Valérie Telesca en connexion avec le Monde …

C’est parti pour la 5ème interview Portrait d’Artiste ! Je suis très touchée par les connexions qui se créent déjà via cette Aventure palpitante, et ce n’est que le début !!! Waouh !!!
Aujourd’hui, rendez-vous dans l’univers de Valérie Telesca. Nous avons un peu perdu la notion du temps, mais il nous semblerait que ça fait environ 3 ans que l’on se connaît avec Valérie 😉 (sans compter les vies antérieures n’est-ce pas :p)
Valérie est artiste plasticienne, exploratrice de matières et grande observatrice du Monde qui l’entoure. C’est parti, je lui laisse la parole !
Valérie, quel a été ton parcours pour arriver là où tu en es aujourd’hui ?
A la fois, une succession de hasard, des opportunités de la vie… Artistiquement parlant je suis autodidacte. Je ne suis pas passée par une école ou un cursus qui me prédestinais à ce genre d’activité, puisque j’ai plutôt une formation littéraire. Je ne fais pas partie de ceux qui sont tombés dedans quand ils étaient petits et qui se sont trouvés une vocation dès le berceau. Ça a été au contraire, assez par hasard.
J’ai commencé par la photographie, au cours de ma formation en communication. De la photographie, je suis arrivée progressivement au traitement de la surface un peu plus matiériste, à travers d’abord, de la décoration, de l’encadrement… Et après, donc des toiles jusqu’à des choses telles que je le fais aujourd’hui.
Mais la photo a été vraiment un point de départ. J’ai souvent tendance à dire que la photo a été vraiment un calibrage de l’œil et des sens, à l’esthétique et à la vie. Et ça c’est hyper important parce que je me rends compte qu’encore aujourd’hui dans mon travail de plasticienne, je reste une photographe.
Je comprends Valérie à 2000% parce qu’en photo je suis une ultra « obsédée » des détails !!! Et lorsque je regarde les toiles de Valérie, ça me renvoie à énormément de détails du quotidien tels que des écorces d’arbres, des toiles d’araignée, tout un tas de pépites qui nous entoure et que nous ne prenons pas toujours le temps de regarder.
Comment tu décrirais ton univers artistique à l’heure actuelle ?
Elles sont compliquées tes questions !!! (rires)
Mon univers … Le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est la matière, parce qu’elle est quand même omniprésente, mais la couleur également. A mon avis c’est une connexion au Monde, tout simplement, c’est comme ça que je le ressens. Plus que m’insérer dans les petites cases « peintre », « photographe » ou autre chose. Je pense que l’on peut être un petit peu de tout et on se sert de toutes ses compétences et ses passions pour créer des œuvres multi-formes, qui permettent d’être connecté vraiment à ce que le Monde nous offre, de lignes, de couleurs, d’abstractions …
Du coup, tout peux t’inspirer ?
Oui, c’est d’ailleurs assez embêtant parfois !!! (rires)
Effectivement, le regard porté sur les choses… avant d’être sur une toile, il y a d’abord tout ce que l’on fait en amont. A mon sens, la sensibilité, c’est ça. C’est vraiment être connecté en permanence à ce qui nous entoure, de façon à pouvoir après, l’exprimer et le retranscrire. Exprimer ces émotions par rapport à ce Monde qui nous a touché.
– Je suis très dans l’observation aussi alors je comprends tout à fait ta démarche !
Oui je crois que tu le comprends, parce que c’est ce qui est vraiment propre au photographe. C’est d’abord de l’observation. On est obligé d’être connecté à ce qui nous entoure, pour faire de la photographie. C’est quand même la Base !
– Ça c’est clair !!! On peut avoir un matériel dernier cri, mais si on ne sait pas regarder, ça sert à rien.
Oui, ce fameux regard ! Ce fameux regard sur les choses pour les reproduire éventuellement, mais aussi pour s’en inspirer et en construire d’autres.
Tu utilises des matériaux du quotidien également. Comment ça se passe dans ta pratique ?
Oui, alors c’est vrai, toujours dans cette connexion au Monde, j’aime utiliser des choses à portée de main. Garder cette connexion, dans l’utilisation de matériaux qui sont des choses de la vie, des choses en général qui sont destinées à être jetées, puisqu’on considère qu’elles n’ont pas beaucoup de valeur. Et c’est là, toute la Magie de l’Art,  justement. C’est de transcender et de les transformer en quelque chose d’autre, en leur donnant une seconde vie. Ça c’est vraiment le cœur de ma démarche et c’est ce qui me passionne le plus.
A travers ton Art, as-tu à cœur de transmettre un message particulier aux gens qui regardent tes œuvres ?
J’ai à cœur mais en même temps j’aime que ça soit fait de façon naturelle. Je n’aime pas forcer les choses, je n’aime pas enrober un travail d’un discours trop encombrant ou trop ésotérique. J’aime bien que les choses se fassent naturellement, que les gens comprennent instinctivement quelque chose en regardant mon travail. C’est une volonté mais plus inconsciente que structurée. Ce qui me plait c’est de voir que même les enfants, par exemple, comprennent instinctivement qu’effectivement, quand on travaille des chiquettes de papiers ou un bout de carton, qu’on y met de la couleur et que ça devient quelque chose, spontanément, ils expriment cette découverte de cet aspect magique des choses : la capacité de transformer les choses !
D’ailleurs, si je poursuis un peu… Pour moi c’est une belle allégorie de la Vie. Tout ce que l’on fait en Arts Plastiques, c’est également ce que l’on fait dans la Vie. Avoir cette capacité en tant qu’humain, de pouvoir transformer les choses, ne pas s’arrêter à quelque chose de fini. Tout peut se transformer. Ce qui aujourd’hui EST, peut être complètement l’inverse DEMAIN. Donc, ça marche également pour tout ce que la Vie fait de nous.
Tout se transforme. Les choses ne sont pas perdues, elles sont simplement transformées.
C’est la Magie de la Vie.
Lorsque tu peins, tu crées une Toile ou autre, quel est ton processus de création ? Tu sais déjà à l’avance ce que tu vas créer ? Ou tu es plus dans la dynamique de te laisser guider ?
C’est toujours un peu difficile à expliquer. Dans mon cas, il y a un peu les deux. Après ça dépend des travaux … Pour certains travaux, j’aime avoir une espèce de protocole mental. C’est-à-dire que j’aime bien imaginer une toile et essayer de la construire dans ma tête, avant de la réaliser. C’est quelque chose qui peut être très jouissif parce que justement, c’est une façon aussi de s’imprégner d’une création et de trouver l’inspiration, en sachant un peu où l’on veut aller.
C’est un peu comme quand on prépare un voyage. On consulte les catalogues, on imagine sa chambre d’hôtel, ou bien son trajet, ça fait partie du fantasme et du plaisir qu’on aura dans la réalisation de ce voyage. Mais en même temps, quand on arrive sur place, on se laisse aller aussi à l’improvisation et l’on est très heureux de faire des choses complètement spontanées que nous n’avions pas du tout prévu de faire !
C’est exactement la même chose pour un travail artistique. A mon sens, quand on démarre un travail, il faut quand même qu’il y ait une partie complètement spontanée, non dirigée où c’est le geste qui parlera et non pas la tête. C’est important. Ça me paraît indispensable.
Donc c’est compliqué à définir, ce n’est jamais tout l’un ou tout l’autre. Dans mon cas, il y a une espèce d’équilibre entre les deux. On est toujours un peu sur le fil du contrôle et de la spontanéité.
J’aime cette idée, d’être dans une espèce de spontanéité contrôlée. J’aime bien cette expression qui ne veut rien dire mais tout à la fois, pour un artiste en tout cas.
Tu te sens comment avec le terme « Artiste » ?
J’ai pas trop de problème avec le terme « Artiste ». Je l’assume assez bien. Je ne peux pas me définir autrement, en tout cas aujourd’hui, puisque je le suis. Parce que je pense qu’être Artiste, c’est aussi l’être dans la vie du quotidien. On est pas juste Artiste sur une toile. On est Artiste dans sa tête, dans sa façon de voir les choses et dans sa façon de ressentir le manque de la création quand on ne l’a pas. J’pense que c’est ça en fait qui définit aussi, l’Artiste. Maintenant, ça me fait toujours un peu rire, parce que c’est vrai que je me rends compte que y’a tellement de fantasmes et de clichés autour de l’Artiste. Je pense que beaucoup de gens se font une idée de la vie d’Artiste, de ce qu’est un Artiste. C’est très drôle et en même temps ce qui me fait plaisir, c’est que ça leur fasse du bien. Imaginer cette espèce de vie d’Artiste qui serait ponctuée de folies en permanence !!! (rires) C’est amusant ! En tout cas, je sens que ça fascine les gens.
Oui ça fait rêver aussi quelquepart :
« J’aurais vouluuuuu Être un Artiiiisteeeee !!! »
Je pense qu’on est resté sur les clichés que le cinéma, la littérature a toujours véhiculé : l’Artiste de siècle précédent, l’Artiste qui était soit maudit, soit complètement en décalage avec la société. Ce n’est pas que ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais je pense que la personnalité de l’Artiste aujourd’hui a beaucoup évolué. Mais beaucoup de gens sont restés là-dessus et c’est toujours assez amusant.
Et c’est une très grande Liberté que de s’assumer Artiste. Puisque ça nous permet également d’Oser des choses, que d’autres ne pourraient pas se permettre de faire. Genre : mal s’habiller, avoir les ongles sales, et se présenter comme ça en société, sans que personne ne bronche parce qu’on est Artiste ! Et donc, on nous excuse :p
(rires +++) J’avoue que quelquefois, j’en profite un peu … 😉
Dans ta démarche tu transmets également. Tu fais des Ateliers. Tu veux en parler un peu ?
Oui, je transmets. C’est assez récent. Enfin, officiellement récent parce que je suis toujours intervenue dans le cadre d’ateliers en marge d’expositions par exemple. Souvent, lorsqu’on expose, on nous demande d’animer des Ateliers, donc ça je le fais depuis assez longtemps. Par contre, dans mon propre atelier, tel que je le fais depuis 2 ans, effectivement, c’est une nouveauté pour moi. Et je découvre cette forme d’activité qui est très très enrichissante, en tout cas pour moi. J’espère en tout cas, pour les autres aussi !
Oui oui ouiiii !!! Valériiiiie !!! Je confirme ! (c’est avec Valérie que j’ai osé remettre les mains dans la peinture pour la première fois. Et aussi transcender cette espèce de peur de mal faire …, le manque de confiance en soi…)
Je n’aime pas le terme « cours », parce que j’anime des ateliers qui peuvent prendre différentes formes. Il y a plusieurs choses dans ce que je propose, mais je place toujours l’humain avant tout. Alors oui, il y a la transmission d’une technique, c’est sûr, mais ce qui est plus intéressant, c’est de voir comment on peut travailler sur des énergies créatives, et travailler surtout sur la personnalité. Sans vouloir du tout … parce que d’autres le font très bien et mieux, sans vouloir rentrer dans des domaines qui se rapprocheraient de l’Art-Thérapie ou des choses comme ça. Moi, c’est pas du tout mon propos.
Mais on peut quand même à travers l’Art, et ça tout le monde le sait… On peut arriver décoincer quand même certains blocages en offrant tout simplement aux gens, des espaces de liberté, mais aussi de connivence et de bienveillance surtout, qui je crois, les aident beaucoup à traverser soit des épreuves de la Vie ou la Vie tout court, en se lâchant, en osant enfin faire des choses, parfois pour la première fois. C’est vrai que dans mes ateliers, souvent, j’ai plutôt des gens qui ne sont pas en quête de performances techniques mais qui ont juste envie d’être eux-mêmes et d’oser faire des choses en étant un peu dirigé, accompagné en tout cas.
– Je reviendrais bientôt !
Oui, tu dois toujours finir un tableau je pense !
– Arf la la, je ne l’ai toujours pas terminé…
 Valérie me déculpabilise et me dit que ça fait aussi partie des choses et qu’il faut savoir aussi de temps en temps ne pas aller jusqu’au bout. « C’est pas grave, on est pas obligé … Faut pas être dans la contrainte. Si tu n’es pas allée jusqu’au bout, c’est que quelque part, son destin de tableau était de rester là en plan et voilà ! »
Du Grand Art ! « L’œuvre inachevée de Marie » !
Quel serait ton plus grand rêve ?
Mon plus grand rêve …
J’adorerais créer un espace un peu atypique où se mélangerait plein de choses de type : échanges humains, travail créatif, espaces d’exposition pour les gens qui fréquenteraient ce lieu… avec une interaction d’Artistes, de disciplines … Tout ça dans un esprit un peu « non conventionnel », avec des publics peut-être, qu’on laisse un peu de côté. Voilà, c’est juste un rêve comme ça, qui est très très flou … Et tout ça évidemment dans un espace agréable, en pleine Nature ! On pourrait travailler justement sur ces connexions entre l’humain, la Nature, ses énergies.
– Hey ! Great ! Je kiffe ton rêve !!!
Voilà, c’est un rêve, mais qui peut être partagé donc Bienvenue …
– Yesss !!! En plus ce n’est pas irréalisable !
Ah oui, et avec une notion en plus, internationale ! Parce que, tu le sais, je suis très sensible à la notion de multicultures … Donc, voilà … cette espace, je le verrais plutôt, soit nomade, ou alors des échanges … Plusieurs espaces qui existeraient dans plusieurs pays ou régions, je pense qu’il y a quelque chose qui pourrait se faire …
Ça me plait bien tout ça ! Ça se rapproche pas mal de mon rêve auprès duquel je me rapproche chaque jour, en lien avec ces interviews et la connexion entre les Artistes et le plus grand nombre d’êtres humains sur cette Planète :p
Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’Aventure du Pink Power Tour ?
Sa fraîcheur !
Sa fraîcheur et le fait que tu oses. Le fait que tu restes toi-même, que tu nous balances tes rêves et tes envies, et que tu nous les fasses partager ! Je trouve que c’est quelque chose qui est très captivant ! Vraiment !
– Merci Valérie ! Je suis super contente d’avoir partagé ce moment avec toi ! Il y en aura d’autres hein :p
On a pas tout dit là, on a rien dit du tout !
– On pourrait parler pendant des heures c’est clair …
As-tu envie d’ajouter un petit mot de la fin ?
Oui, à la fois, on ne veut pas parler de soi à l’infini … mais en même temps, on a tellement envie de saisir justement ces opportunités que tu nous offres, de partage avec autrui …
Le petit mot de la fin, ça serait de dire : Rendez-vous pour de prochaines Aventures, de près ou de loin, en tout cas, lancez-vous dans vos propres aventures ! Croyez en vous ! Et exprimez tout ce que vous avez envie d’exprimer !!!
YES ! ça c’est une belle fin !!! Merci Valérie !!!
Pour entrer en immersion dans l’Univers de Valérie Telesca, tu peux te rendre sur son site internet
Et aussi sur Facebook : Valérie Telesca Art & Ateliers créatifs Valérie Telesca (d’ailleurs à ce sujet si tu es dans le coin le week-end du 25/26 juin 2016, ce sera l’expo-portes ouvertes des travaux d’élèves : 6 rue Denis Papin 59260 Hellemmes)
Si tu as aimé cet article, tu peux laisser un commentaire dans cet espace qui t’es réservé. Tu peux aussi le partager avec tout tes amis et/ou faire un don pour soutenir le projet et que je puisse aller interviewer encore + + + d’Artistes et mener à bien ce projet de rassembler tout ce petit monde autour d’une expo, fin 2017 ! 
Laisse-toi porter, laisse-toi inspirer et inspire à ton tour cher co-cocréateur 😉
RDV le 26 juin 2016 à 19H pour une prochaine interview Portrait d’Artiste que j’ai hâte de partager avec toi 🙂

 

 

1 Commentaire

  1. dansetavieheart  —  24 juin 2016 at 14 h 26 min

    J’Aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime !!!!! Partage très perninent encore une fois, MERCI !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire