Catégorie : Blog

18 Sep

Quand tu crois être un OVNI …

Marie Guibouin / Blog / / 1 Commentaire

Quand tu crois être un « Ovni » dans ton activité, que tu as l’impression de patauger tout(e) seul(e) dans ta semoule et que personne ne comprend ce que tu fabriques, surtout, ne t’arrête pas en si bon chemin !

Déjà, tu ne peux pas dire que personne ne comprend ce que tu fais, car il y a plein de monde qui s’intéresse à ton travail, même si la plupart sont silencieux. Je sais que dans « personne », tu parles de ton entourage qui t’observe de loin en attendant que tu glisses sur une peau de banane ou en espérant secrètement que ça marche pour toi même s’ils ne cernent pas bien le concept.

Tu en as par-dessus la tête que l’on te dise « ça va, t’as des clients ? », « mais tu fais quoi exactement ? », « mais c’est pas vraiment un boulot, tu as l’air d’être passionné(e), c’est plutôt un hobbie », « non mais un vrai boulot, c’est aller au bureau de telle heure à telle heure, avoir un salaire à la fin du mois et voilà. Tout le reste c’est dans la catégorie : loisirs », « je ne vois vraiment pas l’intérêt de passer 4 heures à écrire un article alors que tu gagnes pas d’argent à faire ça… »

Bon, là, tu as juste envie de tous les étrangler mais tu essaies de garder ton calme, quoi qu’il arrive. « Ne pas prendre les choses personnellement » dit un des 4 accords toltèques. Alors, arrête-toi un instant, respire et sens ce qui est bon pour toi. Au-delà des apparences… Au-delà du regard des autres …

Peu importe si tu es incompris(e) par la majorité. Qui a dit que la majorité avait raison ?

Si tu te sens porté(e) par ce que tu crées, si tu sens que ça t’appelle, même si tu ne sais pas très bien pourquoi, continue. Si tes décisions sont parfois (hum … souvent illogiques), t’occupe pas du regard et des réflexions des gens qui te tirent vers le bas.

KEEP CALM

Apprends à faire le calme en toi. C’est la Base. Plus tu seras calme à l’intérieur de toi, plus tu seras solide et ancré(e). Les remarques et les peurs que te renverra le monde extérieur rebondiront sur ton bouclier de feu et retourneront chez leurs propriétaires.

Qui est-ce que tu décides d’écouter ?

Toi, tes aspirations, ton intuition et ta propre boussole intérieure ou les autres qui t’empêchent d’avancer ?

Qui choisis-tu d’écouter à partir de maintenant ?

……………………………………………………………………………………………………………………..

Cet article aura sûrement une suite plus tard (ou pas …)

Je te laisse à cette réflexion.

Prends soin de toi et prends le temps de vivre.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

#CarnetAddict

#MugAddict

#iPhoneAddict

14 Sep

La photographie comme voie de guérison

Marie Guibouin / Blog / / 7 Commentaires

Ça fait presque 24H que ce titre résonne dans ma tête ! La photographie comme voie de guérison… Un part de moi trouve cela bien prétentieux d’Oser écrire ces mots. Une autre part de moi que j’appellerais … l’Essence… ne voit pas le problème. Elle me dit « écrit ! c’est ta mission ! Tu dois écrire ! » Je me sens émue. Mes larmes pourraient presque couler. Je ne comprends pas bien ce qui se passe.

La photographie comme voie de guérison ? Elle me raconte quoi là ? Je ne vais pas guérir les gens avec un appareil photo ! C’est du délire ! En fait, j’ai l’impression que je viens de me prendre un truc en pleine poire ! Comme si tout ce que je ne voulais pas voir, se présentait à moi, là, maintenant, comme une évidence.

J’ai souvent cru que je n’étais pas légitime. Après, je me suis qualifiée de « bizarre » à presque devoir justifier pourquoi je fais ceci ou cela. Alors que je n’avais pas besoin. J’avais juste à Être et faire les choses comme je le sentais au moment où je le sentais. Dès que les choses me paraissaient trop faciles, je m’inventais des obstacles, je me répétais sans cesse que je n’étais pas assez, que ça ne pouvait pas être aussi simple. Je me compliquais la vie pour … rentrer dans la norme, quelque part… Sauf que, ça n’a aucun sens ! La norme par rapport à qui ? La norme par rapport à quoi ?

Je ne pouvais pas « réussir ma vie » facilement alors que mon entourage galérait. Ça veut dire quoi « réussir sa vie » d’abord ?

Alors, je me suis attirée des relations « amoureuses » dénuées de sens, parce que de toute façon « les hommes sont tous des cons » et que « l’Amour, c’est compliqué ». Puis un jour, j’ai pris une décision. J’ai décidé que ce n’est pas ce genre de relation que je voulais dans ma vie. Et j’ai rencontré l’homme avec qui je partage ma vie depuis presque 2 ans. C’est tellement simple, évident et profond à la fois. On m’avait pas dit que c’était possible de s’aimer à deux et de se sentir libre à la fois <3 <3 <3

Je ne sais pas où tu en es dans ta vie, mais franchement, si tu es dans une relation « à la con », c’est que tu l’as bien voulu ! Et si cette phrase t’énerve, barre-toi. Si tu n’en peux plus, que tu crois que tu n’as pas le choix ou que tu te demandes comment tu vas t’en sortir sans lui/elle, barre-toi ! Bref, je m’égare complètement du sujet. Je ne sais pas du tout pourquoi je me mets à parler de ça.

« Réussir sa vie » dans l’inconscient collectif : avoir un bon travail, se marier, acheter une maison et faire des enfants.

Pourquoi pas ? Mais, y’a pas un truc qui te dérange dans le tableau ?

A aucun moment n’apparait « être heureux », « se sentir bien », « être épanouie » …

Ça ne devrait pas être ça la priorité ?

Avant, je croyais qu’il fallait travailler très dur et galérer financièrement. Je croyais que c’était ça, la norme de la vie. Et ça avait l’air de déranger personne …

Je ne comprends toujours pas pourquoi je raconte tout ça, alors qu’à la base, le titre de cet article est :

La photographie comme voie de guérison …

Oh ! Punaise ! Ok ! J’ai compris.

C’est lorsque la photographie est entrée dans ma vie que j’ai commencé à voir les choses autrement. Ça y est ! On y vient …

J’ai toujours été fascinée par la photographie. Quand j’étais gamine, on m’appelait la paparazzi ! Mais c’était pour m’amuser. J’aimais bien tout photographier. C’était un jeu, c’était pour « passer le temps… » Bien qu’au fur et à mesure, je prenais ça très au sérieux. Je me souviens lorsque j’ai eu mon premier appareil qui pouvait faire des formats différents. On pouvait même faire des photos panoramiques sur pellicule ! C’était la Révolution pour moi ! En plus j’étais trop fière. Les autres gens ne faisaient pas des photos comme ça. J’étais jeune hein ! Ah ! l’innocence de la jeunesse … On devrait y revenir de temps en temps, ça nous détendrait un peu de nous lâcher la grappe !

Bien que la photographie me fascinait, je ne pensais pas à en faire mon métier. Ça avait l’air d’être tellement réservé à une Elite que l’idée ne m’a même pas effleuré l’Esprit. Les seules fois où j’avais rencontré un photographe, c’était pour les photos de classe à l’école. Autant dire que ça ne me vendait pas du rêve. Il y avait les photographes qui font des photos à la chaine toute la journée en restant à la même place et les autres dont leur rôle me paraissaient si abstrait et hors de ma portée. Ah ! Et il y avait aussi ceux chez qui on amenait les pellicules à développer, quoi qu’après on pouvait emmener ses pellicules à Super U. Tout ça, c’est un peu flou dans la tête d’une gamine de 10 ans.

C’est à l’âge de 25 ans, que j’ai acheté mon premier appareil photo avec mes sous à moi 😀

Un Nikon D90. Il venait de sortir et je voulais celui-là absolument ! Ne me demande pas pourquoi … A l’époque, c’était celui qui était juste avant la gamme professionnelle. J’aurais clairement pu me contenter de moins « performant » pour l’usage que j’en aurais, mais je voulais lui alors je l’ai eu. En plus, d’une manière tellement un probable ! C’était un 2 janvier, je m’en souviens comme si c’était hier. J’avais pris mon samedi (fait rarissime quand on exerce le métier de coiffeuse). Je me suis rendue à la boutique qui vendait des appareils photo pour les pros (je ne suis pas allée n’importe où en fait …). A la base, j’y allais simplement me renseigner même si j’avais fait le tour de la question en long, en large et en travers sur le web ! Je n’y allais pas dans le but d’acheter mon « petit bijou » le jour même. Une fois mes renseignements pris, je pars en disant au vendeur que je vais réfléchir car il y a quand même un gros écart de prix entre ce qu’il me propose et le tarif que j’ai vu sur internet. Et soudain … Tadaaaammm !!! Alors que je grimpe sur ma moto rose, un homme court dans ma direction et s’arrête devant moi en disant : « je vous le fait au prix que vous avez vu sur internet ! » C’était le responsable de la boutique. J’ai trouvé ça tellement improbable que j’ai dit oui ! (euh … je peux payer en 3 fois ?) 950€, c’était un beau budget à l’époque, pour un objet censé être destiné à un simple « loisir ».

Cette acquisition matérielle a eu beaucoup plus d’impact dans ma vie que ce que j’aurais pu imaginer. J’ai commencé à bidouiller, à faire plein de recherches sur « comment marche ce truc ultra méga sophistiqué? ». C’était un autre monde, moi qui n’avait connu que les compacts qui mettent au moins 3 secondes avant de prendre la photo que je veux ! Grrr !!! Là, c’était carrément de la magie. J’appuyais sur le bouton et hop ! La photo était dans la boite instantanément ! En vrai, c’était un peu plus complexe que ça parce qu’il fallait que je comprenne tous les réglages du bazar. Alors, j’ai testé. Je ne saurais dire combien de milliers de photos mon boitier a connu …

Un an plus tard, je l’emmenais en vacances, dans mon périple seule en montagne. Le voyage qui a changé le cours de mon existence…

Et encore un an plus tard, à l’aube de mes 27 ans, je quittais le salariat, ma petite vie bien stable et prévisible, pour m’expatrier dans le Nord de la France où je ne connaissais absolument personne !

Un an d’école de maquillage plus tard, la voie de l’indépendance s’ouvrait à moi. Lorsque j’intervenais pour des prestations de coiffure et maquillage dans les studios photos et les plateaux de tournage, je découvrais un autre monde. Un monde où l’on s’appliquait à montrer le beau avec tant d’artifices et de codes bien définis. J’ai aimé ça, j’ai trouvé ça beau et j’ai contribué à mettre en lumière des centaines de scénarios bien ficelés.

Puis un jour je me suis réveillée avec l’envie de faire autrement, de donner du sens, de la profondeur et de l’authenticité. Mais j’étais qui pour me déclarer photographe alors que ces autres avaient l’air bien plus professionnels que moi. Et puis j’allais faire quoi avec mon pov’ D90. Oui, il paraissait ridicule mon merveilleux bijou pour lequel j’avais casser ma tirelire quelques années auparavant, aux yeux du matériel dernier cri qu’utilisait la plupart des photographes avec qui je travaillais !

Je ne serais jamais photographe de ma vie ! A moins de gagner au loto ! Et si en plus, j’ai besoin d’autant de valises de kits d’éclairage et autres gadgets en tout genre ! Définitivement, je peux faire une croix dessus ! (petite précision : je ne suis pas en train de dénigrer le matériel photo, je décris juste les faits tels que je les ai ressenti à l’époque)

Ensuite, il y a eu le Tour de Nantes en 80 jours, qui a changé le cours de mon existence. J’ai débarqué aux Machines de l’Ile de Nantes animée par mon projet, de tout mon cœur et de toute mon Âme. Et l’on m’a donné Carte Blanche ! Carte Blanche à moi, toute petite que je croyais être, sans aucune « référence photographique », sans diplôme, sans preuves de ma soit-disant capacité à organiser un projet de A à Z !

Et pourtant ! Je l’ai fait !

Comment ai-je rendu Cela possible ? Pourquoi et comment tout s’est organisé autour de moi pour que ça fonctionne ? Est-ce « légal » de mener un projet uniquement portée par le cœur, l’intuition et l’envie de bouger les choses ? Ça pouvait vraiment être aussi simple que Cela ? Étais-je vraiment légitime ? Je ne voulais prendre la place de personne. J’avais juste envie de créer un projet porteur de sens. Et ça a marché ! J’ai reçu le plus beau des cadeaux, le jour de mes 30 ans : ma première exposition photographique !

Comment continuer comme « avant » après une telle expérience en immersion dans un autre monde pendant 80 jours ? D’autant plus que je n’avais pas d’explication rationnelle à ce qui venait de se passer. Peut-être que de l’extérieur, tout cela est apparu comme étant super ultra méga organisé alors qu’en vrai, tout s’est mis en place au jour le jour, seconde après seconde, un pas après l’autre. Ce n’est pas crédible ! Je ne vais quand même pas me proclamer photographe et dire à des gens : « rassurez-vous ça va le faire, je fais tout à l’intuition ! » La bonne blague ! On va me prendre pour une allumée !

Alors tout ça, ça a pris du temps. Déjà, il m’a fallu intégrer tout ce qui venait de se passer. De plus, retravailler dans la publicité et le cinéma, comme « avant », ça n’avait plus aucun sens pour moi. Je n’avais plus envie de ça. Mais on va me prendre pour une girouette ! Une fille qui ne sait pas ce qu’elle veut, qui change d’avis tout le temps ! C’est fou, le nombre de scénario que l’Être Humain est capable de se mettre en tête ! Nous sommes bourrés d’imagination quand il s’agit de penser à la place des autres !

Début 2015, alors que je déprimais, je me demandais bien comment j’allais pouvoir me reconnecter à la Beauté. La Beauté, la vraie. Alors, j’ai repris mon appareil photo, tant bien que mal, dans l’idée de photographier des gens qui sourit. Sauf que… tout le monde faisait la gueule ! Super :/ J’avais l’impression de voir des morts vivants défiler dans les rues, sans se poser de questions, avec le poids du monde sur leurs épaules ! La belle affaire ! J’avais envie de les secouer comme des pruniers ! J’étais triste et en colère à la fois, sans compter que les publicités placardées un peu partout m’agaçait royalement, à coup de bouteilles d’alcool géante et de burgers dégoulinants avec la magnifique mention qui allait bien « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé (mais achetez-en quand même) » ou encore « pour votre santé, ne mangez pas trop gras, ni trop salé, ni trop sucré (mais venez quand même manger dans un fast-food) ». Ce dont je n’avais pas conscience, c’est que ce que je voyais autour de moi reflétait simplement mon état. J’étais triste et morose alors je voyais la tristesse autour de moi.

Alors un matin de printemps, je me suis demandée : « si je me connectais à l’Amour, je verrais quoi ? » et voilà ce qui s’est passé :

Mon « état » pouvait donc impacter sur ce que je voyais autour de moi ? Ce sur quoi je focalise, se manifeste devant mes yeux ?

Les participants des ateliers d’initiation à la photographie intuitive que j’ai lancé en 2016 ne me diront pas le contraire 😉

Ah ! La photographie intuitive ! Parlons-en ! Ça aussi, ça m’a pris du temps avant d’oser en parler. Plus d’un an à m’auto-analyser, à comprendre quel était ma démarche, ma manière de regarder les choses et les gens … Il se passe quoi dans mon cerveau ? A moins que ça ne passe pas par le cerveau ? Il se passe quoi quand je photographie ? Ah oui ! C’est vrai que le monde pourrait s’écrouler autour que je ne verrais rien, tellement je suis dans ma bulle. Ça veut dire quoi alors ? Autre chose, ça m’apaise et je me sens connectée ! Je me sens dans un état méditatif en fait ! Comme je le dis et le ressens avec mes clients aujourd’hui, à un moment, il y a une faille temporelle. Il se passe ce « truc » impalpable, inexplicable, qui fait que l’Âme agit opère …

La photographie intuitive changerait la manière dont nous percevons le monde ?

La photographie intuitive ne passe pas par la tête. C’est un processus basé sur le ressenti et évidemment l’intuition. C’est à la portée de tout le monde. Il suffit juste de t’arrêter un instant. S’arrêter et regarder. Et pas seulement regarder, voir surtout. Voir au-delà des apparences …

Qu’en est-il du regard que l’on porte sur soi ?

Il y a jamais eu autant de gens avides de reconnaissance à coup de selfies, de filtres instagram en attente de « likes ». Paradoxalement, il n’y a jamais eu autant de gens qui ne s’aiment pas en photo, qui ne s’aiment pas tout court, qui se trouvent toujours moins bien que leur voisin … :'( STOP !!!

Aujourd’hui, lorsqu’on vient me voir pour une séance et qu’on me dit : « je ne suis pas photogénique », « je suis toujours moche en photo », « j’ai toujours une sale tête », « je ne suis pas à l’aise si je sais qu’on me prend en photo », et j’en passe, je répond toujours : « ah ! Mais c’est génial ! » Ce qui surprend souvent, je l’avoue. Ou qui fait rire, ça dépend !

Je suis super contente, car grâce à mon expérience dans la publicité, j’ai vu  tout ce que je ne voulais absolument pas reproduire !!! Ô grand jamais ! « Mets-toi comme ci », « fais ceci, fais cela », « mets ta main sur la joue », « souris »,  « fais la gueule », etc … Au secours !!! Grâce aux ateliers d’initiation à la photographie intuitive, puis aux ateliers pour les femmes, j’ai peu à peu mis en place un « protocole » qui me permet de mettre mes clients à l’aise dans n’importe quelle situation. Et j’en suis super heureuse !

Mardi soir, je suis allée à une rencontre entre entrepreneurs et je crois que j’ai enfin compris que ma démarche n’était pas courante. C’est vrai que je ne suis pas partisane du rendement. Je l’ai trop subi à l’époque où j’étais coiffeuse je crois. Je percute vite et à la fois j’aime prendre le temps de découvrir la personne que je photographie. C’est là que je prends conscience que je suis une privilégiée, parce que mes clients sont vraiment géniaux ! Ils viennent vers moi car ils ont envie/besoin d’une image qui les représente vraiment. En ça, je leur en suis infiniment reconnaissante car ils ont compris tout le sens de ma démarche. Rien que ça, c’est le plus beau des cadeaux. Et je remercie la Vie de me permettre de créer Cela.

Waw ! Tout ce chemin accompli pour en arriver là où j’en suis aujourd’hui ! Je comprends l’importance des étapes et de tous les défis que la vie a mis sur mon chemin. Je ressens à quel point le message que je transmets et la mission que j’incarne est précieuse. Quand je dis que je révèle la Beauté et les Talents des Êtres que je rencontre sur mon chemin, je me sens vraiment alignée avec Cela. Comme si auparavant ce n’était qu’un rêve, un truc abstrait … alors qu’à présent, c’est bel et bien là. Quel Cadeau !

Et depuis quelques semaines, au delà de mettre en lumière la Beauté et les talents, je sens que quelque chose d’autre se trame. Quelque chose de l’ordre de la guérison, bien que je trouve le mot un peu fort. Mais c’est celui-ci qui est sorti. Ça a commencé avec ma cliente Mathilde qui m’a dit que je faisais de l’Art Thérapie ! Jamais je n’oserais m’approprier ce terme très « règlementé » et « codifié ».

Puis, il y eu cette femme qui m’a contacté pour un projet sur le rapport au corps. Et dans la même semaine, cette autre femme qui se reconnaitra, qui m’a contacté pour aider les femmes à s’accepter telles qu’elles sont.

Sans oublier ma petite sœur, pour qui j’ai fait des photos, nue, en pleine nature, pour la réconcilier avec son corps, durant son processus de guérison de l’anorexie (elle en a fait un article ici).

Quelque part, ça fait partie de ma mission de reconnecter les êtres à leur Beauté. Ça a toujours été là. Pourquoi j’ai commencé par la coiffure, puis le maquillage et maintenant la photographie ? Je crois bien qu’il n’y a pas de hasard là-dedans … Tout est lié. Et je ne parle pas uniquement de la Beauté extérieure, je parle aussi de la Beauté intérieure. Encore une fois : Tout est lié. L’invisible se manifeste dans le visible. C’est aussi simple que Cela.

Je me souviens aussi de ma cliente Stéphanie qui a témoigné du travail que nous avons fait ensemble : « Marie voit au-delà des apparences et pour un photographe, c’est une vraie qualité. »

C’est comme si je me réveillais d’un profond sommeil ou que j’avais de nouveaux yeux.

Hier soir, j’étais à une soirée avec des personnes qui comptent beaucoup pour moi. J’avais emmené un de mes oracles que j’aime beaucoup. L’Oracle du Peuple animal, d’Arnaud Riou. Juste avant, je venais de dire au groupe que ma mission ici est de révéler la Beauté et voir au delà des apparences … Quelques minutes plus tard, je fais tirer une carte à tout le monde. Et voilà que c’est le Paon qui se présente à moi :

 

« Offre au monde la Beauté de ton Âme ; c’est le plus beau cadeau que tu puisses faire à l’humanité. »

 

Ce fut un moment très fort et rempli d’émotions pour moi. Le Paon est un animal très symbolique qui ose briller et montrer sa propre Beauté au monde. Ce qui m’a frappé aussi, c’est sa couleur. Bleu, vert, turquoise… A l’heure où je suis en pleine mutation de couleur de cheveux pour aller progressivement vers le turquoise.

 

Je crois que c’est tout pour aujourd’hui. Il m’aura fallu une bonne partie de la journée pour accoucher de cet article. J’ai l’impression d’avoir accoucher d’un truc là ! Je sais pas exactement de quoi mais on dirait que quelque chose devait sortir. Quelque chose de très profond. Je ne vais pas me relire. Je repasserais sûrement plus tard corriger quelques fautes de frappe… ou pas…

Merci beaucoup de m’avoir lu jusqu’ici.

Si tu as aimé me lire, sache que j’entretiens une relation plus intimiste avec mes abonnés. Si tu as envie de faire partie du Cercle, inscris-toi à ma newsletter qui est beaucoup plus qu’une simple newsletter …

Si tu penses que quelqu’un a besoin de lire ceci, partage ce message.

Prends bien soin de toi et à bientôt !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

03 Sep

Un jour spécial

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Je me suis demandée si j’allais écrire ce week-end. Je me suis demandée si j’allais prendre le temps d’intégrer tout ce qui s’est passé pour moi ces trois dernières années. Je me suis demandée si j’allais garder Cela pour moi ou le partager. Depuis, l’envie d’écrire me taraude et ne me quitte pas, alors me voilà à t’écrire cette lettre aujourd’hui.

Il y a 3 ans, jour pour jour, je vivais une des plus belles expériences que la Vie m’offrait. Je ne réalisais pas vraiment. C’était bizarre. Ce fut si simple alors que le monde me criait que ça serait trop compliqué.

Le 2 septembre 2014, je proposais mon tout premier projet photographique dans un lieu que j’admirais tant ! Après un été où le monde me paraissait bien ralenti, cette date à jamais gravée en moi m’a fait faire un bond en avant qui m’a propulsée dans une Énergie de Feu que je ne soupçonnais même pas !!! Si tu me suis depuis longtemps, tu connais déjà l’histoire. J’ai proposé mon premier « vrai » projet photographique à la direction des Machines de l’Ile de Nantes et l’on m’a donné Carte Blanche ! Tu imagines un peu ? On a donné Carte Blanche à un p’tit bout de nana inconnu au bataillon, non diplômée en photographie, non expérimentée en gestion de projets … « juste » parce qu’elle était habitée par son projet !!!

Je mets « juste » entre guillemets, parce que j’ai un message pour toi.

Tu peux ne pas avoir le bon diplôme. Tu peux n’avoir aucune expérience. Tu peux n’avoir aucune référence d’entreprises prestigieuses. Si tu as l’élan, si tu te sens portée par ton projet, si tu y crois tellement que rien ni personne ne pourra t’arrêter, TU ES LÉGITIME. Je répète : TU es LÉGITIME.

 

J’insiste lourdement mais c’est tellement UN Portant !

Tu es LÉGITIME et tu as de la VALEUR.

 

Il y a 3 ans, je n’avais pas conscience de la Valeur que j’apportais. C’était une première pour moi. Il « fallait » que je fasse mes preuves. Il « fallait » que je « prouve » que j’en étais capable. Il « fallait » que je donne beaucoup ! Il « fallait » que ce soit « parfait ».

Personne ne m’a dit qu’il fallait quoi que ce soit, c’est moi qui me suis imposée Cela. Je me suis imposée beaucoup de choses. Personne ne m’a demandé de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Simplement, j’étais comme … habitée. Je ne saurais l’expliquer autrement.

La Vie m’a tellement apporté de signes sur un plateau d’argent. Franchement, des fois, je me demandais si j’étais vraiment toute seule. J’avais la sensation d’être guidée, accompagnée, par des forces … invisibles que je ne saurais décrire, sinon qu’elles étaient remplies d’Amour et de Bienveillance.

 

« Le Tour de Nantes en 80 jours » a changé le cours de mon existence.

 

Depuis ce projet, plus rien n’a jamais été comme « avant ». C’est à ce moment là que la photographie s’est réellement imposée à moi ! Comme s’il avait fallu un truc ÉNORME pour que je m’en rende compte ! J’ai déjà relaté ce projet en long en large et en travers alors je ne recommencerais pas ici ! Ça doit être pour ça que j’ai décidé d’écrire un livre l’année dernière à cette même date. Si tu as loupé un épisode, tu peux lire cet article : « Mon livre, cette Aventure !« . Et si tu as envie de recevoir des nouvelles des avancées de mon livre, tu peux t’inscrire gratuitement au cercle VIP des futurs lecteurs de ma vie d’écrivain en herbe !

Après ça, après ce projet magique, ce marathon de 80 jours, je me suis demandée si je pourrais faire mieux que ça. Après cette joie intense, cette adrénaline au maximum, ce cadeau magnifique que je me suis offert le jour de mes 30 ans, je me demandais bien ce qu’il pourrait y avoir de mieux que Cela ?

Après ça, je crois que j’ai vécu le « Bad de l’Artiste ». Le directeur des Machines de l’Ile m’avait dit : « maintenant, prends le temps de te reposer Marie ». Et moi, je n’ai pas vraiment écouté. Je pensais enchainer directement avec 1000 autres projets !

Sauf que … ça ne s’est pas du tout passé comme ça. Lorsque je suis rentrée à Lille, tout m’a paru bien fade, après avoir vécu quelque chose de si intense.

J’ai éteins mon téléphone une semaine. J’errais dans les rues et toutes les publicités me dégoûtaient : « Pour votre santé, ne manger pas trop salé, ni trop sucré » avec la photo d’un énorme hamburger – « La consommation d’alcool est dangereuse pour votre santé. »« Mangez 5 fruits et légumes par jour ». Et ça choque personne ??? J’avais l’impression d’être sur une autre planète !

Au sortir d’un projet où la création, l’authenticité, le partage, l’amour et la connexion entre les gens ont été au centre de mon action, j’avais bien du mal à revenir à certaines réalités de la vie ! Et par dessus tout, je trouvais les gens d’une tristesse … J’avais l’impression que tout le monde faisait la gueule :/

J’avais toujours des idées plein la tête mais plus l’énergie pour les mettre en œuvre. Le directeur des Machines avait raison. J’avais besoin de repos et je ne l’acceptais pas. Je voulais continuer à être à fond, à repartir sur d’autres projets à 15000 à l’heure !!! J’étais vidée tout autant que mon compte en banque parce que j’avais oublié de me payer. Grâce à ce projet ambitieux, j’ai créé 10 000€ de valeur et j’ai oublié de me servir au passage. Je n’ai aucun regret. Cette expérience a été tellement riche d’apprentissage. Mais tout de même, j’ai quelque chose à te dire.

Même si pour toi c’est la première fois. Même si tu n’as pas d’expérience dans le domaine dans lequel tu entreprends. Même si tu ne te sens pas légitime. Même si tu as peur que ça ne marche pas tout autant que tu auras peut-être peur que ça marche. Même si tu n’as pas pleinement conscience de la Valeur que tu apportes, ose te rémunérer au passage. J’avais pensé à tout. Demander des sous pour payer l’imprimeur, demander des sous pour la com, demander des sous pour les contreparties à envoyer aux personnes qui ont participé au financement participatif … et le soir du vernissage de ma première expo de toute ma vie, le jour de mes 30 ans, lorsque l’on m’a demandé si je vendais mes photos, j’ai répondu : « euh … non ». Et au bout de 15 personnes, j’ai dit : « euh … oui peut-être… » mais je n’ai pris les coordonnées de personne. J’étais un peu dépassée par les évènements. Tout le monde venait me parler. 200 personnes réunit dans la même pièce, 200 personnes qui s’arrêtaient les unes après les autres, comme hypnotisées par mes photos. Heureusement que mon amie Sophie a immortalisé l’évènement. Je crois que j’ai à peine eu le temps de comprendre ce qu’il se passait.

Aujourd’hui, je vends mes photos. Ça y est ! J’ai passé un cap ! Et si tu veux en acheter, rends toi sur ma boutique en ligne en cliquant ici :

Peut-être que de l’extérieur, tu as l’impression que je ne doute jamais et que je réussis tout ce que j’entreprends. Je ne suis pas meilleure que toi et je n’ai pas plus de valeur que toi. Il y a 3 ans, je ne savais pas que je serais là où j’en suis aujourd’hui. Je ne pensais même pas à t’écrire tout ça.

Il y a 3 ans, c’était le tout début de cette grande Aventure. Je n’avais même pas conscience qu’après ça, j’aurais eu besoin de temps pour me reconnecter à moi m’aime et prendre conscience de ma Valeur.

Aujourd’hui, je remarque que tout se déroule dans un timing parfait.

Cet été, la patience m’a titillée à nouveau. J’avais envie que tout aille vite alors que le monde était au ralenti. La patience est revenue me chercher pour que je travaille avec elle. Lorsque j’ai compris Cela, la sérénité m’a gagnée.

La vie est un jeu.

La vie est un formidable apprentissage.

Ne crois pas qu’un jour, c’est fini et que tu atteins l’état Ultime, l’état où tu n’as plus peur de rien, l’état où tu ne doutes jamais, l’état où tu es sûr de tout, tout le temps à 100%. A moins d’être un moine tibétain en haut d’une montagne … Et encore ? Je ne sais pas, il faudrait que j’en rencontre un en vrai pour savoir s’il atteint vraiment cet état de paix ultime pour de vrai !

Ce matin, j’ai regardé une vidéo de Margaux Klein : « Comment gérer l’échec et rebondir après un échec ? ». J’ai remarqué que nous avions une vision similaire de « l’échec ». Déjà, nous ne parlons pas d’échec à proprement parlé. Pour ma part, je n’utilise jamais ce mot. Je vois les ralentissements, les évènements qui ne se déroulent pas exactement tel que je le veux, comme de formidables opportunités de grandir, d’être plus créative, et surtout cela m’amuse de penser que c’est la Vie qui teste ma volonté, mon courage, ma confiance et ma persévérance. C’est comme une danse qui me rend plus créative et qui me fait passer par des chemins dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. 

 

Aujourd’hui, à l’heure où je t’écris, je me sens bien ! Je me sens vivante ! Je sens ma puissance de femme. Je sens que tout est possible ! Aussi, je comprends pourquoi j’ai crée DEVIENS QUI TU ES ! Jamais je n’aurais créé ce stage magique et puissant de transformation et reconnexion à soi, si je n’avais pas traversé tout ce que j’ai traversé.

 

Toi qui me lit, je ne sais pas dans quelle situation tu te trouves aujourd’hui.

Peut-être que tu incarnes pleinement ta mission de vie et que tu inspires le monde à faire de même.

Peut-être que tu as lu des tonnes de bouquins de développement personnel et/ou de spiritualité mais rien n’y fait ! Tu te retrouves dans ce que tu lis. Sur le coup, tu es content(e), ça te réconforte ! Et pourtant, rien ne change dans ta vie.

Peut-être que tu es dans un job qui ne te satisfait pas tellement, mais bon « c’est mieux que rien », songes-tu peut-être …

Peut-être que tu as créé ton entreprise et que tu n’as pas les clients que tu voudrais, que tu acceptes un peu tout ce qui se présente par peur de manquer. Tu sais, c’est triste, parce qu’en faisant ça tu ne laisses pas la place à ta créativité et aux beaux projets qui te font kiffer !

Peut-être que tu es salarié(e) et/ou que tu as ton entreprise et que tu kiffes à 2000% !!! Et tant mieux ! Inspire le monde à faire de même !

Peut-être que tu kiffes ton boulot et que côté vie perso, c’est un peu la loose (ou inversement) et tu te dis qu’on peut pas tout avoir dans la vie … What ??? Bien sûr que si !!! Pourquoi devrait-on choisir l’un ou l’autre ! Ça me rend triste que tu puisses penser Cela. Même si moi aussi, j’ai déjà pensé comme toi par le passé !

Quoi qu’il en soit, si tu te sens appelé(e) à rejoindre un groupe de participants qui aspirent à se reconnecter à qui ils sont vraiment, inscris-toi à DEVIENS QUI TU ES ! Je te promets que tu en ressortiras transformé(e) ! Si tu ressens l’appel, inscris-toi maintenant ! Je ne sais pas du tout quand est-ce que je reproposerais ce stage, ni si je le reproposerais tout court !

Aujourd’hui, je te donne rendez-vous les 22, 23 et 24 septembre 2017, dans un chalet magique au milieu des montagnes savoyardes ! Et si tu as envie de nous rejoindre de l’autre côté de l’Océan, ça se passe les 27, 28 et 29 octobre au Canada !

Si tu penses qu’une ou plusieurs personnes dans ton entourage proche ou moins proche, quelqu’un de ta famille, un ami, une amie, une personne dans ton réseau professionnel, un ou une inconnue qui est présent(e) sur la toile et qui suit ton actualité … pourrait se sentir appelé(e) par les Valeurs que j’incarne en proposant ce stage, je t’invite à devenir affilié(e) de cet évènement hors du temps …

Hum…Ok … mais concrètement, ça veut dire quoi devenir affilié(e) ?

Rassure-toi, ça ne veut pas dire que tu vas devoir t’investir et animer le stage avec moi !

Pour faire simple, en devenant affilié(e), tu es rémunéré(e) pour promouvoir et diffuser le stage dans ton réseau, à tes amis, tes voisins, ton chien, ton chat … euh non … c’est pas pour les animaux. Bref, tu me comprends 😀

A travers cette lettre, j’ai vraiment à cœur de créer un lien privilégié avec toi. D’ailleurs si tu es là, tu es vraiment un(e) super warrior car j’imagine que je ne suis pas toujours facile à suivre !

Que tu sois inscrit(e) ou non à DEVIENS QUI TU ES, tu peux devenir affilié(e) de l’évènement de manière simple et intuitive.

Tu es l’une des meilleures personnes pour en parler puisque tu me suis de près et j’imagine que si tu es là, tu dois percevoir dans quelle énergie je partage mon message.

Ta mission en tant qu’affilié(e) sera de promouvoir l’évènement dans ton réseau. A chaque personne inscrite via ton lien, tu recevras une commission.

Je trouve ce principe vraiment génial ! Ça ne te coûte rien et je sais que mon message sera communiqué de manière authentique et fluide. Ça me fait penser à une vague, une vibration … et je suis fascinée à l’idée que cette vibration arrive jusqu’à la personne qui se sentira appelé(e) à participer à DEVIENS QUI TU ES.

Je suis super heureuse à l’idée de partager ce week-end magique avec des participants motivés à prendre leur vie en main !

Pour t’inscrire gratuitement au programme d’affiliation, ça se passe par ici :

« Ne sous-estime pas la puissance de tes actions, ne sous-estime pas la grandeur de ton Âme, ne sous-estime pas le pouvoir de croissance de cette petite graine que tu sèmes à chacun de tes pas vers … Toi.
Même si tu crois que rien ne se passe. Même si tu crois que « ça » sert à rien. Même si tu crois que c’est inutile. Même si tu crois que « les gens » ne vont pas comprendre. Même si tu as parfois envie de baisser les bras, de tout arrêter, de t’auto-flageller … même si parfois tu doutes ou que tu as peur, sache que tu n’es pas seul(e). Si tu observes bien, si tu écoutes ce qui se passe à l’intérieur de Toi, tu n’es pas seul(e). La Vie, l’Univers, ton coeur, tes guides, tes « anges », appelle les Comme tu veux, sont là pour te soutenir Dans Ta mission d’Âme <3 <3 <3
Alors vis, rêve, ose & go ! »

Ne sous-estime pas la puissance de tes actions, ne sous-estime pas la grandeur de ton Âme, ne sous-estime pas le pouvoir de croissance de cette petite graine que tu sèmes à chacun de tes pas vers … Toi. Même si tu crois que rien ne se passe. Même si tu crois que "ça" sert à rien. Même si tu crois que c'est inutile. Même si tu crois que "les gens" ne vont pas comprendre. Même si tu as parfois envie de baisser les bras, de tout arrêter, de t'auto-flageller … même si parfois tu doutes ou que tu as peur, sache que tu n'es pas seul(e). Si tu observes bien, si tu écoutes ce qui se passe à l'intérieur de Toi, tu n'es pas seul(e). La Vie, l'Univers, ton coeur, tes guides, tes "anges", appelle les Comme tu veux, sont là pour te soutenir Dans Ta mission d'Âme <3 <3 <3 Alors vis, rêve, ose & go ! Et si tu te sens appelé(e) à rejoindre un groupe de personnes Dans La même vibe que Toi, inscris-toi à DEVIENS QUI TU ES. Deviens qui tu es, c'est un week-end Magique De transformation et de reconnexion à Toi m'aime, à travers la photographie intuitive, l'écriture inspirée, La créativité, l'expression de soi, La connexion à la Nature, La méditation, le silence, La parole, l'écoute, et de bien belles surprises !!! "Derrière la peur, l'Âme agit" Si ces quelques lignes font écho en Toi, inscris toi maintenant à DEVIENS QUI TU ES ! (Le lien est dans ma bio) DEVIENS QUI TU ES, Les 22,23 & 24 septembre en Haute-Savoie ou Les 27,28 & 29 octobre au Canada ! Et si tu as envie de promouvoir cet événement en devenant affilié, envoie moi un message privé et je te donnerais toutes les infos. Si tu as Des questions sur quoi que ce soit, je suis à ton écoute ! Good Vibesss for youuu !!! #goodvibesonly #deviensquitues #stage #developpementpersonnel #spirituality #spiritualité #hautesavoie #vacheresse #abondance #annecy #montreal #thurso #quebec #laconception #sharing #inspiring #grateful #merci #gratitude #photography #intuitivephotograhy #creativity #writing

A post shared by Marie Guibouin (@marieguibouin) on

A très bientôt pour de nouvelles Aventures ici ou ailleurs !

Je t’envoie plein de Good Vibesss pétillantes et colorées !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

Sylvie m'a invitée à parler de DEVIENS QUI TU ES ! sur sa Web TV !

29 Août

Oublie TOUT !

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Oublie TOUT !

Oublie tout ce que l’on t’a appris.

Oublie tout ce qu’on t’a dit de faire ou de ne pas faire.

Oublie tout ce que l’on t’a conseillé.

Oublie tous les compliments qu’on t’a fait.

Oublie toutes les critiques qu’on t’a fait.

Oublie tes souvenirs heureux ou malheureux.

Oublie tout ce en quoi tu crois.

Oublie tout ce en quoi tu ne crois pas.

Oublie qui tu es.

Oublie d’où tu viens.

Oublie ta famille.

Oublie tes amis.

Oublie tes ennemis.

Oublie les nouvelles technologies.

Oublie la mode.

Oublie TOUT !

Ça y est ! Tu es là, tout(e) nu(e), dans le noir…

Quand tu ouvriras les yeux, tout sera à construire.

Il n’y aura pas de bien ni de mal.

Tu seras en terrain neutre.

Toi seul(e) créera la Réalité que tu veux voir exister.

Oublie que tu sais marcher.

Oublie que tu sais rire et pleurer.

Oublie tous les livres que tu as lu. 

Ça y est, le grand jour est arrivé.

Prends le temps.

N’ouvre pas les yeux maintenant.

A partir du moment où tu ouvriras les yeux, toutes tes pensées deviendront réalité.

Soigne bien tes pensées.

Tu as le pouvoir de créer la Vie qui t’inspire à chaque instant.

Chacune de tes pensées créera la Réalité que tu veux voir exister.

Tu ne connais pas la peur ni le doute.

Tu ne connais pas l’angoisse ni la honte.

Tu ne connais pas le jugement et la critique.

Tout est simple. Tout est fluide.

A chaque instant où tu voudrais calmer le flot de tes pensées, tu fermeras les yeux et écouteras le Silence.

Tu as le temps.

Le Temps n’existe pas.

Tu peux tout Être. Tu peux tout faire.Tu peux tout créer.

Il n’y a pas de limites.

Soigne bien tes pensées et crée la plus belle des réalités.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences…

P.S. : je ne sais pas trop d’où sort ce texte, je crois que je vais le publier sans le relire … #Chelou
28 Août

Stop à l’autoflagellation !

Marie Guibouin / Blog / / 1 Commentaire

Aujourd’hui, je me demande si c’est propre à l’Humain, cette « fabuleuse » capacité à s’auto-flageller …

« Non, mais je ne peux pas quitter ce job ! Je suis à bout mais j’ai pas le choix… Comment ils vont faire sans moi ? En plus, je me sens redevable… »

Déjà, tu vas te calmer, l’entreprise où tu travailles ne va pas s’écrouler si tu pars ! Et tu as le choix bon sang ! Tu te sens super mal et tu restes quand même parce que tu te sens redevable. Redevable de quoi ? Je ne comprend pas le concept là ?

« Ce boulot m’a bien dépanné au moment où j’en avais besoin. Je ne peux pas les laisser tomber comme ça … « 

AAaaaaahhh !!! Ça m’énerveeee !!!

Je ne suis pas une grande nerveuse pourtant, mais là, franchement, ça me saoule.

En vrai, ça me fait bondir quand je rencontre des personnes qui frôlent le burn-out et qui restent dans leur mélasse pour des raisons complètement à côté de la plaque ! « Je me sens redevable », « comment ils vont faire sans moi ? », « je laisse tomber l’équipe … »

Donc, en fait tu vas te sacrifier pour ne pas déranger le petit train-train dont tu fais partie, même si ça te rend malade …

Franchement, je veux bien essayer de comprendre, mais il va falloir des arguments de choc ! Vraiment. Parce que là… Je sèche. Je tombe des nues. J’ai envie de te secouer comme un prunier pour que tu mesures enfin l’ampleur de tes talents, la grandeur de ton potentiel et ta capacité à créer.

Oui, forcément… Par dessus le marché, ce sont des personnes super créatives, qui ont des idées et des rêves plein la tête, mais non.

Mais non, ils sont trop nuls, ils ne vont pas y arriver.

Ça me fend le cœur d’écrire un truc pareil.

 

Est-ce que toi aussi dans ton entourage, tu côtoies ne serait-ce qu’une personne qui a un talent fou, un potentiel de dingue et 50000 idées à la minutes et qui n’en fait rien ?

 

A une époque, ça me mettait tellement hors de moi, que je tentais par A + B de convaincre la personne, de lui démontrer que c’est possible de créer la vie qui l’inspire, que tout est possible !!!

 

« Oui, mais c’est facile pour toi… Tu as de la chance … »

Aaaaahhh !!! Mais bien sûr ! Tout m’est arrivé comme ça , tout cuit, sans rien faire. Je suis restée là, à glander sur mon canapé, et hop ! Tout est arrivée à moi sans la moindre action de ma part.

 

Laisse tomber, c’est un mythe. Si tu as cru cela ne serait-ce qu’une seule seconde, tu peux l’oublier illico presto.

Ça ne veut pas dire que tu vas forcément souffrir, à moins que tu résistes très fortement. Ce qui est très possible vu que tu aimes bien t’auto-flageller.

 

« Tout ce à quoi l’on résiste persiste. Tout ce que l’on embrasse s’efface. » – Carl Gustav Jung

 

En vrai, tu le sais déjà tout ça, non ?

Je ne suis pas là pour te donner des leçons. J’ai trop longtemps essayer d’en donner sans que ça change rien.

Aujourd’hui, j’écris presque tous les jours, en toute transparence. J’écris pour moi, j’écris pour toi, j’écris pour celui ou celle que ça inspirera. Je sème une graine. Je sème des graines. Je ne sais pas ce que ces graines vont donner.

Je pourrais me contenter de parler de photographie. Seulement tout est lié. Je ne suis pas seulement photographe. Je suis aussi une femme, une artiste et peut-être une inspiratrice à mes heures… Moi aussi je doute, j’ai peur, je me remets en question, tout autant que j’ose et que j’avance en confiance. C’est le jeu de la Vie.

La Vie est un jeu et nous avons tous le choix de nous amuser dans la joie ou dans la souffrance.

Arrête tout et demande toi : « De quoi j’ai envie là tout de suite maintenant ? », « de quoi j’ai envie là tout de suite maintenant qui me mettrais le cœur en joie ? », en faisant abstraction du jugement et de toutes ces choses qui te parasitent l’Esprit habituellement.

 

Arrête de te flageller. Franchement, ce n’est vraiment pas nécessaire.

Vois comme tu as cheminé jusqu’à aujourd’hui. Tu es capable de bien plus que ce que tu crois.

 

Je t’envoie plein de douceur et de soleil dans ton cœur.

Prends soin de toi et de ta vie.

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences …

26 Août

Continue, même si …

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Continue, même si tu crois que ça sert à rien.

Continue, même si tu crois que tout le monde s’en fou !

Continue, même si tu as peur d’être ridicule.

Continue, même si tu as peur d’être incompris(e)…

Continue, même si tu as l’impression de nager à contre-courant.

Continue, même si tu crois que les « gens » vont pas comprendre.

Continue, même si tu as l’impression que tu pédales dans le vide.

 

Contente-toi de semer des graines… Contente-toi de semer des graines… Contente-toi de semer des graines…

 

Si ce que tu fais est 100% aligné avec qui tu es,

Si tu as ce feu qui brûle en toi, cette petite voix à l’intérieur de toi qui ne demande qu’à s’exprimer,

Si l’élan de la création t’appelle…

Alors,

CONTINUE.

Peu importe ce que les gens vont dire ou penser de toi.

Peu importe si tu ne rentres pas dans les « cases ». (les cases, c’est chiant de toute façon :D)

Peu importe si tu as l’impression de faire les choses à l’envers, par rapport à ce qui se fait « normalement » (c’est quoi la normalité ? Tu as 2H pour m’envoyer une dissertation ;))

Sache que, même si tu n’en as pas conscience, tu es en train de changer le monde.

En osant être qui tu es, en osant créer en étant toi, en osant persévérer même si parfois tu doutes et que tu as peur, tu es en train d’inspirer le monde à faire de même …

Tu envoies une énorme vague d’Amour dans l’Univers !!!

Cette vibration est peut-être impalpable, non mesurable, invisible … mais elle existe.

Chaque petite graine d’Amour et de Créativité que tu sèmes à son importance.

Sème l’Amour, tu récolteras l’Amour.

Sème la Création, tu récolteras le fruit de te Création.

Sème l’Abondance, tu récolteras l’Abondance…

 

Cet article m’a été inspiré suite au commentaire d’Amélie sur Instagram, concernant mon article d’hier « Ces « Autres » à qui tout réussit » : « Merci pour cet article plein de positivité et qui invite à l’action ! »

 

Peut-être que ça te parait anodin. Tu crois peut-être qu’il s’agit d’un commentaire « banal ». Loin de là !!!

Quand j’ai partagé mon article sur Instagram ce matin, l’espace d’une seule seconde, j’ai pensé : « arf, les gens vont pas lire les articles sur Instagram ». Ça n’a duré qu’une seule seconde. En vrai, j’avais envie de semer cette graine, ne serait-ce que pour une seule personne. J’ai semé cette graine parce que j’en avais vraiment envie !

C’est comme ça tout le temps ! Et lorsque tu sèmes ta graine, tu ne peux pas savoir à l’avance ce que ça va donner. Tu ne sais pas à quelle vitesse elle va pousser, ni si elle va vraiment pousser. Tu sais que tu ne sais rien et que la seule chose que tu as à faire, c’est de te laisser porter par des actions inspirées ! Sans forcer ! Il parait que ça s’appelle « Avoir la foi ».

Ça aussi, c’est important : sans forcer !

Comme Sylvie le disait si bien lors de son interview :

« Il n’y a pas besoin de forcer, de décréter, de s’imposer un timing ou un culte de la performance. Je pense que si nous sommes alignés avec notre Vérité Intérieure, ce qui doit être fait va s’accomplir de toute façon. »

Ses propos résonnent tellement en moi. Ça change tout lorsque tu regardes le monde de cette manière. Tu n’as plus besoin de lutter. Tu as seulement à Être. Si je partais dans l’extrême, je dirais que tu n’as rien à faire finalement. 

Fais-en l’expérience, l’espace d’une heure, d’un jour, de toute la vie : laisse-toi porter uniquement par des actions inspirées. Enlève tout ce qui te demande de forcer ou de « t’obliger à ». Expérimente Cela, au moins une fois dans ta vie. Tu pourrais être vraiment surpris(e) !

Tu m’en diras des nouvelles !

Sur ce, je te souhaite une belle journée !

Et à bientôt pour de nouvelles Aventures !!!

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

25 Août

Ces « Autres » à qui tout réussit !

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire

Je me suis longtemps empêchée de faire ce que je voulais dans ma vie.

Je n’ai pas toujours été celle que je suis aujourd’hui, à oser, à lancer des projets fous, à faire confiance à la Vie, à l’Univers.

Je n’ai pas toujours porté mes 2 credo préférés : « J’ai peur mais je le fait quand même » (qui s’est transformé récemment en « Derrière la peur, l’Âme agit… ») et ‘TOUT est POSSIBLE ».

J’ai beaucoup douté. Parfois je doute encore.

Je me suis longtemps cachée à tenter de rentrer dans des cases bien trop étroites pour moi.

J’ai souvent laissé mon pouvoir aux autres.

Je me suis souvent oubliée, croyant que ce n’était pas si grave … (mais c’est super grave en fait !!!)

Et de l’autre côté, il y avait les Autres…

Tu sais, ces « Autres » à qui tout réussit.

Ces « gens » qui ont l’air tellement brillants et sûr d’eux. Ils ont toujours le sourire. Ils sont ultra positifs et ne doutent jamais de rien. Ils ont l’air super organisés. Tout est bien planifié, orchestré et rien ne semblent déranger leur programme.

Tout à l’air de se dérouler d’une manière tellement parfaite, sans encombres, sans imprévus de dernière minute.

On dirait que tout leur sourit à chaque instant.

Franchement, tu y crois, toi ?

Non, mais, sérieusement, tu crois vraiment que c’est comme ça que ça passe derrière le voile des apparences ?

Excuse-moi de te dire ça, mais tu es bien naïf/ve. Je l’ai été moi aussi. J’ai été bien naïve sur ce coup là. En même temps, ça m’arrangeait bien. C’était plutôt une bonne excuse pour ne pas me bouger les fesses. Qu’est-ce que j’allais apporter de plus au monde, puisque ces gens là, incarnaient tellement la réussite à tout point de vue ?

J’ai envie de rigoler !!! Ah ! Ah ! Ah !

La Vérité, c’est que tout ces gens que tu admires tant, eux aussi, ils doutent et se prennent des portes dans la gueule ! Tu ne vois que la partie visible de l’iceberg.

Apprends à voir les choses au-delà des apparences. Apprends à ressentir au-delà de tes cinq sens…

Et arrête un peu de passer des heures à admirer ces « Autres » à qui tu crois que tout réussit.

Ça ne veut pas dire que tu vas te couper du monde.

Ça ne veut pas dire que c’est mal de se nourrir de parcours inspirants. Si cela te donne l’élan de te mettre en Action, c’est OK ! Si cela te paralyse et te conforte dans la victimisation en mode je suis trop nul(le), je ne vais pas y arriver, là, je dis NON, NON et NON !!!

Si tu as cette tendance à te comparer aux Autres et à penser qu’ils font mieux que toi, lâche leur un peu la grappe et prends rendez-vous avec toi m’aime !!!

Coupe les réseaux sociaux, va te promener en Nature, écris dans ton carnet, médite, respire, créer quelque chose de fun sans raison particulière, glande, admire les nuages pendant toute la journée … Arrête les sollicitations de toutes parts et reconnecte-toi à ton Essence-Ciel … Ça va te faire des vacances !

Imagine ne serait-ce qu’un seul instant que tout ce brouhaha négatif incessant dans ta tête, laisse la place à une énergie de joie pure, une énergie positive et fun ! 

Imagine que « Je suis trop nul(le), je vais pas y arriver … » se transforme en « Han ! J’ai trop envie de faire ça ! Je me sens tellement porté(e) !!! Ça va marcher, c’est certain. Ça m’anime tellement !!! »

Alors ? Ça t’a fait quoi de t’imaginer Cela ne serait-ce qu’une seule seconde ? Tu as senti quoi dans ton corps ?

Moi, rien qu’en l’écrivant, ça m’a fait un bien fou !!! Ça pétille de partout ! Je le sens presque dans toutes mes cellules !!! J’adore cette sensation !!!

Franchement, lorsque tu contactes ça, t’as pas du tout envie de revenir en arrière !

T’as envie de revenir en mode « je sais pas, la vie est trop nulle et je sais rien faire de toute façon :(« 

J’extrapole un peu, je sais. D’ailleurs, si ça se trouve, toi qui me lit, tu es déjà en mode Power Full Good Vibes de ouuufff !!! Youpiii !!! Plus on est de fous, plus la vie est fun !

Peut-être que tu connais quelqu’un autour de toi, qui aurait besoin de lire ceci. Si c’est le cas, ta mission est de lui partager ce message.

Et sinon, pour te lâcher un peu la grappe et te reconnecter à toi m’aime, le temps d’un week-end magique et hors du temps, rejoins les participants du stage « DEVIENS QUI TU ES » au milieu des montagnes en Haute-Savoie ou de l’autre côté de l’Océan, au Canada 🙂

En attendant, prends bien soin de toi, arrête de te comparer aux autres, ne prends pas les choses personnellement, et ris au moins 5 minutes par jour ! C’est bon pour le moral !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences …

23 Août

Oublie d’où tu viens …

Marie Guibouin / Blog / / 0 Commentaire
« Arrête ! Tu vas te faire remarquer ! »
« Dans la vie, tu sais, il faut travailler très dur pour y arriver et réussir à payer tes factures. »
« La vie, c’est pas tout beau tout rose, il faut souffrir pour mériter le « paradis ». »
« Les riches sont vraiment des gens qui se la pètent… »
« Faut pas que tu rêves, t’auras pas tout ce que tu veux dans la vie. »
« Quand tu trouves un CDI, tu dois tout faire pour le garder. »
« Ma p’tit’ fille, c’est déjà bien que tu aies un boulot alors que c’est la crise. Surtout ne le quitte pas ! »
« Han ! Mais tu peux pas dire à ton patron ce que tu penses, il pourrait te virer, malheureux ! »
« Contente-toi de ce que tu as, c’est déjà bien. »
« Les patrons, ce sont tous des cons de toute façon ! »
« De toute façon, les hommes, ils comprennent rien ! Il faut tout faire à leur place. »
« Arrête de t’écouter et bosse ! T’as pas le choix ! »

AAAAaaaaaaahhhhhhh !!!! STOOOOoooooppppp !!!!

Cette liste est non exhaustive, je suis sûre que tu en as plein d’autres sous le coude et moi aussi !

Tu vas peut-être trouver cela paradoxal. Hier, je te supplie presque de te souvenir d’où tu viens, et aujourd’hui, je te demande d’oublier. Hum … hum … Elle tourne pas rond cette fille, là …

 

Oublie d’où tu viens, si ça te sert de fausse bonne excuse pour ne pas avancer dans ta vie.

Oublie d’où tu viens, si ça te complait dans la victimisation.

Oublie d’où tu viens, si ça t’empêche de t’exprimer dans toutes tes dimensions.

Oublie d’où tu viens, si tu prends pour acquis toutes les sornettes que l’on a mis dans tes oreilles !!!

 

« Non, mais j’ai toujours été timide, je ne pourrais jamais parler en public… J’aimerais bien, ça me fait envie, mais je n’en suis pas capable… »

Alors, ça tu vas m’arrêter ça tout de suite !!! Ça, c’est du bullshit !!! C’est la timide qui te parle là ! Tu ne vas peut-être pas me croire mais avant j’étais la petite fille sans histoires qui devenait toute rouge dès qu’elle devait parler devant des gens. J’ai été cette petite fille, puis cette adolescente pour qui, même demander quelque chose chez un commerçant était une épreuve. Ou pire ! Téléphoner pour prendre un rendez-vous ! Juste l’horreur !

Et pourtant …

J’ai quand même donné ma première conférence devant 200 personnes, il y a 3 ans. J’ai des appels avec mes clients. J’interview des gens. Je réponds à des interviews. Je fais des vidéos sur Youtube. J’écris sur ce blog. Je me rends à des évènements où je parle à des gens…

Je sais que si tu es timide et que ça te sert de bonne excuse pour ne pas faire les choses, ce que je te dis là va peut-être te contrarier. Je te comprends. J’ai déjà été comme toi. Et c’est facile de se complaire dans cette situation. C’est beaucoup plus facile de ne pas se bouger les fesses.

Alors aujourd’hui, je te propose de faire un pas. Juste un pas… Va parler à un inconnu, passe cet appel qui t’effraie tant, va rencontrer cette personne que tu rêves de rencontrer, mais que tu remets toujours à demain. Fais juste un pas. Et tu verras que derrière la peur, l’Âme agit.

 

« Arrête ! Tu vas te faire remarquer ! »

J’ai envie de dire : « Et alors ? » Franchement, que peux-t-il se passer de grave si tu te fais remarquer ? Je dirais même plus :

« FAIS-TOI REMARQUER !!! »

Je rencontre beaucoup de créateurs, de personnes indépendantes, des gens qui ont parfois du mal à vivre de leur activité. Des gens qui ont de l’Or dans les doigts et/ou encore qui ont un talent dingue pour aider les gens à se réaliser. Mais … Oui il y a un mais … Personne n’est au courant que ces gens là existent. Grand paradoxe ! Tu imagines un peu le truc. Imagine deux secondes :

  • Tu es vraiment une personne formidable. Tu travailles beaucoup. Tu as des idées plein la tête. Tu as un potentiel de dingue. Tu es capable d’améliorer la vie de vraiment beaucoup beaucoup de gens.

Mais …

Tu es …

INVISIBLE.

Inconnu au bataillon.

Tu es tout(e) seul(e) chez toi. Tu travailles sur ton projet d’arrache-pied. Tu te donnes corps et Âme.

Mais tu n’es visible, ni sur le web, ni à l’extérieur.

Et dans ton for intérieur, tu as tellement envie de vivre de ton activité. Tu travailles beaucoup dans ton coin et tu ne récoltes pas les fruits de tout ce que tu sèmes. Tu es fatigué(e), frustré(e). Parfois, tu en as marre même ! Ce qui était ta passion hier commence à devenir ta bête noire. Ta créativité s’essouffle. Tu as peur. Tu doutes. Tu crois que tu es nul(le). Tu remets tout en question.

STOOOOoooopppp !!!

Sors de chez toi. Rencontre des gens. Rends toi visible grâce à la magie d’internet. Existe. Montre-toi. Ose.

Et si tu rêves de mettre en lumière ta Beauté et tes Talents, appelle-moi ! Je suis là pour toi, pour t’aider à te révéler au Monde…

Oublie d’où tu viens. Oublie toutes les fois où l’on t’a dit que tu n’allais pas y arriver. Oublie toutes les fois où l’on n’a pas cru en toi. Oublie toutes les fois où tu as été incompris(e). Oublie toutes les fois où l’on t’a critiqué.

Oublie ne serait-ce qu’une seule seconde, d’où tu viens et imagine que tout est possible.

Parce qu’en vrai TOUT EST POSSIBLE.

Toi m’aime tu sais.

Au fond de toi, tu sais que tout est possible.

Alors ! Va ! Rêve, Ose & Go !

Je ne te dis que ça sera facile et fluide tous les jours. Je ne te dis pas que le monde entier va te connaitre en un jour (en passant, ce n’est pas forcément nécessaire que le monde entier te connaisse).

Je te demande simplement de vivre.

Vivre pour toi, vivre pour ce qui te fait vibrer au plus profond de toi m’aime.

Entreprendre quelque chose de nouveau dans sa vie, ça fait peur, ça demande de prendre des risques, de s’écouter, d’être doux avec soi-même, de se faire confiance, de faire confiance à cette petite voix à l’intérieur de toi qui te dit d’y aller, au-delà de la peur, au-delà du regard des autres, au-delà de la logique.

Lorsque ton intuition te soumet une idée, une envie, un élan, ça ne passe pas par la logique. Ton Âme ne met pas les projets qu’elle a pour toi dans un tableau Excel. Ton Âme sait, ton cœur sait, ton corps sent.

Alors, arrête-toi un instant.

Fais abstraction de tout ce que l’on a pu te dire ou te faire croire.

Fais silence.

Et écoute…

Là, tu sauras. D’ailleurs tu sais déjà. Prends juste le temps d’écouter.

Je te laisse méditer là dessus !

A bientôt pour les nouvelles !!!

Prends bien soin de toi !

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Eveilleuse des Consciences…

P.S. : Il reste 4 places pour « DEVIENS QUI TU ES » en France et 6 places pour « DEVIENS QUI TU ES » au Canada.

P.P.S. : il est temps de réserver ta séance photo pour révéler ta beauté et tes talents au monde 😉

22 Août

Souviens-toi d’où tu viens …

Marie Guibouin / Blog / / 2 Commentaires

Te souviens-tu de la force et du courage qu’il t’a fallu pour arriver ici, sur Terre ?

Te souviens-tu de la persévérance dont tu as fais preuve pour enfin réussir à marcher sur tes deux jambes ?

Te souviens-tu du jour où tu as prononcé tes premiers mots ?

Te souviens-tu de ton apprentissage syllabe après syllabe, lettre après lettre, mot après mot, jusqu’à réussir à lire des phrases, puis des paragraphes, puis des livres entiers ?

Ces souvenirs là sont probablement flous, tellement il est évident pour toi de respirer, de marcher, de courir, de parler, d’écrire, de lire …

Pourtant …

Tout Cela ne s’est pas fait en 2 jours …

Souviens-toi tout ce qu’il t’a fallu traverser pour arriver là où tu en es aujourd’hui.

Souviens-toi de toutes les petites victoires sur ton chemin. Si si, il y en a eu plein !!!

Souviens-toi.

Imaginais-tu, ne serait-ce qu’il y a une dizaine d’années, que tu serais là où tu es aujourd’hui ?

Moi, non.

Il y a 10 ans, j’étais salariée dans un salon de coiffure. Je commençais à en avoir marre d’exercer dans ces conditions. Mais je voyais pas bien ce que je pourrais faire d’autre. Je ne savais rien faire d’autre que Cela. C’est ce que je croyais en tout cas. Et puis, en aucun cas, je n’avais une Âme d’entrepreneure ! Trop compliqué, trop incertain, trop « instable »… croyais-je. Cependant, une part de moi commençait à rêver d’autre chose. Une part de moi savait déjà que cette vie enfermée entre les 4 murs d’un salon de coiffure n’était pas pour moi. Une part de moi savait, alors la vie a fait en sorte que je ne supporte plus ma hiérarchie. La vie m’a montrée le « mauvais » côté de ce que pouvait devenir une chef d’entreprise proche de la retraite. Oh my god !!! Je ne voulais surtout pas finir comme ça !

Puis la vie a commencé à mettre sur mon chemin, des choses et des situations, à l’opposé total de mes Valeurs et de ce que je voulais incarner sur cette Terre ! AAAaaahhh !!!

Toute petite déjà, je rêvais de changer le monde ! Alors peut-être que là, à mon échelle, je pouvais faire ma part, au lieu de me plaindre que j’en pouvais plus de ce job et de ma hiérarchie qui perdait la tête !

Alors, je suis partie ! Je me suis envolée vers d’autres horizons. Le chemin a été long, sinueux et semé d’embûches …

Je suis tombée plusieurs fois, et je me suis relevée.

J’ai aussi vécu de grands moments de joie et célébrer de petites et grandes victoires.

Aujourd’hui, j’ai la sensation de vivre pleinement ma mission de vie. Pourtant, ça ne m’empêche pas de douter par moment.

Vivre pleinement et Oser Être qui nous sommes vraiment, ça ne veut pas dire, vivre dans le monde des paillettes et des Bisounours. Incarner qui nous sommes dans toutes nos dimensions, ça demande d’être honnête, avec soi-même et avec le monde qui nous entoure. C’est aussi être vulnérable. La vulnérabilité, c’est inconfortable …

Ce matin, j’ai enregistré la version audio de mon article du 30 mars 2017 : « Il était une fois … » J’en ai eu les larmes aux yeux en prenant conscience du chemin de cette petite fille. Je me suis souvenue d’où je viens. Ce n’est pas que j’avais complètement tout oublié. Seulement, j’ai parfois tendance à être très dure et exigeante envers moi-même. Presque intransigeante par moment, dit la fille qui conseille à tout le monde d’être doux avec soi-même. Rassure-toi, je me soigne 😉

Aujourd’hui, pose-toi un instant, et souviens-toi.

Souviens-toi du courage, de la force et de la persévérance dont tu as fait preuve pour arriver là où tu en es aujourd’hui.

Tu es parfait(e). Même dans ton « imperfection », tu es parfait(e).

Quoi qu’il arrive, fais de ton mieux.

Et laisse parler les gens. « Les gens » ne s’imaginent pas tout ce qu’il t’a fallu traverser pour en arriver là.

Tu peux être fier(e) de toi.

Continue d’être à l’écoute de ton corps, de ton cœur, de ton Âme.

Rêve, Ose, Agis !!!

Même si tu te sens incompris(e), même si tu es critiqué(e), même si les « autres » ont l’air de mieux savoir que toi.

Personne n’a vécu ce que tu as vécu. Les « autres » ne sont pas toi.

Toi seul(e) sent ce qui est bon pour toi. Toi seul(e) sait. Toi seul(e) ressent.

Alors si tu te sens appelé(e) par telle ou telle action, tel ou tel projet, même si ça parait fou, même si ça parait déraisonnable, même si les « autres » te disent que c’est une mauvaise idée.

La seule personne qui décide pour toi, c’est toi.

Je t’envoie un grand bol d’Amour et de lumière.

Prends soin de toi,

Marie,

Photographe de l’Âme, Révélatrice de Beauté, Éveilleuse des Consciences.

14 Août

Sylvie Ptitsa, magicienne et révélatrice d’Âme connectée !

Le 26 juin 2017, j’inaugurais un nouveau format d’interview en direct sur Youtube ! Comme tu le sais ou comme tu l’apprendras si tu viens de débarquer ici, j’ai toujours eu envie de donner une dimension internationale à mon travail.

Lorsque j’ai démarre The Pink Power Tour Festival en 2014 avec le Tour de Nantes en 80 jours, je rêvais de faire le Tour du Monde à la rencontre d’Artistes inspirants.

2015 fut une année de repositionnement et de recherche intérieure…

Puis 2016 est arrivé avec un nouveau format d’interview sous forme de Podcast. J’adore ce format. Je trouve dans le Podcast une forme de liberté que j’apprécie tout particulièrement.

 

The Pink Power Tour Festival, c’est un voyage itinérant à la rencontre d’Artistes inspirants.

J’interview des personnes dont j’apprécie le travail, la démarche, le message qu’ils ont à faire passer. Je m’intéresse également au processus de création que j’adore mettre en lumière. Pour moi, être l’Artiste de sa vie, c’est explorer nos facettes dans toutes nos dimensions.

Jusqu’à lors, j’interviewais uniquement des personnes que je rencontrais dans la « vraie vie » et dont je suivais le travail depuis longtemps. Puis, intuitivement, j’ai eu envie de dépasser les frontières. C’est alors qu’est arrivée Sylvie Ptitsa sur mon chemin.

 

Sylvie m’a interviewée deux fois ici et .

Sylvie, c’est une fée sur mon chemin. J’aime beaucoup sa vision de la vie, sa manière de créer intuitivement et sa douce folie 😉

Sylvie est une Artiste française, vivant actuellement au Luxembourg.

 

Allons ensemble à la rencontre Sylvie alias Selv La Lutine !

Pour voir nos têtes sur Youtube, c’est là 🙂

Pour se connecter à nos voix uniquement, c’est là :

Et pour les grands lecteurs, ça se passe par là :

  • Mon site s’appelle la Lutinière et mon pseudo, c’est Selv la Lutine car lorsque j’étais dans son ventre, ma maman me percevait comme une petite lutine et elle pensait que j’allais arriver sur la Terre pour amener plein de joie et plein de lumière.

 

  • Je pense qu’elle avait bien perçu mon identité, mon Energie, parce qu’effectivement, dans la vie je suis quelqu’un de très joyeux.

 

  • J’ai une capacité à m’émerveiller d’à peu près tout et rien.

 

  • J’ai un peu le mental d’un petit enfant. J’ai la chance d’avoir cette capacité de trouver mon plaisir dans trois fois rien. Je fais rigoler les gens. Je m’extasie en faisant la cuisine parce que je coupe un chou rouge, je regarde les dessins à l’intérieur du chou rouge et je trouve ça complètement magique. Là, tu vois, je suis dehors, je peux rester des heures à regarder bouger les feuilles, à regarder la forme des nuages. Je suis très liée à la Nature. D’ailleurs Sylvie, ça veut dire « forêt », je pense que ce n’est pas un hasard non plus !

 

  • Donc voilà d’où vient la Lutine ! Beaucoup de gens me disent que je suis un peu comme un être magique, que j’ai une espèce de magie qui se dégage de moi. Je n’en suis pas forcément consciente mais c’est vrai que c’est quelque chose que l’on me renvoie souvent.

 

  • Comme je te l’avais dit quand on avait préparé l’émission avec toi, j’ai constaté qu’effectivement

 

j’agis souvent comme une sorte de révélateur sur les gens,

 

c’est-à-dire que je fais sortir des choses d’eux. Que ce soit des choses lourdes qu’ils ont besoin d’exprimer parce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de le faire avant ou au contraire des rêves qu’ils ont un peu enterrés parce qu’il n’y croyait plus. Ça se fait vraiment d’une manière très naturelle et spontanée. Je converse avec eux normalement, sans chercher à faire un psychothérapie ou quoi que ce soit, et il y a des vérités qui sortent. Ça peut parfois être assez surprenant et spectaculaire, même pour moi, mais effectivement, avec le temps j’ai constaté que j’ai cet effet là sur les gens sans vraiment savoir pourquoi.

J’adore !!!

Sylvie est une vraie magicienne ! Une magicienne de la Vie, une magicienne de l’Univers.

Tu connectes des choses sans vraiment le savoir … Ça a toujours été le cas ?

  • Je pense que nous sommes tous des magiciens sauf que nous n’avons pas tous la même façon d’exprimer notre magie.

  • C’est un peu comme dans Harry Potter, nous sommes tous des magiciens mais on a pas tous la même baguette 😉 A chacun de trouver la baguette qui lui correspond et qui va lui permettre de magnifier le mieux sa magie. C’est vrai que pour moi, une de ces baguettes, c’est l’Art, mais ce n’est pas la seule. Après… est-ce que ça a toujours été, je ne sais pas. J’en suis plus consciente depuis que je suis adulte. Enfant, je ne peux pas dire si j’avais déjà cette capacité ou pas. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas grandi dans un milieu qui était spécialement ouvert à ça. On m’a jamais parlé du petit peuple, du monde élémentaire. Par contre, ma maman me lisait beaucoup de contes et je pense que ça été ma façon de garder contact avec tous ces univers que je sentais très réels. Ce n’est pas un hasard si plus tard, en tant qu’écrivain, les premières histoires que j’ai écrites étaient des contes. Encore aujourd’hui, c’est le genre dans lequel je suis le plus à l’aise et dans lequel je préfère m’exprimer. Je travaille beaucoup avec les enfants et je pense que ce n’est pas un hasard non plus.

Artiste, écrivain, peintre … Sylvie crée beaucoup, va vers ce qui l’inspire et s’exprime dans toutes ses dimensions !!! Quel bel exemple pour l’être humain. J’aime !

Avant tu avais un métier plus « classique »… Comment s’est passée la transition pour toi ?

  • J’ai 44 ans et je dis toujours que dans cette vie, j’ai déjà eu plusieurs vies. Au moins professionnellement parlant, sans parler du reste. Les 10 premières années de ma vie professionnelle, j’ai travaillé comme enseignante dans un établissement d’éducation spécialisé. J’avais une formation de documentaliste, ce qui me permettait de travailler en collège ou en lycée. Et la vie ou les beaux hasards de la vie, pour ceux qui croient au hasard, a fait que je me suis retrouvée dans cet établissement spécialisé pour les enfants « difficiles », ceux dont on ne voulaient plus dans les collèges ou les lycées parce qu’ils posaient trop de problèmes. Ce fut un très grand défi, parce que tout ce qu’on m’avait appris ne pouvait pas s’appliquer avec ces enfants là, et une grande chance car ils ont été des maitres de vie, extraordinaires. J’ai aussi eu la chance de tomber dans une équipe formidable, qui m’a appris beaucoup de choses en terme d’humain. Je suis restée 10 ans dans cette école parce que je m’épanouissais vraiment.

Ma créativité a trouvé là un premier terrain. Il y a avait tout à inventer.

  • Que ce soit dans les méthodes, dans la structuration de la bibliothèque qu’il fallait mettre à la portée de ces enfants Certains ne savaient pas lire du tout. Ce fut un grand champ d’expérimentation et j’aimais ce côté « forêt vierge » même si à certains moments, il fallait y aller au « coupe-coupe ». Je pense que j’ai un côté aventurier ! Aventurier de la pédagogie en tout cas, et ça m’a permis de l’exprimer. Je suis restée jusqu’à mon congé maternité.

 

  • L’année où j’ai été enceinte, a ré émergé en moi, en même temps que cet enfant qui poussait en moi, mon rêve premier, mon rêve d’enfant, qui était d’écrire.

 

  • C’est vraiment quelque chose que je portais en moi depuis toute petite. Quand on me demande depuis quand j’écris, je dis que j’écrivais avant même de savoir écrire techniquement parlant, puisque j’ai toujours inventé des histoires dans ma tête. Je faisais ça le soir dans mon lit pour m’endormir. J’en inventais aussi beaucoup avec mon frère. J’avais un frère qui était plus jeune et on jouait des heures et des heures. J’ai commencé comme ça et puis c’est vrai qu’un peu comme toi, je suis une Artiste avec une créativité en étoile, c’est-à-dire que je ne m’exprime pas dans un seul genre. Mon vecteur premier, c’est l’écriture. J’aime aussi faire des photos. Je travaille avec le collage, la peinture. J’ai animé des ateliers d’expression par la peinture pour les adultes et pour les enfants. Je suis musicienne. J’ai touché à pas mal de choses et il y a plusieurs domaines où je me sens à l’aise sans être spécialiste. Le seul domaine dans lequel j’ai une vraie formation académique, c’est la littérature. Après, tout ce que je fais, que ce soit en terme de peinture, de photographie …

 

je suis plutôt du genre « autodidacte » qui apprend en faisant.

Sylvie est une artiste intuitive. Elle a envie de créer quelque chose, hop ! Elle s’y met ! Merci du fond du cœur de me rappeler que c’est aussi simple que Cela. Je trouve que l’humain a souvent tendance à se mettre des barrières pour créer.

  • Si je reprends l’exemple de la musique, comme quelqu’un qui a commencé par apprendre à faire ses gammes et qui dès qu’il a fini d’apprendre les bases, a très envie de s’approprier l’outil à sa façon. Il y a beaucoup de choses qui ont évolué ainsi dans ma façon d’enseigner. Au début, j’arrivais avec des cours bien préparés, bien léchés. Puis, au fur et à mesure des années, il y avait de moins en moins de choses écrites sur mes feuilles. Et à la fin, je n’avais carrément plus de feuilles ! C’était vraiment du total feeling ! Quand j’avais des feuilles, c’était vraiment pour les inspectrices ou pour mes collègues qui avaient encore besoin de supports écrits.

 

  • Ces 10 années de documentaliste, je pense qu’elles m’ont été utiles dans le sens où ça m’a vraiment permis de développer en moi une structure, un sens de l’ordre, qui maintenant est tellement intégré que je n’ai plus besoin de l’écrire mais qui est en moi. A la fois, je suis quelqu’un de très intuitif mais en même temps, mon intuition ne part pas n’importe où. J’ai gardé aussi ce côté archiviste. Beaucoup des choses que je fais, je les relate dans des articles qui sont stockés sur mon site. Ce qui me permet d’avoir une sorte de mémoire de ce que j’ai fait. C’est très fou-fou ! Et en même temps, derrière cette « foufouterie » apparente, il y a quand même une structure, un ordre.

Je trouve cela fascinant ! Sylvie écrit même plusieurs livres en même temps avec une facilité déconcertante ! Comme cela s’organise dans son processus de création ? Quand tout arrive en même temps dans notre tête, ce n’est pas toujours évident !

  • Avant je travaillais avec des plannings. J’avais encore bien mon côté « documentaliste ». J’avais un planning avec des ordres de priorités et je savais que pour telle date, je voulais avoir fini tel projet. J’essayais de me discipliner à travailler de sorte d’arriver aux échéances dans les délais que je m’étais fixés.

 

  • Maintenant, ça se fait vraiment d’une manière totalement intuitive. Je suis un peu comme une cuisinière qui a plusieurs casseroles sur le feu.

 

  • Il y a des casseroles où je sais que c’est urgent, parce que j’ai des timings à respecter. Dans ces cas-là, je fais en sorte, du mieux que je peux, de respecter les timings qui souvent ne sont pas de mon fait : si je participe à un concours, si je me suis engagée auprès de quelqu’un à participer à une manifestation … Là, il faut que je sois prête dans les temps.

 

  • Après, si ça ne tient vraiment qu’à moi, je travaille vraiment d’une manière totalement intuitive. C’est-à-dire que les choses se font quand elles doivent se faire.

 

  • Pour celles qui ont l’expérience d’une grossesse, c’est un peu comme faire un bébé. Je sais que tout va se faire au moment où ça doit se faire, que ça va se déclencher au moment où ça doit se déclencher. Il n’y a rien à forcer. Il n’y a pas à décréter à l’avance quand est ce que ça doit se faire. J’émets l’intention et après les idées m’arrivent comme elles doivent arriver. Effectivement, ça arrive parfois que j’ai trop d’idées par rapport au temps que j’ai pour les matérialiser mais ce n’est pas grave. Je me dit que si je ne les matérialise pas, c’est que ce n’est pas le moment. Elles vont me revenir plus tard peut-être sous une forme plus mûres, plus approfondies. Et si elles ne reviennent pas, c’est qu’elles n’avaient pas à être matérialisées, elles devaient juste rester au stade d’idées. Je me suis complètement déculpabilisée par rapport à cette histoire de ne pas tout matérialiser, de ne pas tout aboutir. Il y a des livres ou des tableaux que je peux réaliser très rapidement et d’autres qui prennent beaucoup plus de temps. Je pense que c’est comme dans la vie. On dit qu’il faut de tout pour faire un monde. Dans ma créativité, c’est un peu pareil. Il y a des projets qui sont très lents et d’autres qui peuvent être très fulgurants. En 1h ou en ½ journée ça peut être bouclé !

J’adore !!! Je trouve ça génial ! Moi-même, je me suis mise des dead-lines pour des projets sur lesquels j’ai fini par me lâcher la grappe (l’écriture de mon livre, par exemple !). Je me rends compte que l’exemple de Sylvie est super inspirant pour plein de gens. Je trouve que nous sommes dans une société où l’on doit avoir des objectifs SMART, on doit finir à telle date, etc… Nous avons tous la capacité d’avoir des projets fulgurants (je l’ai vécu pendant le Tour de Nantes en 80 jours) autant que nous pouvons aussi accepter parfois que la lenteur, c’est ok. Accepter la lenteur, c’est un beau message également. Nous ne sommes pas tout le temps obligés d’être méga performants !

Sylvie ne nous dit pas de faire, elle nous inspire à être tels que nous sommes dans toutes nos dimensions.

  • Si je devais passer un message, ce serait simplement : « Ecoutez-vous ! »

 

  • Je suis quelqu’un qui s’écoute beaucoup. Ça n’a pas toujours été le cas. J’ai eu une éducation où l’on ne m’a pas beaucoup appris à m’écouter. J’ai donc dû réapprendre. Et plus je m’écoute, plus je me rends compte de cette espèce de sagesse inhérente à la vie, à notre corps, qui à chaque moment, sait ce qui doit être fait et comment ça doit être fait. Il sait quand il a besoin de dormir, quand il besoin de manger, quand il a besoin de créer, de s’aérer.

 

  • Il n’y a pas besoin de forcer, de décréter, de s’imposer un timing ou un culte de la performance. Je pense que si nous sommes alignés avec notre Vérité Intérieure, ce qui doit être fait va s’accomplir de toute façon.

 

  • J’avais raconté dans une de mes émissions de télé, cette expérience que j’avais faite un week-end. J’avais plein de choses à faire et j’avais décidé que je ne les ferais pas de la méthode habituelle. La méthode habituelle aurait été à la militaire. J’aurais fait un listing de ce que j’avais à faire. J’aurais fait dans l’ordre tout ce qu’il y avait sur mon listing et me serait reposée après. Ce week-end là, j’ai vraiment décidé de n’écouter que mes envies et non le diktat de ce que je pensais devoir faire. A ma grande surprise, quand je suis arrivée à la fin du week-end, je me suis rendue compte que j’avais accompli tout ce qu’il y aurait eu sur ce fameux listing. Sauf qu’au lieu de le faire dans le stress et dans une espèce de culpabilité ou de forcing, je l’avais fait dans la joie, la détente, dans un état d’esprit beaucoup plus agréable et aussi beaucoup plus efficace.

 

  • J’ai remarqué ça : si je me force, comme je vais à contrario de mon énergie, ce que je vais faire va me prendre du temps. Ça va être laborieux ! Alors que si je le fais vraiment dans l’élan où je sens que c’est le bon moment, ça va se faire dans le fluidité. Du coup, je vais mettre cinq minutes à le faire au lieu de une demie-heure ou peut-être une heure.

 

  • Il faut jongler. C’est là aussi que dans la vie il faut être créatif. Il y a des choses avec lesquelles on ne peut pas négocier. Si j’ai rendez-vous chez le dentiste, je peux pas faire comme je veux. Il y a des impératifs qui font qu’on a des cadres horaires. Pour l’instant, on en a encore. Même pour moi, je pense que c’est bien d’en avoir gardé quelques-uns parce que ça m’évite d’être complètement en roue libre et déconnectée du monde qui a encore besoin de ça. Après, tous les cadres qui me semblent superflus et que je peux éviter de m’imposer, ceux-là, je les laisse de côté.

Merciii d’inspirer le monde de la sorte !!!

  • En plus, tu vois, au moment où je dis ça, il y a un grand vent qui souffle et qui soulève mes cheveux, comme pour dire « Allez ! Donnez-vous du vent !».

Dans ta créativité, quels sont tes moments préférés ?

  • Si je suis très honnête, je te dirais que ce sont les moments où je ne fais rien.

 

  • En tout cas, en apparence, je ne fais rien. Je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de temps libre, de liberté, de silence, de solitude. Et en fait, ces moments où j’ai l’air de ne rien faire, où je ne suis pas en train de matérialiser, je ne suis pas en train d’écrire, je ne suis pas en train de tourner mes émissions de télé, je ne suis pas en train de peindre ou à la limite, je n’ai rien dans les mains, je sais que ce sont les moments où se fait en moi le travail le plus important et le plus profond.

 

  • Je ne peux pas vraiment expliquer comment. Je peux peut-être redonner l’exemple de la grossesse. Avant le moment où le bébé naît dans sa forme incarnée, il y a ces 9 mois où il est dans le ventre de la mère. Il y a plein de choses qui se font dans une espèce de secret. Même encore maintenant, on n’a pas encore tellement de regard là-dessus. Voilà, je sens que ce sont juste des moments où j’ai besoin, comme une eau très tranquille, qui reste le plus tranquille possible, pour être transparente, pour se laisser infuser par la lumière.

 

  • Je sens que ce que j’ai à faire de plus important est de cultiver cet état de réceptivité, de transparence, de calme et de sérénité la plus grande possible. Si j’arrive à maintenir cet état là, c’est comme préparer le terrain pour une action qui va se matérialiser de la manière la plus fluide et la plus efficace possible.

 

  • Ce qui va m’éviter de ramer et d’avoir à concrétiser, matérialiser dans l’effort. Je ne veux pas en faire une généralité. C’est ma façon de fonctionner à moi. Comme je l’ai expliqué, ça n’a pas toujours été le cas. Je comprends très bien que pour d’autres gens, il peut encore y avoir besoin d’un cadre, d’une structure, d’une discipline, de se dire « tous les jours de telle heure à telle heure, je fais mes gammes ou je fais mon heure d’écriture… ». C’est mon parcours à moi qui est ce qu’il est et qui doit pas non plus devenir un nouveau cadre.

 

  • Le grand conseil que je donnerais aux artistes et aux gens en général, c’est « Ecoutez-vous ! Faites confiance à cette sagesse intuitive qui est en vous. ». Je pense que lorsque l’on fait ça … Pour moi ça s’est vraiment vérifié ! si on se fait confiance, si on se donne cette liberté, il y a beaucoup de blocages qui sautent. Que ce soit les blocages intérieurs ou les blocages extérieurs.

A ce stade de l’interview, j’ai la sensation que Sylvie est en train de me délivrer un message, me faire un rappel pour moi-même.

  • C’est mon côté révélateur, sûrement ! :p

Je me rends compte que dans la créativité, ces moments-là sont très importants pour moi. Les moments de calme, les moments où je ne fais rien. Je sais que pendant ce temps là, ça se range dans ma tête et après quand ça doit sortir, ça va super vite ! Mais … par moment, j’ai tendance à l’oublier, donc : MERCI Sylvie ! Merci pour ce message fort car souvent, les moments où l’on se fait rien en apparence amène de la culpabilité chez beaucoup de personnes. Souvent, c’est très lié au regard des autres …

  • Oui, c’est ça.

 

  • Il y a un truc que j’appelle « l’oreillette du cœur ». Je me pose une question, je vais dans mon cœur. Je pose la question à mon cœur et mon cœur me donne la réponse : sous forme d’images, de mots …

 

  • En fait, nous avons été éduqué dans notre famille, dans la société occidentale, à se remplir tout le temps de choses extérieures : à se remplir de conseils, de méthodes, de façon dont on doit faire, d’informations… Nous sommes invités à remplir nos journées avec des activités … du coup, c’est vrai que lorsque nous faisons le choix de la vacuité, il y a un moment, en particulier les premiers temps … C’est un peu comme un sevrage quand on arrête un truc toxique, il y a un moment où l’on est déstabilisé et où ça fait peur. Il manque cette fausse plénitude, ce faux plein, qui nous a rempli pendant tellement d’années.

 

  • Pour moi, ça s’est produit au moment où j’ai arrêté de travailler, l’année où j’étais enceinte. A la fois, j’avais cette ivresse de la page blanche, d’avoir ces journées entières devant moi, où j’étais complètement libre de mon temps, et en même temps les premiers jours, je me souviens que j’avais une sorte d’angoisse de me dire : « han ! il n’y a plus de cadre, plus d’horaires, plus de calendrier… ».

 

  • En plus, quand on est enseignant, on a tout le temps à peu près les mêmes horaires et le même emploi du temps avec les mêmes vacances. Il y a cette régularité, cette routine. Et tout à coup, je n’avais plus ça. J’étais vraiment comme quelqu’un qui n’avait plus de structure externe et ça m’a obligée à me trouver une structure interne. Et quitte à m’en recréer une, je me suis dit que j’allais la créer beaucoup plus souple. Effectivement, je pense que les premiers temps où l’on s’accorde ce droit, avant même que ça devienne un plaisir, ça peut être déstabilisant. Mais ça ne veut pas dire pour autant que l’on doive s’en priver. Là encore je dirais « Ecoutez-vous ».

 

  • Moi, je sentais que j’avais vraiment ce besoin. Je suis très proche de la nature donc je fonctionne beaucoup avec les saisons. A l’hiver en particulier, je ressens, comme la nature, le moment de me retirer encore plus en moi et de passer encore plus de temps en moi. L’été, je vais être très active, je vais faire plus d’ateliers, plus de choses dans la matière, dans le concret et l’hiver je vais passer plus de temps en méditation, à rêver ou même carrément à dormir. Parce que je travaille beaucoup en dormant aussi !

 

  • Les premières années où je ressentais ce besoin, c’était presque irrépressible ! Même si j’essayais de me forcer à travailler, je sentais comme si j’étais en train de rouler avec ma voiture avec le frein à main. J’étais dans une espèce de lourdeur désagréable, ce qui faisait qu’à un moment, je m’asseyais et j’arrêtais de faire quoi que ce soit. Au bout d’un moment, la culpabilité revenait au galop : « non, mais Sylvie tu as ça à faire ! T’as le ménage, les courses, tu as ceci, tu as cela ». Et en moi il y avait ce truc qui disait : « Non, j’ai besoin d’encore plus de détente, j’ai besoin d’encore plus de repos. ». C’est vraiment un équilibre à trouver entre les impératifs de la vie quotidienne et des choses que l’on ne peut pas négocier et les petites parenthèses de temps que l’on peut s’accorder.

 

  • Si l’on ne peut que s’accorder 10 minutes par jour, on peut commencer par là. Mais en fait, j’ai l’impression que si on commence à se l’accorder, justement, comme la vie répond, elle va nous donner l’occasion de s’en accorder de plus en plus. J’ai commencé à m’accorder mes 10 minutes ou mon quart d’heure, le matin avant de me mettre aux tâches de la journée. Et après il se trouvait que dans la journée, j’avais des rendez-vous qui sautaient, je devais emmener mon fils quelque part et puis c’était la maman d’un copain qui se proposait de le faire.

 

  • Finalement, d’ ¼ d’h, j’arrivais à grignoter de plus en plus de ces petits moments savoureux. C’était comme des friandises au début, parce que je n’en avais pas encore beaucoup. J’étais en cœur à cœur avec ma fameuse oreillette. Après c’était tellement bon que je ressentais le besoin d’y être de plus en plus. Ce qui est génial, c’est que maintenant, je n’ai plus forcément besoin de solitude. Si j’ai besoin de me connecter à mon monde intérieur, c’est comme un muscle qui est entrainé. Même si je suis au milieu du bruit, si je suis dans les embouteillages ou autre, je peux le faire à peu près partout. Sauf si je suis dans un état de stress avancé… Je n’ai plus besoin de cette solitude ou ce silence dont j’avais besoin au début, parce que c’est une capacité que j’ai tellement développée qu’à tout moment, quand j’ai besoin d’un conseil, d’une réponse, c’est spontané !

 

  • Je vais à l’intérieur de moi, je pose ma question et « Bling ! », la réponse arrive. Ou si elle n’arrive pas dans l’instant, elle va arriver dans la journée ou au moment où ça doit venir. J’ai un total lâcher prise maintenant par rapport à ça. Je sais que la réponse va arriver comme par la Poste, quand ça sera le moment !

Génial ! C’est super pratique d’être à l’écoute de soi en fait !

 

  • Ce n’est pas la peine de se ruer sur le facteur en lui criant « mais tu ne m’as pas amener ma lettre !!! ». Je fais confiance au facteur et je sais que lorsque la réponse doit m’arriver, elle va arriver sous la forme où elle doit m’arriver.

Le temps passe super vite quand je discute avec Sylvie ! Et franchement, ce n’est pas une belle leçon de lâcher prise ça ? Qu’en penses-tu cher lecteur ?

Aussi, à ce stade, je me demande bien quel serait le plus grand rêve de Sylvie, parce que j’ai la sensation qu’elle le vit déjà…

  • Mon rêve pour moi-même, comme tu dis, je le vis déjà. Je crois que mon rêve, c’était tout simplement d’être heureuse et de vivre en accord avec ce que je suis. Et ça, c’est ce que je vis et de plus en plus. C’est que du bonheur !

 

  • Et si j’avais un rêve plus vaste, plus collectif, ce serait que l’on arrive enfin à avoir la paix sur Terre.

 

  • Je suis quelqu’un de profondément non violent. Je suis Lorraine donc j’ai grandi dans une région qui est très marquée par la guerre. Il y a des mémoires de guerre dans ma famille. C’est quelque chose qui m’afflige beaucoup, de voir à quel point la violence est encore présente partout, dans notre société, que ça soit la violence verbale … ou justement aussi cette violence que l’on a envers soi. C’est de là que tout part : cette façon de ne pas s’écouter, de s’imposer sans cesse des choses, de ne pas se respecter.

 

  • Donc voilà ! Si ma baguette magique réussissait à être encore plus puissante, je crois que je ferais ça. Je ferais quelque chose pour la paix sur la Terre.

Je me souviens d’une personne que Sylvie a interviewé dans une de ses émissions. Elle parlait de la Vague de Paix. Je te mets le lien ici, si ça t’intéresse de rejoindre le mouvement 😉

  • Je pense que les rêves sont faits pour être réalisés. Sinon, ça reste juste des idées un peu désespérantes…

 

  • Je pense que les rêves sont comme des graines qu’on porte en soi pour les mettre en terre et que ça devienne quelque chose. Si c’est juste avoir un rêve pour un rêve, qui nous fait rêver mais qui en même temps nous rend triste, parce qu’on se dit « ce n’est qu’un rêve et ça se réalisera jamais », pour moi ce n’est pas un bon rêve.

 

  • J’ai plutôt envie de cultiver les rêves que je crois possible, réalisable. De toute façon, je pars du principe qu’ils le sont tous ! Après, mon travail, bien que je ne le conçoive pas vraiment comme un travail… mon travail de magicienne, c’est de faire en sorte que mes rêves deviennent réalité sur la Terre. Mon rêve de Paix par exemple, je l’ai en partie réalisé en faisant cette émission et en soutenant ces gens qui étaient dans la Vague de Paix. Là encore, je n’ai rien fait de spécial, puisque ce sont eux qui sont venus me trouver avec ce projet en me demandant simplement s’ils pouvaient faire une émission sur ma chaîne.

  • Moi, j’avais appelé la paix dans mon cœur et la vie m’a envoyé ces gens qui étaient des promoteurs de paix dans le concret.

  • Après, je fais aussi des choses dans le concret. Je suis en train de préparer un kit éducatif pour promouvoir la non-violence à l’école. Je fais des choses dans le concret mais je sais que pour moi, ce n’est pas la partie la plus importante de mon travail.

 

  • La vraie puissance de mon travail est en amont dans cette partie un peu mystérieuse qui se fait dans le silence, dans l’invisible …

 

J’adore cette interview !!! Je les adore toutes de toute façon. A chaque fois, j’ai la sensation de recevoir un message, un mot, une phrase, pour moi. Quelque chose qui résonne pour moi, pour mon travail, pour ma vie. Ici, « l’oreillette du cœur » de Sylvie m’inspire énormément, et son message : « Ecoutez-vous ».

 

C’est tellement UnPortant !!!

Pour tout ceux qui ont envie de suivre les émissions de Sylvie. Elle a deux chaines Youtube :

Sylvie travaille bénévolement, en alternance sur les deux chaines, où tu pourras découvrir de jolies pépites 🙂

En tant qu’Artiste, Sylvie prépare son fameux kit pédagogique qu’elle prend le temps de mûrir. Il est actuellement en test dans une école en Moselle. Il sortira probablement à la rentrée.

  • C’est un kit qui d’appellera : « Le Fantôme à lunettes », une histoire inspirée de faits réels, de faits vécus, de violence scolaire. Il y a des chansons, des jeux … L’idée c’est vraiment de donner toute une batterie d’outils aux gens qui voudraient promouvoir la non-violence à l’école. Que chacun choisisse dans le kit, les outils qui lui correspond.

Sylvie a deux autres livres qui attendent d’être édité :

  1. l’un est un récit initiatique, qui comme la plupart des contes de Sylvie, s’adresse à des enfants, mais peut très bien être lu par des adultes, car elle a toujours une dimension un peu philosophique dans ses contes.

  2. l’autre, ce sont une quarantaine de textes écrit par Sylvie, à partir des créations graphiques d’autres créateurs. L’idée est de mettre en miroir un texte de Sylvie et les œuvres de créateurs dont elle aime le travail (photographes, peintres, infographistes … beaucoup de gens qui travaillent avec l’image, mais pas que… Il y a des gens qui font des créations en laine, en tissu … des couturiers, des pâtissiers…)

  • Comme toi Marie, dans la vie, je suis quelqu’un qui aime créer des ponts, créer du lien.

 

  • Ce projet de livre est à la fois une façon de mettre en avant mon talent et leur talent. Ce qui a été vraiment intéressant, c’est que ça ne s’est pas toujours fait de la même façon. Nous parlions tout à l’heure du processus créatif… ça ne s’est pas toujours fait de la même manière. Il y a certaines fois où le texte a pré-exister et quand j’ai vu l’œuvre de la personne, je lui ai demandé de la mettre en regard. A l’inverse, il y a certains textes que j’ai écrit parce que je trouvais l’œuvre de quelqu’un inspirante, donc là, le texte a jailli en voyant la création de la personne. Puis, il y en a où l’on a carrément créer ensemble, c’était comme créer des jumeaux, on se répondait l’un l’autre, jusqu’à ce que l’on arrive ensemble à une création où l’on sentait que c’était harmonisé. Il y a des artistes de tout âge. Le plus jeune à 5 ans, le plus vieux en a 85. Ils sont un peu de tous les pays. Il y en a en Espagne, au Québec, en France, au Luxembourg … L’idée de ce livre, c’est de faire un gros paquet cadeau qui mette en avant le travail de tous ces gens. Ce livre là s’appellera « Arrêt sur images ».

 

  • Je l’ai commencé l’année de mes 40 ans. Je pensais le sortir l’année de mes 40 ans. J’en ai 44, il n’est toujours pas fini et je lui laisse vraiment le temps de mûrir. Là aussi la vie fait bien les choses, puisqu’à 40 ans, j’étais beaucoup moins connu que je ne le suis maintenant. Du coup, je trouve que pour ces Artistes qui tous ont acceptés bénévolement de participer au livre au moment où je n’étais personne, c’est beaucoup plus valorisant que le livre sorte maintenant, où il sera vu par beaucoup plus de gens. Quelque part, je trouve qu’ils sont aussi récompensés de la confiance qu’ils m’ont faite. Je suis très contente de ça pour eux. Peut-être une création de Marie dans le futur « Arrêt sur images »? On en a pas parlé encore … Comme il est encore en cours de création, je vais aller fouiller dans ses photos et voir si j’ai un texte qui sort d’une de ses photos.

Tout est possible ! Tout est réalisable !

« Il ne savait pas que c’était impossible alors ils l’ont fait » – Mark Twain

  • Un des autres credo que je partage avec Marie, c’est que dans la vie, rien n’est impossible.

 

  • On se crée les possibles que l’on pense à notre mesure. A nous de créer les possibles que l’on se souhaite.

Ça, c’est un super mot de la fin !

J’ai adoré ce moment et en plus, j’ai transcendé ma peur de réaliser des interviews en direct ! Si bien que je recommence jeudi 17 août 2017 à 15H30, de l’autre côté de l’Océan, aux Etats-Unis, à la découverte de l’univers de Gwenn Seemel. Abonne-toi à ma chaîne Youtube pour être notifié 😉

En attendant, retrouve Sylvie sur ses deux chaines Youtube « Ailes & Luit TV » et « De Terre et d’étoiles » et sur son site web : www.lalutiniere.com.