Loret Dardenne partage ses racines à travers l’Art …

Marie Guibouin / Artiste, Interview, portraits d'artistes / / 2 Commentaires / Like this
Aujourd’hui, je t’emmène dans le petit village de Bettrechies à 20 kilomètres de Valenciennes (59), à la rencontre de Loret Dardenne
J’ai rencontré Loret lors de la nuit des Arts en mai 2016, à Roubaix.
Nous exposions notre travail tout près l’une de l’autre lors de l’évènement #Objet d’Artiste.  Son univers et la personne qu’elle est m’ont tout de suite attirée !
J’ai senti une Âme au grand coeur avec une démarche profonde et pleine de sens, très proche de la Nature. 

 

 

  • Peux-tu nous dire qui tu es Loret ? C’est une grande question …

Oui, c’est une grande question parce que fondamentalement, je ne sais pas qui je suis … Je dirais que

je suis un esprit ouvert, une conscience, qui prend, qui absorbe, qui se nourrit du monde extérieur.

 

  • Ça se sent dans ton Art d’ailleurs …

Oui, je pense …

La Nature en tant que telle m’inspire.

C’est pour ça d’ailleurs que j’ai quitté la ville pour venir m’installer à la campagne. Je n’avais plus rien à faire là-bas. Mon envie était de rester moi-même et de rentrer dans mes Racines.

Mes Racines, je les ai trouvées à la campagne. Dans la forêt, la Terre, les Arbres …

 

  • Je ne sais pas si je l’interprète bien, mais je vois des racines partout, dans chacune de tes créations …

Tout à fait ! Après, je laisse le spectateur entrer dans les images que je créé… Souvent, oui, ça parle de racines parce que je cherche toujours … enfin … chacun cherche un peu d’où l’on vient, qui on est. D’où LA grande question ! 😉

Les Racines aussi pour moi, symbolisent le Renouveau, les projets, des choses qui sont plus fortes que tout le reste.

Souvent, je ne sais pas si vous remarquez … lorsque vous conduisez sur l’autoroute, la Nature reprend ses droits. Là, c’est un peu ça aussi.

Il y a une force derrière tout ça… indescriptible, qui est énergétique …

 

  • Qu’est-ce qui t’a sensibilisé à l’Art ?

L’Art a toujours été présent, depuis toute petite.

Quand j’avais 5 ans, je faisais de formidables princesses, bien habillées jusque dans les moindres détails. Elles portaient des bijoux, chaussures, vêtements pailletés, bas… dans le but, peut-être plus tard, d’être styliste.

Ce que j’aimais c’était le rapport au textile surtout.

Ensuite, j’ai commencé à travailler sur le réalisme …
Donc, ensuite, j’ai eu l’envie d’apprendre le dessin de façon plus formelle. J’ai fait l’ESAAT de Roubaix. J’ai pris des cours supplémentaires parce que j’avais envie de perfectionner le portrait. Plus tard, j’ai laissé tomber parce que je suis rentrée dans des agences de pub. J’ai plutôt travaillé dans la communication, ce qui n’était pas du tout ce que je voulais faire au départ. Ensuite, pour diverses raisons, expériences de la vie, le chemin que je devais prendre … j’ai tout laissé tomber.
J’ai laissé tomber travail, père biologique, la ville, pour me concentrer sur mes convictions. C’est comme ça que je suis arrivée ici, à la campagne. En faisant de belles rencontres … Je me suis laissée le choix. C’est important.
Là, est revenue l’envie de retravailler le textile. Ça faisait 8 ans que je cherchais un moyen de transmettre mes racines, mes troncs d’arbre à moi, mes p’tites histoires avec l’Univers, avec le Monde… De les mettre sur du textile. Avant de passer vraiment au textile, j’ai fait plein d’expériences différentes sur des choses extrêmement délicates. Par exemple, du papier de soie au stylo à bille… Le côté Yin & Yang. La fragilité et la Force. Travailler sur du carton avec un crayon bien taillé. Toujours avec une maitrise du trait sur la matière très fragile. Après j’ai travaillé sur du tissu avec de l’encre et un pinceau. Travailler la fluidité, sans mettre trop d’encre sur le pinceau pour que ça ne tâche pas le tissu.
Ensuite, prise à mon propre jeu, de trop de « maitrise », j’ai voulu faire plus de traces. D’où des tâches sur mes stores, kakémonos.

L’envie de laisser ma trace et de continuer mon chemin

en travaillant avec des matériaux qui me parlaient d’autant plus : la cendre de bois, la Terre, sur mes toiles. En campagne, ce qui est très pratique, c’est que vous pouvez encore avoir des vieux sacs de toiles de jute. Après, il faut marchander, aller voir les fermiers…  Pouvoir les racheter ou si ils s’en débarrassent, c’est d’autant mieux ! J’ai fait un peu de porte à porte, les annonces, etc … J’en ai fait tout un stock chez moi !
Aujourd’hui, selon mes envies de créer, je les prends, je les sors, je les découpe, je les lave et j’en fais des toiles carrées. Des fenêtres …

 

  • A travers le travail de Loret, j’y vois une Ouverture sur le Monde et la Nature 🙂 

    En même temps, c’est un peu hypnotisant …

    A chaque fois que je regarde une toile, je n’y vois pas forcément la même chose.

C’est presque obsessionnel !

Je dirais que mon travail se situe vraiment à la lisière de l’abstrait et de l’obsessionnel.

Une frénésie de construire, de produire, de profiter et de m’inventer un monde qui est le mien.

Et donner cette sérénité.
Quand on se laisse prendre à un détail, on se laisse guider par une racine. On arrive à un autre endroit qui pourrait être une écorce d’arbre. Et là, c’est un endroit serein, calme. Puis, on reprend notre chemin, et on découvre autre chose. C’est un peu codé aussi … d’ailleurs,

s’il fallait mettre un nom sur ce que je fais… une « étiquette », ce serait de l’Art Pariétal Européen.

Pariétal : dans des grottes. Européen, parce que je ne suis pas Aborigène.

On trouve beaucoup de cet Art là, dans l’Art Pariétal Aborigène Australien.

Je ne fais malheureusement pas partie de cette tribu.
Je me sens inspirée, je n’ai pas eu d’influences, dans le sens où je ne suis pas allée voir et copier. C’est venu après 8 ou 9 ans de travail.

C’était d’ailleurs très impressionnant quand une dame d’un certain âge, artiste depuis très longtemps, connue en Belgique, s’est déplacé pour ma 1ère expo dans le village. Elle m’a dit : « Loret, tu fais de l’Art Pariétal Aborigène Australien ».

Elle avait mis 4 mots !
J’étais complètement retournée !

Je me suis dit : « enfin quelqu’un qui sait de quoi je parle ! »

Je ne savais même pas moi-même de quoi je parlais.

Elle m’a ouvert les yeux.

Quelques jours après, je me souviens, j’étais en train de terminer un store à la maison. J’étais devant une émission sur Arte, qui parlait justement de l’Art Pariétal Aborigène Australien. Là, j’ai eu les poils qui ont dressé. J’ai eu beaucoup d’émotions. Là, j’ai compris, effectivement, ce que j’étais en train de faire.
Waouh ! Moment d’émotions ! Je me suis dit : « Qui suis-je ? » Pour faire ce genre de choses …
J’étais quand même très contente, parce que je suis plutôt mystique. J’ai un rapport particulier avec la nature, avec les choses que l’on ne voit pas forcément. J’ai remercié ces choses qui se passent au-dessus de moi, ces esprits, ces âmes, qui m’ont donné cette possibilité de faire ce que je fais actuellement.

Je pense que je dois être habitée par un esprit aborigène !

Je préfère dire les mots tels qu’ils sont. J’suis très contente d’ailleurs.
J’espère qu’un jour j’irais là-bas … j’aimerais bien …

 

  • Tout est possible !!!

Je le souhaite très fort !
Bon, il va falloir que je vende pas mal de toiles … mais je pense que oui, ça sera possible !
  • Ça va forcément se connecter un jour, c’est évident !

Oui, je pense aussi … 😉

 

  • Quand tu crées, tu sais déjà ce que tu vas faire ?

Ça dépend… des fois j’ai des flashs ! Des fois pas …

Des fois, je sais que je vais commencer à un endroit, je vais faire plusieurs choses … Je vois 3 troncs, 4 troncs, et après, avec mon pinceau, je me laisse guider.

C’est comme si c’était de l’écriture automatique.

Donc, ça se met en place …

Dans le travail que je fais, il y a plusieurs étapes. La première, c’est la confection du châssis. Je ne fais pas le châssis, parce que c’est un autre travail… Pour ça, je fais travailler un petit artisan en collaboration.
Après, je mets la toile sur le châssis. Ensuite, il y a un premier passage, voire deux, avec un apprêt blanc, le fond. Seulement après, je travaille la matière avec un liant. Je laisse bien sécher.
Ces peintures là ne se font que l’été ! C’est un travail saisonnier en fait ! Il faut que ce soit bien sec car je travaille avec des matières vivantes. Il faut absolument que ces matières aient le temps de bien sécher pour que je puisse dessiner dessus. Laisse un temps de séchage aussi. Et après retravailler le fond et la forme.

Si tu vois bien, les fonds sont différents, parfois je mets des pigments. Je travaille aussi avec des encres ou du brou de noix que je fais moi-même.

J’utilise aussi de la peinture à l’huile, car j’aime bien qu’il y ait de la profondeur, de la lumière, des tons sur tons … Ce sont vraiment les sols d’ici qui sont près des ruisseaux, très ferreux, donc rouges.
  • Tu crées en quelque sorte ta propre couleur, par rapport à ce que tu as dans ton environnement …

Oui, c’est ça !

Alors plus c’est chaud, plus pour moi, ça rappelle Gaïa, la Terre.

Après j’ai d’autres fonds de couleur qui naissent comme ça, au fur et à mesure.
Par exemple, il peut y avoir une quantité de cendre de bois, avec de temps en temps une pointe de pigments. Après, il y a des choses qui se font avec la matière, la chaleur… il y a vraiment une alchimie.

Quand je commence les tableaux, j’ai comme l’impression d’être en cuisine.

Forcément, je veux un beau résultat. Je le souhaite ! Mais je ne sais jamais, c’est l’Aventure !
Quoi qu’il arrive, le résultat sera beau. Je ne sais pas trop comment ce sera à la fin, mais la Toile sera là. C’est comme le gâteau, il sera là ! Après, la tête qu’il aura … (rires) ça dépendra de la cuisson, etc … C’est un peu comme de la céramique, après tu deviens experte et tu maitrises …
Je ne peux pas maitriser ce genre de choses.

 

  • Est-ce que tu arrives à savoir le moment où tu dois arrêter ?

Oui Et Non.

Parce qu’on peut toujours avancer, continuer une œuvre.

Sachant qu’on peut la polluer après.

Il faut s’arrêter à temps, pour ne pas polluer l’œuvre. Ça veut dire qu’après, si on perd le fil de l’histoire, on a raté.

Pour moi, c’est ça. Donc moi je sais que mes fils sont là… mes traits, que la couleur est là parce que suivant les fonds, les envies de création de ce jour là et l’inspiration… Je sais que ça va partir sur tel ou tel fond, telle et telle couleur. Après, à un moment donné, je sais qu’il faut qu’elle se termine. Des fois je m’arrête à une étape juste avant et je laisse le temps de la réflexion… Avant de me dire : « est-ce qu’elle est finie ou pas ? »

Je m’aperçois au fur et à mesure des interviews que j’aime beaucoup connaître cette étape !

Dans l’Art comme dans la Vie, tout évolue, tout se transforme, difficile parfois, de savoir quand ça se termine.

  • As-tu un moment préféré lorsque tu crées ?

Tout le processus du départ jusqu’à la fin est intéressant.

Je suis dans la matière.

Même, tu vois, le châssis que je n’ai pas fait, je le projette avec la toile de jute.
Une fois que la toile de jute est là, je me projette avec les fonds que je vais mettre.
Ça se construit au fur et à mesure. Des fois ça va même trop vite dans ma tête. Je me dis « non, il faut laisser justement, l’alchimie ».

Tout est dans l’énergie en fait. Il y a quelque chose qui vient. Très vite, derrière, il y a autre chose … Le processus de création s’emballerait presque !

Peut-être parce que j’ai un rythme comme ça aussi. Après, je laisse faire les choses…

C’est comme si je rentrais en transe.

Le problème, c’est qu’il faut savoir s’arrêter.

Il y a des fois, c’est très difficile de s’arrêter dans ce processus.

C’est même des fois frustrant de se dire : « là, aujourd’hui, il faut que je m’arrête dans ma création ». Alors que tu sais que tu as encore quelques heures à faire avec elle.
Ces courbes qui sont super bien faites là et qui vont être encore mieux après. Il y a un geste qui a été répétitif et qui va se dessiner comme un écho.
Il va y avoir vraiment des vibrations. Je parle vraiment en termes de vibrations.
C’est difficile quand je dois arrêter. Il y a l’heure qui passe (c’est trop énorme que les cloches de l’église ont sonné pile à ce moment là de l’interview, si tu as l’élan de nous écouter ça vaut le détour !), j’ai une vie de famille … L’été, ça tombe bien, je travaille ces toiles là, je sais que je suis plus tranquille, plus au calme… Même si je dois gérer les imprévus à coté …
J’ai un peu de mal à m’exprimer. Pas toujours évident de parler de soi …
  • C’est important de parler de soi, de faire connaître l’Art, le processus de création à un plus large public. Souvent les gens ne se rendent pas compte de tout le travail qu’il y a derrière.

    On s’attache souvent à un résultat final. Ce qui me plait à travers ces interviews, c’est d’aller plus loin, connaître le chemin.

    Faire connaître l’Art, les Artistes … J’attache beaucoup d’importance au processus de création et à la valorisation de l’Artiste qui se cache derrière tout ça 😉

C’est vrai que les gens ne s’imaginent pas le travail, les matières qu’il y a derrière, si on en parle pas. Après, on ne peut pas les alpaguer non plus ! Il faut que les gens viennent à nous, qu’ils soient attirés. A partir de ce moment là, le processus d’explication peut commencer.
Les gens qui viennent me voir, ils ne savent pas pourquoi ils viennent, mais ils sont attirés. Ils cherchent à savoir pourquoi dans mes explications, dans mon travail. Après, ils en déduisent des choses, des expériences, des aventures qu’ils ont connues ! Des fois ils me racontent un peu leur vie …

 

  • Tu vas ouvrir tes portes cette année ?

Oui, j’ouvre mes portes fin septembre ! Je serais en exposition avec 2 autres Artistes.
Un artiste qui est de mon village : Daniel Delfosse.
Un artiste qui vient de Fourmies : Jean-Marc Crinier. Son travail m’a beaucoup parlé et j’ai eu envie de le connaître.
  • C’est une super connexion car la dernière interview que j’ai publiée était celle de Jean-Marc ! Vous êtes ultra connectés !!! Je ne suis pas du tout étonnée que vous vous soyez bien entendus 😉

Rien que dans son travail, le stylo à bille me parle beaucoup parce que ça été ma première étape de recentrage. C’est passé par le stylo à bille et ces matériaux dont je te parlais tout à l’heure : papier de soie, matériaux très délicats, des papiers vraiment fins …
Ça été pour moi, une étape importante avant de passer à autre chose.
Son travail est très vibratoire, très obsessionnel. Il parle de corps, de beauté … Au-delà de ça, une forte énergie. C’est Magnétique !
Ça rejoint mon travail en fait !

Hum … ça va bien se coordonner tout ça !

 
  • Quel serait ton plus grand rêve ?

Mon plus grand rêve … J’en ai plusieurs des rêves …

Le premier c’est que mes toiles puissent rendre les gens sereins, apporter de la sérénité, des ondes positives et de l’Amour.

Ça c’est important pour moi, vu tout ce qui se passe en ce moment.

Mon deuxième rêve, ce serait que ces toiles voyagent partout et qu’elles me fassent voyager.

D’où, effectivement, le passage en Australie.

J’envisage aussi de partir dans des pays froids, un retour aux roches. J’ai besoin de toucher la roche, les cailloux, la pierre.

  • Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’Aventure du Pink Power Tour ?

Le fait que tu sois dans une énergie positive.

Les rencontres ne se font pas par hasard.

Ce qui m’a attiré dans ce projet, c’est toi en fait.

C’est ta personne.
Après, tout ce que tu fais autour, forcément. Tout ce que tu sais faire et tout ce que tu apportes. Ça m’a mis en confiance. Je me suis dit : « Waw ! C’est une belle personne ! »
Alors, c’est facile à dire. C’est quoi ce terme « belle » ? etc… Mais bon, je me suis sentie bien. Je me suis dit : « il y a des choses forcément des choses à faire avec toi ».

Oh ! Wawww !!! Joie partagée !!! Merci !

J’ai vraiment passé un super moment avec Loret !

Si toi aussi, tu as l’envie d’entrer en immersion dans son univers, rendez-vous lors des Portes ouvertes d’Atelier d’Artistes, les 30 septembre, 1er et 2 octobre 2016.

Pour en découvrir un peu plus sur son travail, tu peux aussi te rendre sur son site web et suivre son actualité sur sa page Facebook.

 

 

Si tu as aimé cet article, tu peux laisser un commentaire dans cet espace qui t’es réservé. Tu peux aussi le partager avec tout tes amis et/ou faire un don pour soutenir le projet et que je puisse aller interviewer encore + + + d’Artistes et mener à bien ce projet de rassembler tout ce petit monde autour d’une expo, fin 2017 ! 
Laisse-toi porter, laisse-toi inspirer et inspire à ton tour cher co-cocréateur 😉

 On se retrouve en septembre pour de nouvelles interviews portraits d’Artistes et plein de nouvelles pétillantes à partager !!! 🙂

2 Commentaires

  1. dansetavieheart  —  29 juillet 2016 at 8 h 58 min

    J’adore j’adore j’adore !!!! Très belle rencontre 😀 et Fascinant !!!!!
    Excellent le lien avec les cloches de l’église !!!

    Répondre

Laisser un commentaire