n’a jamais fini d’apprendre ! Une saison n’est jamais pareille d’une année sur l’autre. Il y a toujours quelque chose de nouveau ! Bon, ça peut être fatiguant des fois, mais la plupart du temps, c’est quand même plein de leçons intéressantes ! Ça, ça me plait aussi beaucoup !

Waouh ! C’est passionnant ! Un parcours de « ouf » ! Encore une énième preuve que tout est possible, même quand on n’est pas issue de ce milieu, même quand on est une femme… Quand la passion et l’envie du cœur sont là, les portes s’ouvrent. C’est fabuleux.

Je demande à Louise si elle aurait quelques conseils à donner à des gens qui auraient envie de contribuer à leur échelle. Faire leur jardin eux-mêmes par exemple …

 

  • Ça demande beaucoup d’observation. Voir comment la nature fonctionne déjà : de quoi une plante a besoin ? si elle a une maladie ? pas de maladie ? Ça demande d’aller tout le temps observer les cultures à tous les stades. L’observation, c’est important ! Et je pense qu’il n’y en jamais trop. Ça demande de se pencher, de mettre le nez par terre, d’aller mettre les mains dedans, de sentir … C’est le conseil qu’on m’a donnée et que je trouve important.

  • Après, il faut aimer ce qu’on fait. Travailler la terre avec douceur, il y un certain respect à avoir avec la terre, tout ce qu’elle donne, toute cette générosité.

  • Du coup, la nourrir avec du fumier, du compost … J’utilise aussi en biodynamie, certaines préparations pour stimuler la vie d’un point de vue subtil, dans la terre. Il y a aussi les purins. Je trouve ça sain de soigner des plantes avec des plantes.

 

En parlant de plantes, il me vient à l’esprit que Louise est tisanière et je ne connais pas du tout ce métier, alors j’ai envie qu’elle m’en dise un peu plus !

 

  • Là, je me lance dans un truc ! Je n’ai pas vraiment de formation là-dedans ! C’est juste que j’aime les plantes, j’aime les fleurs et ça me plait de contribuer à ma santé avec des plantes. L’année dernière, chez Jean-Pierre, j’ai cultivé mes premières plantes médicinales. Après, je les ai séchées de manière très artisanale. Ce n’était pas un séchoir pro mais ça viendra. Ensuite, je les ai assemblées un peu comme ça, au feeling, pour faire des tisanes. J’ai proposé 3 tisanes différentes mais j’avais quand même une quinzaine de plantes. Pour la saison 2017, je vais avoir un jardin d’environ 1000m2, alors j’ai envie de développer les tisanes.

Quels sont tes moments préférés dans ce que ta création avec la Terre ?

 

  • J’aime bien les moments où je suis lancée. Par exemple : « allez, j’ai mes 200 plants à planter ! », et là, je me concentre vraiment et hop ! C’est parti !!! J’aime ces moments où je suis hyper concentrée.

  • Après, il y a des moments de contemplation aussi, dans la journée, avec le soleil qui se lève, qui se couche. Il y a des moments de grâce, où je suis là et j’me dis : « c’est quand même génial, j’suis là, j’fait un peu ce que je veux, c’est beau … ».

  • Et puis, avec Elise, quand on travaille à deux, on chante, c’est hyper joyeux ! Et des fois, on se dit : « bon, ça, ça va pas être facile, allez ! On y va ! » En mode viking !

  • Ce que j’aime par-dessus tout, c’est qu’il n’y a pas une journée qui se ressemble. Dans ma journée, je ne fais pas une seule chose. Ça me plait d’avoir de la diversité.

C’est génial ! Je vois les images pendant que Louise me raconte ! Je lui demande comment elle se voit d’ici 3 à 5 ans.

 

  • Dans 3 à 5 ans … Je m’imagine … Avec Elise, on est installé, on a notre champ, nos hangars. Il y a des ruches, un super jardin de plantes médicinales. Je pense qu’on sera en train de retaper un petit gîte. On aura un lieu où l’on pourra accueillir toute sorte d’artistes qui pourraient venir exposer. On aimerait bien créer un lieu qui soit agriculturel : mélanger l’agriculture et la culture !

J’adore ! Ça me fait des frissons quand j’entends Louise. J’aime sa vision. C’est beau !

Le plus grand rêve de Louise :

  • Ce contact là avec la Nature, je le rêve aussi à grande échelle. Que tout le monde puisse retrouver ce lien à elle. Je trouve que c’est hyper apaisant. Ça fait du bien !

  • Qu’on arrête de détruire. Avoir un autre regard sur l’agriculture, qu’on arrête les produits chimiques.

  • Une Nature qui soit respectée, qui fasse partie de nous, qu’il y ait un vrai lien.

J’adore ! J’adhère ! J’adore !!!

Qu’est-ce qui te plus dans l’Aventure du Pink Power Tour ?

  • Ce que j’aime c’est le côté hyper positif, rencontrer plein de gens qui sont dans des alternatives ou dans des parcours, où il y a ce truc : « Bah si ! C’est possible ! ». Ce côté un peu décalé me plait beaucoup ! Par rapport à ce à quoi j’aspire dans cette idée de projet agriculturel, c’est vraiment de créer un lieu avec des alternatives, que plein de gens puissent se rencontrer. Je trouve que c’est exactement ce que tu fais là maintenant, donc c’est hyper inspirant ! Merci à toi Marie !

  • Le truc positif, que ce soit joyeux ! Je l’ai été avant avec ce sentiment d’impuissance « on va jamais y arriver ! », mais en fait ça sert à rien, il faut regarder ce qui est positif et faire les choses !

 

Merci Louise pour ce moment pétillant et inspirant au coin du feu !

Quant à toi cher lecteur, je t’invite à diffuser le message. Partage cette interview au plus grand nombre si tu en as l’élan. Contribuons à cette reconnexion à la Terre <3 <3 <3

A très bientôt pour la suite de l’Aventure !!!

1 Commentaire

  1. cathy Vion  —  20 février 2017 at 10 h 21 min

    Un tel retour à la terre, permet d’être en harmonie avec la nature.
    Merci de travailler si durement pour nous présenter de si bons produits naturels.
    Cathy Yannick

    Répondre

Laisser un commentaire