Catégorie : Défis

28 Avr

COUETTE – MAUVE – PARADIS

Marie Guibouin / Blog, Défis / / 1 Commentaire

C’est quoi ce titre sans queue ni tête ???

Ce matin, je pensais t’écrire pour te dire que je ne sais pas quoi dire, que j’avais l’impression d’avoir tout dit :O

Je ne suis pas certaine qu’un jour, c’est possible d’avoir déjà tout dit. Seulement, il peut m’arriver d’en avoir la sensation.

Et puis Carine est arrivée et Gabrielle​ l’a mise au défi d’écrire un texte avec le mot « couette » dedans (couette -> cheveux, pas la couette pour dormir). Eva​ a renchéri avec le mot « mauve » et je suis arrivée avec le mot « paradis » qui a surgit de nulle part !

La conversation s’est enflammée et Eva a décidé de relever le défi elle aussi. Et comme plus nous sommes de folles, plus nous rions, j’ai pris part au défi moi aussi.

Alors voilà, pour quelqu’un qui pensait t’écrire pour te dire que je n’ai plus rien à dire, je me retrouve avec un texte qui va surgir de nulle part en utilisant les mots :

COUETTE – MAUVE – PARADIS…

Go !

Quand j’étais petite, j’étais blonde et j’adorais me faire des couettes ou un palmier au-dessus de la tête. Je me souviens qu’en CE2, le prof me tirait tout le temps les cheveux quand il passait dans les rangs de la classe. Ça avait l’air de l’amuser, mais moi ça ne m’amusait pas du tout !

Le soir quand j’enlevais mes couettes ou mon palmier, j’avais mal aux cheveux. Non, je n’étais pas saoule, ce n’est pas du tout ce que je suis en train de dire. C’est une sensation que j’ai oubliée mais, tu sais quand tu as les cheveux longs et que tu les attaches toute la journée, ça fait une sensation bizarre sur le cuir chevelu. Ça fait mal et ça fait du bien en même temps.

Le pire souvenir que j’ai avec mes cheveux, c’est lorsque le dernier jour de 3ème, nous nous étions déguisés. J’avais décidé de faire plein de petites couettes tressées sur toute ma tête avec des élastiques de toutes les couleurs. Je trouvais ça fun ! Je me souviens de cette journée, nous avions pique-niqué tous ensemble non loin du collège, puis nous étions allés en vélo à la plage. Il y avait quelques kilomètres à parcourir. On aurait dit le troupeau du Tour de France !!! En plus lent …

En rentrant chez moi le soir, outre le mal au cuir chevelu en enlevant mes élastiques, j’ai eu droit à de magnifiques coup de soleil sur le crâne. Les premiers coups de soleil de toute ma vie. Mais je crois que c’était rien, comparé au 4 années que je venais de passer …

Je n’ai pas de supers souvenirs de mes années collège, mais ce dernier jour, il me semble que je l’avais tout de même trouvé fun ! Peut-être qu’inconsciemment je me sentais libérée délivrée !!! Je savais que je n’allais plus y mettre les pieds ! Victoire !!!

Enfin, cet élève qui me poursuivait depuis la maternelle allait sortir de ma vie ! Enfin, une nouvelle vie s’ouvrait à moi. Enfin, je n’aurais plus a prendre le car le matin, avec ce type dégueu qui me harcelait verbalement. Enfin, j’allais entrer dans un autre monde où les blagues vaseuses sur mon physique, ma manière de m’habiller, mon nom de famille et j’en passe … allaient disparaitre de ma vie.

Je trouve qu’à l’école, les élèves ne sont pas tendres entre eux. Il y a cet esprit de compétition malsain, ce besoin de plaire aux autres, d’être remarqué, de profiter de la faiblesse des gens pour mieux les écraser et devenir un « pseudo-leader » ! Je me demande comment c’est possible d’en arriver là. Je me demande ce qui fait que le « système » est comme ça.

Je croyais que ça avait changé et en fait non. En ce moment, je travaille sur un projet avec une école. Je trouve ça super d’amener un autre regard sur le monde à travers une pratique artistique. Pourtant, je constate que les élèves ne sont pas tendres les uns avec les autres.

Ce n’est pas une généralité. Pourtant, j’observe que beaucoup d’entre eux ont une vision du monde très … « chaotique », comme s’il fallait tout le temps se battre et faire la guerre. Je les entends parler de fin du monde et d’apocalypse, de méchants qui tuent des gentils.

Il y a très peu de place pour la rêverie.

Je ne suis pas confortable avec ça. Ça me rend triste, en colère, voire frustrée. Je me sens impuissante et en même temps en écrivant ces lignes, je constate que je suis encore trop dure avec moi-m’aime.

Je devrais avoir le cœur en joie de leur amener une autre vision, même s’il ne la comprenne pas tout de suite. Je devrais avoir l’Âme qui pétille de leur avoir donner l’occasion de voir la Beauté du monde, à regarder l’autre côté, à s’arrêter sur des détails qu’ils n’avaient jamais remarqué alors qu’ils passent devant tous les jours.

Hier soir, je faisais part de ma « frustration » aux personnes avec qui je travaille sur ce projet. Je disais que j’ai dû revoir mes « ambitions » à la baisse (c’était dur d’écrire cela…).

Et j’ai reçu une remarque qui m’a beaucoup touchée, qui a apaisé mon cœur :

« Tu n’as pas révisé tes ambitions à la baisse, tu as ajusté ton projet aux réalités du terrain. Nuances… »

Alors aujourd’hui, je dis Merci. Merci de m’avoir montrer l’autre côté.

Je prends conscience que j’arrive très bien à voir la Beauté partout et en tout, autour de moi, dans mon entourage, chez mes clients … Et parfois, (parfois seulement hein), j’oublie cette Beauté que j’ai en moi, cette Beauté que je transmets, même quand je crois que j’ai raté, que je n’ai pas été à la hauteur ou encore que j’imagine que j’aurais pu faire mieux, que je n’ai pas donné assez, que j’aurais pu faire autrement…

STOP !

Je trouve que l’Être Humain a une capacité incroyable à l’auto-flagellation. Je le constate tous les jours et même si je suis super vigilante pour ne pas tomber dedans moi aussi, ça m’arrive encore, et m’arrivera encore certainement.

Le premier pas, c’est d’en prendre conscience. Ce qui est bien, c’est que lorsque tu en as conscience, tu peux transformer tes croyances.

Si tu crois que tu n’as pas donné assez, par exemple, tu peux prendre du recul, et t’apercevoir que ce que tu crois est erroné. Parce que pour la personne, c’est un cadeau immense. La personne a qui tu donnes n’a pas du tout la même perception que toi. Parfois, hum … souvent tu donnes un truc de ouf et tu crois que c’est rien ou pas grand chose, parce que tu sais qu’au fond de toi, tu es capable de tellement plus ! Pourtant, pour la personne qui reçoit, c’est une valeur immense qui peut aller jusqu’à changer radicalement sa vision de la vie.

Oh la la ! Je sens que je m’enflamme !!! Je ne pensais pas atterrir ici en parlant de couettes ! Cet exercice est tout à fait surprenant !!!

J’ai longtemps minimisé ce que j’apportais aux gens. Combien de fois lorsqu’on me disais « merci », je répondais : « ah c’est rien »ou « c’est pas grand chose » ou « j’ai rien fait ». Combien de fois j’ai rejeté la valeur de ce que j’offrais à mon entourage, à mes clients, au monde.

Aujourd’hui, je ne dis plus jamais « de rien » quand on me dit merci par exemple. Je réponds souvent : « avec plaisir », « avec joie » ou encore « je suis heureuse d’avoir pu t’apporter ceci ou cela ». Plus jamais je ne répond « de rien ». D’ailleurs ça me fait bizarre quand quelqu’un me répond ces mots là quand je le remercie. Ça fait quelque chose dans mon corps qui dit que ce n’est pas juste.

C’est fou comme le pouvoir des mots est puissant.

Comment tu peux recevoir de l’amour en le banalisant à ce point là ?

Comment tu peux recevoir pleinement de la gratitude en répondant que c’est rien ou que c’est pas grand chose ?

Comment tu peux recevoir de l’argent si tu dis toi-même que ton travail n’a pas de valeur ?

En écrivant ces lignes, je prends conscience que j’ai fait des pas de géant dans ma vie !!! :O

Même si le chemin est loin d’être terminé, je me dis :

 

« Waouh ! Quand même Marie, t’as grave avancé ! »

Et toi aussi je suis sûre que tu as grave avancé. Prends un moment de silence et observe.

Es-tu à la même place que là où tu étais l’année dernière ou même le mois dernier ?

Est-ce que tu penses pareil ?

Vois-tu le monde de la même manière ?

As-tu fait ne serait-ce qu’un pas ou deux pour avancer sur ce projet qui te tient à cœur ?

Ne minimise pas tes petits pas.

Ne minimise pas tes petites actions.

Ne minimise pas la Valeur que tu crées.

Ne minimise pas ces petites gouttes d’eau de Bonheur et de Joie que tu sèmes à chaque instant.

Ne minimise pas l’impact de tes mots, de tes paroles, de ton Art, de tes gestes, de tes pensées …

Tu vois, je croyais que je n’avais plus rien à dire mais c’est complètement faux !

On croit beaucoup de choses. Et l’esprit humain a un talent fou pour croire que c’est impossible, que c’est trop compliqué, que c’est nul, que ça aurait pu être mieux …

Arrête de faire marcher le petit vélo dans ta tête ou alors utilise le à bon escient. A quoi ça te sert de croire que tu es nul(le), que tu n’as pas fait assez bien ou que tu n’y arriveras jamais ?

Prends un instant. Répond à cette question. Ça te sert à quoi ?

Déploie tes ailes, ouvre toi à la beauté de la vie, laisse-toi éclore tel un oiseau de paradis !

J’adore cette plante ! Ça fait longtemps que je n’en ai pas eu entre les mains. Je ne sais pas si c’est la saison, mais ça me donne envie d’aller en acheter une ! Laure​, tu sais où je peux en trouver ?

Laure, c’est ma spécialiste quand j’ai une question sur une plante <3 <3 <3

Cette nana est top ! Elle a le don de t’accompagner à te reconnecter à toi-m’aime, à ton essence, à travers tes 5 sens, pour que tu puisses avancer concrètement dans ta vie et dans tes projets. Si tu as besoin d’un coup de pouce, va la voir, c’est une magicienne :p

A ce stade, je constate que je viens d’écrire un pavé et que je n’ai toujours pas utilisé le mot « mauve » dans ce roman qui fait des kilomètres. J’aurais pu dire que l’intérieur de l’oiseau de paradis est mauve mais je trouvais que c’était un peu bateau. Donc là, comme tu le vois, je suis en train de broder pour tenter d’argumenter mon propos. J’aurais pu aussi parler de mes cheveux mais ils sont plutôt roses que mauve.

Et bien ! J’ai bien envie de dire merci à Carine, Gabrielle et Eva qui m’ont permis d’explorer un terrain que je n’aurais sans doute pas explorer de cette manière sans la contrainte des mots. Je savais que ce serait surprenant, voire même déroutant. Je pense qu’il faut vraiment le vivre et le ressentir pour comprendre. Si tu as envie de prendre part au défi avec nous, partage ton texte avec les mots COUETTE (cheveux, pas « sous la couette »-> Gabrielle y tient 😉 ) – MAUVE – PARADIS.

A très vite pour les nouvelles Aventures !!!

D’ailleurs en parlant d’Aventures, j’ai repris sérieusement l’écriture de mon livre tous les jours alors si tu veux faire partie du cercle VIP des futurs lecteurs de ma vie d’écrivain, c’est par là !

Marie, Artiste, Conférencière, Éveilleuse de Conscience.

________________________________________________________

P.S. : il reste 5 places pour l’atelier d’initiation à la photographie intuitive sur Paris, le 6 mai et 4 places à Lille, le 14 mai <3 <3 <3 -> toutes les infos sont là 🙂

30 Jan

#100jours100sourires : Lionel

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 3 Commentaires

Après 13 jours sans te présenter d’inconnu, je suis en joie de te présenter Lionel aujourd’hui.

Même si je continue à faire ma part tous les jours, je me suis rendue à l’évidence que je ne pouvais pas tenir la cadence de te présenter un inconnu par jour, en même temps que j’écris un livre, en même temps que je travaille pour mes clients, en même temps que j’anime mes ateliers, et en même temps que bien d’autres choses ! #100jours100sourires se fera sur une année, j’en parle ici si ça te dit :

#100jours100sourires

J’ai rencontré Lionel en allant me balader au bord de la Marque, hier matin. Je ne pensais pas aborder d’inconnu. Je n’avais croisé que des coureurs ou des gens en vélo. Je m’apprêtais donc à rentrer chez moi, lorsque j’ai aperçu au loin, un monsieur seul avec un chapeau. Je ne savais pas pourquoi, mais je sentais que je devais lui parler. Et pour cause ! Quelle belle rencontre !

 

Lionel vient de la région parisienne. Dans le Nord depuis 3 mois, il prend ses repères jour après jour … Ce matin, il s’est levé avec Magnificat de Jean-Sébastien Bach ! C’était beau ! Il cherchait la Marque depuis quelques temps . C’est aujourd’hui qu’il l’a trouvé et que nos chemins se sont rencontrés 🙂

Ce qui le rend heureux dans la vie ?

  • De la musique, de la Nature, et bien évidemment, mes enfants et ma femme. Après … qu’est-ce qui pourrait me rendre plus heureux ? Que mes enfant et ma femme me rejoignent en région Nord.

  • Pour l’instant, il y a beaucoup de résistances au changement, mais ça va se faire 😉

Lionel est passionné de photo depuis toujours. Il a fait des études de chimie, a appris a développé en noir et blanc. Il a goûté au charme du labo, puis est passé au numérique. C’est donc avec beaucoup de joie que nous abordons le sujet de la photographie 🙂 

  • Je me suis mis a collectionné de vieux appareils que j’avais quand j’étais jeune. Je les ai à peu près tous maintenant ! C’est ma femme qui râle parce qu’elle trouve ça fait un musée ! (rires)

  • J’aime la photo. J’aime la technique qu’il y a derrière la photo. Ça fait quelque temps que je n’ai pas repris mon boitier, mais il y a des choses très sympas à faire.

Je remarque que Lionel a quand même un appareil photo sous la main (il dit que c’est son jouet), même s’il ne s’agit pas de son boitier numérique, qui est le même que le mien d’ailleurs ! Des oiseaux viennent se poser sur l’eau, tout près de nous. Lionel aime bien photographier ces êtres en mouvement.

  • Je vais souvent en Vendée, dans les marais salants. Il y a pas mal d’oiseaux lors de la migration. J’aime bien !

Je demande à Lionel s’il se souvient de la dernière fois qu’il a transcendé une peur.

  • Alors… La peur n’évite pas le danger. Je fais un boulot où … sans parler de peur, on va plutôt dire de l’appréhension… Le refus de l’obstacle n’existe pas. Si il existe, je suis foutu !

  • Dans mon travail, c’est à peu près chaque jour où je me dis qu’il y a un évènement assez désagréable qui va se passer. Et au final, ça se passe bien.

  • En fait, je peux remercier le Nord. Je trouve qu’ici, les gens sont beaucoup plus ouverts, plus à l’écoute, qu’en région Ile-de-France. C’est relativement simple. Entre guillemet, j’ai 2 à 3 fois par semaine, une grosse appréhension en début de journée. Je me demande comment la journée va se dérouler. Finalement, je termine ma journée en étant content !

 

Alors, pour Lionel, est-ce que tout est possible dans la vie ?

  • Le nécessaire, OUI !

Le plus grand rêve de Lionel :

M’arrêter de travailler !

me confit-il dans un grand soupir  de soulagement.
  • En fait, je ne sais pas si j’aimerais souffler ou pas. A des moments, j’aurais envie de profiter. Je trouve que l’on ne profite pas assez…

 

Intriguée par ce que peut bien être son travail, je finis par lui demander !

Lionel travaille dans l’informatique. Il gère des consultants dans l’industrie et la grande distribution, qui ont des challenges à relever ! Il gère à la fois la partie RH, la partie managériale et la partie client. C’est très riche, très dense …

  • C’est un perpétuel alignement sur la personne. Il faut vraiment s’aligner sur la personne. C’est très rigolo. J’ai retrouvé des gens qui ont habité à 1 kilomètre de chez mes parents, des clients qui ont partagé des bouts de vie il y a 20, 30, 50 ans …

On se rend compte que le monde est petit 😉

  • Oui, par exemple avant-hier, j’ai rencontré un bon breton pur souche. Comme je suis un peu de là-bas aussi, on a discuté. C’était rigolo de se retrouver en plein milieu de Douai a parlé avec un breton.

Nous terminons cette riche conversation avec Lionel en se disant qu’il n’y a pas de hasards … Finalement, nous venons un peu du même coin, puisque j’ai vécu toute mon enfance à 40 kilomètres de Nantes, à la campagne. Et il connait très bien ce coin-là ! C’est rare de trouver quelqu’un dans le Nord, qui connait le nom de la commune où j’ai vécu !

 

Wawww !!! Merci à Lionel pour cette rencontre passionnante. Je lui souhaite de tout coeur de profiter des bons moments de la vie et de s’autoriser à ralentir … 🙂

A très bientôt pour le portrait d’un nouvel inconnu !

En attendant, tu peux découvrir ou redécouvrir tous les inconnus sur #100jours100sourires.

Si tu es curieux, tu peux même aller voir les interviews portraits d’artistes sur The Pink Power Tour Festival !

Pour recevoir un mail de ma part tous les jours, où je te raconte mes péripéties d’écrivain en herbe, ça se passe par ici !

Pour prendre rendez-vous avec moi, pour ton portrait en 3 dimensions et/ou pour révéler la déesse qui est en toi, ou pour me lancer un nouveau défi, tu peux me contacter par mail à cameleondelimage@gmail.com.

Hum … Je crois que c’est tout pour aujourd’hui !

La suite au prochain épisode !

Merci à toi cher lecteur pour ta fidélité à toute épreuve. Partage ce portrait d’inconnu si le cœur t’en dit, laisse quelques mots en commentaires si tu en as l’élan et surtout ris au moins 5 fois par jour, parce que c’est bon pour la santé !

Ah si ! Une dernière chose ! Si tu veux être au courant de l’actualité du Caméléon de l’image, j’envoie bientôt la prochaine newsletter, alors si tu n’es pas encore inscrit, c’est ici 😉

17 Jan

#100jours100sourires : Prescilla

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 0 Commentaire

Il était une fois un lundi matin qui a commencé comme ça :

 

Même si j’ai vu tous les messages que bien plus tard, le simple fait de m’être exprimée de la sorte m’a donné un élan fulgurant de me lever pour aborder l’inconnu. J’ai regardé derrière moi et j’ai vu une jeune fille dans le fond du bus et j’y suis allée direct sans réfléchir ! Et quel cadeau ! Elle m’a dit oui tout de suite ! Merciii !!! 🙂 🙂 🙂

 

Je te présente Prescilla.

Pour Prescilla, toutes les petites choses de la vie contribuent à son bonheur au quotidien 🙂

Prescilla est passionnée par le cinéma.

Le dernier film qu’elle a été voir : Dalida.

  • C’est le dernier biopic qui est sortie sur la vie de Dalida.

Son film préféré du moment : Alliés.

  • C’est un film avec Marion Cotillard et Brad Pitt, sur la collaboration après la guerre.

Prescilla pense que tout est possible dans la vie du moment que l’on a de la volonté.

  • Tout est possible ! Oui !

Je demande à Prescilla si elle se souvient d’une des dernières fois où elle a transcendé une peur !

  • L’appréhension lors de compétitions de sport. Et finalement une fois que c’est passé, ça va !

Prescilla a fait de la gym pendant 10 ans. Elle a arrêté au moment de ses études. Aujourd’hui, elle est technicienne de laboratoire dans la cosmétique et le pharmaceutique. Elle s’occupe d’analyser les produits finis.

Le plus grand rêve de Prescilla :

Faire le Tour du Monde !

 

Yeah !!! Merci Prescilla pour ce partage pétillant pour bien démarrer la semaine ! Je te souhaite de tout mon cœur de réaliser ton rêve. C’est un rêve très atteignable et de nombreuses personnes dans le monde peuvent en témoigner 😉

Et petit clin d’oeil à Estelle, Nadine, Fabienne, Anne, Isabelle, Pénélope, Laure, Yves, Manon, Christelle et toutes celles et ceux qui sont passés par là, pour vos bonnes vibes « facebookiennes » qui sont arrivées jusqu’à moi avant même que vous ayez le temps d’écrire un mot :O Merci Merci Merci <3 <3 <3

A bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

Laisse-toi porter, laisse-toi inspirer, et inspire le monde à ton tour 🙂

 

Ta séance photo

Pink Marie

Ma boutique en ligne

Temps d'chien - Sur le parcours du Grand Eléphant - Crédit photo : Marie Guibouin
11 Jan

#100jours100sourires : Julie

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 0 Commentaire

Après avoir conjuré le sort à Nantes, c’est dans le train du retour que j’ai rencontré Julie. Aborder des gens dans le train pour #100jours100sourires faisait partie d’un de mes blocages récurrents.

Nous sommes en 2017, j’écris un livre qui porte mes deux credo qui m’accompagnent au quotidien « J’ai peur mais je le fais quand même ! » ET « Tout est Possible ! »

Il est temps de les honorer en transcendant une peur supplémentaire. Et c’est grâce à Julie que la Magie a opéré. Elle a dit oui sans hésiter et avec le sourire !!!

Julie prenait le train en direction de l’aéroport Charles de Gaulle où un avion l’attendait pour la Thaïlande !

 

Les voyages font partie intégrante de la vie de Julie et contribuent à son bonheur. Elle est allée en Thaïlande pour la première fois, il y a 8 mois.

  • J’ai un peu de temps libre là donc j’y retourne, parce que j’ai vraiment bien aimé. Les voyages, c’est un peu le but de ma vie. L’année dernière, je suis allée au Maroc. Cette année, j’ai fait l’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne qui sont à côté. Sinon, je suis allée en République Dominicaine, à Dubaï, en Inde …

Génial ! J’adore cette rencontre qui m’emmène en voyage ! J’ai envie d’en savoir plus alors je demande à Julie comme elle organise ses voyages.

  • C’est vraiment aléatoire selon les types de voyage. Des fois, je pars avec mon compagnon, parfois avec une amie, d’autres fois toute seule. Là plupart du temps, c’est plutôt en mode globe-trotteuse – un peu organisé à l’avance – mais en mode sac à dos pour visiter plusieurs villes. La dernière fois, c’était en République Dominicaine, et là c’était plus posé dans un club, ça dépend ...

Et pour ce voyage en Thaïlande imminent, comment ça va se passer ?

  • Vu que j’y suis déjà allée, je connais déjà. Je pense que je vais un peu plus me poser contrairement à la dernière fois. Mais je vais quand même visiter des nouvelles choses, donc entre les deux …

Un conseil pour les gens qui auraient envie de voyager et qui n’ose pas ?

  • Arrêter de mettre en avant tous les côtés négatifs, les contraintes. Tout est faisable quand on a la motivation et ce n’est pas si compliqué que ça, finalement. Il suffit de se dégourdir un peu, de penser aux belles choses qu’on peut découvrir. Après toutes les formalités, on passe au-delà …

Avec un discours pareil auquel je ne peux qu’adhérer, demander à Julie si elle pense que tout est possible dans la vie n’est qu’une formalité 😉

  • J’dirais peut-être pas tout mais en tout cas, voyager oui, ça fait partie des choses largement abordable.

La dernière peur que Julie a transcendé :

  • C’était l’année dernière ! C’est toujours en rapport avec les voyages. Tout simplement de prendre l’avion. C’est une chose un peu bête et à la fois assez commune. C’était une peur que j’avais. J’ai décidé de la surmonter pour pouvoir vivre toutes ces expériences.

  • J’étais pas fière, j’ai pris des médicaments, j’ai fait tout ce que j’ai pu, et voilà ! Maintenant, ça se passe mieux. Il y a toujours une petite appréhension mais ça se gère avec l’habitude. Je prends quand même des médicaments, mais ça va mieux. Après il faut se raisonner, se dire que ce sont des peurs qui ne sont pas forcément très rationnelles. Il n’y a pas lieu de se focaliser là-dessus. 

Le plus grand rêve de Julie :

S’installer à l’étranger.

  • C’est vrai que ce sont des lieux de vacances à la base, mais quand on aime vraiment un endroit c’est dur de le quitter. Pourquoi pas y rester ?

  • Pourquoi pas la Thaïlande ? Peut-être qu’inconsciemment, cette deuxième expérience imminente n’est pas là pour rien. A voir …

Je demande à Julie si elle voudrait ajouter quelque chose, un mot de la fin !

  • Tu vois, la vie en rose, ça reflète un peu l’esprit positif que tu voulais ressortir ! 😉

C’est énorme !!! C’était écrit « La Vie en Rose » sur le pull de Julie et je n’avais même pas remarqué ! Magie de la Vie Merci ! De quoi prolonger mon coup de « boost » du moment ! Je remercie Julie pour son partage inspirant et positif. Ça fait vraiment du bien ! Je lui souhaite de réaliser ses rêves et de continuer à voyager avec passion ! Peut-être qu’un jour nous découvrirons ses péripéties de voyage sur un blog, qui sait ?

 

Si toi aussi, tu as envie d’inspirer le monde à ton tour, fais-le ! Il n’y a pas de limites à ce que tu rêves d’entreprendre, à part celles que tu te crées 😉

Après ce beau moment de partage avec Julie, j’ai continué l’écriture de mon livre. Chapitre 1 terminé ! Si tu veux recevoir un mail de ma part tous les jours sur mes péripéties d’écrivain en herbe, tu peux t’inscrire ici sur la liste de mes futurs lecteurs de ma vie d’écrivain 😀

L’atelier « Révèle la déesse qui est toi » du vendredi 13 janvier approche à grand pas !!! D’ailleurs il reste une place ! Si le cœur t’en dit, contacte-moi par mail à cameleondelimage@gmail.com ou via le formulaire de contact du site <3 <3 <3

Les journées passent à la vitesse de la lumière !!! Mon défi du moment est de penser à faire des pauses. J’y travaille ! J’y travaille ! La méditation et les pages du matin me sont d’une aide précieuse 🙂 

A très vite pour les news ! Prends soin de toi et à très bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

10 Jan

#100jours100sourires : Florence

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Défis / / 1 Commentaire

Aujourd’hui retour en force de #100jours100sourires grâce à Florence qui a conjuré le sort à Nantes !!!

Avant de rencontrer Florence, ma matinée avait commencé en abordant une jeune femme à la gare. Dès que je lui ai parlé du projet, j’ai vu ses yeux pétiller !!! Elle m’a répondu qu’elle aurait beaucoup aimé contribuer mais qu’elle n’habite pas dans le coin.

Ce n’est pas un problème puisque tout se passe dans l’instantané ! Les minutes ont passé et je l’ai soudain sentie soucieuse. Elle finit par me dire que son mari va arriver, qu’il faut qu’elle lui demande. Ça me fait toujours un pincement au cœur quand j’entends ça.

Son mari est arrivé. Je lui ai dit bonjour. Il ne m’a pas répondu. J’ai senti cette femme s’effacer puis elle a pris son train. Elle n’a même pas osé dire à son mari que je l’avais abordée. Fin de l’histoire.

Ça me choque toujours autant lorsque j’observe ça. Alors je me suis demandée si la plupart des êtres humains sur cette planète se sentaient libre de s’accomplir pleinement au delà de toute influence extérieure ? Question que j’ai laissé ouverte sur le groupe Facebook que j’ai créé récemment – « Cercle de Femmes Déjantées Créatives Inspirantes Libres Et Heureuses !!! » – et qui a suscité de nombreux partages très intéressants <3 <3 <3

Ça mériterait un article entier alors je reviendrais sur le sujet ultérieurement 😉

C’est en attendant le tramway à Nantes que la chance m’a sourit 😀

J’avoue, j’ai choisi la facilité car Florence m’a abordé à 2 reprises pour me demander des renseignements sur son trajet alors je me suis lancée et elle m’a dit OUIiiii !!! Victoire !!! Après ma petite collection de non, en ce début d’année ! (ça aussi, ça mériterait un article entier, va vraiment falloir que je me fasse une liste de tout ce que j’ai envie d’écrire, j’ai les idées qui débordent !!!)

 

 

Florence est originaire de Seine et Marne.

Elle vient d’emménager dans la région depuis octobre 2016, alors elle est en train de prendre ses repères petit à petit 🙂 

Ce sont ses amis et sa famille qui la rende heureuse.

Florence pense que Tout est Possible dans la Vie si on s’en donne les moyens 😉

Son plus grand rêve :

Avoir des enfants !

  • Avoir un bon travail et une vie stable, ça serait bien !

Florence aimerait avoir 3 enfants qui porteraient des prénoms originaux. Un garçon en premier, ensuite une fille et le troisième : surprise ! 

Comme nous étions dans le tramway, une dame a entendu notre conversation et a parlé de jumeaux. A-t-elle dit cela au hasard ? Nous ne savons pas s’il s’agissait de « Madame Irma » ou si cette dame a dit cela totalement au hasard … Florence obtiendra les réponses au moment venu. Je lui souhaite de tout cœur de réaliser ce rêve qui lui est cher.

Merci Florence de m’avoir reconnectée à #100jours100sourires.

Et sans m’en apercevoir, j’ai en partie transcendé ma peur d’aborder les gens dans les transports en commun. D’ailleurs, j’en profite pour lancer une dédicace spéciale à l’Inconnu du Tramway qui aborde des inconnus dans le tramway sur Nantes et qui fait ça d’une main de maître depuis maintenant trois ans. J’admire !!! Je l’avais interviewé fin 2015 et je le remercie encore une fois d’inspirer le monde à (re)créer du lien entre les gens.

J’ai la sensation que nous sommes de plus en plus nombreux à avoir cette quête.

Est-ce que c’est parce que je rencontre de plus en plus de gens qui partagent les mêmes valeurs que moi ou est-ce que le monde est réellement en train de changer ?

05 Jan

Mon livre, cette Aventure …

Marie Guibouin / Blog, Défis / / 10 Commentaires

Cette première semaine de l’année est placée sous le signe de l’introspection et de l’observation. Je prends conscience de ce qui est important pour moi et je revois mon sens des priorités. Ça secoue un peu et en même temps, c’est plutôt agréable et très libérateur !

 

MON LIVRE

 

Le 2 septembre 2016, je me suis lancée le défi d’écrire un livre en 80 jours et cela n’a pas été une mince affaire !!! J’ai écrit mes premières lignes dans le train, le 15 septembre 2016, le cœur rempli de belles intentions.

Les jours qui ont suivi, j’ai continué mais ce n’était pas fluide parce que je pensais trop à ce qu’on allait penser de moi, si on allait me juger, si c’était mieux que j’écrive comme ceci ou comme cela. Et quand c’est pas fluide, j’aime pas.

Ce premier livre (et ceux qui suivront aussi), j’ai envie qu’il soit authentique et proche de mes valeurs. Alors au jour 33, revirement de situation, j’ai jeté le manuscrit de mon livre à la poubelle !!!

10 jours plus tard, j’ai vécu une situation très compliquée à gérer, qui a accaparé tout mon temps et chamboulé tout mon programme !!! Mon livre est complètement passé à la trappe ! A la même période, mon blog a complètement « beugué » ! Tout est arrivé en même temps, alors j’ai appris à lâcher prise, à me concentrer uniquement sur ce qui était Essence-Ciel à ce moment là de ma vie, même si une part de moi était frustrée à l’idée de ne pas avancer sur mes projets. J’ai vécu 3 semaines très éprouvantes, j’étais complètement épuisée, je te passe les détails.

Je pensais que je n’allais jamais l’écrire ce livre, que j’allais me résigner, abandonner.

Puis il y a eu ce jour, au moment exact où j’étais libérée de mes « obligations ». Ce jour, où, une petite fille a dit à sa maman dans le train : « Maman, elle écrit un livre, la dame ? Je suis sûre qu’elle est en train d’écrire un livre. »

Puis il y a eu ce jour où Emmeline m’a contactée pour me rencontrer sur Lille, alors qu’elle venait d’emménager près de Nantes, ma ville natale. Heureux hasard ? J’avais découvert le parcours d’Emmeline, grâce à une interview réalisée par Carine du blog Com’La Vie ! Nous étions entrées en contact virtuellement à ce moment là.

J’aime quand le Virtuel se transforme en réel ! C’est ma Quête dans tous les projets que j’entreprends.

Pourquoi je te parle de cette rencontre en particulier ? Parce que ce jour là, Emmeline m’a demandée où j’en étais dans l’écriture de mon livre. Et j’ai découvert, qu’elle aussi était en plein défi de réaliser son rêve qui est … Attention … Roulement de tambours … ECRIRE UN LIVRE 😀

De joyeux signes de la Vie, des signes puissants à mon sens, qui me connectaient à nouveau à ce projet qui me tient tant à cœur. Mais un jour, tu lèves la tête et tu te rends compte que tu es au jour 73/80 et que tout est à faire ! Dans la folie créative, je pensais m’enfermer une semaine entière dans ma tourelle et l’écrire tout d’un trait !

C’est ainsi que le 14 novembre 2016, à J-6, la Boîte à excuses a jailli !!! C’était le pompon ! Un article que j’ai écrit tout d’un trait ! Une excuse de plus pour ne pas écrire mon livre ?

Le 17 novembre, j’ai eu la sagesse de remettre à plus tard, en repoussant ma dead-line de 10 jours, que je n’ai pas tenu bien sûr 😀

Dans tout ça, je me suis pris une belle leçon d’humilité !

Comme je l’écrivais dans « Si on mourait demain… » :

Si demain tout bascule, qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour aller vers mes rêves ? Qu’est-ce que je peux faire, là, maintenant, pour faire un pas de plus, même petit ?

La première chose qui était dans ma liste, dans cet article du 24 novembre 2016, c’était :

– Continuer mon livre même si ma dead-line de 80 jours est dépassée. Ça remue beaucoup de choses d’écrire un livre …

Qu’est-ce que j’ai mis en place concrètement pour me connecter chaque jour à mon rêve ? Est-ce que j’en ai fait une priorité, un rendez-vous non négociable tous les jours ?

La réponse, c’est que j’ai eu toutes les bonnes excuses du monde pour le faire passer en dernier. S’il me restait du temps dans ma journée, alors, j’allais m’y mettre. Je dis toujours que le temps est relatif et que du temps, on en a tous.

Quand Laure de Une Etincelle m’a interviewée et m’a demandé si le temps était un problème pour moi, voilà ce que je lui ai répondu :

« Je pars du principe que le Temps est le même pour Tous. 24 heures nous sont offertes chaque jour, alors je suis à l’écoute de ce qui m’inspire le plus, pour utiliser ce temps à bon escient. »

La question qui pourrait suivre serait : « Et quand plein de choses t’inspirent en même temps, tu fais comment ? »

Je dirais :

Créer de nouvelles habitudes ET revoir mon sens des priorités.

Par exemple, depuis quelques jours, je médite tous les matins, et presque tous les soirs. Ça ne dure pas 3 heures, je dirais 15-20 minutes. Cette pratique s’est imposée à moi sans vraiment que je comprenne pourquoi ! Je me demandais depuis plusieurs années à quoi ça servait concrètement, j’avais tenté quelque fois de m’y mettre, c’était pas mal, mais j’étais encore mitigée : perte de temps ? je le fais parce que JE DOIS le faire ou est-ce que j’en ai vraiment envie ?

Je me disais que je devais sans doute mal m’y prendre, que je ne savais pas comment faire. De plus, je suis déjà dans une démarche très méditative dans ma pratique de la photographie alors j’ai fini par lâcher prise en me disant que méditer en ne faisant rien, ce n’était sans doute pas pour moi.

Et là, d’un coup, je ne saurais même pas dire, à partir de quand je me suis mise à méditer vraiment, mais ça s’est imposé à moi, et c’est devenu ultra naturel ET vital. Ça apaise mon mental, ça éclaircit mes pensées, j’ai même des réponses à des questions que je me pose qui arrivent spontanément dans ce moment de calme. Je ne pourrais t’en dire plus pour le moment, étant donné ma graaaande expérience sur le sujet.

J’arrive à les trouver ces 1 ou 2 fois 15-20 minutes dans la journée pour méditer, comme le temps que je prends tous les matins, pour écrire mes 3 pages du matin d’écriture libre, inspirées par le livre de Julia Cameron : Libérez votre créativité ! (je ferais un article bientôt sur le sujet !). J’écris ces 3 pages tous les matins, depuis plus de 100 jours maintenant et je ne m’imagine pas ne plus les écrire !!! Rien que ça, ça ferait un sacré bouquin, non ?

En cette semaine d’introspection, alors que je marchais en ville hier soir, je pensais à mon livre. Je me disais que c’était pas la peine d’attendre le bon flow, le bon moment, le bon élan d’inspiration. Je me disais que c’était à moi de le créer ce bon flow, ce bon moment. Cet élan d’inspiration, j’ai le pouvoir de le provoquer ! Je m’en suis rendue compte sans le vouloir, grâce à la méditation justement. Alors que je me faisais cette réflexion tout en marchant, voilà que je rencontre Erwann.

Erwann a un blog où il partage énormément en toute authenticité. J’aime beaucoup le lire parce que je sens qu’il écrit avec son cœur. La première fois que je l’ai rencontré, c’était lors de la première émission de Radio de Madame ou Madame, de laquelle j’ai été la première invitée. Je ne crois pas au hasard et je pense qu’hier soir, nous nous sommes rencontrés dans la rue, pour une très bonne raison. Il m’a partagé le fait que depuis 3 semaines, il n’arrivait plus à écrire, juste au moment où j’étais en train de penser à mon livre et au flow que j’ai bien l’intention de provoquer, parce qu’il y en a marre de remettre à demain.

Même si nous n’avons pas converser très longtemps, ce partage nous a reboosté tous les deux dans notre créativité ! (je l’espère pour toi aussi Erwann, si tu passes par là, coucou !)

De plus, il n’y a pas que ça comme signes de la Vie ! En ce moment, il y a des gyrophares qui s’allument de partout !!!

 

  • Il y a Emmeline Sion qui vient de créer son comité de relecteurs magiques dont je fais partie, pour renforcer son engagement à terminer son livre et partager ses écrits, avoir des retours en direct, dans l’échange, la construction et la bienveillance.

  • Sans oublier mon amie Murielle qui m’a rappelée à quel point ce projet me tient à cœur. (Mumu si tu passes par là, je t’envoie tout mon amour)

A la base, le titre de cet article était : « Mon livre, mes inconnus et mes projets ! »

Mais là, je viens de lever la tête et je me rends compte que j’ai vraiment écrit un pavé, alors j’écrirais sur mes inconnus et mes autres projets un autre jour.

En ce 5 janvier 2016, voilà ce que j’ai décidé ! Je me suis bloquée dans mon agenda, 2H d’écriture de mon livre 6 jours sur 7 jusqu’au 20 mars 2017. Comme un rendez-vous important qu’il n’est pas possible du tout d’annuler.

Le 20 mars, c’est le printemps et j’adore le printemps ! Je trouve que c’est un bon jour pour faire fleurir les projets. Ce jour là, mon livre sortira en version numérique.

Et pendant le joli mois de mai, parce que le mois de mai, c’est joli, il sera édité au format papier parce que j’y tiens énormément. Un livre sur papier, c’est beauuu !!! Surtout que j’ai l’intention d’y mettre plein de belles photos pour illustrer mes propos. Cher futur éditeur, si tu es dans le coin, fais-moi signe :p

Je ne sais pas encore si je serais aussi folle que Lyvia pour le vendre avant qu’il soit terminé et/ou si je créerai un comité de relecteurs magiques inspirée par Emmeline. Tout ce que je sais, c’est que je suis déterminée et que les excuses à deux balles, y’en a marre ! Je sais que ça ne va pas être facile tous les jours, qu’il va falloir que j’apprenne à apprivoiser mon rythme, mais c’est possible !

En écrivant mon livre, j’honore mes deux credo :

  • J’ai peur mais je le fais quand même !

ET

  • TOUT EST POSSIBLE !!!

 

Allez, une petite pression supplémentaire … si tu as envie que je t’envoie un mail tous les jours pour te faire part de mes avancées, tu peux t’inscrire juste ici => sur la liste de mes futurs lecteurs de « ma vie d’écrivain ».

Wawww !!! Comment ça fait tout chaud dans mon cœur de me relancer dans cette Vibe Créative remplie d’amourrr !!!

C’est partiii !!! Et ça commence maintenant, j’ai programmé mes 2 premières heures d’écriture ce soir, de 18H30 à 20H30.

Let’s GOOOooo !!!

29 Déc

#100jours100sourires : Prudence

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 1 Commentaire

J’avais toutes les bonnes excuses du monde pour ne pas sortir aujourd’hui.

1000 choses à faire et j’en passe … Et en même temps, il est toujours bon d’aller prendre l’air quand on a les idées qui pétillent dans tous les sens !!!

Alors, j’ai pris mon courage et mes vibes créatives avec moi et j’y suis allée !

J’ai rencontré une dame très pressée qui n’avait pas le temps et qui ne voulait pas non plus que je fasse la route avec elle … Puis un monsieur sur mon terrain de prédilection : le parking de supermarché ! (ironie…) et encore un monsieur… Puis un monsieur, au bord de l’eau cette fois… puis un autre, etc … Je crois qu’on m’a dit non 6 fois (bon, ça aurait pu être pire ! A un moment, j’ai arrêté de compter …).

Sur la route du retour, j’analysais cette expérience intéressante. Les messieurs étant majoritaires ce jour, je me suis questionnée sur leur rapport à l’image, car leur objection principale a été : « je n’aime pas être pris en photo ». Phrase qui a totalement fait écho en moi, car il y a quelques semaines à peine, à quelques mots près, j’entendais ces propos de la bouche des femmes. Ce qui m’a donné l’élan d’ENFIN proposer des ateliers pour elles à partir de 2017 (oui, oui, j’en parle très bientôt de manière plus concrète ! ).

Et les hommes dans tout ça ? … Alors que je me questionnais sur leur sort, sur ce que je pourrais leur apporter à mon échelle, avec les outils que j’ai à ma disposition … (Messieurs, si vous passez par là, ça me ferait bien plaisir que vous vous exprimiez en commentaire sur votre rapport à l’image, à votre image, votre identité, sur comment vous vous percevez et comment vous vous sentez perçus par le monde extérieur ?)

Malgré les refus, je ne rentrais pas chez moi avec un sentiment d’échec, mais plutôt avec une compréhension de l’humain grandissante, un champ des possibles de solutions à proposer pour un monde meilleur.

A quelques mètres du retour à mon bureau, j’ai vu une femme qui portait la vie en elle et c’était beau 🙂 Elle était très pressée. Elle aussi avait 1000 choses à faire, et la journée était loin d’être terminée. Elle aurait été ravie de contribuer à #100jours100sourires mais n’avait vraiment pas le temps. Alors, je lui ai proposé de faire un bout de chemin avec elle et elle m’a dit OUI. C’est avec beaucoup de joie que je partage son message aujourd’hui.

Je te présente Prudence.

 

Ce qui rend Prudence heureuse, c’est SA FAMILLE.

  • Et les petites choses de la vie … Il ne faut pas beaucoup pour être heureux dans la vie.

Prudence pense que tout est possible dans la vie quand on se donne les moyens.

  • Il ne faut pas attendre beaucoup de la vie non plus. Quand on sait faire avec le peu qu’on a, c’est déjà ça.

 

  • Le fait d’être en vie et en santé, c’est déjà « LE POSSIBLE » !

 

C’est vrai que quand on y pense, c’est un fabuleux cadeau d’être ici sur Terre, de pouvoir se réaliser et réaliser de belles choses inspirantes pour le monde <3 <3 <3 

 

Son plus grand rêve :

La Paix dans le Monde.

  • Savoir transmettre de bonnes Valeurs à nos enfants dès le bas âge et leur dire que nous sommes tous égaux : on nait tous un jour et on meurt tous un jour.

 

Un grand Merci à Prudence d’avoir contribuer chaleureusement à #100jours100sourires.

Et Merci à tout ceux qui m’ont dit non, qui ont participé à l’élargissement de mon champ de conscience, m’ont aidé à dépasser ma peur de l’inconnu, ainsi qu’à décupler ma créativité.

On se retrouve demain pour de nouvelles Aventures !!!

De nouveaux ateliers de photographie intuitive se préparent à Nantes pour 2017 :

A suivre => samedi 21 janvier à Paris

Nouveautés 2017 :

  • Ateliers spécialement dédiés aux femmes (et pourquoi pas pour les hommes … même si ça a encore besoin de mûrir un peu 😉 )

  • Ateliers pour les artistes, artisans, créateurs …

(j’en parle bientôt)

Le blog du Pink Power Tour a migré par ici depuis quelques jours … je profite de cette fin d’année pour restructurer le site, afin que tout le monde s’y retrouve. Step by step 🙂

La 1ère newsletter mensuelle sera envoyé le 2 janvier 2017 ! Pour t’abonner, c’est par ici.

28 Déc

#100jours100sourires : David

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 1 Commentaire

Après un week-end hors de festivités, retour dans « le monde réel » où je trouve les gens bien tristes :'(

Ai-je cette part de tristesse en moi ? C’est possible … En réalité, les fêtes de fin d’année ne sont pas mes moments préférés de l’année mais je me soigne 😀

Hier, j’ai eu deux fois l’occasion de me « confronter » au monde extérieur.

1er essai non concluant, je n’ai abordé personne et je n’avais pas tellement envie de me forcer.

2ème round, à la lumière de la fin de journée, j’avais envie de parler à personne. Ce n’est pas que j’aime pas les gens, bien au contraire ! Mais tu sais ce que c’est, les petites peurs qui reviennent au galop : la peur du rejet, la peur de déranger, la peur de l’inconnu …

Soudain, j’ai vu une jeune fille et j’ai eu envie de l’aborder, mais elle marchait tellement vite que je n’ai jamais réussi à la rattraper. Il aurait fallu que je pique un sprint !

Toujours est-il que grâce à elle, j’ai changé ma trajectoire et j’ai été attirée par un joyeux bonnet fluo 🙂

C’est à ce moment que j’ai rencontré David ! Il était habillé en vêtement de sport, il faisait ses étirements en musique. Après quelques secondes d’hésitation (toujours cette peur de déranger…), je me suis jetée à l’eau et c’est avec grand plaisir qu’il a dit un grand oui à #100jours100sourires 🙂 🙂 🙂

 

David pense que pour être heureux dans la vie, il faut avoir une passion !

La sienne est la course à pied. David prépare des marathons !

  • Ça fait partie de ma vie ! La course à pied, une fois qu’on est dedans, on ne sait plus en ressortir ! Même blessé, on va courir ! A partir du moment où l’on aime faire quelque chose, que ce soit la course à pied comme moi ou autre chose, on vit que pour ça. Dans ma tête, je ne pense qu’à la course à pied.

David a une femme, une vie de famille et un travail. Pour lui, la course à pied, c’est comme un deuxième métier, qui participe à son équilibre.

  • Je m’entraine quasiment tous les jours pour préparer un marathon en moins de 3 heures. C’est ma raison de vivre !

  • Il y a des coureurs qui courent à 5 heures du matin ! Pourquoi aller courir à 5h du matin ? C’est bien la preuve que c’est une passion. On est imprégné de la course à pied, on ne sait plus en sortir. Quand je commence le travail à minuit, j’en vois courir à 23H15 ! Quelle idée d’aller courir à 23H15 ! Chacun fait en fonction de ses contraintes horaires, son travail, sa vie de famille.

Nous abordons évidemment la notion de courage, puisqu’à mon sens, il faut quand même être très courageux pour aller courir à n’importe quelle heure et par tous les temps !

 

  • Le courage vient avec la volonté. La volonté vient avec le plaisir ! Le plaisir s’installe quand on fait ce qu’on aime. C’est un enchainement. Tout simplement … Si vous aimez faire quelque chose, que c’est une passion, ce n’est pas une contrainte pour vous, c’est naturel.

  • Je travaille la nuit, je dors le matin. Je vais courir vers 16H30. Pour moi, ce n’est pas une contrainte. Même blessé, même avec une douleur, je vais m’entrainer !

David pense que tout est possible dans la vie avec de la volonté.

  • La volonté, il faut aller la chercher ! Il faut se forcer. L’être humain n’est pas fait pour courir tous les jours, il faut le savoir.

David a l’esprit compétiteur. A l’âge de 41 ans, il prépare le marathon de Paris qui a lieu en avril. Grâce au but qu’il s’est fixé, même s’il s’accorde deux jours de repos par semaine, il trouve toujours la force, le courage et l’énergie d’aller courir quoi qu’il arrive.

  • Je m’accroche à ça ! C’est mon objectif : Paris => 2H55. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, je vais m’entrainer ! C’est une passion. Et en même temps, on oublie les tracas du quotidien, la misère de la vie … C’est tout simple … Il y a des gens, c’est la pêche, d’autres, c’est aller au stade … Ils dépensent leur argent là-dedans. Moi, je le dépense dans la course à pied et en plus, je m’entretiens. J’ai tout gagné !

David pense que celui qui n’a pas de passion dans la vie doit vraiment se faire chier. Et je suis plutôt d’accord ! J’ai dû mal à conceptualiser qu’on puisse être passionné par rien du tout 🙁

  • Après, c’est une façon de vivre comme une autre, je ne juge pas. Mais bon, le gars qui fume toute la journée, qui ne mange pas sainement, qui ne fait pas attention à lui …

La façon de vivre de David est construite autour de la course à pied.

  • C’est une drogue comme une autre, mais c’est une drogue naturelle 😉

Son plus grand rêve :

Le Marathon de New York !

  • En tant que coureur, c’est le rêve tout marathonien !

  • Après, le rêve dans la vie, ce serait de gagner au loto et de ne plus travailler. Ça, c’est le rêve de tout homme, de tout être humain …

« Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. » – Confucius

 

Avec autant de courage et de détermination, je suis certaine que David va accéder à son rêve new-yorkais ! Je n’en doute même pas une seconde !

Ça m’a filé une de ses pêches d’échanger avec lui. Ça me donnerait presque envie d’aller courir, tellement il a communiqué sa passion avec tant de vérité :O 

MERCI MERCI MERCI <3 <3 <3


On se retrouve demain pour de nouvelles Aventures !!!

De nouveaux ateliers de photographie intuitive se préparent à Nantes pour 2017 :

A suivre => samedi 21 janvier à Paris

Nouveautés 2017 :

  • Ateliers spécialement dédiés aux femmes

  • Ateliers pour les artistes, artisans, créateurs …

(j’en parle bientôt)

Le blog du Pink Power Tour a migré par ici depuis quelques jours … je profite de cette fin d’année pour restructurer le site, afin que tout le monde s’y retrouve. Step by step 🙂

La 1ère newsletter mensuelle sera envoyé le 2 janvier 2017 ! Pour t’abonner, c’est par ici.

C’est tout pour le moment, la suite au prochain épisode 🙂

22 Déc

#100jours100sourires : Koceila

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 2 Commentaires

Voilà quelques jours que je n’ai pas posté de portrait #100jours100sourires par ici 🙂

Je pensais me mettre en pause ce week-end. Finalement, j’ai quand même tenté ma chance samedi dernier en allant acheter mes fruits et légumes. J’ai rencontré un monsieur, agent immobilier, un échange un peu furtif mais plutôt agréable. Il ne souhaitait pas apparaitre sur internet, ce que je peux concevoir. Ça n’enlève rien à la valeur des liens humains qui se créés à travers ce projet.

Au retour, j’ai traversé un parking de supermarché et j’ai pris conscience que c’était l’angoisse totale pour moi, d’aborder des gens dans ce contexte. Je voyais les gens pressés dans tous les sens avec leur caddie. Je comprend pourquoi je ‘boycotte » les supermarchés …

Bref, je n’ai pas du tout réussi à aborder qui que ce soit, j’étais tétanisée :O  Ce sont des choses qui arrivent 🙂 Ce n’est pas pour autant qu’il faille baisser les bras.

A deux pas de chez moi, je croise un monsieur alors j’y vais. Il ne souhaitait pas non plus apparaitre sur les réseaux. Ça arrive. Je suis tout de même contente d’avoir osé, même si notre échange fut très furtif.

Un bonjour et un sourire, c’est déjà beaucoup et ça peut illuminer la journée d’une personne. Ça parait insignifiant, et pourtant c’est précieux dans ce monde à 1000 à l’heure où nous nous croisons tous en se regardant à peine.

Dimanche, je crois bien que je n’ai pas mis le nez dehors. C’est rare. Pourtant, c’est le coeur en joie que j’ai mis en ligne l’interview portrait d’Artiste de Mimi The Clown <3 <3 <3

Si tu ne l’as pas encore lu et/ou écouté, c’est par ici : Mimi The Clown et si on riait un peu ?

Lundi, c’est dans un restaurant que j’ai abordé un monsieur. Il ne souhaitait pas être photographié, ni apparaitre sur Internet (t’as l’impression que je radote là ?) Cependant, je me souviens de son regard. Un regard admiratif et rempli de gratitude. J’ai vraiment été touchée. Il m’a encouragée à poursuivre ce projet. Il m’a même proposé de manger avec lui, mais j’attendais le groupe des Entrepreneures en Nord, alors j’ai décliné.

Je suis reconnaissante pour ce moment.

Mardi, j’ai lâché mon appareil photo et mon dictaphone pour la journée. Je me suis offerte une plante rouge flamboyante. J’ai lâché prise, c’est comme ça qu’on dit je crois. Et plein d’idées se sont structurées pour les nouveaux ateliers que je souhaite mettre en place l’année prochaine.

Je pensais attendre janvier pour migrer mon dernier blog sur mon site. Et hier, ça m’a pris. Il fallait que je le fasse MAINTENANT.

Tu sais, ces moments où tu sais que c’est comme ça que ça doit être.

Alors, je l’ai fait. Et apparemment, tout s’est bien déroulé.

Il me reste encore quelques détails à régler mais ça y est, c’est officiel. Je me rassemble, je rassemble toutes mes facettes. J’étais flippée ! J’avais l’impression que je mettais toute nue devant le monde entier.

Ça parait peut-être ridicule mais se montrer tel que l’on est dans toutes nos dimensions, des fois ça fout les chocottes quand même ! Avouons-le !

Une fois ce travail accompli, il fallait vraiment que j’aille prendre l’air ! J’ai pris mon appareil photo en bandoulière, mon dictaphone dans ma poche, mon courage dans une main et ma détermination dans l’autre. Je sentais que j’allais rencontrer quelqu’un de bien. J’en étais persuadée. J’ai marché intuitivement sans trop réfléchir. Rien que ça, ça fait du bien.

J’ai aperçu un homme au loin avec sa capuche sur la tête. Ma première impression était qu’il devait être là pour se ressourcer. C’était près d’un cours d’eau. Après, mon mental m’a quand même dit : « Fais attention, regarde quand même la tête qu’il a, s’il a pas l’air trop bizarre ». N’importe quoi ! Ma première intuition était très bonne alors je l’ai écouté et j’y suis allée ! Victoire !!!

J’ai rencontré Koceila, qui était venu ici pour se ressourcer. Il était un peu triste et tracassé. Pourtant, dès le début de notre conversation, il adhère totalement au projet. Je lui mentionne mes refus de ces derniers jours et il me dit qu’il ne faut pas s’arrêter quand les portes se referment, qu’il faut essayer d’en ouvrir d’autres. Ça commence bien !  Je sens qu’il va y avoir un super message à faire passer là !

Les choses simples comme la famille, les relations humaines, faire ce qu’on aime, jouer au foot, conduire une voiture, aller à la plage, bronzer au soleil, se balader autour d’un lac … contribuent au bonheur de Koceila.

  • Après, il y a le côté financier qui aide un peu et qui égaye tout ça. Mais c’est ça, ce sont des choses simples.

Koceila me parle d’une grande étude que l’Institut Harvard à mener durant 75 ans, sur la question centrale : « Qu’est-ce qui fait votre bonheur ? ». 100 personnes, ainsi que leur famille, ont été suivi par des médecins, des psychologues …

  • Ils en sont arrivés à la conclusion que le bonheur se traduit par le contact humain, les liens familiaux. Toutes les personnes qui ont réussi à garder des liens humains et entretenir des relations enrichissantes, ce sont des personnes qui sont décédées plus tard que les autres, qui étaient plus heureuses dans leur vie, que des personnes qui ont tout le temps suivi uniquement la richesse financière par exemple. C’est une étude que j’ai lu récemment. Elle correspond à votre thème et je pense qu’elle va vraiment vous intéresser.

Quel cadeau !!! Je remercie sincèrement Koceila de m’avoir partager cette jolie pépite.  J’ai trouvé de Robert Waldinger, directeur de cette fameuse étude, que j’invite quiconque qui se sent appeler par ce sujet, à l’écouter.

Je partage le lien juste ici : « Qu’est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le bonheur ».

Je suis super heureuse de ce partage. Quand on écoute son intuition, quand on ne se laisse pas abattre, quand on ne se laisse pas dominer par ses peurs, que de cadeaux magiques, nous recevons ! MERCI <3 <3 <3

  • La famille a toujours été quelque chose de très important pour moi. Quand il y a des échecs au niveau professionnel ou autre, on revient toujours vers la famille. C’est un lien très important, c’est un environnement qui nous protège beaucoup, qui nous permet de reprendre des forces et de l’énergie. Et repartir de plus belle, après !

  • La vie, les expériences nous forgent. Les échecs et les réussites nous forgent aussi. C’est un parcours qui fait, qu’à la fin, on prend conscience de l’essentiel.

Koceila pense que tout est possible dans la vie.

  • Il y a beaucoup de personnes qui sont parties de rien, et qui ont réalisé des choses, qui ont réalisé des rêves. Steve Jobs, par exemple, et beaucoup d’autres… ils sont partis de rien …

Je demande à Koceila, une de ces dernières peurs qu’il aurait transcendé dans sa vie et qui lui a apporté quelque chose de positif après.

  • La peur des limites. Par exemple, le fait d’intégrer une grande entreprise ou une grande école.

Koceila a fait de grandes études de mathématique et dans le domaine financier.

  • On se demande si on va y arriver … Et le fait d’y aller, d’être bercé dedans, d’avoir de la volonté, de travailler, persévérer, nous forge et nous fait dépasser cette peur. Surtout quand on réussit derrière ! C’est super bénéfique ! Ce que je vous partage, ça fait partie de mon expérience. Des expériences qui forgent …

Le plus grand rêve de Koceila :

  • Mon plus grand rêve ! Très bonne question, je n’y ai pas encore pensé ! (rires)

  • Tout simplement, c’est un rêve plutôt humble, ce serait de construire une famille, d’avoir de beaux enfants, les voir réussir et vivre dignement.

  • Ça peut vous sembler anodin, mais c’est un rêve que tout le monde espère … ça serait déjà pas mal de réaliser tout ça.

Je souhaite de tout mon cœur à Koceila de réaliser son rêve, puisque le credo que Tout est Possible existe, je n’en doute pas une seconde, qu’il construira une belle famille avec de vraies valeurs.

Waw ! Des rencontres comme ça, ça remplit le cœur, n’est-ce pas ?

Si toi aussi, tu as envie d’inspirer un peu de bonheur dans ce monde, partage ce portrait si ça te chante, garde le sourire et dis bonjour. Et même si ça te parait pas grand chose, sache que chaque petite action positive contribue à rendre le monde meilleur.
17 Déc

#100jours100sourires : Debruyne

Marie Guibouin / 100 jours 100 sourires, Blog, Défis / / 4 Commentaires

Après un premier refus, dans le style : « Ça m’intéresse pas !!! », je ne me suis pas laissée abattre. Je prends conscience que ça fait partie du jeu. Comme je dis souvent dans mes articles, on peut pas faire l’unanimité, on peut juste faire notre part et agir pour ce en quoi l’on croit profondément.

Je crois en la Beauté de ce Monde et je crois que chaque Être Humain, c’est de l’Or en Barre dont la lumière ne demande qu’à se révéler.

Et si je fais le bilan, je rencontre de plus en plus de gens ouverts d’esprit et acteurs du changement positif dans ce monde 🙂

Il paraitrait que l’on attire à soi les personnes qui nous ressemblent, les gens qui sont dans la même vibe que nous. D’ailleurs si tu es en train de lire cet article, c’est que toi aussi tu crois qu’un monde meilleur est possible. Je crois profondément que tout est possible et que nous sommes tous acteurs du changement, comme des maillons d’une chaîne humaine géante dont nous tissons les liens ensemble. 

Donc, après ce premier refus, j’ai aperçu au loin un homme qui riait avec son fils.

J’ai trouvé ça beau 🙂

J’ai rencontré Debruyne, qui aurait beaucoup aimé contribuer mais qui était assez pressé, alors je lui ai proposé de marcher avec lui. Et même si notre échange fut très court, je suis très heureuse d’avoir croisé sa route.

C’est son fils, Tao, qui contribue au plus grand bonheur de Debruyne. Et ça se voit !

Tao, magnifique ! Ce n’est pas très courant comme prénom et j’adooorrreee !!! Ça me parle énormément 🙂

  • Ça veut dire le destin, la route du destin. Je crois au destin parce que moi et sa maman, c’était le destin quand on s’est rencontré ! C’est pour ça que nous avons appelé notre fils Tao.

Le destin, la destinée, ces mots résonnent encore dans ma tête. Je suis convaincue que c’est ce que je devais entendre à cet instant.

Debruyne pense que tout est possible dans la vie si on y met tous du sien.

 

Son plus grand rêve :

 

  • VOYAGER

 

  • Mais il faut de l’argent pour ça …

  • J’ai déjà voyagé mais il y a des pays que j’aimerais bien faire : l’Australie, l’Afrique …

 

Il y a énormément d’alternatives pour voyager même avec très peu de moyens. Des tas de gens en sont l’exemple. Je souhaite de tout mon cœur à Debruyne de réaliser son rêve et d’inspirer son fils, sa compagne et tous les gens qu’ils croisent sur son chemin. 

Et si notre rencontre était un signe du destin pour créer un déclic ? 😉

 

Un mot de la fin à partager au monde ?

  • Quand on me pose des questions comme ça, il faut y réfléchir quand même … (rires) Dans tout le monde, qu’il n’y ait plus de guerres, que tout le monde s’entendent bien.

  • Et Vive la Vie tout simplement…

 

Toutes ces rencontres sur ma route ne sont pas anodines. Même si souvent, elles ne durent que quelques minutes, je suis convaincue qu’elles ne sont pas le fruit du hasard. Je suis convaincue que tout est en nous, que nous sommes tous capable d’œuvrer pour un monde meilleur. En agissant aujourd’hui, nous créons le monde de demain, un monde des possibles qui ouvre un champ de possibilités infinies !!!

 

MERCI <3 <3 <3